En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Avancée

Les bâtiments zéro carbone ne suffisent pas à la Norvège, le pays en construit désormais qui produisent de l'énergie

Publié le 19 décembre 2018
Alors que l'UE vise la neutralité énergétique pour tous les bâtiments en 2020, la Norvège va plus loin avec des constructions qui produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment.
Françoise Thellier est énergéticienne, spécialisés dans l'évaluation de la qualité des ambiances, ou comment maximiser le confort des enceintes habitées en réduisant les consommations d'énergie. Ses travaux de recherche portent sur la modélisation des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Tellier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Thellier est énergéticienne, spécialisés dans l'évaluation de la qualité des ambiances, ou comment maximiser le confort des enceintes habitées en réduisant les consommations d'énergie. Ses travaux de recherche portent sur la modélisation des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'UE vise la neutralité énergétique pour tous les bâtiments en 2020, la Norvège va plus loin avec des constructions qui produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment.

Atlantico : Pouvez-vous rappeler ce qu'est un bâtiment à énergie positive ? Leur construction présente-t-elle des difficultés particulières ?


Françoise Tellier : Il s'agit d'un bâtiment qui, à l'échelle d'une année, produit plus d'énergie qu'il n'en consomme. Il faut donc qu'il consomme très peu pour pouvoir ensuite produire le complément d'énergie. Cela passe par du solaire photovoltaïque ou thermique, ou bien de la cogénération, c'est-à-dire un système qui produit à la fois de la chaleur et électricité ; par exemple en brûlant du gaz ou des granulés de bois pour le chauffage, on actionne une turbine qui va produire de l'électricité. Transporter l'électricité est plus facile que de transporter la chaleur. Ainsi, les centrales électriques thermiques génèrent de la chaleur qui n'est quasiment pas récupérée, notamment car elle est difficile à transporter.
Il peut y avoir un coût plus élevé à la construction, car certains systèmes sont complexes, mais à long terme ça s'amortit puisque l'énergie excédentaire est revendue et le bâtiment en consomme peu. Par ailleurs, les bâtiments à énergies positives sont plus difficiles à mettre en place dans certaines zones géographiques, dans le nord de la France par exemple. Dans le sud, moins froid et plus ensoleillé, c'est plus facile, la consommation en chauffage est moins élevée.


Une construction existante peut-elle être convertie en bâtiment à énergie positive ? 

On y arrive plus facilement avec du petit tertiaire (deux ou trois étages) ou des maisons individuelles. C'est plus difficile avec une tour de quinze étages, avec beaucoup d'occupants donc une consommation d'énergie plus élevée. Plus largement, les bâtiments relativement récents qui consomment peu peuvent être convertis, mais c'est difficile avec les bâtiments anciens qui sont des "passoires énergétiques" ; or il faut plutôt une construction économe en énergie. 
Par ailleurs, le chauffage électrique, majoritaire en France est plutôt incompatible avec le bâtiment à énergie positive, mais il existe des bâtiments tellement bien isolés que l'on peut les chauffer avec très peu d'énergie. On peut aussi remplacer les matériaux existants par des matériaux plus écologiques et obtenir une isolation meilleure ou équivalente : par exemple en remplaçant la laine de verre ou le polystyrène par de la laine de bois ou de mouton.

L'exemple norvégien peut-il inspirer la France ?

Il faut se méfier du fait que les pays du nord sont plus en avance d'un point de vue thermique et énergétique. A vouloir importer les idées du nord, on provoque parfois des catastrophes. Ainsi on a construit dans le sud de la France des "maisons passives" allemandes, très isolées mais avec une ventilation naturelle très faible. Ces bâtiments chauffent très fort en été et les gens recourent à la climatisation qui est consommatrice d'énergie.
Pour le sud de la France, il faut des bâtiments avec une ventilation naturelle traversante, la possibilité d'occulter les baies vitrées, des matériaux à lourde inertie comme la brique [qui vont rafraîchir ou réchauffer lentement le bâtiment ndlr]. Dès la conception architecturale, il faut prévoir des fenêtres dont l'agencement permet la circulation de l'air. En Allemagne, les pics de chaleurs sont moins importants que dans le sud de la France, et on chauffe davantage l'hiver.


