En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© BORIS HORVAT / AFP
Gilets jaunes de tous les pays...
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
Publié le 12 décembre 2018
Économiste mondialement reconnu pour ses travaux sur les inégalités (à l'origine, notamment, de la courbe de l'éléphant), Branko Milanovic répond aux questions d'Atlantico sur les enjeux soulevés par le mouvement des Gilets Jaunes.
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Économiste mondialement reconnu pour ses travaux sur les inégalités (à l'origine, notamment, de la courbe de l'éléphant), Branko Milanovic répond aux questions d'Atlantico sur les enjeux soulevés par le mouvement des Gilets Jaunes.

Atlantico : Jusqu'à quel point pourrions-nous expliquer le mouvement des Gilets jaunes en France en tant qu'expression de la colère de la partie basse du graphique de l'Éléphant – révélant la faible progression des revenus des classes moyennes et populaires occidentales au cours des 30 dernières années en comparaison du reste de la population mondiale, principalement en faveur des plus riches -et en tant que miroirs des électeurs de Trump ou du Brexiters?

Branko Milanovic : Je pense que tous les mouvements d'insatisfaction de la classe moyenne au sein des démocraties occidentales, qu'ils soient exprimés par le Brexit, l'élection de Donald Trump, ou par des manifestations plus énergiques comme en Allemagne et maintenant en France, peuvent être liés, de manière générale, à deux facteurs.

Le premier est la faible croissance des revenus observée au cours des vingt dernières années et le sentiment d'insécurité lié aux emplois de la classe moyenne, à la difficulté de trouver de bonnes écoles pour les enfants des familles vivant avec des moyens modestes et à l'évolution du paysage culturel de ces pays en raison de l'immigration.

Le deuxième facteur est le sentiment pour les classes moyennes que de telles préoccupations sont ignorées par les politiciens de toutes tendances. Ceci, à mon avis, explique l'incapacité des principaux partis politiques à trouver des alternatives. Cette incapacité à trouver une alternative découle du fait qu'ils ne sont guidés par aucune idéologie claire. Les électeurs semblent chercher - presque au hasard - un parti ou un individu qui sera différent des partis traditionnels afin de voter pour lui.

Emmanuel Macron, pas moins que Donald Trump ou l'alliance Di Maio-Salvini, a été un bénéficiaire de cette recherche systématique d'une alternative. Je pense que le mécontentement est encore plus grand maintenant en France, car Emmanuel Macron ne semble finalement pas très différent des gouvernements précédents et, à certains égards, il pourrait même être considéré comme philosophiquement plus éloigné des préoccupations de la classe moyenne.

Pourtant, les inégalités en France ont plus ou moins été contenues depuis les années 80, malgré une croissance inférieure à celle des Etats-Unis par exemple, mais cela n'aura pas suffi pour préserver le pays de ces manifestations. N'est-ce pas un rappel qu'une plus grande égalité dans une économie à faible croissance ne suffit pas ? Qu'est-ce que cela signifie pour les responsables politiques français ?

Comme vous le mentionnez, la France n'a pas connu d'augmentation d'inégalité comparable à celle des États-Unis ou du Royaume-Uni (bien que dans ce dernier cas, le niveau d'inégalité est plus ou moins constant depuis une 20e d'années). Je pense que la question clé est la lente croissance des revenus de la classe moyenne. Bien sûr, si vous combinez cela avec une très forte croissance du revenu aux États-Unis, le ressentiment sera peut-être encore plus grand.

Je pense que ce diagnostic nous amène à la conclusion qu’une croissance plus rapide, une amélioration du pouvoir d’achat, est absolument cruciale. Mais le problème est que personne ne voit exactement comment cela est réalisable à l’Ouest dans des conditions de libre circulation des capitaux et de différences salariales entre travailleurs occidentaux et asiatiques (voire d’Europe de l’Est) de 3 à 5 contre 1. Le type actuel de mondialisation a donc créé un cadre structurellement hostile aux classes moyennes occidentales, qui dépendent pour la plupart de leurs revenus du travail et n’ont aucun revenu de capital significatif.

Emmanuel Macron en a probablement tiré la même conclusion (en ce qui concerne la croissance), mais il pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a changé entre 1980 et aujourd'hui. Les facteurs structurels que j'ai mentionnés (mondialisation, libre circulation des capitaux) n'existaient pas, ou du moins pas dans la même mesure, dans les années 1980.

Comment voyez-vous les politiques futures qui pourraient évoluer en réponse à la colère de la classe moyenne ?

Il me semble que ce que les gouvernements occidentaux essaient de faire maintenant, c’est, d’une part, de tirer parti de la mondialisation (comme le fait Trump dans sa guerre commerciale avec la Chine, ou ses tentatives de réforme de l’ALENA et de l’OMC), et beaucoup moins systématiquement, d'introduire certaines mesures de redistribution, comme dans le discours de "concession" d'Emmanuel Macron de ce 10 décembre. Il sera intéressant de voir si les concessions faites par Emmanuel Macron lors cette intervention sont durables ou non. Et, ce qui est peut-être plus important, de savoir si Emmanuel Macron - aujourd'hui considéré comme le champion d'une mondialisation basée sur des règles - ne va pas en devenir le détracteur en réformant sur le modèle de Donald Trump.

C'est un moment semblable à celui qu'a connu François Mitterrand en 1983, mais à l'envers. Mitterrand a réalisé que la France pouvait s'accorder avec la mondialisation et les privatisations, Macron pourrait se rendre compte que la France pourrait aider à défaire certains aspects de la mondialisation telle que nous la connaissons aujourd'hui. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
06.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
07.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 15/12/2018 - 09:21
Je ne vois pas de modèle "
Je ne vois pas de modèle " Tatchérien " dans le programme de Macron . Au contraire , on apprend que la fonction publique a encore augmenté . Ce qui faisait la base de la politique de la Dame de fer a été de réduire fortement les dépenses publiques , diminuer les impôts . Je vois plutôt le contraire dans la politique de Macron ... Encore du journalisme approximatif
Rocla
- 14/12/2018 - 21:46
Mais qu'y a t-il de vraiment
Mais qu'y a t-il de vraiment thatchérien dans la politique de Macron, lui qui continue d'endetter les français en dépensant toujours plus en impôts et taxes et charges ? Lui qui ne touche pas aux syndicats et à leur pouvoir exorbitant ? Macron mène un politique socialiste, keynésienne et n'a réalisé aucune réforme de fond. Ils est bien plus proche de Hollande ou Chirac que de Thatcher !
cloette
- 14/12/2018 - 00:12
Il y a de moins en moins d
Il y a de moins en moins d'Eurolâtres, ce sont les gouvernances qui le sont depuis N Sarkozy surtout .