En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Droit international
Barèmes de licenciement : la grande réforme du quinquennat est-elle en train de prendre l’eau ?
Publié le 08 janvier 2019
Quelques semaines après la décision rendue par les prud’hommes de Troyes, voici que le conseil d’Amiens rend une décision similaire dans un autre cas en jugeant que le barème d’indemnisation prévu par les ordonnances travail est contraire aux prérogatives de l’OIT. Surtout, les ordonnances empêcheraient les conseils de faire convenablement leur travail en les bridant mais aussi en empêchant de réparer les préjudices.
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelques semaines après la décision rendue par les prud’hommes de Troyes, voici que le conseil d’Amiens rend une décision similaire dans un autre cas en jugeant que le barème d’indemnisation prévu par les ordonnances travail est contraire aux prérogatives de l’OIT. Surtout, les ordonnances empêcheraient les conseils de faire convenablement leur travail en les bridant mais aussi en empêchant de réparer les préjudices.

Jamais deux sans trois ? Dernièrement, le conseil de prud’hommes de Troyes avait rendu un jugement, en faveur d’un ex-salarié licencié, qui ne tenait pas compte des dispositions prévues dans les ordonnances travail. En l’occurrence, la barémisation des indemnités était jugée contraire aux prérogatives de l’Organisation Internationale du Travail.

Mais comme le présente le site Actuel RH, un nouveau conseil a décidé s’engouffrer dans la brèche ouverte par le conseil de Troyes. Dans un jugement du 19 décembre 2018, les prud’hommes d’Amiens ont eux aussi écarté le barème d’indemnisation prévu par les ordonnances travail.

Les prud’hommes contre le gouvernement ?

Dans cette affaire, c’est le cas de Fidèle T. qui était étudié, ex-employé d’un commerce d’alimentation générale licencié pour faute grave. Licenciement jugé « sans cause réelle et sérieuse » et donc donnant lieu à une indemnisation. Or d’après le barème prévu par les ordonnances, la somme était d’environ « un demi-mois de salaire ». 

Le conseil retient, en plus du préjudice financier, un préjudice psychique. Surtout, ils jugent que l’indemnité prévue est trop faible. Finalement, l’entreprise est condamnée à verser 2 000€, un montant largement supérieur à celui initialement annoncé, à son ex-salarié. Là encore, le conseil estime que les textes de 2017 « sont contraires à la convention 158 de l’OIT », faisant écho à la décision rendue par leurs homologues troyens.

Avec deux jugements semblables (Troyes et Amiens) rendus en quelques semaines, il semble y avoir comme le début d’une contestation et d’une défiance vis à vis du gouvernement et des textes de lois passés en 2017. Interrogé par le journal Le Monde, Pascal Lokiec, professeur à l’école de droit de la Sorbonne, estime que « cette résistance est d’autant plus sérieuse et, pour moi, fondée que le raisonnement qui conduit à écarter le barème est très solide, peut-être même imparable, à savoir l’impossibilité qu’ont désormais les juges prud’homaux de réparer de manière adéquate le préjudice d’un salarié injustement licencié. »

A Troyes comme à Amiens, ces jugements devront encore passer les épreuves de la cour d’appel et la cour de cassation. En attendant, les ministères du Travail et de la Justice ne goûte que peu à ces décisions. 

Dans une tribune, le ministère du Travail affirmait que par ces jugements, ce n’est pas la légalité de la grille qui est interrogée mais plutôt « la formation juridique des conseillers prud’homaux ». Une formule qui ne passe pas du tout auprès des principaux intéressés qui jugent ces propos comme étant « extrêmement choquants et inadmissibles ».

En attendant qu’une décision définitive ne soit rendue, avec peut-être l’arrivée d’une nouvelle jurisprudence, chaque conseil est libre de suivre, ou non, le barème d’indemnisation prévu par les ordonnances travail.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 09/01/2019 - 06:45
UNE RÉFORME DE PLUS EN TROMPE L'OEIL?
On nous dit "Dans une tribune, le ministère du Travail affirmait que par ces jugements, ce n’est pas la légalité de la grille qui est interrogée mais plutôt « la formation juridique des conseillers prud’homaux »". Il vaudrait mieux pour la Ministre et sa clique de hauts fonctionnaires que la Cour d'Appel et la Cour de cassation ne s'avisent pas de confirmer une contestation qui semble frappée au coin du bon sens, sinon c'en est fini de cette réforme du droit du travail dont on n'a cessé de nous rebattre les oreilles et qui fait effectivement un peu trop facilement litière des droits du salarié lorsque le licenciement est abusif. De toute manière, cette remise en cause de l'autorité judiciaire par un Ministre fait tache et la Garde des Sceaux, si elle a tant soit peu de consistance , devrait publiquement rappeler à sa collègue du Travail qu'il n'appartient pas à un Ministre de dauber sur la formation des magistrats prud'homaux.
lexxis
- 09/01/2019 - 06:42
UNE RÉFORME DE PLUS EN TROMPE L'OEIL?
On nous dit "Dans une tribune, le ministère du Travail affirmait que par ces jugements, ce n’est pas la légalité de la grille qui est interrogée mais plutôt « la formation juridique des conseillers prud’homaux »". Il vaudrait mieux pour la Ministre et sa clique de hauts fonctionnaires que la Cour d'Appel et la Cour de cassation ne s'avisent pas de confirmer une contestation qui semble frappée au coin du bon sens, sinon c'en est fini de cette réforme du droit du travail dont on n'a cessé de nous rebattre les oreilles et qui fait effectivement un peu trop facilement litière des droits du salarié lorsque le licenciement est abusif. De toute manière, cette remise en cause de l'autorité judiciaire par un Ministre fait tache et la Garde des Sceaux, si elle a tant soit peu de consistance , devrait publiquement rappeler à sa collègue du Travail qu'il n'appartient pas à un Ministre de dauber sur la formation des magistrats prud'homaux.
J'accuse
- 08/01/2019 - 10:53
Une réforme mal pensée et mal votée
Le plafonnement des indemnisations doit avoir pour but d'éviter que des sommes exagérées voulues par les salariés licenciés mettent l'entreprise en danger, même en cas de licenciement abusif. Un demi-mois pour un salarié sans doute payé au Smic, c'est franchement ridicule, et ça rend les ordonnances inapplicables.