En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Tribune
Ne prenons pas Mélenchon pour le dernier des Cons !
Publié le 04 janvier 2019
Depuis plus de 10 ans je défends inlassablement la fin du traditionnel clivage droite gauche, frontière infranchissable, entre deux camps irréconciliables.
Frédéric Lefebvre est un homme politique français. Député de la circonscription des hauts-de-seine jusqu'en 2009, puis secrétaire d'Etat chargé du commerce jusqu'en 2012, il est aujourd'hui vice-président d'"Agir".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lefebvre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lefebvre est un homme politique français. Député de la circonscription des hauts-de-seine jusqu'en 2009, puis secrétaire d'Etat chargé du commerce jusqu'en 2012, il est aujourd'hui vice-président d'"Agir".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plus de 10 ans je défends inlassablement la fin du traditionnel clivage droite gauche, frontière infranchissable, entre deux camps irréconciliables.

Non parce que je suis un technocrate qui se sent au dessus de tout ça. J’ai fait mon droit et pas l’ENA. Non parce que je renierai mes « racines » sociales et familiales de droite. Je les revendique sans effroi. Parce que depuis que j’ai rencontré Chaban, à 23 ans, j’ai compris à son contact, en le voyant agir au quotidien, en portant des messages aux membres du PC, compagnons de résistance, qu’il y a plus grand que chacun de nous, notre pays. Il nous a appris à tendre la main à l’autre, à travailler avec lui, plus encore si son point de vue opposé peut nous faire progresser. Additionner nos différences ! 

Si j’ai théorisé et participé dès 1993 à rendre possible l’ouverture à gauche en 2007, c’est à lui que je le dois. Si j’ai pris la liberté de voter tous les textes, de gauche comme de droite, que je trouvais bon pour la France, y compris lorsque François Hollande était président, c’est en pensant à Chaban. Si j’ai progressivement rompu tout lien avec un Sarkozy, guidé par le sieur Buisson et devenu le Héros malgré lui de la droite tellement sans complexe, qu’elle a fait le lit de l’extrême droite, dans mon inconscient, Chaban n’était pas loin. Si j’ai, seul député à l’UMP de l’époque, travaillé avec Emmanuel Macron lorsqu’il était Ministre, que j’ai voté pour lui dès le premier tour de l’élection présidentielle, c’est qu’il incarne la nouvelle société si chère à Chaban, qui me fait rêver depuis que je suis né ! J’ai souri quand j’ai vu naître le débat du Nouveau Monde contre l’Ancien Monde. Une controverse surannée mais en même temps, tellement d’actualité.

Additionner la droite et la gauche, dans l’intérêt du pays, permet de satelliser les extrêmes ! L’addition des gens raisonnables au service de la transformation indispensable.

Nous y sommes. Le PS et LR sont sous la barre des 10% et se marginalisent chaque jour un peu plus. LREM a pris la place centrale de feu l’UDR. Le MODEM est son allié du centre. A eux deux ils enchaînent les réformes. Agir retisse méthodiquement les fils d’une droite égarée.

LFI et RN sont solidement ancrés sur leurs bases, et n’ont aucune chance de l’emporter démocratiquement, seuls chacun de leur côté. Alors ils vocifèrent, tapent des pieds et multiplient les moulinets. Jusqu’à l’aubaine de la naissance des « gilets jaunes », mouvement si légitime, tourbillon de colère de cette France abandonnée chez qui, au gré des 126 étapes de mon tour de France en 2016, j’ai rencontré le mot « suicide » à chaque coin de rue. Sur les plateaux les invités comme les animateurs ricanaient. Cette France désespérée, aujourd’hui réunie sur les rond-points, j’ai échangé avec elle plusieurs fois par semaine pendant un an. Artisans, agriculteurs, petits commerçants et ouvriers. J’ai dis cette colère. Me suis battu contre le RSI. J’ai défendu bien avant que Benoit Hamon ne la déforme, cyniquement, l’idée du revenu universel. Car je sais qu’il nous faut réinventer un modèle social qui craque de partout.

C’est pourquoi j’ai mal en voyant les fachos, complotistes et autres séditieux faire main basse sur ce mouvement si profond, ancré dans les tréfonds de la surdité de la technostructure qui a mis en coupe réglée le pays depuis 30 ans.

Jean Luc Mélenchon, biberonné au savoir-faire, Mitterrandien, se souvient parfaitement de la réussite de la transgression de son Maître : l’union de la gauche. Son éloge « amoureuse » d’un Drouet, figure de la nouvelle sédition, complotiste à ses heures, anti-immigrés assumé, pourfendeur des institutions démocratiques, organisateur zélé du Tohu-bohu, qui joue à cache-cache avec la police, est tout sauf sincère. Elle est le même calcul cynique que son maître mis brillamment en œuvre en s’alliant avec un Parti communiste encore admirateur de l’URSS. Pour mieux le croquer.

