© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Litterati

Le nouvel Onfray

Publié le 02 décembre 2018
Le philosophe Michel Onfray aurait-il changé de braquet ? On peut se poser la question après la parution de « La stricte observance, avec Rancé à la Trappe », déclaration d’amour à la foi chrétienne.
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le philosophe Michel Onfray aurait-il changé de braquet ? On peut se poser la question après la parution de « La stricte observance, avec Rancé à la Trappe », déclaration d’amour à la foi chrétienne.

Avec une éloquence que certains lui envient, Michel Onfray occupe l’espace médiatique. Ses traits font mouche, il en a mouché plus d’un. Auteur de plusieurs milliers de pages, Nietzschéen « de gauche », « hédoniste camusien », Onfray dope les audiences. Un penseur sachant capter les lumières de l’époque,  c’est rare, les écrivains  n’étant pas tous« bons à l’oral ». En outre, ce philosophe « populaire » possède un vibrato qui résonne (raisonne) bien. Avec sa voix, sa chemise blanche et sa jactance, Onfray intellectualise la grogne « made in France ». Il offre un supplément de culture à ceux qui, l’écoutant   dans la gaieté duveteuse du spectacle, réalisent ce qu’il leur manquait. L’émetteur parle au plus grand nombre décadence et civilisations. Sa science est « populaire » par essence : elle pense dans le bon sens. Il y a le peuple (« sur lequel s’exerce le pouvoir », rappelle le philosophe normand, lecteur de Tocqueville (normand lui aussi), et les élites. Fils d’un ouvrier agricole, Onfray conteste « l’orgueilleux centralisme » de la France « d’en –haut », qu’incarnerait Emmanuel Macron. On se souvient de sa lettre évoquant le « double corps du roi ». Avec ce « selfie », d’une insondable laideur photographique, s’étalait sur la place publique, à tout le moins, une faute de communication, et de quoi virer tout un service de presse, mais rien qui puisse justifier cet appel au meurtre. « La haine est toujours insistante », soulignait Camus. À force d’être ordurier, le libelle a raté son coup. Les lecteurs se pinçaient le nez.  Cette violence verbale - qui aurait intéressé Barthes - ouvrait les vannes de la violence tout court. Extrêmement intelligent, très intuitif, Michel Onfray- qui défendit partout « cette satire diogénienne », a –t-il pressenti que nous finissions par être las ? Que son discours était monolithique ? Que nous savions d’avance, avant la parution de tel ou tel essai, ce qu’il allait signifier ?  Ou s’est- il  donné la mission de simplement relater , par la littérature, sans béquille idéologique,  sans œillères, sans parti, sans rien que sa plume, ses dictionnaires, comme font les écrivains, l’accablement « humain trop humain » du deuil  qui le serrait de trop près ? 

La mort de son père, celle de sa femme, et la menace que fait peser sur lui son second AVC, ont-ils précipité une certaine lassitude quant à ce rôle qu’il jouait si bien de personnage- un peu fatiguant tout de même-, « d’homme révolté » tous terrains ?  Voici en tous cas que Michel Onfray change, dans ses œuvres, comme dans la vie. Les uns s’étonnent qu’il ait tiré aussi facilement un trait sur son « université populaire de Caen » (« France-Culture » refusant de poursuivre la diffusion de ses cours)- « j’arrête cela fait seize ans que je me bats » ( cf. Le Figaro) ; les autres, stupéfaits par cette haine qui sourd de la « Lettre à Macron », ne veulent plus  le lire. A tort. Qui a-t-il de plus vrai, en effet, que l’homme tenant dans ses bras le corps de son père ? De plus vrai que celui serrant contre lui la dépouille de la femme aimée ? L’autre Onfray est né de ce malheur. Son essai « La stricte observance, avec Rancé à la Trappe » (Gallimard), en hommage à Chateaubriand, lui- même auteur de « Vie de Rancé » (1844), consacré à l'abbé Armand Jean Le Bouthillier de Rancé, est magnifique. « Vanités, tout est vanités », chuchote en substance ce nouvel Onfray, qui a lu « l’Ecclésiaste » . Chateaubriand et sa « Vie de Rancé » inspire le philosophe athée au point que, suivant « L’Enchanteur » malouin, il s’est enfermé- lui aussi- au monastère de la Trappe, pour comprendre la foi. « À la lisière de la grande forêt de la Trappe, au XVIIème siècle, l'Abbé de Rancé lança la réforme de l'Ordre cistercien ». « Quand on franchit le portail de l’abbaye, (…) on entre avec soi, c’est-à-dire avec rien », dit Onfray. Voulant mettre à l’épreuve « l’ascétisme incandescent du christianisme », l’auteur donne à voir « Les moines portant cette sagesse antique dans notre modernité » « L’abbaye ne sent rien (…) Y passer une journée comme le fit Chateaubriand quand il prévoyait sa « Vie de Rancé » ou plus de douze mille, comme Rancé lui-même, c’est une seule et même chose : l’unique   façon d’approcher      l’éternité c’est d’immobiliser le temps dans la répétition », conclut Michel Onfray.

« A quoi la « Vie de Rancé » peut-elle nous convertir, nous qui avons lu Marx, Nietzsche, Freud. Sartre, Genêt ou Blanchot ? », se demanda Barthes. Michel Onfray lui répond avec ferveur. Exemple.  « Le corps n’est pas le pire que l’on perde avec un mort ; l’âme est la chose la plus importante. Je ne crois pas à une âme immatérielle et immortelle mais à une âme matérielle et mortelle. L’âme c’est la couleur de l’être, le style d’une ombre, la danse d’une démarche, la texture d’une voix, son rythme et son débit, l’âme, c’est ce qui reste du corps quand il n’est plus là, bien qu’on sache que le corps n’est pas tout. L’âme c’est le bruit imperceptible que fait un corps dans la cuisine pour ne pas réveiller l’autre qui dort » Sublime. Et tout à l’avenant car ce texte est une méditation sur la mort, précédée d’« Ars Moriendi » un essai confidentiel que publia Michel  jadis Onfray . L’écrivain et la mort, une danse classique, qu’il modernise. Je tiens à saluer ce grand petit texte que je recommande à tous pendant les fêtes. Pour résister à la bêtise ambiante, et savourer dans ces nuits de fête obligée, de cadeaux partout amoncelés, ces instants de bonheur que seule peut offrir la littérature. Le respect adorable et si précieux de ce qui est le contraire de soi, voilà ce que Michel Onfray nous enseigne au passage, avec une sagesse de philosophe vrai, récompensée par notre plaisir de lecture. « Heureux celui dont la vie est tombée en fleurs ! », disait Chateaubriand.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Michel Onfray, moines
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

07.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Moreau Jean Luc
- 05/12/2018 - 03:48
La foi
La conception de Michel Onfray est tout à fait celle d'un terrien, d'un homme de la campagne qui s'appuie sur des réalités presque (plutôt quasi) scientifiques comme est la terre, les végétaux, les animaux que l'on contemple entre les coups de pioche pour aider la plante à devenir l'arôme qui va aux cœurs. Contempler calme la sueur, bêcher, bêcher pour arriver à cet arôme n'est pas l'intellectuel ordinaire sorti des bancs lustrés par des générations qui se répètent inlassablement l'ego haut que le fier paysan cravache pour assurer son Honneur, sa Droiture… s'enfermer au cloître y va de ma même manière : bêcher son intérieur (l'âme d'acier)
cloette
- 04/12/2018 - 15:11
L'âme
Il faut distinguer les deux sens du mot, principe séparé du corps comme dans les religions ou principe spirituel au sens de l'activité cérébrale . Angebault est un athée convaincu, mais être convaincu ne suffit pas pour détenir la vérité que personne ne connait . Il n'y a aucune imposture nulle part que des intuitions .
Angebault
- 03/12/2018 - 17:43
Cette idéalisation de l'âme,
Cette idéalisation de l'âme, de la pensée, toute cette poésie ,n'est que l'illustration de notre ignorance de la physiologie et la biochimie cérébrale.
Espérons que les progrès de la connaissance nous permettront de remettre à leur juste place toutes les impostures,et surtout celles qui se prétendent révélées , qui empoisonnent l'humanité depuis la nuit des temps.
Notre Ame est effectivement mortelle, comme le sont les molécules, les enzymes, les médiateurs chimiques qui constituent notre cerveau, notre personnalité , nos sentiments .
Comme le reste de nos organes,ces composants sont soumis et modifiés par notre environnement, au sens large (physique, psychologique, microbiologique, politique etc...