En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 4 min 25 sec
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 4 heures 42 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 16 heures 35 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 22 heures 22 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 23 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 21 min 14 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 4 heures 54 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 21 heures 38 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 22 heures 34 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 23 heures 50 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 1 jour 8 min
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Le politiquement correct ne rend pas heureux

Yann Moix & les femmes de 50 ans ou le concentré des contradictions et des illusions de la société françaises

Publié le 09 janvier 2019
« À 50 ans, je suis incapable d'aimer une femme de 50 ans … Je préfère les corps des femmes jeunes, c'est tout. Point. Un corps de femme de 25 ans, c'est extraordinaire" Des propos condamnés vertement et jugés discriminatoires.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« À 50 ans, je suis incapable d'aimer une femme de 50 ans … Je préfère les corps des femmes jeunes, c'est tout. Point. Un corps de femme de 25 ans, c'est extraordinaire" Des propos condamnés vertement et jugés discriminatoires.

Atlantico : Cette situation n'est-elle pas le révélateur d’un échec du politiquement incorrect dont le pouvoir  est sans effet sur le désir des individus, pas plus qu'il ne permet de réconforter les peurs intimes ? 

Bertrand Vergely : Les propos de Yann Moix sont sans intérêt aucun. Ses goûts en matière de femmes qu’est-ce qu’on en a affaire ? Quel besoin d’aller faire des déclarations publiques à ce sujet ? Que de banalité en outre dans ce scoop. C’est ce qu’on  ne cesse d’entendre chez le quinquagénaire  moyen. Que justice toutefois lui soit rendue. Il s’en excuse lui-même en expliquant que cela ne regarde que lui. 
     Les mouvements féministes s’insurgent. Leur réaction est ambigüe. D’un côté ces mouvements n’ont effectivement pas tort. Il est bien évidemment extrêmement méprisant d’entendre dire qu’une femme de cinquante ans, qu’on me pardonne cette expression, n’a qu’à aller se rhabiller, celle-ci n’étant plus consommable. Mais, d’un autre côté,  sauf erreur de ma part, ces mouvements féministes ne remettent pas en question le fond de la question.
      Quand ces mouvements expliquent que toutes les femmes sont consommables et doivent pouvoir l’être, qu’elles aient vingt-cinq ou cinquante ans, elles discutent sur les femmes comme objets de consommation. Ce qui veut dire qu’elles sont d’accord avec Yann Moix. Les femmes sont des objets de consommation. Ensuite trois possibilités s’offrent : les femmes de vingt-cinq ans uniquement (Yann Moix). Les femmes de cinquante ans uniquement. Ou les deux (les mouvements féministes).  
     Là est le problème. Personne ne parle d’amour. Personne ne parle d’une femme en particulier avec un visage et un prénom. Personne ne parle de l’âme de la femme, de son cœur, des émotions liées à l’âme et au cœur. Tout le monde parle de sexe. Tout le monde parle « des femmes ». Tout le ponde parle du corps de la femme. La femme est noyée dans l’anonymat des femmes qui ne sont plus que des corps sans âme et sans visage. 
      Y a-t-il un échec du politiquement correct ? Curieusement non. Il y a le résultat du politiquement correct. Depuis sa création pour quoi lutte-t-il ? Pour que l’on puisse avoir la sexualité que l’on veut, avec le sexe que l’on veut et le partenaire que l’on veut sans discrimination aucune. Pour que p’on puisse être son corps en jouissant de son corps avec tous les corps possibles. Par ses propos Yann Moix s’inscrit dans ce projet et le politiquement correct s’inscrit dans la vision de Yann Moix. 
     Les mouvements féministes s’insurgent. Quand on est en colère on est toujours en colère contre soi. Ces mouvements s’insurgent parce qu’inconsciemment ceux-ci sont furieux d’apercevoir ce qu’ils ont semé. À force de ne parler de la femme qu’en termes de femmes au pluriel, de sexe et de corps pour que tout soit décomplexé, un jour ces mouvements rencontrent ce discours mais pas sous la forme qu’ils aveint imaginée. 
     Certes Yann Moix a dit ce qu’il ne faut pas dire. Mais, à part ça son propos est très politiquement correct et c’est cela qui lui est reproché. Il n’est pas assez correctement politiquement correct.  

Comment comprendre cette injonction paradoxale d'une société qui fait la promotion de la diversité des désirs des uns et des autres, mais qui condamne Yann Moix pour l'expression de ses choix personnels  ? 

