En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 4 heures 19 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 5 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 14 heures 24 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 44 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 4 heures 50 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 12 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 14 heures 36 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Optimal ?

Est-il raisonnable de confier aux opticiens la réalisation des bilans visuels ?

Publié le 22 novembre 2018
Pour pallier le manque d'accès aux soins ophtalmologiques, une récente proposition viserait à mettre orthoptistes et opticiens sur un pied d'égalité en termes de prescriptions de verres correcteurs. Si l'intention de départ est bonne, elle génère à la fois un conflit d'intérêt notoire chez les opticiens mais également un risque de santé quant au traitement médical des patients.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rajae El HAMDAOUI
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour pallier le manque d'accès aux soins ophtalmologiques, une récente proposition viserait à mettre orthoptistes et opticiens sur un pied d'égalité en termes de prescriptions de verres correcteurs. Si l'intention de départ est bonne, elle génère à la fois un conflit d'intérêt notoire chez les opticiens mais également un risque de santé quant au traitement médical des patients.

Tandis que la population des ophtalmologistes en France n'en finit pas de stagner, avec moins de 6.000 praticiens à ce jour, près de 7 Français sur 10 de plus de 20 ans sont porteurs de lunettes de vue et en demande régulière de soins visuels[1] (le nombre de personnes atteintes de myopie a, par exemple, évolué de 20% depuis les années 70). Pour répondre à cette problématique, un récent rapport de la Cour des Comptes préconise de confier les bilans visuels et les consultations simples de premier recours aux orthoptistes, souvent appelés « kiné des yeux » mais aussi aux opticiens[2]. Les ophtalmologistes se verraient ainsi réservés les champs strictement pathologiques. Si l'on peut se réjouir qu'une réflexion soit amorcée autour de ce problème de santé publique majeur, il reste surprenant d'envisager de déléguer aux opticiens, acteurs inscrits dans une logique purement commerciale, l'établissement du diagnostic clinique des troubles de la réfraction : astigmatisme, myopie, presbytie et hypermétropie. Les opticiens n'ont en effet aucune compétence leur permettant de dépister les pathologies sous-jacentes non-visibles à partir d'un simple examen de vue ou lors d'un renouvellement de lunettes. Même si leur formation se voyait complétée. Cela soulève également un réel conflit d'intérêt. Même si le rapport suggère qu'« un patient ne pourrait acquérir un équipement d'optique dans le point de vente où il lui a été prescrit »,  de façon objective, et dans un intérêt médical certain, la prise en charge de la prescription de verres correcteurs ne peut être confiée à un acteur dont la vocation première est marchande.
 
Orthoptiste, une profession encore dans l'ombre

 
Face à cela, le secteur de l'orthoptie se retrouve bien en peine de pouvoir faire valoir sa légitimité et de contrer une telle dérive. La valeur de l'orthoptiste est certes reconnue par les ophtalmologistes, mais malheureusement pas du grand public. Moins de 5000 en France, les orthoptistes ne disposent d'aucun moyen de communication pour mettre en lumière leur compétences et leur champ d'action et, contrairement aux près de 36.000 opticiens, ne peuvent recourir à des stratégies marketing. Nous ne lirons jamais : « une consultation réalisée = une deuxième offerte ». En réaction au rapport de la Cour des Comptes, le Dr Thierry Bour, président du Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof) a été très clair « Les activités de soins et de prescription d'une part, et celles de vente d'équipements optiques d'autre part, doivent rester séparées dans l'intérêt des patients. »[3]. Jeté en pâture dans une guerre marchande, l'acteur potentiel, majeur et légitime, en mesure d'apporter les solutions nécessaires à la réorganisation de la filière visuelle, l'orthoptiste, risque très rapidement de se retrouver hors-jeu. 

Connu initialement dans le dépistage et le traitement précoce du strabisme, l'orthoptiste d'aujourd'hui ne se résume plus uniquement au seul traitement des déséquilibres oculomoteurs. Depuis 2016, date de mise en place du protocole de délégation de tâches, de plus en plus d'ophtalmologues sont assistés par des orthoptistes pour une grande partie de leurs consultations (anamnèse, réfraction subjective permettant d'établir une ordonnance de lunettes, prise de tension et examen complémentaires en fonction de signes cliniques ou de l'interrogatoire). Au fil des années, l'orthoptiste a même vu son champ d'actions et de compétences s'élargir. Il représente désormais une aide précieuse non plus exclusivement pour l'ophtalmologiste, mais pour d'autres professionnels de santé tels que les orthophonistes (prise en charge des troubles Dys), psychomotriciens, pédiatres, neurologues (rééducation et réadaptation des patient cérébro-lésées), chirurgiens maxillo-facial (prise en charge des fractures du plancher de l'orbite), dentistes (prise en charge du bruxisme souvent associé à un trouble de la convergence), etc. Doté d'une formation médicale très soutenue de trois ans, centrée sur les troubles et pathologies visuelles, ponctuée de nombreux stages hospitaliers, l'orthoptiste apparaît en première ligne dans le projet de réorganisation de la filière visuelle.
 
Clarifier les cursus de formation de la filière visuelle
 
Reste que la tendance récente d'attribuer à des formations différentes, des actes similaires, ne fait que complexifier le parcours patient. Le cas des orthoptistes face aux opticiens en est la preuve. Il est temps que chacun soit reconnu à sa juste valeur et sur son terrain d'application respectif. Tout comme il serait inconcevable d'associer une autre profession que celle de sage-femme pour un gynécologue, il est aujourd'hui difficile d'imaginer une collaboration autre que l'orthoptie avec l'ophtalmologie. Un recours pour les opticiens voulant élargir leur champ de compétence pourrait être une passerelle entre leurs formations actuelles et les études d'orthoptie via un accès directe à la première année d'orthoptie sans passer par le concours d'entrée.

La proposition d'un complément de formation avec un niveau master pour l'orthoptiste semble être une piste de réflexion pour solutionner ce problème. Il est dans l'intérêt du respect du domaine de compétence respectif des trois représentants de la filière visuelle qu'elle lui soit exclusivement réservée. Il serait intéressant que ce niveau de formation master soit complété par un assistanat de deux ans, dans une structure privée ou public, en tant que professionnel salarié auprès d'un ophtalmologiste, qui, de par son rôle légitime, attribuerait un certificat diplômant à la prescription et au diagnostic de pathologies oculaires nécessitant de réadresser le patient. La formation actuelle passerait de trois à cinq années d'études complétées de deux d'exercice, soit sept ans au total.
Cette configuration permettrait dans un premier temps de réduire le délai d'attente pour une prise en charge visuelle, mais aussi de permettre de conserver le schéma actuel de collaboration ophtalmologistes/orthoptistes selon un turn-over de deux ans. De surcroît, cela permettrait à l'orthoptiste de renforcer et de revaloriser sa formation et ses compétences afin de pallier à la demande grandissante dans les déserts médicaux. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
opticien, lunettes, Santé
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires