En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 43 min 48 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 2 heures 39 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 4 heures 42 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 6 heures 14 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 6 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 18 heures 25 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 1 heure 8 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 3 heures 19 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 6 heures 14 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 18 heures 44 min
© Naohiko Hatta / POOL / AFP
© Naohiko Hatta / POOL / AFP
Vraiment ?

Xi Jinping annonce que la Chine ne veut pas dominer le monde... enfin pour l’instant

Publié le 21 décembre 2018
S’exprimant dans le cadre d’un discours célébrant les 40 ans de la réforme de l’économie chinoise, le président chinois Xi Jinping s’est voulu rassurant. Il a notamment promis que le développement de son pays ne saurait empiéter sur les intérêts des autres nations.
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S’exprimant dans le cadre d’un discours célébrant les 40 ans de la réforme de l’économie chinoise, le président chinois Xi Jinping s’est voulu rassurant. Il a notamment promis que le développement de son pays ne saurait empiéter sur les intérêts des autres nations.

Atlantico : Comment appréhender ce discours dans le cadre de la guerre commerciale qui se joue actuellement notamment avec les Etats-Unis ?

Barthelemy Courmont : Xi Jinping s'est en fait montré à la fois rassurant et inquiétant. Notons quelques citations qui illustrent cette ambigüité dans son discours. Il déclare d'abord que "la Chine ne peut pas se développer isolément du monde, mais le monde a également besoin de la Chine pour la prospérité mondiale". Cette phrase est rassurante, en ce qu'elle réaffirme la volonté de Pékin de privilégier le libre-échange, à l'heure des guerres commerciales de Donald Trump. Elle marque aussi la volonté de la Chine de jouer un rôle de leader sur la scène internationale, ce qui contraste avec les postures adoptées, il y a 40 ans, par Deng Xiaoping. Une autre citation va dans le même sens, mais est plus ambigüe, quand Xi déclare que "un grand pays comme la Chine mérite de grandes ambitions". On ne saurait contester cet état de fait, et le président chinois met en avant, au-delà des ambitions, les responsabilités de la Chine sur la scène internationale. Mais il convient cependant de rester prudent quant à la nature de ces "ambitions". Une autre citation, plus dure, montre que Xi adopte un discours qui contraste avec celui de ses prédécesseurs, quand il affirme que "personne n'est en position de dicter au peuple chinois ce qu'il devrait ou ne devrait pas faire". S'agit-il d'un constat (car de fait, aucun pays ne peut aujourd'hui dicter à la Chine sa conduite, pas même les Etats-Unis), ou d'une mise en garde? Cette phrase est, à mon sens, la plus importante du discours de Xi Jinping, précisément parce qu'elle est à double sens, et indique que Pékin refuse désormais de jouer les seconds rôles et les critiques que les puissances occidentales peuvent formuler à son égard.

Ce genre de déclaration n'est-elle pas paradoxale  quant on constate  notamment la multiplication des traités bilatéraux avec les pays de l'ASEAN qui ont vidé l'organisation de son utilité ?

Il y a de nombreux traités bilatéraux entre la Chine et les pays d'Asie du Sud-est, mais il y a aussi, depuis 2010, une zone de libre-échange avec l'Asean, même si l'ensemble des pays de l'Association ne l'a pas encore signée. On relève le même type de tendance dans d'autres régions, y-compris en Europe. L'approche du libre-échange à la chinoise repose à la fois sur un statu quo, à savoir le maintien et le soutien aux organisations en place, régionales ou internationales; et sur un révisionnisme, à savoir la mise en place de nouveaux canaux, essentiellement en vue de palier à un dysfonctionnement des organisations existantes. Là où l'Union européenne reste résolument attachée aux structures existantes, et est donc une puissance du statu quo, et là où les Etats-Unis de Donald Trump semblent tomber dans le révisionnisme en remettant en cause tout ce qui ne fait plus les affaires de Washington, la Chine gagne sur les deux tableaux. En étant une puissance à la fois du statu quo et révisionniste, la Chine se distingue des autres pôles de puissance, et c'est à son avantage.

Et concernant les nouvelles routes de la soie ?

Les nouvelles routes de la soie sont, de par le montant des sommes engagées et annoncées, une obsession pour Pékin. Elles sont aussi, potentiellement, en capacité de bouleverser durablement les équilibres internationaux. Mais attention cependant. Derrière le slogan, il y a des pratiques qui relèvent dans certains cas d'approches régionalisantes, et dans d'autres cas se traduisent par des accords bilatéraux. Prenez le cas du dialogue 16+1, qui regroupe la Chine et les 16 pays d'Europe centrale et orientale (PECO). Ces forums, annuels, offrent de belles opportunités de rencontre et créent une entité régionale qui n'existait pas jusqu'alors. Mais les accords, eux, se font de manière bilatérale, parfois même en mettant en compétition les PECO. On relève la même chose avec l'Asean, ou dans les sommets Chine-Afrique qui, depuis 2000, regroupent la Chine et tous les pays africains et donnent ainsi une impression de dialogue à échelle régionale. Mais dans les faits, les accords se font directement entre Pékin et les Etats récipiendaires des sommes engagées dans le cadre de l'initiative de la ceinture et de la route.

Enfin peut-on vraiment prendre ces déclarations au sérieux lorsque l'on se penche sur le cas de Hong-Kong ?

Soyons clair, il n'y a pas de cas de Hong-Kong pour la Chine. Ou plus exactement, ce cas a été réglé avec la rétrocession et la perspective de 2047, qui mettra un terme au statu spécial de l'ancien territoire britannique. Pour les observateurs étrangers, Hong-Kong est un laboratoire de ce que fait la Chine dans ce qu'elle identifie comme son espace, avec évidemment des enseignements précieux pour Taiwan. Aussi il faudra continuer à suivre attentivement les développements politiques hongkongais, qui sont inquiétants. Mais pour la Chine, Hong-Kong est désormais en voie d'intégration dans la région de la rivière des perles, et la construction récente du pont reliant Hong-Kong à Macao ne fait que l'illustrer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires