En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Janek SKARZYNSKI / AFP
Tous pour un

Européennes : cette alliance anti-Macron que sont en train de nouer les populistes de l’UE

Publié le 11 janvier 2019
A l'occasion d'un déplacement en Pologne, Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur italien et leader de la Ligue, a conclu une alliance avec le PiS polonais, sur la base de la "sécurité, des valeurs familiales et de la chrétienté".
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion d'un déplacement en Pologne, Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur italien et leader de la Ligue, a conclu une alliance avec le PiS polonais, sur la base de la "sécurité, des valeurs familiales et de la chrétienté".

Atlantico :  Que peut représenter une telle alliance dans le contexte des prochaines élections européennes ? 

Cyrille Bret : Après la convergence des luttes, la convergence des souverainistes. Le déplacement de Matteo Salvini atteste de la constitution d'un front commun anti-Macron et anti-fédéraliste en Europe. On se souvient que ce même Salvini avait reçu Viktor Orban et avait célébré devant les caméras avec lui des similitudes politiques. Sceller une alliance avec le PiS polonais c'est préparer les élections européennes de mai en envoyer un signal fort à l'opinion italienne : contre l'Europe de Bruxelles, la Ligue, le PiS, le Fidesz ou encore le FPÖ (en Autriche) ont un programme commun.
Toutefois cette position est illusoire. Premièrement parce que ces partis ont des priorités différentes. La Ligue est anti-immigration comme le PiS mais elle est favorable à plus de solidarité européenne pour accueillir les migrants ce que contestent le PiS polonais, le Fidesz hongrois ou encore les Vrais Finnois en Finlande. Deuxièmement parce que les priorités budgétaires sont antagonistes : l'Italie veut prendre des libertés avec les contraintes budgétaires de l'euro alors que la Pologne et la Hongrie ont pour priorité de recevoir des fonds structurels européens.
Aujourd'hui, le principal défi est de montrer que ces alliances entre partis est de circonstance.

Alors qu'Emmanuel Macron semble être une cible privilégiée de cette alliance, ne peut-on pas voir se former une polarisation finalement assez floue, puisqu'Emmanuel Macron semble avoir érodé ses soutiens des pays de la Ligue hanséatique, ou que les politiques développées sur le terrain concernant les immigrants ne sont pas les plus éloignées entre France et Italie, ou l'Allemagne par exemple. Comment interpréter une polarisation qui semble être surjouée de par et d'autre ? 

Les élections européennes de mai s'annoncent comme un référendum continental pour ou contre Macron, qu'on le veuille ou non. Emmanuel Macron incarne une Europe ambitieuse, explicitement supra-natonale qui culminerait dans la solidarité d'une armée européenne. Le symbole est fort : il signifie que l'Europe a pour horizon la constitution d'une véritable nation européenne.
C'est un repoussoir pour bien des électeurs. A l'est, les partisans du Fidesz hongrois, du Parti social démocrate slovaque, du PiS polonais se joignent aux électeurs des chrétiens démocrates de l'ÖVP et aux radicaux du FPÖ autrichiens pour contester ces perspectives.
Bien entendu la polarisation est excessive : les convergences et les solidarités entre Etats membres sont puissantes. Elles ont fini par créer une communauté de destin continentale. Mais le choix est aujourd'hui entre ceux qui le contestent et ceux qui veulent aller plus loin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

07.

Inégalités : petits contre-arguments aux nouvelles thèses de Thomas Piketty sur la propriété privée

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 12/01/2019 - 11:09
la je m'esclaffe
Macron a insulte pratiquement tous les dirigeants des pays membres de l'UE sauf Merkel. Je ne vois pas pourquoi certains comme les Polonais, les Hongrois, les Italiens,... les Autrichiens feraient des cadeaux a celui qui se voyait en haut de l'affiche europeenne.
Il y a des differences fondamentales sur l'immigration incontrolee et la protection des valeurs de chacun des pays.
Alors pourquoi dire " les convergences et les solidarités entre Etats membres sont puissantes. Elles ont fini par créer une communauté de destin continentale" ... je me demande si cela ne m'a fait encore plus rire.
IL est temps que les pays soient souverainistes pour defendre leurs interets plutot qu'une entente basee exclusivement sur la finance et l'economie qui est defavorable aux citoyens mais egalement aux etats membre a part quelaues privilegies qui en profitent
philippe de commynes
- 12/01/2019 - 10:46
Fausse opposition sur les migrants
Salvini serait pour la "solidarité européenne pour accueillir les migrants ", Non pour Salvini comme pour les Centre-européens, moins il y a de migrants, mieux c'est, il n'a pas la moindre intention de contraindre ses amis à partager les migrants, c'est seulement qu'il met les donneurs de leçons face à leurs responsabilités : Macron sous-entend que l'attitude anti-migrants de Salvini est du quasi-nazisme (la sempiternelle référence aux années 30, mais au fait qu'est ce qu'il dit des Anglais qui ne veulent pas plus en recevoir : rien), mais pendant ce temps la frontière est bien fermée à Menton ...
Lou Bïarnès
- 11/01/2019 - 20:38
Encore un « Élite »
Que les aspirations populaires sont loin ! Revenez sur terre , de France si vous le pouvez, et écoutez les peuples, si tant est que vous les compreniez; vos commentaires seront plus réalistes.