En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 27 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 8 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 52 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 12 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 53 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 11 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 18 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 16 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 5 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 27 sec
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 37 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Fondamentaux

Petit rappel sur le sens chrétiens de la fête de Noël à ceux qui ne voient plus que les cadeaux

Publié le 25 décembre 2018
Partage, charité, recueillement... Noël est bien plus qu'une simple fête où l'on s'offre des cadeaux.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Partage, charité, recueillement... Noël est bien plus qu'une simple fête où l'on s'offre des cadeaux.

Atlantico : Noël est une fête chrétienne, qui marque la naissance de Jésus une nuit à Bethléem. Quel est le sens originel à donner à ce moment important de la vie chrétienne ?

Bertrand Vergely : Dans la vision que les hommes ont de la réalité, il y a trois perceptions possibles de celle-ci. 
     La première, la plus courante consiste à penser que la réalité se limite à la vie matérielle et humaine. Il s’agit là de la vision matérialiste, humaniste et athée qui aujourd’hui prévaut dans notre monde. 
     La seconde vision consiste à penser qu’il existe un principe supérieur d’existence au-delà du monde matériel et humain. Il s’agit là de la vision monothéiste qui peut prendre diverses formes On la trouve dans l’idéalisme et le réalisme des Anciens en Grèce. Elle est présente dans le judaïsme et dans l’islam.  On la trouve dans la vision moderne d’un Dieu horloger commee chez Voltaire, ou bien dans le Grand Tout organisateur des néo-gnostiques du new age. Dans tous les cas, bien que ce principe premier puisse prendre des formes très diverses, on a affaire à la même idée : un principe organisateur premier supra-mondain et supra-humain. 
     Enfin, il y a une troisième vision possible qui est la vision proprement chrétienne laquelle consiste dans l’idée que non seulement il existe un principe organisateur source de toute chose mais que ce principe ou Dieu s’est fait homme. Ce qui est une révolution. 
     Les êtres humains aspirent à une forme de perfection. C’est un fait universel traversant toutes les cultures depuis leur origine. Quand on vit dans la perfection, la vie est sauvée. Elle vaut la peine d’exister. Il vaut la peine qu’on existe. Il est vital de se perfectionner. Un problème se pose cependant : comment se perfectionner ? 
     Quand on a affaire à une approche courante, on est condamné à l’idéalisme. Au héros, au surhomme et au trans-humain pour les démarches matérialistes, humanistes et trans-humanistes. Ou à la religion idéale pour les démarches monothéistes. Avec l’idée que Dieu se fait homme tout change. 
     Nul besoin d’idéal, d’idéalisme, de héros, de surhomme, de trans-humain, de religion idéale, le salut se trouvant au fonde de la matière et de l’homme. Le salut, la perfection sont présents dans le monde comme dans l’homme de toute éternité. C’est la nouvelle inouïe que vient apporter la naissance du Christ. D’où l’idée totalement subversive comme quoi il n’y a pas à sauver le monde ainsi que l’homme. Ils sont sauvés. 
     Bien sûr, pour nous qui vivons dans de grandes difficultés, cette idée apparaît comme surréaliste. Et pourtant, c’est là l’idée la plus sage et la plus juste qui soit. Regardons nous. qu’est-ce qui crée le chaos dans lequel nous vivons ? Le fait de vivre dans la peur et de désirer nous sauver par nos propres moyens. Qu’est-ce qui nous sauve ? Le fait de laisser agir le salut qui est à de toute éternité. 
     Les structures de tout ce qui existe comme de l’humanité sont parfaites à un point qu’on ne peut pas imaginer. Le Christ est venu le confirmer. La vie humaine qui est fragile et mortelle n’est pas un obstacle pour la vie divine. Au contraire. 
     Un jour quand nous vivrons un Noël de la connaissance et de l’économie nous découvrions les structures parfaites de l’existence. Nous cesserons de nous agiter comme nous le faisons et nous ferons miracle sur miracle. Seule notre incrédulité et notre ignorance nous empêchent d’accéder aux structures divines de notre être comme de toute chose. 

Noël véhicule un certain nombre de valeurs chrétiennes, dont le partage, la charité, c'est aussi un moment de recueillement. D'où vient l'idée de faire des "cadeaux" et que signifiait, à l'origine, ce geste ? N a-t-il pas été un peu galvaudé aujourd'hui ?

Le christianisme est fondé sur la vérité, cette vérité résidant dans la structure divino-humaine de l’humanité. Ceci veut dire que l’homme est un être autant lié au visible qu’à l’invisible, à l’humain qu’au du divin. Quand on aborde l’existence il importe de toujours respecter ce principe d’équilibre. Si il y a partage sur le plan visible il doit y avoir partage sur le plan invisible. S’il y a nourriture ou don sur le plan visible il doit y avoir nourriture et don sur le plan invisible. On devrait toujours respecter cet équilibre divino-humain. Il s’avère qu’on ne respecte pas. D’où la crise morale endémique que connaissent nos sociétés, le divin étant sans cesse sacrifié sur l’autel de la matière et de l’humain. 
     Nous vivons actuellement en pleine régression. Et, pour tout dire, nous marchons sur la tête. Quand on ne vit pas les structures divines de la matière comme de l’homme,  ne connaissant pas la perfection, on vit dans le manque et la frustration. Vivant dans le manque et dans la frustration on se rassure avec un déluge de nourriture et de cadeaux. La vraie nourriture se trouve dans la connaissance. Quand on ne se nourrit pas de connaissance, on se venge sur la nourriture et sur l’alcool. Quant aux cadeaux, réactivant le rite du don et du contre-don leur but est d’apaiser la violence. Comme nous ne vivons pas les structures parfaites de notre humanité, nous sommes menacés par la violence. Comme nous sommes menacés par la violence, nous anticipons celle-ci par des rituels de don et de contre don. Dans les sociétés humaines, des plus primitives aux plus modernes, le gaspillage sert à défouler la violence collective. C’est ce à quoi nous assistons. Noël pourrait être une fête de la lumière.  Noël devrait être une fête de la lumière. Notre monde qui a perdu ses racines divines et christiques et qui s’en félicite a transformé cette fête extraordinaire en un moment de ripailles sur fond de tribalisme social et familial. La fête de la lumière qu’est Noël est devenue une fête sans lumière. Il suffit d’écouter les medias en ces temps de Noël. L’homme important devrait être le Christ. C’est le chef cuisinier d’un grand restaurant ou le marchand de jouets video. Cet accent mis sur la matière est révélateur. On ne donnerait pas autant d’importance à la matière si inconsciemment on n’était pas gêné. On est inconsciemment gêné. Il y a quelque chose de faux dans ce déluge de matière. C’est dommage, c’est triste de passer Noël avec de la gêne dans le cœur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Noël, Fêtes, christianisme
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 25/12/2018 - 11:39
@Ganesha
Si vous voulez vous instruire sans catéchisme, lisez donc "L'évangile selon Pilate" d'Eric Emmanuel Shmitt !
Juvénal
- 25/12/2018 - 11:19
Noël
Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis !
Ganesha
- 25/12/2018 - 11:13
Tournée Planétaire ?
La question essentielle qui se pose dans la décision de Dieu d'envoyer son fils comme messager, cette année là, en Palestine, pour apporter un complément à la Loi de la Jungle, un peu barbare et simpliste, qu'Il avait institué pendant la Genèse, c'est que notre Créateur devait pourtant connaître l'état des moyens de communication sur cette planète.
Avait-Il prévu que Jésus ferait successivement une ''tournée planétaire'' ?
Il a finalement fallu attendre 1492 pour que ce soit Christophe Colomb qui apporte enfin le message du Christ aux peuples des Amériques.
Cet explorateur gênois était donc le ''successeur du Fils de Dieu'' ?
Nous devons alors nous demander : pourquoi Jésus a-t-il décidé de renoncer, après cette première expérience ?
A-t-Il trouvé la crucifixion trop douloureuse, ou, s'est-Il rendu compte que son message avait été très mal compris, et s'était incarné dans une religion complètement dévoyée ?