En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Tous connectés
Objectif web : la moitié du monde est désormais connectée à internet et voilà ce que ça change
Publié le 14 décembre 2018
Réseaux sociaux, blockchain, ubérisation, interconnexions, il n'est pas interdit de penser que les innovations qui ont bouleversé nos sociétés auront le même impact dans les pays qui découvrent encore le web.
David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Fayon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réseaux sociaux, blockchain, ubérisation, interconnexions, il n'est pas interdit de penser que les innovations qui ont bouleversé nos sociétés auront le même impact dans les pays qui découvrent encore le web.

Atlantico : La couverture Internet s'étend à grande vitesse. L'Afrique, notamment, est en pleine explosion. Quel sera l'impact de ce "tous connectés" sur nos sociétés ?

David Fayon : Oui, l’augmentation à la fois du nombre d’internautes, de la couverture et de la qualité du réseau (3G, 4G, bientôt 5G) est un fait. Ainsi nous recensions selon Internet World Stats  4,2 milliards d’internautes dans le monde fin juin 2018 soit 55 % de la planète. Plus d’un citoyen sur deux a accès à Internet désormais. Néanmoins ce chiffre comporte des disparités. En effet, en Amérique du Nord, 95 % des citoyens ont accès à Internet et 85 % en Europe alors qu’en Asie le chiffre frôle les 50 % et qu’en Afrique c’est environ 1 sur 3. Le potentiel de croissance dans le monde passe par l’Afrique qui, par ailleurs, reste en plein boom démographique avec des projections à 4 milliards de personnes, ce qui ne va pas par ailleurs sans poser des défis planétaires pour leur développement sans fuite de cerveaux ou départs massifs de migrants espérant un eldorado ailleurs. Notons qu’en Chine où le nombre d’internautes est supérieur à celui des Etats-Unis, pays où a été développé Arpanet, l’ancêtre d’Internet, le décollage s’est effectué avec les téléphones portables et non avec les PC, ce qui explique les succès d’outils comme Alipay ou WeChat. En Afrique, les habitants connaissent la « sublimation numérique » ou le passage direct de la révolution agricole à une économie basée sur le numérique avec le téléphone portable en shuntant la révolution industrielle, du reste polluante pour la planète. Des entreprises comme Google par exemple ont bien compris le potentiel économique et social du développement de la connectivité et d’une population massivement connectée à Internet en misant sur le projet O3b (other three billion). Celui-ci consiste à connecter les 3 autres milliards de citoyens dépourvus d’accès à Internet. Il s’agit là de pouvoir réduire la fracture numérique qui s’ajoute à d’autres fractures dont souffrent les populations : fracture sociale, fracture rurale, fracture générationnelle, fracture éducationnelle.
Pour l’évolution de la couverture d’Internet, il convient également de nuancer. En effet, 99 % du trafic Internet transite par des câbles sous-marins qui supportent de très hauts débits, ce sont les grands axes de l’autoroute Internet. Ceci a pour corollaire des pays moins bien desservis notamment ceux qui sont situés à intérieur et qui n’ont pas d’accès à la mer. Ces pays sont tributaires d’autres pour le relais de l’information. Ainsi les pays d’Afrique centrale auront plus de difficulté à acheminer l’information que les pays côtiers.
L’impact d’une société où nous serions « tous connectés » change notre rapport au temps, à l’espace, à l’action, à l’économie et c’est déjà quasiment le cas en Occident pour les 15-30 ans. Cette société « holonumérique » nécessite aussi un contre-pouvoir dans la vie physique pour ne pas être totalement et uniquement dans le numérique mais avoir des ponts entre le monde physique et le monde numérique et avoir le meilleur des deux mondes. On parle de phygital (physique + digital). Des évolutions sociétales arrivent comme le droit à la déconnexion où la France a légiféré car les porosités entre vie personnelle et vie professionnelle sont de plus en plus fortes avec le passage dans le monde du travail d’une obligation de moyens à une obligation de résultat et son corollaire le télétravail et des heures plus choisies que subies. Globalement il existe de bons côtés grâce au numérique, l’augmentation du champ des possibles, des actions qui n’étaient pas réalisables jadis avec par exemple la réalité virtuelle, un plus grand accès à l’information. Mais a contrario, nous avons un phénomène de cyberdépendance et d’addiction que l’on constate tous les jours. Il suffit de voir dans les gares les personnes rivées les yeux derrières un écran ou même les piétons qui sont plus happés par leur smartphone que par l’attention à la circulation. En ce sens, un recul critique et une éducation au numérique sont des préalables nécessaires.

