En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / POOL / AFP
International
Discours du Caire : quel bilan pour la politique arabo-musulmane de Barack Obama ?
Publié le 10 janvier 2019
Dix années après le retentissant discours du Caire de Barack Obama, s'adressant au monde arabo-musulman, Mike Pompeo s'apprête à formuler un tel discours, attendu comme une réponse à ce qui avait annoncé en 2009.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dix années après le retentissant discours du Caire de Barack Obama, s'adressant au monde arabo-musulman, Mike Pompeo s'apprête à formuler un tel discours, attendu comme une réponse à ce qui avait annoncé en 2009.

Atlantico : Quel bilan peut-on dresser du discours de Barack Obama en 2009, quelle a été son influence et comment la politique menée s'est-elle démarquée de celle de son prédécesseur, George W. Bush ?

Roland Lombardi : Les détracteurs de l’ancien président américain ont déploré qu’en matière de politique étrangère, Barack Obama s’était, durant ses deux mandats, contenté de réagir timidement aux évènements, au lieu d’adopter une stratégie beaucoup plus proactive. C’est cette relative « passivité » et ses retenues qui lui sont aujourd’hui reprochées. Certains évoquent même un bilan pitoyable vu que l’Amérique sous l’administration Obama paraît avoir reculé sur tous les fronts. Pour ma part, même si j’ai souvent critiqué le président américain, tout compte fait, je dirais que son bilan fut finalement plus mitigé et moins négatif qu’on pourrait le croire. D’abord, car l’ancien locataire de la Maison Blanche a, au final, respecté tant bien que mal la plupart de ses promesses électorales de 2007, comme le retrait stratégique du Moyen-Orient (grâce à l’indépendance énergétique américaine). Notamment, en mettant fin aux opérations en Irak et en Afghanistan mais tout en poursuivant la lutte contre le terrorisme, le rééquilibrage de la présence militaire et l’investissement stratégique américain en Europe et au Moyen-Orient au profit de l’Asie-Pacifique (« pivot vers l’Asie ») et enfin, la fin des antagonismes avec les « adversaires » et les « ennemis » du passé (« reset »).

En effet, en 2015, Obama avait conclu d’importants accords commerciaux en Asie et négocié notamment un grand traité de libre-échange, le Partenariat transpacifique (TPP), avec Brunei, le Japon, le Vietnam, la Malaisie, Singapour, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Chili, le Pérou, le Mexique et le Canada (la Chine étant exclue bien sûr). Or, dès son arrivée au pouvoir, en janvier 2017, Donald Trump désengagea, par décret, les Etats-Unis de cet accord.

Par ailleurs, l’ancien président américain avait également normalisé les relations avec Cuba (2014) et surtout, on s’en souvient tous, signé, en juillet 2015, l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Mais là encore, Trump en est sorti au printemps dernier.

Seul bémol dans la politique des « reset », c’est qu’avec la Russie, ça n’a pas du tout abouti…

Enfin, l’autre déception concerna le Moyen-Orient. Notamment la paix promise, lors du célèbre et très beau discours du Caire de juin 2009, au Proche-Orient et notamment entre Israéliens et Palestiniens. En effet, comme l’élection du premier président noir à la Maison Blanche, le discours du Caire, au ton très irénique, suscita un immense espoir. Malheureusement, comme on le sait, ces belles paroles se sont fracassées sur le mûr des réalités compliquées de la région, des Printemps arabes et du chaos généralisé qui s’en suivit. De fait donc, le statut quo dans le dossier israélo-palestinien durant huit années, voire la « brouille » entre le président américain et le Premier ministre israélien, fut patent. Et hormis, l’accord sur le nucléaire iranien évoqué plus haut ainsi que sa prise de distance avec les Saoud, Obama ne rencontra que des difficultés.

Certes, l’élimination au Pakistan du chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, en mai 2011, fut l’un des succès du président américain. Par ailleurs, l’administration Obama intensifia sa lutte contre le terrorisme en privilégiant le renseignement, les forces spéciales et les drones (51 frappes par des drones sous Bush et plus de 500 sous Obama). Mais en Irak et en Afghanistan, il s’est avéré que le retrait militaire de la région avait peut-être été prématuré. Et effectivement, Obama a très vite été obligé de renforcer les troupes américaines en Irak (principalement des forces spéciales) et surtout, de relancer des frappes aériennes contre Daesh en Syrie et en Irak à partir de septembre 2014. Son « lâchage » de Moubarak en Egypte puis son soutien aux Frères musulmans se révélèrent désastreux.

De plus, beaucoup ont reproché encore à Obama, l’absence de réaction lorsque la ligne rouge des armes chimiques a été franchie en août 2013. Mais peut-on réellement le blâmer ? A l’opposé de l’inconséquent président français de l’époque, qui lui était alors prêt à en découdre (et qui fut encore pitoyablement humilié par la suite), peut-être que le locataire de la Maison Blanche, devant aussi le désistement des Britanniques, a préféré, à une intervention aux conséquences incontrôlables, une négociation avec les Russes et ce pour une issue beaucoup plus raisonnable. Ce sursaut de réalisme salvateur du président américain était peut-être aussi dû au souvenir des désastreux épisodes irakien mais également libyen (où il avait été entraîné à contre cœur par Camerone et Sarkozy) et aux premiers rapports alarmistes du Pentagone faisant état de l’inéluctable échec de leur soutien aux rebelles syriens (dont la majorité s’est révélée être de fieffés jihadistes !).

Certes, les intelligentsias occidentales ont alors beaucoup critiqué la « passivité » et la politique, trop modérée à leur goût, d’Obama en Syrie (comme en Ukraine). C’est vrai que nos belles âmes va-t-en-guerre sont toujours très courageuses…mais avec le sang des autres ! Le prix Nobel de la paix de 2009 a, quant à lui, choisi la prudence et, lucide, ne voulait vraiment pas être un nouveau fauteur de guerre. Plus qu’ailleurs, en politique internationale, mieux vaut souvent ne rien faire que faire n’importe quoi !

L’Histoire nous révèlera peut-être que le président Obama, avait alors résisté tant bien que mal, durant ses deux mandats, à de nombreuses pressions et influences néfastes. Pressions des différents lobbies (notamment anti-russes, pro-saoudiens…), de certains stratèges et responsables de la CIA, encore bloqués sur les vieux logiciels de la Guerre Froide et « de la carte islamiste », et enfin, des néocons, des dangereux idéologues de son parti et de son administration. Ainsi, même s’il a beaucoup déçu certains en louvoyant, temporisant et en faisant le moins de vagues possibles, en définitive, Obama nous a peut-être évité le pire dans la région.

Comment articuler, du cycle néoconservateur à Donald Trump, la politique américaine au Moyen-Orient, et comment juger des résultats obtenus par chacun des présidents ? Dans quelle mesure peut-on voir une filiation plus importante entre Barack Obama et Donald Trump qu'entre George W. Bush et son successeur ?

Très rapidement, il faut rappeler que depuis la fin du mandat de Bush père en 1993, les administrations successives américaines, et notamment le Secrétariat d’Etat, n’ont été dirigés que par des néo conservateurs (de 2001 à 2009 avec Bush fils) ou des démocrates (de 1993 à 2001 avec Bill Clinton et de 2009 à 2017 avec Barack Obama). Soit près d’un quart de siècle d’une politique étrangère quasi continue et qui était grosso modo basée sur les mêmes logiciels idéologiques. Ainsi, durant des décennies, la politique américaine dans la région était centrée sur le monopole des approvisionnements stratégiques du Moyen-Orient (pétrole et gaz). Cet impérialisme américain se basait alors sur les concepts bien connus des néo conservateurs et de certains idéologues de Washington (qui par ailleurs n’avaient qu’une connaissance très limitée des réalités, des particularités et des spécificités sociologiques et ethniques d’un monde arabo-musulman trop souvent fantasmé et idéalisé) : les utopiques regime change et nation bulding ainsi qu’une certaine « bienveillance » à l’égard de l’islam politique. Beaucoup de « savants » et « conseillers » de la côte Est américaine, comme à Paris d’ailleurs, ont alors cru naïvement que les démocraties pouvaient naître d’un claquement de doigts au Proche-Orient et, plus grave, qu’on pouvait dès lors, pour faire tomber les méchantes dictatures, miser sur des islamistes prétendument « modérés » ! On a vu le résultat en Irak, en Afghanistan et également en Libye !

C’est la raison pour laquelle la politique américaine jusqu’ici au Moyen-Orient fut très impopulaire dans le monde arabe mais également dans la grande majorité de l’opinion américaine. Et comme vous le dites dans votre question, l’actuel et sulfureux président américain se révèle en effet beaucoup plus proche d’Obama qu’il n’y paraît. Reste à savoir si Trump, le businessman impatient et mégalomane (mais qui veut être tout de même réélu et qui surtout veut marquer l’histoire) réussira là où Obama, le politicien, pur produit de l’establishment américain, a échoué, comme nous l’avons vu et pour les raisons évoquées plus haut.

Quels ont été les effets de ce changement de doctrine sur les différents acteurs de la région ?

Paradoxalement, même si, comme je l’ai dit précédemment, la présence américaine est impopulaire dans le monde arabe et au Proche-Orient, le nouvel anti-interventionnisme et le « désengagement » américain (somme toute très relatif – cf. les dernières déclarations contradictoires de l’administration Trump et comme je l’annonçais dans vos colonnes dernièrement1) inquiètent les différents acteurs de la région. D’où la grande tournée au Moyen-Orient ces jours-ci, du Secrétaire d’Etat, Mike Pompeo. Après la Jordanie, ce dernier vient de faire une visite surprise en Irak (où il a rencontré des responsables kurdes) puis il se rendra en Egypte (où il devrait faire un discours très symbolique), à Bahreïn, à Abou Dhabi, au Qatar, en Arabie saoudite, à Oman et au Koweït. Assurément, le chef de la diplomatie américaine joue en quelque sorte les « good cop » (Trump étant bien sûr le « bad cop »). Fin politique et habile diplomate, Pompeo vient tout simplement dans la région afin de calmer et rassurer les alliés des Etats-Unis en expliquant la nouvelle stratégie américaine. Mais au final, sauf incident grave, la volonté de Trump (qui, ne l’oublions pas, méprise cette région et considère l’interventionnisme de Washington trop coûteux et électoralement, très peu bénéfique...) finira à terme par se concrétiser. Un « désengagement » américain (encore une fois très relatif et très progressif) accompagné d’un « Yalta régional » avec la Russie, semblent alors inéluctables.

1 https://www.atlantico.fr/decryptage/3561958/syrie--le-retrait-americain-laisse-la-patate-chaude-aux-russes-et-aux-francais--lombardi?fbclid=IwAR3IXShbGlFfbiy8pK-4tOeivyAiG18xq8lvj9d2cVULIIgVWF19CMDMbGM

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
05.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kravi
- 10/01/2019 - 16:14
Un désastre, le pire président américain.
Hormis de beaux discours bien-pensants, Obama n'a strictement rien apporté de bon aux USA ni au monde.
Trahison de tous ses alliés (Egypte, Israël), soutien aux frère musulmans, traité misérable (et dangereux pour le monde entier) avec l'Iran, couardise en Libye (ayant abouti au sac de son ambassade et à l'assassinat de citoyens américains dont son ambassadeur) et face au boucher de Damas (ligne rouge hi hi), mépris et haine envers Israël (refus d'envoyer des munitions déjà payées en pleine guerre contre le Hamas + hostilité envers Netanyahou).
Il a menti sur l'Obamacare, a favorisé le racisme contre les blancs, soutenu des mouvements gauchistes et antisémites.
Un désastre sur tous les points, que Trump est en train de réparer.
tubixray
- 10/01/2019 - 13:48
Un bien grand espoir
Lors de la première élection de B. Obama mais une telle déception après ses huit années passées à la maison blanche.
Que dira t'on dans 2 ans ou dans 6 ans du taureau sauvage qui lui a succédé ?? Allez savoir.
Marie-E
- 10/01/2019 - 12:45
d'habitude
je suis tout a fait d'accord avec vous. Mais la je ne peux absolument pas etre d'accord avec ce que vous dites des 8 ans de politique etrangere de Obama, Clinton, Kerry. Je n'oublierai jamais
le lache abandon des Americains de l'ambassade en Lybie
ni l'adoption par le conseil de Securite de la resolution 2334 passee grace a l'abstention des USA qui n'ont pas mis leur veto
ni l'attitude ironique et cynique de Obama et Sarkozy par rapport a Netanyahu avec comme par hasard le micro ouvert quand il s'agissait de critiquer Israel.
Trop de compromissions apres le discours du Caire pour Obama et les democrates