En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 3 heures 3 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 6 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 8 heures 1 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 9 heures 11 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 10 heures 2 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 13 heures 58 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 6 heures 35 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 7 heures 28 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 8 heures 29 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 13 heures 10 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 14 heures 24 min
© www.flickr.com/photos/nickolamartynov/8132420661
© www.flickr.com/photos/nickolamartynov/8132420661
Malin

Comment l’industrie du Jean est parvenue à convertir les hommes à de nouveaux modèles en ne leur disant pas vraiment tout sur ce qu’ils achetent

Publié le 16 novembre 2018
Traditionnellement prévu pour un public féminin, les jeans strech ont réussi à pénetrer le marché de la mode masculine. Pour convaincre les hommes de les acheter les marques ont masqué la nature même du produit en partant du principe que « ce que les hommes ne savent pas ne peut pas leur nuire ».
Elisabeth Laville est la fondatrice du cabinet Utopies et du site d'information "Mes courses pour la planète" qui propose notamment un guide des labels de la consommation responsable décortiquant près de 100 labels courants.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Laville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Laville est la fondatrice du cabinet Utopies et du site d'information "Mes courses pour la planète" qui propose notamment un guide des labels de la consommation responsable décortiquant près de 100 labels courants.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Traditionnellement prévu pour un public féminin, les jeans strech ont réussi à pénetrer le marché de la mode masculine. Pour convaincre les hommes de les acheter les marques ont masqué la nature même du produit en partant du principe que « ce que les hommes ne savent pas ne peut pas leur nuire ».

Atlantico : Quelle a été la stratégie utilisée par les marques pour pénétrer le marché masculin avec un produit traditionnellement considéré comme féminin ?

Elisabeth Laville : Je pense que le premier impact sociétal majeur des marques de mode est la façon dont elles façonnent les consciences, les modes de vie, les perceptions, la culture dominante de notre société… Elles peuvent dire ce qui est cool ou pas, et pourquoi. C’est pourquoi on a tant besoin de la mobilisation de ce secteur sur beaucoup de sujets sociétaux (ou environnementaux), qui commencent par un changement culturel, qui se joue dans les consciences. Le croisement de produits féminins et de cibles masculines (voir aussi, ou à l’inverse, l’exemple du Diet Coke, jugé trop féminin et qui a donné lieu au lancement du Coca Zero, version plus musclée du même produit parce que l’image du régime n’allait pas, selon Coca, avec la masculinité) ou d’ailleurs l’inverse (voir la toute nouvelle collection "l'Homme pour Femme » de la marque masculine AMI) marque de mode ) pose la question des stéréotypes sur lesquels notre société est fondée. Et pose à chacun la question de son propre positionnement face à ces stéréotypes, et de la façon dont la consommation nous aide, ou pas, à nous démarquer de ces stéréotypes ou au contraire à nous y conformer. Car au fond la consommation est avant tout une affaire de positionnement dans la société, et le vêtement est une façon d’affirmer qui l’on est, de manière intime (on porte des vêtements de la naissance à la mort). Et la stratégie de ces marques, qui ont transformé une caractéristique objective du produit (le côté près du corps, un peu trop associé au corset ou à l’inconfort pour les femmes, mais aussi à la séduction) en une caractéristique cool (le confort dans le mouvement) montre qu’on peut jouer intentionnellement à passer de l’un à l’autre, ce qui est une autre façon de montrer que ces stéréotypes n’ont pas, ou plus, de sens.

Ce changement d'image de l'homme est-il volontaire ou n'est-ce qu'une conséquence d'un phénomène purement mercantile ?

Ce n’est pas mercantile, ou ça l’est secondairement. Une tendance majeure de la mode aujourd’hui, et de notre époque, est la décontraction de la notion de genre, vers une plus grande fluidité (voir tendance #6, à partir de la page 26, de notre étude de tendance sur la mode en PJ). Or la mode est une façon de prendre des positions sociétales, depuis toujours, et de faire bouger les perceptions. Tout a commencé avec Gucci fin 2015 : Alessandro Michele a proposé dans son défilé des modèles des deux sexes portant des vêtements de la même ligne. Cette liberté a déclenché une vague de shopping et s’est avérée très bonne pour le business de Gucci. Du coup des marques moins luxe ont fait pareil : au printemps 2016, Zara a lancé une collection d'articles unisexes, intitulée «Ungendered», composée de 16 pièces. Selfridges a lancé un espace conceptuel «Agender» et une «expérience de magasinage sans genre unique en son genre pour la mode, les accessoires et la beauté. Dans le même esprit, chez John Lewis, les vêtements ne sont plus étiquetés en fonction du genre. Et ASOS travaille actuellement à la création d’une offre de style « gender fluid » suite au succès rencontré par les influenceurs d’ASOS portant des articles achetés dans les gammes de vêtements pour hommes et pour femmes.

Donc le sujet est à la mode, oui, mais pas uniquement pour des raisons mercantiles, je pense, davantage pour des raisons liées aux évolutions de nos sociétés, qu’il s’agit de devancer et d’accompagner.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
aristide41
- 16/11/2018 - 18:12
Mon fils
n'a jamais voulu porter ce qu'il appelle ces "jeans de gonzesse". Mon neveu non plus. Pour eux, c'est lévi's 501 ancienne coupe. C'est surtout chez les Bobos urbains que ces jeans ont du succès.
LouisArmandCremet
- 16/11/2018 - 12:40
Idéologie...
On est en fait là dans une démarche purement idéologique où des créateurs "progressistes" rêvent d'irriguer la société entière avec leurs conceptions sociales.
Pour eux, c'est le sens du progrès et ils savent mieux que le grand public ce qui va dans le bon sens (" Pour convaincre les hommes de les acheter les marques ont masqué la nature même du produit en partant du principe que « ce que les hommes ne savent pas ne peut pas leur nuire ».").
Je trouve ça assez risible car d'une part ces pratiques ne dépassent pas un microcosme et d'autre part, de plus en plus de voix s'élèvent chez les femmes, à rebours de l'injonction de progressisme, pour avoir des hommes qui ressemblent un peu plus à des hommes (et non l'éphèbe métrosexuel qui porterait ce genre de vêtements).