Quel rôle les bâtiments à énergie positive peuvent-ils jouer dans la transition énergétique et la lutte contre le dérèglement climatique ? L'urgence ne consiste-t-elle pas à isoler le bâti existant ?

Il faut avoir en tête que le bâtiment neuf c'est 1% du parc immobilier, donc si ce 1% est à énergie positive, ça va dans la bonne direction, c'est important d'expérimenter de nouvelles technologies, mais ce n'est pas comme ça que l'on parviendra à réduire substantiellement la consommation et à lutter contre le dérèglement climatique. En France, nous avons des logements très gourmands en énergie, qui consomment 10 à 20 fois plus que les bâtiments éco-construits. Le bâtiment est responsable de 50% de notre consommation d'énergie et de 30% de nos émissions de gaz à effet de serre.
Donc la rénovation de la totalité des bâtiments serait un levier considérable.  Nous en avons les moyens technologiques, on sait isoler les bâtiments en béton, et il y a un potentiel de création d'emplois important. Il est important de faire les rénovations d'un bloc, car souvent les propriétaires font des rénovations "par morceaux" qui terminent en catastrophe (en installant des fenêtres isolantes à la place de fenêtre anciennes qui laissaient passer l'air et sans prévoir de ventilation, on peut se retrouver avec de la moisissure, par exemple).
Si l'on fait un parallèle avec les véhicules, actuellement aide les particuliers avec une prime à la casse et l'on n'a pas le droit de vendre une voiture qui est une "épave". En revanche dans le bâtiment, on a le  droit de vendre une "épave" énergétique, et c'est un problème. Concernant les bâtiments construits après-guerre et dans les années 60-70, c'est souvent de l'habitat social où gens sont locataires, donc c'est au public de s'en charger. Pour les particuliers, il faut développer les incitations fiscales et les aides à la rénovation qui existent déjà.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 20/12/2018 - 08:29
Le paradis écologiste ( après le paradis socialiste )
Pourtant , malgré cet " Eldorado " écologique , la Norvège se garde bien d'abandonner sa production pétrolière , qui , somme toute lui permet de financer ces folies pour amuser la galerie . Les pays comme la France dangereusement endettés ne peuvent pas se le permettre ... Le ratio coût - production est minable
J'accuse
- 19/12/2018 - 11:31
Trop facile !
J'ai fait construire et j'habite une maison individuelle à énergie positive, sans faire de tralala, sans article dans la presse, sans aucune compétence personnelle, en faisant appel à un constructeur "normal" faisant travailler des artisans "normaux".
Vous voulez la recette ? Habiter dans le sud de la France, avoir une exposition sud, isolation BBC, de grandes baies vitrées, pompe à chaleur, panneaux photovoltaïques, pas de climatisation mais des ventilateurs.
Je peux amortir mes panneaux solaires (chinois) en vendant mon électricité bien plus cher que je l'achète, ce qui est possible avec les taxes que tout le monde paye sur sa facture.
Sans taxe, ce n'est pas rentable: ce qui pose tout de même question quant à la généralisation du photovoltaïque... Et financer l'industrie chinoise avec des taxes payées par les Français, ça doit déranger aussi, non ?
Pour la Norvège, j'ai des doutes sur le rendement solaire: les rayons, même en été, sont trop bas sur l'horizon pour que les panneaux aient une bonne efficacité.
Guy Bernard
- 19/12/2018 - 10:02
rien de nouveau
nous avons largement la technicité et les moyens de construire des bâtiments à énergie positive ; c'est un probleme politique.
reste à savoir ce qu'en pensera EDF.