En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

06.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 4 heures 13 min
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Société
Multi-facettes

Politique, sociale ou purement criminelle, la violence s’impose partout en France. Est-il encore possible d’échapper à la spirale infernale ?

il y a 17 heures 14 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlantic-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 4 heures 39 min
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 5 heures 48 min
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 11 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Science
Evolution stellaire

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Economie
Âge d'or

Voilà pourquoi l’âge d’or qu’ont représenté les années 2010 pour les riches ne devrait pas se poursuivre dans la décennie qui vient de s’ouvrir

il y a 16 heures 57 min
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 1 jour 6 heures
© www.flickr.com/photos/nickolamartynov/8132420661
© www.flickr.com/photos/nickolamartynov/8132420661
Malin

Comment l’industrie du Jean est parvenue à convertir les hommes à de nouveaux modèles en ne leur disant pas vraiment tout sur ce qu’ils achetent

Publié le 16 novembre 2018
Traditionnellement prévu pour un public féminin, les jeans strech ont réussi à pénetrer le marché de la mode masculine. Pour convaincre les hommes de les acheter les marques ont masqué la nature même du produit en partant du principe que « ce que les hommes ne savent pas ne peut pas leur nuire ».
Elisabeth Laville est la fondatrice du cabinet Utopies et du site d'information "Mes courses pour la planète" qui propose notamment un guide des labels de la consommation responsable décortiquant près de 100 labels courants.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Laville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Laville est la fondatrice du cabinet Utopies et du site d'information "Mes courses pour la planète" qui propose notamment un guide des labels de la consommation responsable décortiquant près de 100 labels courants.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Traditionnellement prévu pour un public féminin, les jeans strech ont réussi à pénetrer le marché de la mode masculine. Pour convaincre les hommes de les acheter les marques ont masqué la nature même du produit en partant du principe que « ce que les hommes ne savent pas ne peut pas leur nuire ».

Atlantico : Quelle a été la stratégie utilisée par les marques pour pénétrer le marché masculin avec un produit traditionnellement considéré comme féminin ?

Elisabeth Laville : Je pense que le premier impact sociétal majeur des marques de mode est la façon dont elles façonnent les consciences, les modes de vie, les perceptions, la culture dominante de notre société… Elles peuvent dire ce qui est cool ou pas, et pourquoi. C’est pourquoi on a tant besoin de la mobilisation de ce secteur sur beaucoup de sujets sociétaux (ou environnementaux), qui commencent par un changement culturel, qui se joue dans les consciences. Le croisement de produits féminins et de cibles masculines (voir aussi, ou à l’inverse, l’exemple du Diet Coke, jugé trop féminin et qui a donné lieu au lancement du Coca Zero, version plus musclée du même produit parce que l’image du régime n’allait pas, selon Coca, avec la masculinité) ou d’ailleurs l’inverse (voir la toute nouvelle collection "l'Homme pour Femme » de la marque masculine AMI) marque de mode ) pose la question des stéréotypes sur lesquels notre société est fondée. Et pose à chacun la question de son propre positionnement face à ces stéréotypes, et de la façon dont la consommation nous aide, ou pas, à nous démarquer de ces stéréotypes ou au contraire à nous y conformer. Car au fond la consommation est avant tout une affaire de positionnement dans la société, et le vêtement est une façon d’affirmer qui l’on est, de manière intime (on porte des vêtements de la naissance à la mort). Et la stratégie de ces marques, qui ont transformé une caractéristique objective du produit (le côté près du corps, un peu trop associé au corset ou à l’inconfort pour les femmes, mais aussi à la séduction) en une caractéristique cool (le confort dans le mouvement) montre qu’on peut jouer intentionnellement à passer de l’un à l’autre, ce qui est une autre façon de montrer que ces stéréotypes n’ont pas, ou plus, de sens.

Ce changement d'image de l'homme est-il volontaire ou n'est-ce qu'une conséquence d'un phénomène purement mercantile ?

Ce n’est pas mercantile, ou ça l’est secondairement. Une tendance majeure de la mode aujourd’hui, et de notre époque, est la décontraction de la notion de genre, vers une plus grande fluidité (voir tendance #6, à partir de la page 26, de notre étude de tendance sur la mode en PJ). Or la mode est une façon de prendre des positions sociétales, depuis toujours, et de faire bouger les perceptions. Tout a commencé avec Gucci fin 2015 : Alessandro Michele a proposé dans son défilé des modèles des deux sexes portant des vêtements de la même ligne. Cette liberté a déclenché une vague de shopping et s’est avérée très bonne pour le business de Gucci. Du coup des marques moins luxe ont fait pareil : au printemps 2016, Zara a lancé une collection d'articles unisexes, intitulée «Ungendered», composée de 16 pièces. Selfridges a lancé un espace conceptuel «Agender» et une «expérience de magasinage sans genre unique en son genre pour la mode, les accessoires et la beauté. Dans le même esprit, chez John Lewis, les vêtements ne sont plus étiquetés en fonction du genre. Et ASOS travaille actuellement à la création d’une offre de style « gender fluid » suite au succès rencontré par les influenceurs d’ASOS portant des articles achetés dans les gammes de vêtements pour hommes et pour femmes.

Donc le sujet est à la mode, oui, mais pas uniquement pour des raisons mercantiles, je pense, davantage pour des raisons liées aux évolutions de nos sociétés, qu’il s’agit de devancer et d’accompagner.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

02.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

06.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

07.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
aristide41
- 16/11/2018 - 18:12
Mon fils
n'a jamais voulu porter ce qu'il appelle ces "jeans de gonzesse". Mon neveu non plus. Pour eux, c'est lévi's 501 ancienne coupe. C'est surtout chez les Bobos urbains que ces jeans ont du succès.
LouisArmandCremet
- 16/11/2018 - 12:40
Idéologie...
On est en fait là dans une démarche purement idéologique où des créateurs "progressistes" rêvent d'irriguer la société entière avec leurs conceptions sociales.
Pour eux, c'est le sens du progrès et ils savent mieux que le grand public ce qui va dans le bon sens (" Pour convaincre les hommes de les acheter les marques ont masqué la nature même du produit en partant du principe que « ce que les hommes ne savent pas ne peut pas leur nuire ».").
Je trouve ça assez risible car d'une part ces pratiques ne dépassent pas un microcosme et d'autre part, de plus en plus de voix s'élèvent chez les femmes, à rebours de l'injonction de progressisme, pour avoir des hommes qui ressemblent un peu plus à des hommes (et non l'éphèbe métrosexuel qui porterait ce genre de vêtements).