Peut-on imaginer que l'intercommunication modifie la structure des pays, notamment leur économie pour amener une nouvelle forme de société ?


Toute introduction de nouvelle technologie a des impacts. Déjà Internet est le Cinquième pouvoir après les 3 pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) et celui des médias. On l’a constaté avec les réseaux sociaux et la nouvelle façon de s’informer qui vient en complément des médias traditionnels même si le regard critique de l’information est à rechercher et qu’une diète informationnelle qui consiste à privilégier la qualité sur la quantité ainsi que le discernement est à opérer. On a vu que les réseaux sociaux pouvaient présenter des aspects positifs pour la démocratie avec en même temps une crainte de l’establishment et du pouvoir en place car la communication lui échappe. Par exemple, un certain empressement à vouloir légiférer sur les fake news bizarrement avant que n’éclatent certaines affaires dérangeantes. Nous passons avec Internet et le Web 2.0 d’un mode descendant et en silos à un mode collaboratif et apprenant.
Au-delà d’Internet, nous avons le phénomène blockchain. Ces structures d’égal à égal sont de nature à modifier les responsabilités, les prises de décision, lesquelles sont partagées. C’est le cas avec Internet et cela le sera bientôt avec la blockchain. Grâce à Internet, de nouveaux acteurs ont pu émerger et disrupter des entreprises traditionnelles ayant tardées à opérer leur transformation digitale. Par exemple Uber pour les taxis, Airbnb pour l’hôtellerie.
La question de l’ubérisation de la société et du politique se pose. On avait déjà eu un avant-goût avec le printemps arabe et l’importance des réseaux sociaux dans le phénomène pour mobiliser la population, véhiculer l’information, etc. On le constate un peu avec les gilets jaunes aujourd’hui. Les nouveaux moyens de communication structurent ou restructurent la société qui n’a pas les mêmes enjeux que jadis avec une circulation très rapide de l’information, la possibilité de mener des actions collectives, etc. Cela fait peur aux acteurs historiques qui perdent la maîtrise. Le maître des horloges n’est pas celui que l’on croît ou qui prétend l’être. C’est l’un des enjeux emportés par Internet même si, d’un point de vue économique, ce sont les GAFA qui donnent le ton quant aux services de demain et les rapports entre l’homme et les solutions numériques proposées. 
Dans un futur plus lointain, il s’agit dans les sociétés d’appréhender le rôle des machines voire la personnalité juridique du robot !

En termes d'importance, peut-on considérer la généralisation d'Internet comme l'équivalent des grandes étapes du progrès, comme l'imprimerie ?


Internet est aujourd’hui un bien vital comme l’eau, l’électricité. Internet permet un accès à l’éducation, au soin, un développement du commerce et tout l’écosystème autour d’Internet tire une croissance atone. Comme vous m’aviez demandé en première question, c’est aussi une opportunité pour l’Afrique avec l’usage du téléphone portable pour le paiement ou le transfert de monnaie entre personnes. Des sociétés en France comme Be-Bound y oeuvrent. Il s’agit d’une étape décisive pour l’humanité comme le fut l’imprimerie dans la connaissance et la diffusion du savoir. Internet, c’est l’opportunité de relier plus de 5 milliards de cerveaux et des objets intelligents entre eux pour multiplier le champ des possibles. Il reste la question de l’éthique et de savoir de ce que l’on en fera. Si Internet est un bon serviteur c’est aussi un mauvais maître. Une question pourrait se poser : Internet doit-il être un service public ou qui serait supra-national avec un très haut niveau de sécurité car toutes les couches de l’économie sont dépendantes d’Internet ?
Concrètement, on peut considérer comme Jeremy Rifkin qu’Internet est la quatrième révolution, après les révolutions agricoles, industrielles, des services. Mais en approfondissant, il existe deux révolutions s’agissant d’Internet, Internet proprement dit avec les infrastructures, les télécommunications. Et Internet avec les données, là où se situe l’or transparent du XXIe siècle avec aussi les algorithmes associés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
04.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires