En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Naohiko Hatta / POOL / AFP
Vraiment ?
Xi Jinping annonce que la Chine ne veut pas dominer le monde... enfin pour l’instant
Publié le 21 décembre 2018
S’exprimant dans le cadre d’un discours célébrant les 40 ans de la réforme de l’économie chinoise, le président chinois Xi Jinping s’est voulu rassurant. Il a notamment promis que le développement de son pays ne saurait empiéter sur les intérêts des autres nations.
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S’exprimant dans le cadre d’un discours célébrant les 40 ans de la réforme de l’économie chinoise, le président chinois Xi Jinping s’est voulu rassurant. Il a notamment promis que le développement de son pays ne saurait empiéter sur les intérêts des autres nations.

Atlantico : Comment appréhender ce discours dans le cadre de la guerre commerciale qui se joue actuellement notamment avec les Etats-Unis ?

Barthelemy Courmont : Xi Jinping s'est en fait montré à la fois rassurant et inquiétant. Notons quelques citations qui illustrent cette ambigüité dans son discours. Il déclare d'abord que "la Chine ne peut pas se développer isolément du monde, mais le monde a également besoin de la Chine pour la prospérité mondiale". Cette phrase est rassurante, en ce qu'elle réaffirme la volonté de Pékin de privilégier le libre-échange, à l'heure des guerres commerciales de Donald Trump. Elle marque aussi la volonté de la Chine de jouer un rôle de leader sur la scène internationale, ce qui contraste avec les postures adoptées, il y a 40 ans, par Deng Xiaoping. Une autre citation va dans le même sens, mais est plus ambigüe, quand Xi déclare que "un grand pays comme la Chine mérite de grandes ambitions". On ne saurait contester cet état de fait, et le président chinois met en avant, au-delà des ambitions, les responsabilités de la Chine sur la scène internationale. Mais il convient cependant de rester prudent quant à la nature de ces "ambitions". Une autre citation, plus dure, montre que Xi adopte un discours qui contraste avec celui de ses prédécesseurs, quand il affirme que "personne n'est en position de dicter au peuple chinois ce qu'il devrait ou ne devrait pas faire". S'agit-il d'un constat (car de fait, aucun pays ne peut aujourd'hui dicter à la Chine sa conduite, pas même les Etats-Unis), ou d'une mise en garde? Cette phrase est, à mon sens, la plus importante du discours de Xi Jinping, précisément parce qu'elle est à double sens, et indique que Pékin refuse désormais de jouer les seconds rôles et les critiques que les puissances occidentales peuvent formuler à son égard.

Ce genre de déclaration n'est-elle pas paradoxale  quant on constate  notamment la multiplication des traités bilatéraux avec les pays de l'ASEAN qui ont vidé l'organisation de son utilité ?

Il y a de nombreux traités bilatéraux entre la Chine et les pays d'Asie du Sud-est, mais il y a aussi, depuis 2010, une zone de libre-échange avec l'Asean, même si l'ensemble des pays de l'Association ne l'a pas encore signée. On relève le même type de tendance dans d'autres régions, y-compris en Europe. L'approche du libre-échange à la chinoise repose à la fois sur un statu quo, à savoir le maintien et le soutien aux organisations en place, régionales ou internationales; et sur un révisionnisme, à savoir la mise en place de nouveaux canaux, essentiellement en vue de palier à un dysfonctionnement des organisations existantes. Là où l'Union européenne reste résolument attachée aux structures existantes, et est donc une puissance du statu quo, et là où les Etats-Unis de Donald Trump semblent tomber dans le révisionnisme en remettant en cause tout ce qui ne fait plus les affaires de Washington, la Chine gagne sur les deux tableaux. En étant une puissance à la fois du statu quo et révisionniste, la Chine se distingue des autres pôles de puissance, et c'est à son avantage.

Et concernant les nouvelles routes de la soie ?

Les nouvelles routes de la soie sont, de par le montant des sommes engagées et annoncées, une obsession pour Pékin. Elles sont aussi, potentiellement, en capacité de bouleverser durablement les équilibres internationaux. Mais attention cependant. Derrière le slogan, il y a des pratiques qui relèvent dans certains cas d'approches régionalisantes, et dans d'autres cas se traduisent par des accords bilatéraux. Prenez le cas du dialogue 16+1, qui regroupe la Chine et les 16 pays d'Europe centrale et orientale (PECO). Ces forums, annuels, offrent de belles opportunités de rencontre et créent une entité régionale qui n'existait pas jusqu'alors. Mais les accords, eux, se font de manière bilatérale, parfois même en mettant en compétition les PECO. On relève la même chose avec l'Asean, ou dans les sommets Chine-Afrique qui, depuis 2000, regroupent la Chine et tous les pays africains et donnent ainsi une impression de dialogue à échelle régionale. Mais dans les faits, les accords se font directement entre Pékin et les Etats récipiendaires des sommes engagées dans le cadre de l'initiative de la ceinture et de la route.

Enfin peut-on vraiment prendre ces déclarations au sérieux lorsque l'on se penche sur le cas de Hong-Kong ?

Soyons clair, il n'y a pas de cas de Hong-Kong pour la Chine. Ou plus exactement, ce cas a été réglé avec la rétrocession et la perspective de 2047, qui mettra un terme au statu spécial de l'ancien territoire britannique. Pour les observateurs étrangers, Hong-Kong est un laboratoire de ce que fait la Chine dans ce qu'elle identifie comme son espace, avec évidemment des enseignements précieux pour Taiwan. Aussi il faudra continuer à suivre attentivement les développements politiques hongkongais, qui sont inquiétants. Mais pour la Chine, Hong-Kong est désormais en voie d'intégration dans la région de la rivière des perles, et la construction récente du pont reliant Hong-Kong à Macao ne fait que l'illustrer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
06.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
07.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires