En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

02.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

03.

Bilan post-Covid-19 : les Français totalement déboussolés à l’insu de leur plein gré

04.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

05.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 3 min 41 sec
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 1 heure 51 sec
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 3 heures 2 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 15 heures 39 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 17 heures 6 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La rafle des notables" de Anne Sinclair : magnifique témoignage sur un camp de concentration méconnu, celui de Royallieu, réservé aux Juifs pendant la guerre de 1940

il y a 20 heures 12 min
pépites > Justice
PNF
Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : Nicole Belloubet demande l'ouverture d'une inspection sur les investigations du parquet national financier
il y a 21 heures 14 min
décryptage > Europe
Politique européenne

Election présidentielle en Pologne : l’occasion pour la France d’un nouveau départ avec Varsovie

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 38 min 35 sec
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 2 heures 46 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 16 heures 21 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 19 heures 54 min
pépites > Economie
Licenciements
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > International
Inquiétudes pour les libertés
Loi sur la sécurité : la répression des autorités se poursuit à Hong Kong
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Environnement
Du cap Sizun au cap Fréhel

Respecter l’environnement, c’est aussi ne pas massacrer les paysages

il y a 22 heures 51 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Made in mondialisation

Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)

Publié le 15 janvier 2019
Quel constat explique la vague que nous connaissons actuellement ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quel constat explique la vague que nous connaissons actuellement ?

Atlantico : De Donald Trump à Emmanuel Macron, dans quelle mesure la "nouvelle donne" des dirigeants occidentaux procède-t-elle d'une même vague ? 

Edouard Husson :  Emmanuel Macron a été porté au pouvoir de manière improbable alors que les deux grands partis qui avaient structuré la vie politique française dans les décennies précédentes, la droite orléaniste et la gauche social-libérale, s’effondraient. On a parlé de « dégagisme ». Le mot n’est pas très beau. Mais il est certain que le candidat inattendu a été porté au pouvoir par une vague de rejet populaire. Ce que le gouvernement ne veut pas voir actuellement, c’est que parmi les Gilets Jaunes il y a, aujourd’hui, des déçus de La République en Marche, des gens qui ont voté Macron ! Ils sont loin d’être majoritaires mais il ne faut pas les oublier à côté des déçus du PS ou des représentants de la France insoumise et du Rassemblement National.

En fait, il y a un paradoxe. Emmanuel Macron a été porté au pouvoir par un début de révolte : et le prendre en compte, c’est voir que la France en a assez d’être dans un carcan. La faiblesse du discours de Macron, c’est qu’il s’adresse uniquement à la moitié supérieure de la société française. Et cette partie de la France qui vote pour lui, qui se sent à l’étroit dans le carcan étatiste français, ne voit pas que, malgré tout, elle s’en tire bien dans la mondialisation et arrive à vivre à l’euro ; tandis qu’une autre partie de la société française n’a pas autant de possibilités de se sortir du double carcan intérieur (l’étatisme) et extérieur (l’euro) et c’est elle qui se révolte à présent.

Ailleurs dans le monde occidental, on voit que ce sont des leaders porteurs d’un conservatisme entrepreneurial qui commencent à s’imposer, pour répondre à la crise politique du libéralisme : Orban, Trump, Salvini.  

De l'épuisement du modèle culturel post-1968 à la mondialisation en passant par la fin des idéologiques, l'illusion du progressisme ou encore par le surgissement de l'ère numérique ou , quelles sont les causes de cette vague qui frappe les démocraties libérales ? 

Un phénomène classique dans l’histoire occidentale : la fin d’un cycle historique. Dans les années 1960, le socialisme qui avait dominé le siècle précédent s’épuise. Ce socialisme était né de la Première Guerre mondiale : à l’occasion de la mobilisation totale des sociétés, les idées socialistes ont gagné du terrain, sous différentes formes : social-démocratie, communisme, fascisme, progressisme. L’encadrement des sociétés par l’Etat ne résiste pas à la poussée individualiste qui suit la Seconde Guerre mondiale. Ceci concerne aussi bien l’Occident que le bloc communiste. Ce qu’on appelle le néo-libéralisme s’impose en Amérique du Nord et en Europe, entre 1968 et 1989. Une fois qu’il est au pouvoir le néolibéralisme connaît le sort de tous les mouvements qui n’ont plus d’adversaires, il ne connaît plus de limites, il se croit tout puissant. C’est le largage de bombes dites « faucheuses de marguerites » sur l’Irak et l’Afghanistan ; la dérégulation quasi-totale de la finance ; la substitution d’un marché mondial de l’emploi aux marchés nationaux ; l’entrée sans contreparties de la Chine dans l’OMC ; le rêve abstrait d’un multiculturalisme absolu ; la mise en place par les gouvernements américain et chinois d’appareils de surveillance quasi-absolus grâce à la puissance de la révolution de l’information ; l’émergence de ces géants du numérique que sont les GAFA ou Samsung.

La France est exemplaire dans la mesure où en 1981 avait été élu, en pleine vague libérale (Thatcher, Reagan), le dernier président socialiste ; de même qu’aujourd’hui nous avons élu le dernier président néo-libéral en plein retournement conservateur. La différence entre 1983 et 2019 saute cependant aux yeux. Ce vieux fripon de Mitterrand était un homme de droite déguisé en socialiste et il n’eut pas de mal à effectuer un tournant libéral ; alors qu’Emmanuel Macron semble tout d’une pièce et, jusqu’à aujourd’hui, il ne semble pas pouvoir se résoudre à abandonner l’individualisme néo-libéral.

Quels ont été les effets produits par ce contexte, en termes politiques, culturels, économiques ou même géographiques, et qui participent à cette angoisse occidentale ? 

L’histoire de l’Occident est fondamentalement l’histoire de la montée en puissance de l’individu. L’Evangile est à l’origine de tout. Il force les sociétés fermées du paganisme à s’ouvrir ; il met en cause les institutions humaines dans la mesure où elles sont vécues comme un absolu qui enfermerait légitimement la liberté de l’individu pour en maîtriser la violence. Mais le christianisme n’est pas que libération de l’individu. Certes, c’est comme individu que l’on entre dans le Royaume de Dieu ; mais celui-ci n’est pas de ce monde : la vie terrestre doit être organisée ; l’individu chrétien sait qu’il est né dans une famille et qu’il vit et grandit en société. Il recherche une société juste au sein de laquelle il puisse préparer son salut. A partir du moment où l’influence du christianisme décline, avec les révolutions modernes, on se retrouve devant un mouvement de balancier : au lieu d’avoir un individu qui, en attendant le salut dans l’au-delà, cherche à construire une société harmonieuse sur terre, on assiste à des tentatives de réaliser le bonheur de l’individu sur terre, dont les excès sont compensés par un mouvement de balancier socialiste ou conservateur.

La dernière poussée d’individualisme, celle des années 1960-2010, a produit des inégalités comme l’Ancien Régime n’en a jamais connu. Elle a fabriqué de la monnaie apparemment sans limites. Elle a détruit la vision immémoriale de la famille. Elle a mis en cause de manière absolue la souveraineté de l’Etat, aboli les frontières, et mis en place une « liberté d’expression pour tous » sur les réseaux sociaux. Et en fait, c’est l’ensemble du corps social qui aujourd’hui réagit : le monde des dirigeants commence à regretter la liberté de parole sur les réseaux sociaux ; les entrepreneurs n’en peuvent plus de régulations décidées très loin de la réalité du terrain (un effet de la mondialisation) ; les classes moyennes voient leur pouvoir d’achat diminuer alors même qu’ils travaillent comme jamais (aux Etats-Unis, le double emploi est une réalité importante depuis vingt ans) ; le monde ouvrier a été littéralement désintégré ; et, tout en bas de l’échelle sociale, on assiste même à une forme d’anomie.

Cette description n’est pas typiquement française : je pourrais l’appliquer aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne, à l’Italie et même à l’Allemagne. Mais ce qui est typiquement français, c’est l’élection d’un président à contretemps du mouvement historique. Emmanuel Macron est comme le chant du cygne du néolibéralisme. Et la différence entre Mitterrand et lui, c’est que Mitterrand contrefaisait le chant du cygne du socialisme, Macron est le dernier des Mohicans du libéralisme.      

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BienVu
- 16/01/2019 - 21:07
Effets de la schizophrénie
Ce matin, vers 6h30, avant d'avaler les cachets prescrits par son psychiatre, le sieur Ganesha repart dans ses fantasmes de schizophrène. Bien sûr, lui n'attaque personne nominativement. Les papys Atlantico de 70-80 ans atteints d'Alzheimer résidant en Ehpad ne sont pas désignés (prudence, prudence...) mais se reconnaîtront d'eux-mêmes : ce sont tous ceux qui ne sont pas de l'avis du Maître, donc qui "racontent des carabistouilles" ou qui "clament leur admiration pour des gangsters et des escrocs". Signe caractéristique de sa maladie, il se voit entouré de "débiles" ou d"égoïstes" (pour lui ce sont des mots aimables), surtout sur Atlantico. De même, Atlantico est son domaine, qu'il connaît jusqu'au plus profond de ses arcanes. Personne ne peut troubler ses élucubrations. Je comprends mieux pourquoi ce site avait une réputation aussi exécrable, malgré les efforts de sa rédaction. Manifestement, il y a encore beaucoup de travail à produire...
Ganesha
- 16/01/2019 - 09:08
Cloette
J'hésite, mais pourquoi garder le secret : il a fait le choix librement de publier ses commentaires !
Moi aussi, il m'arrive de faire ici des confidences, qui me sont ensuite ressorties beaucoup plus tard...
Abonné depuis des années, son pseudo est explicite : ''Adroite toute Maintenant''.
Il se prétend ''neurochirurgien'', mais j'aimerais voir ses diplômes !

Ganesha
- 16/01/2019 - 09:08
Cloette
J'hésite, mais pourquoi garder le secret : il a fait le choix librement de publier ses commentaires !
Moi aussi, il m'arrive de faire ici des confidences, qui me sont ensuite ressorties beaucoup plus tard...
Abonné depuis des années, son pseudo est explicite : ''Adroite toute Maintenant''.
Il se prétend ''neurochirurgien'', mais j'aimerais voir ses diplômes !