En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 4 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 6 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 9 heures 57 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 14 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 35 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 9 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 29 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 31 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 12 heures 59 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 14 heures 58 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 34 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 31 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 27 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Gilets jaunes de tous les pays...

Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"

Publié le 12 décembre 2018
Économiste mondialement reconnu pour ses travaux sur les inégalités (à l'origine, notamment, de la courbe de l'éléphant), Branko Milanovic répond aux questions d'Atlantico sur les enjeux soulevés par le mouvement des Gilets Jaunes.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Économiste mondialement reconnu pour ses travaux sur les inégalités (à l'origine, notamment, de la courbe de l'éléphant), Branko Milanovic répond aux questions d'Atlantico sur les enjeux soulevés par le mouvement des Gilets Jaunes.

Atlantico : Jusqu'à quel point pourrions-nous expliquer le mouvement des Gilets jaunes en France en tant qu'expression de la colère de la partie basse du graphique de l'Éléphant – révélant la faible progression des revenus des classes moyennes et populaires occidentales au cours des 30 dernières années en comparaison du reste de la population mondiale, principalement en faveur des plus riches -et en tant que miroirs des électeurs de Trump ou du Brexiters?

Branko Milanovic : Je pense que tous les mouvements d'insatisfaction de la classe moyenne au sein des démocraties occidentales, qu'ils soient exprimés par le Brexit, l'élection de Donald Trump, ou par des manifestations plus énergiques comme en Allemagne et maintenant en France, peuvent être liés, de manière générale, à deux facteurs.

Le premier est la faible croissance des revenus observée au cours des vingt dernières années et le sentiment d'insécurité lié aux emplois de la classe moyenne, à la difficulté de trouver de bonnes écoles pour les enfants des familles vivant avec des moyens modestes et à l'évolution du paysage culturel de ces pays en raison de l'immigration.

Le deuxième facteur est le sentiment pour les classes moyennes que de telles préoccupations sont ignorées par les politiciens de toutes tendances. Ceci, à mon avis, explique l'incapacité des principaux partis politiques à trouver des alternatives. Cette incapacité à trouver une alternative découle du fait qu'ils ne sont guidés par aucune idéologie claire. Les électeurs semblent chercher - presque au hasard - un parti ou un individu qui sera différent des partis traditionnels afin de voter pour lui.

Emmanuel Macron, pas moins que Donald Trump ou l'alliance Di Maio-Salvini, a été un bénéficiaire de cette recherche systématique d'une alternative. Je pense que le mécontentement est encore plus grand maintenant en France, car Emmanuel Macron ne semble finalement pas très différent des gouvernements précédents et, à certains égards, il pourrait même être considéré comme philosophiquement plus éloigné des préoccupations de la classe moyenne.

Pourtant, les inégalités en France ont plus ou moins été contenues depuis les années 80, malgré une croissance inférieure à celle des Etats-Unis par exemple, mais cela n'aura pas suffi pour préserver le pays de ces manifestations. N'est-ce pas un rappel qu'une plus grande égalité dans une économie à faible croissance ne suffit pas ? Qu'est-ce que cela signifie pour les responsables politiques français ?

Comme vous le mentionnez, la France n'a pas connu d'augmentation d'inégalité comparable à celle des États-Unis ou du Royaume-Uni (bien que dans ce dernier cas, le niveau d'inégalité est plus ou moins constant depuis une 20e d'années). Je pense que la question clé est la lente croissance des revenus de la classe moyenne. Bien sûr, si vous combinez cela avec une très forte croissance du revenu aux États-Unis, le ressentiment sera peut-être encore plus grand.

Je pense que ce diagnostic nous amène à la conclusion qu’une croissance plus rapide, une amélioration du pouvoir d’achat, est absolument cruciale. Mais le problème est que personne ne voit exactement comment cela est réalisable à l’Ouest dans des conditions de libre circulation des capitaux et de différences salariales entre travailleurs occidentaux et asiatiques (voire d’Europe de l’Est) de 3 à 5 contre 1. Le type actuel de mondialisation a donc créé un cadre structurellement hostile aux classes moyennes occidentales, qui dépendent pour la plupart de leurs revenus du travail et n’ont aucun revenu de capital significatif.

Emmanuel Macron en a probablement tiré la même conclusion (en ce qui concerne la croissance), mais il pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a changé entre 1980 et aujourd'hui. Les facteurs structurels que j'ai mentionnés (mondialisation, libre circulation des capitaux) n'existaient pas, ou du moins pas dans la même mesure, dans les années 1980.

Comment voyez-vous les politiques futures qui pourraient évoluer en réponse à la colère de la classe moyenne ?

Il me semble que ce que les gouvernements occidentaux essaient de faire maintenant, c’est, d’une part, de tirer parti de la mondialisation (comme le fait Trump dans sa guerre commerciale avec la Chine, ou ses tentatives de réforme de l’ALENA et de l’OMC), et beaucoup moins systématiquement, d'introduire certaines mesures de redistribution, comme dans le discours de "concession" d'Emmanuel Macron de ce 10 décembre. Il sera intéressant de voir si les concessions faites par Emmanuel Macron lors cette intervention sont durables ou non. Et, ce qui est peut-être plus important, de savoir si Emmanuel Macron - aujourd'hui considéré comme le champion d'une mondialisation basée sur des règles - ne va pas en devenir le détracteur en réformant sur le modèle de Donald Trump.

C'est un moment semblable à celui qu'a connu François Mitterrand en 1983, mais à l'envers. Mitterrand a réalisé que la France pouvait s'accorder avec la mondialisation et les privatisations, Macron pourrait se rendre compte que la France pourrait aider à défaire certains aspects de la mondialisation telle que nous la connaissons aujourd'hui. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 15/12/2018 - 09:21
Je ne vois pas de modèle "
Je ne vois pas de modèle " Tatchérien " dans le programme de Macron . Au contraire , on apprend que la fonction publique a encore augmenté . Ce qui faisait la base de la politique de la Dame de fer a été de réduire fortement les dépenses publiques , diminuer les impôts . Je vois plutôt le contraire dans la politique de Macron ... Encore du journalisme approximatif
Rocla
- 14/12/2018 - 21:46
Mais qu'y a t-il de vraiment
Mais qu'y a t-il de vraiment thatchérien dans la politique de Macron, lui qui continue d'endetter les français en dépensant toujours plus en impôts et taxes et charges ? Lui qui ne touche pas aux syndicats et à leur pouvoir exorbitant ? Macron mène un politique socialiste, keynésienne et n'a réalisé aucune réforme de fond. Ils est bien plus proche de Hollande ou Chirac que de Thatcher !
cloette
- 14/12/2018 - 00:12
Il y a de moins en moins d
Il y a de moins en moins d'Eurolâtres, ce sont les gouvernances qui le sont depuis N Sarkozy surtout .