En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Etats-Unis
Départ de Syrie, visite en Irak : la politique étrangère américaine a-t-elle une cohérence au-delà de la succession de coups joués par Donald Trump ?
Publié le 28 décembre 2018
Et lors de cette visite en Irak, il se pourrait qu'il ait révélé l'identité de membres d'une unité d'élite de l'armée américaine. Donald Trump a en effet publié sur Twitter une vidéo où apparaissent des membres de cette unité.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et lors de cette visite en Irak, il se pourrait qu'il ait révélé l'identité de membres d'une unité d'élite de l'armée américaine. Donald Trump a en effet publié sur Twitter une vidéo où apparaissent des membres de cette unité.

Atlantico : Donald Trump s'est rendu en Irak pour voir les troupes américaines. Il vient d'annoncer qu'il retire ses troupes de Syrie... La politique étrangère de Trump est-elle cohérente ou fonctionne-t-il au coup par coup ?

Eric Branaa:Je ne trouve pas la politique étrangère de Trump incohérente. Je pense que Trump s'est rendu incompréhensible, stratégiquement, pour qu'on ne sache pas dans quelle direction il allait. On avait quand même des éléments pour répondre, puisqu'il avait fait trois discours de politique étrangère pendant sa campagne dans lesquels il indiquait déjà très clairement qu'il avait perçu que les Américains avaient un ras le bol de l'investissement  américain dans le monde entier, de ce rôle de gendarme du monde qu'occupaient les Etats-Unis depuis novembre 1989. C'est vrai que les Américains se sont appuyé sur la puissance financière, la puissance économique et le modèle culturel qui s'imposaient à tous pour s'appuyer sur une puissance militaire et imposer aux pays leur volonté y compris en rétorsion quand ça ne leur plaisait pas. Donald Trump souhaitait que cela cesse. Pour cette raison je ne vois pas d'incohérence. On est depuis hier dans l'affirmation de cette doctrine, avec le souhait de ne plus être gendarme du monde. Il se met donc en conformité avec une autre promesse de campagne - rappeler à l'Otan qu'ils devaient accroître leurs dépenses dans l'Otan et ne pas laisser la facture à la charge des Etats-Unis.   

Trump veut à la fois renouer avec la grandeur américaine et affirme qu'il ne veut plus que les Etats-Unis soient les gendarmes du monde. Ces deux objectifs sont-ils conciliables ? La politique étrangère de Trump qui s'isole peut-elle aller dans le sens d'une grandeur retrouvée ?

 
Oui car le point de vue est un point de vue américain et non pas un point de vue européen. Ce qu'on voit c'est un impérialisme américain qui s'oppose à tous et qui s'impose à tous et cela donne l'illusion que c'est ça la grandeur des Etats-Unis. Pour les Américains, ce qu'ils voient, c'est qu'ils dépensent de l'argent dans tous les pays du monde - comme l'a dit Donald Trump "dont dans des pays dont les Américains n'ont jamais entendu parler". Et en échange ils ne gagnent pas de la reconnaissance mais des reproches sur leur impérialisme. Ils étaient vertement critiqués pour cet investissement. Pour Trump, la grandeur de l'Amérique c'est obtenir de la reconnaissance, être craint, mais que l'on respecte les Américains pour ce qu'ils sont. Le softpower n'est plus à l'ordre du jour pour Donald Trump. C'est une vraie rupture avec les Républicains du début du XXe siècle dont Donald Trump semblait pourtant s'inspirer en faisant du monde un terrain économique uniquement: réagir par la géoconomie, trouver de nouveaux contrats dans le monde entier. Peut-être est-ce une vision court-termiste qui trouvera ses limites dans le temps.           

Trump multiplie les échanges avec la Chine, la Corée du nord, le Mexique, le Canada. A quoi pourrait ressembler la politique étrangère de Trump dans les prochains mois, sur les prochaines années ? 

Il veut laisser les peuples disposer d'eux-mêmes, voire imposer un service. Les pays qui ont besoin de la protection des Etats-Unis vont devoir passer à la caisse. C'est ça la nouvelle politique de Donald Trump. Pour autant il ne se retire pas des terrains de jeux. Il compte rester en Irak, expliquant que cela devenait une base pour intervenir au Proche-Orient au cas où. Les Etats-Unis ne se sont pas totalement retirés de leur rôle de gendarme: Iran, Palestine, Israël. Il s'est aussi beaucoup attaqué au renseignement, il a essayé de le remodeler, en le mettant au service de la présidence et non au service des Etats-Unis, ce qui n'a pas manqué d'arc-bouter les services. Donald Trump a l'intention de faire infléchir le multilatéralisme sur l'aspect militaire, qui risque de s'arrêter. Sur le renseignement, il risque aussi de faire cavalier seul ce qui pourrait se traduire par des tensions de plus en plus fortes avec les chefs d'Etat étrangers. Le plus étonnant, c'est qu'en se retirant il laisse le terrain pour d'autres pays. Il semblerait qu'on va avoir un nouvel ordre mondial, avec une place accrue pour la Chine. Mais Donald Trump avait dit lors de sa campagne que le rôle de gendarme du monde plombait la concurrence faite par les Etats-Unis. Peut-être que son objectif c'est d'inciter la Chine à dépenser plus sur les interventions dans le monde pour pouvoir concurrencer davantage la Chine sur le plan économique, ce qui a l'air de rester l'obsession première de Donald Trump. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Donald Trump, Irak, soldat, visite
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 29/12/2018 - 16:41
Syrie ou l'Ohio profond.
J'ai oublié de finir le titre.
ajm
- 29/12/2018 - 16:36
La Syrie ou le
Pour une fois je suis presque d'accord avec Ganesha. Trump et le peuple américain n'en n'ont rien à faire de la Syrie , pays en ruine , totalement divisé, où ils n'ont aucun intérêt majeur et que des coups à recevoir Si Poutine veut y dépenser de l'argent russe qu'il mégote à ses retraités à 200 euros par mois, c'est son affaire et celui de ses électeurs.
Ganesha
- 28/12/2018 - 14:50
Les Chinois !
Atlantico nous propose des articles dont les auteurs sont manifestement incapables d'admettre la ''Pentecôte'' !
C'est pourtant un fait : l'Esprit Saint, le simple bon sens, a enfin éclairé un président américain !
C'était cependant, depuis des décennies, une évidence : ce pays n'a strictement aucun intérêt à mettre même le bout d'un petit doigt dans l'engrenage diabolique du conflit qui oppose les sunnites et les chiites au Moyen-Orient !
Imaginez-vous, au 16ème siècle, une brigade de ''casques bleus'' de l'époque, des Sioux, des Cherokees ou des Navajos, venir en France pour s'interposer dans les massacres de la St Barthélémy ?
Évidemment, il y a la ''question essentielle'' : la survie d'Israël.
L'erreur a probablement été de réserver l'intégralité des financements électoraux pour Hillary Clinton !
Et ce texte se termine par une conclusion parfaitement grotesque : les chinois sont des gens beaucoup trop intelligents pour ''s'embarquer dans cette galère'' !