En direct
Best of
Best Of
En direct
© JEFF PACHOUD / AFP
Esprit de Nelson Mandela, es-tu là ?
Gilets jaunes contre ordre établi : et s’il y avait 5 choses de part et d’autre qui devaient être entendues sur le point de vue de l’autre, quelles seraient elles ?
Publié le 09 janvier 2019
Entre un gouvernement sourd à l'expression du malaise des Gilets jaunes et un mouvement qui conteste l'autorité et la légitimité du pouvoir, le dialogue est rompu. Les deux parties auraient intérêt à écouter parfois le point de vue de ses opposants pour en arriver à une sortie de crise.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre un gouvernement sourd à l'expression du malaise des Gilets jaunes et un mouvement qui conteste l'autorité et la légitimité du pouvoir, le dialogue est rompu. Les deux parties auraient intérêt à écouter parfois le point de vue de ses opposants pour en arriver à une sortie de crise.

Quels seraient les points que le gouvernement devrait entendre, dans le respect du point de vue de l'autre, dans le cadre de la crise actuelle ? 

 

Pour le gouvernement, l'essentiel serait de se sortir de la tentation du repli sur ses certitudes, notamment sur le plan économique. Il est frappant de constater que le gouvernement use et abuse de son approche qu'il considère comme découlant de la plus pure rationalité économique. Or, il s'agit bien plus d'une croyance que d'une réalité. Il suffit de regarder la nature des débats économiques actuels, par exemple dans le monde anglo-saxon, au plus haut niveau, pour se rendre compte à quel point la vision "macroniste" est dépassée. Les Etats-Unis débattent sur les effets d'une économie à haute pression, du niveau de plein emploi, de la possibilité d'utiliser leurs capacités d'endettement pour soutenir leur économie, ou de savoir jusqu'à quel stade la politique monétaire peut être utilisée pour obtenir l'emploi maximal.

La plus grande partie du monde occidental est sortie de ses sempiternels débats sur les réformes structurelles, sur le respect des déficits comme Alpha et Omega de toute politique. Désormais, le ton est celui de la correction des erreurs des 35 dernières années. Alors que le macronisme est encore plongé dans une réflexion qui date des années 80-90, et qui est curieusement perçue comme une nouveauté par ses soutiens. "Tout le monde sait que ce sont les réformes dont la France a besoin" est la phrase la plus absurde de ces débats, parce qu'elle annonce un bazar de réformes basées sur des a priori de la situation française, souvent en voulant copier l'Allemagne. Mais ceux qui énoncent cette "vérité" ne se sont toujours pas rendus compte, par exemple, que France et Allemagne ont connu le même rythme de croissance sur les 20 dernières années, que le niveau d'investissement en France est supérieur à celui de l'Allemagne, ou que les Etats-Unis ont un déficit commercial depuis 40 ans tout en étant l'économie la plus performante de la planète, ou, plus simplement, que la crise qui touche le pays depuis 10 ans est une crise de la demande.

Le gouvernement doit ouvrir les yeux sur le monde, sur les dégâts provoqués politiquement et économiquement par les mesures dont il se fait le champion. L'objectif est de passer d'une vision centrée sur la "compétitivité" à une vision reposant sur la croissance de l'économie, des niveaux de vie de l'ensemble de la population, et de la réduction des inégalités. Le gouvernement en est resté à une étape antérieure, celle de la théorie du ruissellement et de la compétitivité. C'est la vision de Tony Blair qui a abouti au Brexit. C'est la vision des Clinton qui a permis l'élection de Donald Trump. Cela était la vision de Matteo Renzi qui a permis la victoire de la Ligue et du M5S. Si le camp de la raison veut encore incarner la raison, il ferait donc bien d'ouvrir les yeux.

 

Le second point, pour le gouvernement, serait de bien regarder les résultats de la politique européenne depuis 20 ans. C'est la question de l'euro qui doit être posée, non pas dans son existence en tant que monnaie unique, mais en tant qu'incarnation d'une stratégie politique qui s'est avérée désastreuse pour la plupart de ses membres. L'euro n'est pas qu'une monnaie, l'euro est une politique, et celle-ci peut, et doit, être modifiée pour que l'euro puisse profiter à tous. Dans ce cadre, il peut être utile de comparer la croissance post-crise entre Etats-Unis - qui disposent d'une stratégie reposant sur la demande intérieure - et Europe. Pourtant, la question de la survie de l'euro repose sur sa capacité à se transformer, à s'adapter à la réalité de la situation. L'exemple du résultat de l'industrie automobile est en ce sens frappant : une production en baisse de 40% en France entre 2000 et 2016, même chose pour l'Italie, alors que l'Allemagne produit 10% de véhicules de plus, ces résultats devraient quand même interpeler les politiques. Est-ce que l'euro n'aurait pas joué un rôle dans cette situation ?  

