En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 10 heures 8 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 42 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 50 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 18 heures 21 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 41 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 40 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 55 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 11 heures 7 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 12 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 18 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 58 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 20 heures 18 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 21 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Optimal ?

Est-il raisonnable de confier aux opticiens la réalisation des bilans visuels ?

Publié le 22 novembre 2018
Pour pallier le manque d'accès aux soins ophtalmologiques, une récente proposition viserait à mettre orthoptistes et opticiens sur un pied d'égalité en termes de prescriptions de verres correcteurs. Si l'intention de départ est bonne, elle génère à la fois un conflit d'intérêt notoire chez les opticiens mais également un risque de santé quant au traitement médical des patients.
Rajae El HAMDAOUI
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour pallier le manque d'accès aux soins ophtalmologiques, une récente proposition viserait à mettre orthoptistes et opticiens sur un pied d'égalité en termes de prescriptions de verres correcteurs. Si l'intention de départ est bonne, elle génère à la fois un conflit d'intérêt notoire chez les opticiens mais également un risque de santé quant au traitement médical des patients.

Tandis que la population des ophtalmologistes en France n'en finit pas de stagner, avec moins de 6.000 praticiens à ce jour, près de 7 Français sur 10 de plus de 20 ans sont porteurs de lunettes de vue et en demande régulière de soins visuels[1] (le nombre de personnes atteintes de myopie a, par exemple, évolué de 20% depuis les années 70). Pour répondre à cette problématique, un récent rapport de la Cour des Comptes préconise de confier les bilans visuels et les consultations simples de premier recours aux orthoptistes, souvent appelés « kiné des yeux » mais aussi aux opticiens[2]. Les ophtalmologistes se verraient ainsi réservés les champs strictement pathologiques. Si l'on peut se réjouir qu'une réflexion soit amorcée autour de ce problème de santé publique majeur, il reste surprenant d'envisager de déléguer aux opticiens, acteurs inscrits dans une logique purement commerciale, l'établissement du diagnostic clinique des troubles de la réfraction : astigmatisme, myopie, presbytie et hypermétropie. Les opticiens n'ont en effet aucune compétence leur permettant de dépister les pathologies sous-jacentes non-visibles à partir d'un simple examen de vue ou lors d'un renouvellement de lunettes. Même si leur formation se voyait complétée. Cela soulève également un réel conflit d'intérêt. Même si le rapport suggère qu'« un patient ne pourrait acquérir un équipement d'optique dans le point de vente où il lui a été prescrit »,  de façon objective, et dans un intérêt médical certain, la prise en charge de la prescription de verres correcteurs ne peut être confiée à un acteur dont la vocation première est marchande.
 
Orthoptiste, une profession encore dans l'ombre

 
Face à cela, le secteur de l'orthoptie se retrouve bien en peine de pouvoir faire valoir sa légitimité et de contrer une telle dérive. La valeur de l'orthoptiste est certes reconnue par les ophtalmologistes, mais malheureusement pas du grand public. Moins de 5000 en France, les orthoptistes ne disposent d'aucun moyen de communication pour mettre en lumière leur compétences et leur champ d'action et, contrairement aux près de 36.000 opticiens, ne peuvent recourir à des stratégies marketing. Nous ne lirons jamais : « une consultation réalisée = une deuxième offerte ». En réaction au rapport de la Cour des Comptes, le Dr Thierry Bour, président du Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof) a été très clair « Les activités de soins et de prescription d'une part, et celles de vente d'équipements optiques d'autre part, doivent rester séparées dans l'intérêt des patients. »[3]. Jeté en pâture dans une guerre marchande, l'acteur potentiel, majeur et légitime, en mesure d'apporter les solutions nécessaires à la réorganisation de la filière visuelle, l'orthoptiste, risque très rapidement de se retrouver hors-jeu. 

Connu initialement dans le dépistage et le traitement précoce du strabisme, l'orthoptiste d'aujourd'hui ne se résume plus uniquement au seul traitement des déséquilibres oculomoteurs. Depuis 2016, date de mise en place du protocole de délégation de tâches, de plus en plus d'ophtalmologues sont assistés par des orthoptistes pour une grande partie de leurs consultations (anamnèse, réfraction subjective permettant d'établir une ordonnance de lunettes, prise de tension et examen complémentaires en fonction de signes cliniques ou de l'interrogatoire). Au fil des années, l'orthoptiste a même vu son champ d'actions et de compétences s'élargir. Il représente désormais une aide précieuse non plus exclusivement pour l'ophtalmologiste, mais pour d'autres professionnels de santé tels que les orthophonistes (prise en charge des troubles Dys), psychomotriciens, pédiatres, neurologues (rééducation et réadaptation des patient cérébro-lésées), chirurgiens maxillo-facial (prise en charge des fractures du plancher de l'orbite), dentistes (prise en charge du bruxisme souvent associé à un trouble de la convergence), etc. Doté d'une formation médicale très soutenue de trois ans, centrée sur les troubles et pathologies visuelles, ponctuée de nombreux stages hospitaliers, l'orthoptiste apparaît en première ligne dans le projet de réorganisation de la filière visuelle.
 
Clarifier les cursus de formation de la filière visuelle
 
Reste que la tendance récente d'attribuer à des formations différentes, des actes similaires, ne fait que complexifier le parcours patient. Le cas des orthoptistes face aux opticiens en est la preuve. Il est temps que chacun soit reconnu à sa juste valeur et sur son terrain d'application respectif. Tout comme il serait inconcevable d'associer une autre profession que celle de sage-femme pour un gynécologue, il est aujourd'hui difficile d'imaginer une collaboration autre que l'orthoptie avec l'ophtalmologie. Un recours pour les opticiens voulant élargir leur champ de compétence pourrait être une passerelle entre leurs formations actuelles et les études d'orthoptie via un accès directe à la première année d'orthoptie sans passer par le concours d'entrée.

La proposition d'un complément de formation avec un niveau master pour l'orthoptiste semble être une piste de réflexion pour solutionner ce problème. Il est dans l'intérêt du respect du domaine de compétence respectif des trois représentants de la filière visuelle qu'elle lui soit exclusivement réservée. Il serait intéressant que ce niveau de formation master soit complété par un assistanat de deux ans, dans une structure privée ou public, en tant que professionnel salarié auprès d'un ophtalmologiste, qui, de par son rôle légitime, attribuerait un certificat diplômant à la prescription et au diagnostic de pathologies oculaires nécessitant de réadresser le patient. La formation actuelle passerait de trois à cinq années d'études complétées de deux d'exercice, soit sept ans au total.
Cette configuration permettrait dans un premier temps de réduire le délai d'attente pour une prise en charge visuelle, mais aussi de permettre de conserver le schéma actuel de collaboration ophtalmologistes/orthoptistes selon un turn-over de deux ans. De surcroît, cela permettrait à l'orthoptiste de renforcer et de revaloriser sa formation et ses compétences afin de pallier à la demande grandissante dans les déserts médicaux. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
opticien, lunettes, Santé
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires