En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 20 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 42 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 18 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 44 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 18 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 52 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 11 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 20 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 19 min
© CARLOS BARRIA / POOL / AFP
© CARLOS BARRIA / POOL / AFP
Immigration

Allocution présidentielle sur le mur : Donald Trump joue la carte de la dramatisation

Publié le 09 janvier 2019
Le président des Etats-Unis a également réclamé, à l'occasion de sa première allocution dans le bureau Ovale, 5,7 milliards de dollars pour financer les travaux du mur.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président des Etats-Unis a également réclamé, à l'occasion de sa première allocution dans le bureau Ovale, 5,7 milliards de dollars pour financer les travaux du mur.

Atlantico : Dans le cadre de la crise actuelle opposant les démocrates et Donald Trump, le président des Etats-Unis a choisi de s'adresser directement à la population au travers d'une allocution diffusée hier soir. Les propos tenus par Donald Trump ont-ils été de nature à changer la donner sur le blocage actuel ?

Jean-Eric Branaa : Donald Trump a tenté de rallier les Américains à sa cause avec un ton grave, présidentiel, qui voulait donc dramatiser un débat qui l’est déjà très fortement. Il a alors évoqué une crise humanitaire et n’a laissé aucune chance aux arguments avancés par les démocrates, qui ne veulent pas de son mur,  en dressant un inventaire à la Prévert de tous les maux qu’une frontière ouverte apporte à l’Amérique. La rhétorique de Trump ressemble très fortement à celle du candidat Trump, qui utilisait les mêmes mots et les mêmes images.  

L’impression générale est qu’il s’est contenté de reprendre ses thèmes de meetings, en se focalisant contre l’immigration illégale : il a alors demandé que chaque Américain se tourne vers le Congrès pour exiger que la frontière soit sécurisée par un mur. Seule différence peut-être, et certains diront qu’elle est de taille, il y a eu un vrai changement dans cette allocution, avec l’utilisation du mot « barrière », plutôt que celui de « mur ». C’est un élément fort car le « mur » a été maintes fois réclamés par lessupporters de Donald Trump durant la campagne, la foule hurlant « le mur, le mur » à chaque fois que le candidat scandait : « et que voulez-vous à la frontière ? » On peut donc prendre ce changement comme une volonté de sortir de la crise et une concession aux démocrates. 

Il a également évoqué qu’il se « contenterait » que cette barrière soit en acier, plutôt qu’en béton, « puisque c’est ce que veulent les démocrates ». Pas sûr pourtant que cela sera suffisant pour fait bouger les choses d’un seul millimètre. Les points de blocage sont en effet toujours là, notamment parce qu’il a persisté à réclamer la même somme –$5,7 milliards–  pour la construction de ce mur ou cette barrière, quel que soit le nom qu’on lui donne.

Le président américain a multiplié les exemples des maux qui selon lui frappent l’Amérique du fait des frontières ouvertes aux quatre vents. Il a expliqué qu’il n’y a rien d’immoral à construire un mur contrairement à ce que prétendent aujourd’hui les démocrates et fait remarquer que ce sont ces mêmes démocrates qui ont bâti les 1000 kms déjà existant ou qu’ils n’hésitent pas à construire des murs pour sécuriser leurs beaux quartiers, comme dans la Napa Valley en Californie : « ils le font non pas parce qu’ils détestent ceux qui sont à l’extérieur, mais parce qu’ils aiment ceux qui sont à l’intérieur », a-t-il précisé. Il y a aussi eu un mélange un peu grossier dans ses chiffres entre le trafic des narcotrafiquants et du nombre de morts que ces trafics entraînent et celui des morts causés les opiacés, auquel se rapporte plutôt le chiffre de 300 mort par jour qu’il a cité, ou qui peut supporter la comparaison qu’il a faite avec les pertes dans la guerre du Vietnam, alors que les morts par héroïne sont aujourd’hui assez marginaux aux Etats-Unis, en comparaison.
L’ensemble était en réalité assez brouillon et sans logique dans les enchainements, un peu comme cela aurait pu l’être  dans un discours improvisé dans un meeting, alors que ce n’était pas le cas cette fois-ci. On reste donc avec une question unique: pourquoi une allocution présidentielle ce soir? Seule la volonté de la dramatisation du débat l’explique. Le shutdown se poursuit. Peut être l’état d’urgence va-t-il intervenir très vite dans les jours qui viennent?