 

Le dernier point, plus politique, consiste justement à regarder la tendance politique amorcée dans les démocraties libérales lors de ces dernières années. Du Japon de Shinzo Abe qui a remporté son élection en 2012 sur la base d'un programme révolutionnaire de croissance (remettant en question tous les dogmes économiques japonais de l'époque), à la victoire du Brexit, de Trump etc…montre que la vague est bien plus large que la France, ou que l'Europe, et qu'elle concerne une remise en question profonde des sociétés occidentales. Si le gouvernement ne veut pas amorcer ce virage lui-même, et justement essayer d'en proposer une version "du cercle de la raison", alors ce seront d'autres qui le feront. Le pays n'y échappera pas, la seule inconnue est de savoir si ce virage de la croissance sera assumé par les "raisonnables" ou par des "irraisonnables", ce qui aboutirait à des résultats désordonnés et potentiellement désastreux. C'est finalement au pouvoir de choisir qui conduira ce virage de la croissance, après le tournant de la rigueur de 1983, qui a été mené, lui aussi, partout dans le monde. Shinzo Abe est parvenu à incarner ce changement au sein d'un parti de gouvernement, tout comme cela a été le cas pour d'autres pays.

 

A l'inverse, quels seraient les points à prendre en compte, du point de vue du gouvernement, par les Gilets jaunes ?  

 

Le premier enjeu a trait à la démocratie directe, au référendum révocatoire, au RIC, qui en réalité n'apportent aucune réponse sur la "bonne" stratégie à poursuive sur le plan politique ou économique pour apporter des résultats aux attentes des Gilets jaunes. Ce ne sont que des outils qui auront pour effet de fragiliser des institutions (la démocratie représentative) qui ne sont pourtant pas démonétisées en raison de leur inefficacité, mais en raison des politiques qui ont été menées lors de ces dernières décennies. C'est le contenu le problème, et non le contenant. Parce que la solidité de ces institutions pourrait s'avérer essentielle pour mener à bien un véritable changement de cap politique et économique du pays. Encore une fois, la défiance ressentie vis-à-vis des élites est si grande que l'on cherche à détruire le "moyen" du pouvoir, mais c'est l'orientation du pouvoir qui pose problème, et non l'outil de son exercice.

Le second enjeu serait de faire le constat que les réponses aujourd'hui apportées par les différents partis dits "populistes" ne sont pas à la hauteur des attentes des Gilets jaunes. Malheureusement, ils sont confrontés à un véritable trou noir concernant l'offre politique, entre des modérés qui restent bloqués dans leurs certitudes, et des extrêmes qui proposent tout et souvent n'importe quoi. La question est donc de porter une pression suffisante sur ces élites pour les contraindre à modifier leur logiciel de pensée, et que celui-ci s'adapte enfin au contexte et aux attentes de la majorité de la population. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tetavana
- 10/01/2019 - 10:58
Une crise de la demande ?
J'ai lu avec stupéfaction cette phrase étrange "la crise qui touche le pays depuis 10ans est une crise de la demande " ….Dans un pays où il est impossible de trouver un jardinier paysagiste QUALIFIE où il faut faire venir des menuisiers du Portugal pour refaire les stalles d'un monument historique classé par l'etat français , où l'on ne trouve personne pour travailler dans l'hôtellerie restauration ni d'ailleurs dans le secteur des services aux personnes âgées, où 1% d'augmentation du pouvoir d'achat signifie (au mieux ) 1% d'augmentation du déficit commercial comment peut on écrire une telle contre vérité?

Evidemment il y a un problème d'offre en France ! Offre d'une main d'oeuvre qualifiée , offre de formation , offre de production de qualité ….On a durant 40 ans systématiquement fait une politique axée sur la demande ….Avec les résultats bien connus , désindustrialisation , chômage structurel très élevé , paupérisation relative de certaines populations compensées par des prélèvements de plus en plus lourds sur le reste …
Ailleurs on en est à autre chose .Bien sur ...Parce qu'on a depuis longtemps passé ce stade ...
lasenorita
- 09/01/2019 - 17:27
Les migrants musulmans.
Tant que nos ''gouvernants'' accueilleront les musulmans avec bienveillance, dans notre pays,ceux-ci continueront à venir chez nous!Les ''migrants'' doivent être reconduits dans le pays d'où ils sont partis voir https://www.breizh-info.com/2018/08/30/1015227/viols-meurtres-agressions-chronique-des-exactions-recentes-commises-par-des-migrants les ''migrants'' augmentent l'insécurité permanente dans laquelle vivent les Français actuellement!


Frangipanier123Paris
- 09/01/2019 - 16:39
Je soutiens à 2000% le message de "la senorita" !
Stopper l'immigration musulmane.
Les ''migrants'', musulmans, doivent se rendre dans les riches pays musulmans et non chez les Européens, qui sont,en majorité, des Chrétiens … ces chrétiens que les musulmans persécutent, égorgent, chassent de leur pays natal.
L'U.E. vient de donner son accord pour accueillir les 49 migrants bloqués en Méditerranée.
L'U.E. va encore donner à Erdogan 640 millions d'euros pour les réfugiés...qui sont, eux aussi ,des musulmans (voir https://fr.yayoo.com/news/turquie-leurope-programme-640-millions-deuros-daide-réfugiés-155600117.html).
Nous n'avons pas fini, en France, de subir des taxes.. taxes...taxes...afin que Macron puisse donner nos sous aux terroristes musulmans qui ne cessent d'affluer dans notre pays, pour bénéficier de notre service de santé (gratuit), des ''aides'', et pour répandre le terrorisme et l'islamisme chez nous.
Pas de musulmans, pas d'attentat!

Note du Transmetteur: même Macron (malgré le pois chiche qui fait drelin-drelin dans son cerveau politique) devrait pouvoir comprendre ça, non ?