En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© YE AUNG THU / AFP
C'est vieux

Mais combien mesure vraiment l’univers ? La cosmologie voit ses certitudes ébranlées

Publié le 09 décembre 2018
La communauté scientifique semble traverser une "crise" en ce qui concerne le calcul de la taille de l'univers.
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La communauté scientifique semble traverser une "crise" en ce qui concerne le calcul de la taille de l'univers.

Atlantico : D'après de récents articles de presse, la communauté scientifique semble traverser une "crise" en ce qui concerne le calcul de la taille de l'univers. Sur quoi reposent ces dissensions ?

Olivier Sanguy : En effet, le terme "crise" est parfois employé dans des articles de journaux, mais je préfère y voir la façon dont la science avance. Il n’y a pas de dogme en science, car elle progresse en se remettant en cause. Il peut y avoir, comme en cosmologie, un modèle dit standard qui fait consensus, mais ça ne veut surtout pas dire que les scientifiques vont chercher coûte que coûte en permanence à défendre ce modèle. Au contraire. Je ne suis pas moi-même scientifique, mais en écoutant les astronomes, astrophysiciens, planétologues ou cosmologistes (pour rester dans le domaine de l’astronomie et encore j’oublie des tas de disciplines), j’ai appris très vite que les modèles théoriques étaient acceptés par les chercheurs avec leurs limites et défauts. Ce qui signifie que ces limites et défauts sont intégrés au modèle et surtout pas ignorées. À ce sujet, il y a un excellent livre qui est récemment sorti : Big-bang - Comprendre l'univers depuis ici et maintenant par le cosmologiste français Jean-Philippe Uzan. En ce qui concerne la dissension sur la taille de l’univers, plus exactement sur la vitesse de son expansion d’ailleurs, elle vient du fait qu’on ne trouve pas les mêmes chiffres selon les méthodes de mesure !

Quelles sont les différentes méthodes utilisées pour calculer la taille de l'univers ?

Pour rester simple, une première méthode consiste à mesurer le décalage dans le rouge de certaines sources dont on connaît les caractéristiques. Par exemple des étoiles de type céphéides ou les supernovae de type Ia. Le décalage dans le rouge de leur lumière dépend de la vitesse à laquelle elles s’éloignent de nous. En mesurant de telles sources situées dans des galaxies, on mesure donc la vitesse à laquelle une galaxie s’éloigne de nous et donc la vitesse de l’expansion de l’univers. Bien évidemment, il faut tenir compte du mouvement propre de cette galaxie (qui peut se rapprocher d’une autre) et de tas d’autres paramètres, y compris les limites de l’instrument utilisé pour la mesure. De fait, on ne se contente pas d’une mesure sur une galaxie et d’un seul instrument. On cumule les mesures et on fait un énorme travail sur les données. La loi de Hubble (d’après l’astronome américain Edwin Hubble mort en 1953 et non d’après le télescope spatial qui porte son nom !) dit que plus une galaxie est loin de nous et plus elle s’éloigne vite, signe d’une expansion de l’univers. Notons que depuis octobre 2018 on doit dire loi de Hubble-Lemaître pour reconnaître le travail parallèle déterminant de l’astrophysicien belge Georges Lemaître. C’est cette découverte qui entraîna peu après le modèle du Big Bang. Avec les mesures issues des céphéides et des supernova de type Ia, on obtient une valeur moyenne de l’expansion de l’univers de 73 kilomètres par seconde par mégaparsec (un parsec est une unité de distance en astronomie et vaut 3,26 années-lumière). Mais en employant une autre méthode de mesure qui fait appel à l’étude du Fond Diffus Cosmologique (lumière émise 380000 ans après le Big Bang et décalée dans les micro-ondes en raison de l’expansion de l’univers), on en déduit 67 kilomètres par seconde par mégaparsec. Bien évidemment, il y a des fourchettes d’erreur. L’ennui, c’est qu’elle ne se recoupent pratiquement pas ou pas du tout selon les résultats et les méthodes.

L'énergie noire, étudiée de plus en plus précisément ces dernières années, s'insère désormais dans ce débat autour de la taille de l'univers. Quel est son rôle ?

L’énergie noire, ou sombre, est une énergie dont on ne connaît pas la nature et qui accélère l’expansion de l’univers. Et pour ne pas confondre, rappelons que la matière noire, ou sombre, est cette matière dont on voit les effets gravitationnels (notamment sur les galaxies) mais qu’on ne parvient pas à observer dans l’ensemble du spectre électromagnétique. Actuellement, on estime que l’énergie noire représente 68,3 % du bilan masse/énergie de l’univers, la matière noire 26,8 % et la matière dite ordinaire (les atomes qui nous composent par exemple) 4,9 %. L’énergie noire joue-t-elle un rôle dans la différence de mesure de l’expansion de l’univers ? Peut-être. Certains avancent que cette énergie, ou la matière noire, aient pu changer depuis le Big Bang. En effet, on remarque que la méthode de mesure avec les céphéides et les supernovae repose sur ces objets qui sont plus «proches» (toutes proportions gardées) en comparaison de celle qui fait appel au Fond Diffus Cosmologique qui remonte au début de l’univers (en astronomie, regarder loin en distance, c’est regarder loin dans le temps). Peut-être que les lois de la physique ne sont pas exactement partout les mêmes dans l’univers, mais ce serait vraiment révolutionnaire. Peut-être que, plus simplement, nous ne comprenons pas suffisamment les mécanismes des céphéides ou des supernovae de type Ia et qu’en retour elles ne sont pas des repères aussi fiables que ça. Il peut aussi y avoir des imprécisions quant à notre interprétation du Fond Diffus. Enfin, d’autres pointent le fait que cette dissension sur les mesures trahit une faille dans le modèle standard et qu’il convient donc, non pas de le réformer, car ce serait probablement exagéré de le dire, mais de le faire évoluer. Je n’y vois rien de choquant. La science avance ainsi par petites touches. Les révolutions sont rares en science et résultent dans la grande majorité d’une accumulation de petites touches. C’est ce qu’explique, bien mieux que moi d’ailleurs, Jean-Philippe Uzan dans le livre que je citais précédemment.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
espace, univers, science
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
siger99
- 09/12/2018 - 11:29
@J'accuse
Les climatologues sont aux scientifiques ce que les atrologues sont aux astronomes. Ceci dit, article très instructif. On attend avec impatience le nouvel Einstein qui saura résoudre ces contradictions surtout en ce qui concerne la matière noire.
J'accuse
- 09/12/2018 - 11:21
Jamais de certitude en science
J'apprécie beaucoup de lire des phrases comme "il n’y a pas de dogme en science", et les suivantes. Il faudrait que les climatologues s'en inspirent.
patafanari
- 09/12/2018 - 11:18
L'univers mesure 14,6 centimètres
Quand on le regarde d'en haut en clignant légèrement les yeux.