Que peut-on attendre pour la suite des événements sur cette question, essentielle pour Donald Trump, du mur de séparation entre Etats-Unis et Mexique ? 


La première des conséquences est qu’il ne va pas y en avoir : car rien n’a changé. 
La réaction des démocrates nous l’indique puisque les deux leaders du congrès, à savoir Nancy Pelosi qui est la présidente de la Chambre et Chuck Schumer le leader des démocrates du Sénat, ont refusé l’idée de déloquer des fonds pour ce qu’ils appellent une « solution médiévale ». Chuck Schumer a d’ailleurs réussi à placer la phrase de la soirée en affirmant que le symbole de l’Amérique ne doit pas être un mur mais la Statue de la Liberté. Les deux leaders démocrates ont insisté sur le fait que Donald Trump essaie d’insuffler la peur et qu’il a pris les Américains en otage. Les négociations budgétaire sont donc au point port et 800 000 fonctionnaires ne toucheront pas leur chèque vendredi (on est payé à la fin de chaque semaine aux Etats-Unis)
On remarque surtout que le président Trump n’a finalement pas fait l’annonce que beaucoup croyait voir venir, à savoir le passage à un « état d’urgence », comme il l’a lui-même évoqué dans les jours qui ont précédés. Il a ainsi voulu insister sur l’idée qu’il est un rassembleur et qu’il est aussi en recherche d’une solution, étant certain qu’une telle annonce aurait aussitôt mis le feu aux poudres. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’a pas gardé cette solution en réserve et on peut donc s’attendre à des surprises de ce côté-là. Donald Trump fonctionne quasiment toujours de la même façon, en mettant en scène les événement et en faisant ce que l’on appelle du « teasing », dans le monde du spectacle : il y a une première annonce, qui pourrait être cette allocution, puis une deuxième, qui serait alors son déplacement à McAllen, au Texas, à la frontière même, et qui aura lieu jeudi, puis, peut-être, l’acte final avec l’état d’urgence.
On remarque aussi que, si Donald Trump n’a pas déclenché cet état d’urgence, il a toutefois insisté sur la nécessité impérieuse de ne rien lâcher et d’atteindre son but cette fois-ci coûte que coûte : cela promet donc un blocage total et les accusations mutuelles sur la responsabilité de la crise vont pleuvoir des deux côtés. 
Donald Trump a voulu se placer au-dessus de la mêlée et ce n’est pas complètement réussi. Toutefois il aura certainement réussi dans l’objectif de resserrer ses troupes et de les préparer à une lutte très longue, pour ce qui est en passe de devenir le shutdownle plus long de l’histoire. On comprend aussi que cette bagarre est passée dansune autre dimension : désormais celui qui cèdera le premier perdra très gros : peut-être même la prochaine présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/01/2019 - 11:51
Souvenir et Question
Cet article me rappelle un des commentaires les plus hilarants que j'ai jamais lu sur Atlantico : ''François Fillon nous a présenté le meilleur programme de lutte contre l'immigration clandestine'' !
En pratique, de quoi s'agissait-il ?
D'une seule et unique mesure : essayer de faire passer de 2 à 5% le taux de réussite des expulsions des ''déboutés du Droit d'Asile'' !
Et, sauf erreur, Laurent Wauquiez est exactement sur la même ligne !
Post-scriptum : quelqu'un va inévitablement me poser la question : pourquoi vous intéressez-vous tellement aux Ripoux-Blicains ?
Ma réponse : parce que je sais que la plupart des abonnés de ce site, lourdement handicapés par leur foi chrétienne et la redoutable maladie d'Alzheimer, se révèlent incapables d'envisager une autre possibilité de vote !