Bertrand Vergely. Quand la société permissive entend défendre la liberté du désir et de ses expressions, il s’agit d’une fausse diversité. Derrière cette diversité qui paraît libre, il y a en vérité une diversité très normée. Ainsi, quand on est divers il importe de ne pas avoir de limites dans la diversité. Il importe d’être dans l’ouverture universelle, la tolérance universelle, l’acceptation universelle de tout. Que quelqu’un se mette à être dans la diversité avec une limite. Immédiatement jugé discriminant, il fait l’objet de remontrances afin qu’il change de discours tout en d’abord flagellé puis mis à l’écart, exclu, en un mot discriminé. Paradoxe. Pour lutter contre toute discrimination, l’antiracisme passe son temps à discriminer tous ceux qui sont jugés ne pas être assez anti-discriminants. Yann Moix en a fait les frais. 
     En osant exprimer une réserve dans l’amour qu’io porte aux femmes, en osant préférer la femme de vingt-cinq ans à la femme de cinquante ans. Il a beau dire aimer les femmes, ne les aimant pas toutes de vingt-cinq ans à cinquante ans, il a été jugé discriminant. Et c’est au nom de la lutte contre la discrimination qu’il a été discriminé. 
     On se demande comment, quand on est un adepte de l’amour universel, on peut soudain se fâcher, exclure, ostraciser. On n’a pas compris qu’il n’y a pas plus intolérant que l’amour universel, le propre de l’amour universel étant de haïr tous ceux qui ne font pas preuve d’amour universel`. 

Plus largement, que révèlent  ces propos, cette polémique, son ampleur et l’état de la société ?

Cette polémique révèle trois choses. 
     D’abord que nous avons du temps à perdre en nous passionnant et en polémiquant pour des choses qui n’ont aucun intérêt. 
     Ensuite, que nous sommes en train de faire le plus mauvais usage qui soit de la démocratie. Il y a deux moyens de considérer la liberté d’expression. La première est celle qui consiste à permettre à l’intelligence de s’exprimer. La seconde, celle qui consiste à permettre à la bêtise de s’exprimer. 
     La liberté d’expression a été inventée pour permettre à l’intelligence de s’exprimer face aux tyrans qui veulent l’étouffer. À ce titre, elle n’a jamais été inventée pour parler de tout et de rien n’importe comment en permettant au premier venu de monopoliser la parole. 
     La liberté d’expression est aujourd’hui confisquée par ceux qui expliquent qu’en démocratie toutes les paroles doivent pouvoir se valoir et s’exprimer et notamment la bêtise et la vulgarité. Quand la liberté d’expression est conçue de la sorte, la bêtise prenant le pouvoir on assiste à ce à quoi on a affairez aujourd’hui. 
     La malignité qui ne pense qu’à semer le chaos pour prendre du pouvoir a toujours l’art de susciter des petites phrases et de les attiser. Dès qu’elle découvre dans le langage qui se tient un mot soupçonné de porter des mauvaises intentions, elle déclenche un esclandre en désignant  le coupable afin qu’il soit lapidé. 
     Aujourd’hui, les medias, les politiciens, les mouvements de libération et les extrémismes ont  ne cessent de susciter et d’attiser des petites phrases afin d’en faire des affaires d’État et ainsi de prendre de l’importance. L’affaire Yann Moix en est l’illustration. En disant une petite phrase qu’il ne fallait pas dire, les medias et les mouvements de libération se sont empressés de sauter dessus pour lancer un tollé et ainsi occuper la scène politico-médiatique. 
     Tocquevile dans La démocratie en Amérique avait prédit que la démocratie serait le triomphe de l’opinion et son pouvoir. Il a été prophétique. En partie du moins, il n’a pas vue que la démocratie ne serait pas simplement le triomphe de l’opinion ais l’enfer de l’opinion. 
     Enfin, la démocratie est actuellement dévorée par les minorités hurlantes qui abrutissent les esprits en faisant régner un véritable climat de terreur. Il ,ne s’agit pas là d’un accident mais d’une technique de contrôle social. Pendant que le peuple s’étripe à propos de petites phréqes, les puissants qui dominent le onde vaquent à leurs trafics en toute quiétude. 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 11/01/2019 - 10:36
Yann Moix
n'est en effet guère baisable, pas du tout sexy, que la nana ait 25 ans ou 50 ans .
abracadarixelle
- 09/01/2019 - 17:52
Yann Moix
Qui cela va intéresser si je dis que pour moi, largement au délà de 50 ans, j' estime que Yann Moix n'est pas baisable !
henri beauclerc
- 09/01/2019 - 17:47
Où sont passées les intelligences ?
Comme l'auteur je pense que les propos de Yann Moix sont sans intérêt. Je suis également surpris que les "Féministes" ou "les Chiennes de garde" n'aient pas réagi à la forme qui ravale la Femme au rang d'objet de désir et de bien de consommation sexuelle. Ce qui me hérisse le plus c'est le temps perdu en polémique inutile et la parole confisquée par celles et ceux qui tiennent le crachoir ou qui profitent de leur accès aux médias pour s'exprimer sur un "non-sujet" aussi flagrant. Il doit quand même bien se trouver quelque part des esprits vifs et curieux, d'honnêtes hommes (ou d'honnêtes femmes) au sens du 19ème siècle, des intelligences pour nous donner à apprendre de choses plus intéressantes ou d’événements plus enrichissants, non ? A moins que l'abrutissement et l’hébétement ne soient en somme que les effets recherchés...