Car il est un peu perdu devant cet épisode de « télé-réalité politique » et voit lui échapper le leadership sur la France en colère. Ses rapports à fleuret moucheté, sans oublier ses quelques œillades appuyées, à une Marine Le Pen, sont les prémices de ceux que certains appellent une alliance contre nature, que je définirai à l’inverse comme la pente naturelle sur laquelle glissent les deux extrêmes satellisées. Il leur faut se réinventer. Élargir leur camp. Recruter des combattants. Car il s’agit bien d’une guerre de mouvement. La jeune Marion maréchal l’a compris et mène par le bout du nez, l’inénarrable Wauquiez. Je décris tout cela dans « Chaos » mon dernier ouvrage chez Michel Lafon.

Tout aussi malin le vieux Mélenchon, qui tenta de séduire Hamon, cherche aujourd’hui à attirer dans les mailles du filet, les identitaires, les antisémites et racistes assumés, les admirateurs des terroristes ukrainiens aux méthodes sanguinaires, qui trouvent le RN trop modéré, pour les utiliser telle de la « piétaille sacrificielle », afin de se tracer une voie de passage chaotique sur le chemin d’un nouveau rassemblement hétéroclite, des « insoumis » de tous poils, l’autorisant à rêver enfin du pouvoir suprême. Il ne veut pas être le dindon de la farce et se faire doubler par un mouvement type 5 étoiles qui au bout du compte s’allie à l’extrême droite en Italie. 
Drouet, poussé à l’illégalité par un élu qui est censé faire la loi, qui flatte son ego et rêve de le voir embastillé, finir en héros sacrifié, pour lâchement ensuite en profiter  ! L’exploitation de l’homme par l’homme… Il tient aujourd’hui par la queue, dans sa grosse patte de Matou madré, un jeune souriceau fasciné, le sieur Drouet. Mélenchon entend bien le stariser, l’utiliser, l’user même avant de le dévorer ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 05/01/2019 - 16:36
@Tetavana
Parfaite analyse.!. Ce genre de politicien n'a qu'un seul objectif: vivre par tous les moyens de la naïveté de ceux qui l'acclament.!. Ce type est un "con" à la façon de Mitterrand dans le sens où rien de ce qu'il propose n'est viable, même avec tous les milliards du monde (voir Chavez.!.). Avec un vrai cynisme, ce type sait qu'il n'aura jamais le pouvoir qu'il est d'ailleurs incapable de gérer. Il ne fait que récupérer la crédulité d'imbéciles endormis aux senteurs du socialo-communisme, ce mensonge qui a déjà fait 90 millions de morts. Mais Mélenchon vit très bien de tout ça, c'est son business.!. Et c'est pour cette raison précise qu'il devient incontrôlable quand la justice met son nez dans ses affaires, parce qu'elle pourrait effectivement l'empêcher de vivre de son système et de ses mensonges. On a vu à ce moment là ce qui compte réellement pour lui.!. Son business.!. Ses ouailles et les français.?; Rien à foutre.!. il est plus que d'autres l'incarnation de ces élites qui vivent sur le dos des français. Et c'est exactement la même chose pour Le Pen.!. La politique comme on la pratiquait au 20 siècle, du temps des 30 glorieuses. Une honte.!.
Tetavana
- 04/01/2019 - 15:06
Trotzcard un jour trotzcard toujours
Mélenchon est un ancien de l'OCI , un groupuscule trotscard particulièrement sectaire ...J'y suis passé aussi et j'y ai rencontré Méluche ….Il y a bien longtemps ….Le principe de base c'était l'entrisme dans tout mouvement populaire ...Ensuite tel le parasite dans le cerveau de l'abeille le militant devait orienter le mouvement vers un but révolutionnaire ….Souvent contraire à son but initial
Peu importait la nature du mouvement : Dans les années 30 des trotskistes avaient tenté d'appliquer cette tactique au parti nazi ...L'intérêt d'un mouvement comme les GJ ne pouvait pas lui échapper car il est quand même plus facile de faire de l'entrisme dans ce genre de mouvements qu ' au PC d'il y a 30 ans ou au RN actuel : Un gilet comme carte d'adhérent ...Une grande gueule ...Parfait ….Avec le grand débat notre Caudillo tient l'occasion d'obtenir ce que jamais les urnes ne lui auraient donné : LE POUVOIR
assougoudrel
- 04/01/2019 - 14:06
Cela m'attriste de ne plus pouvoir dire
"Mélencon tête de chon". Et puis, merde! Je continuerai à le dire.