En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 1 heure 56 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 6 heures 37 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 20 heures 36 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 21 heures 40 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 22 heures 37 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 4 heures 6 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 4 heures 20 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 5 heures 39 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 6 heures 23 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 7 heures 13 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 21 heures 4 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 22 heures 4 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 1 jour 38 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Atlantico Sport

Naples / PSG : le verre à moitié bide

Publié le 07 novembre 2018
Après ce nouveau match nul contre un concurrent direct, le PSG n'est pas plus avancé.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après ce nouveau match nul contre un concurrent direct, le PSG n'est pas plus avancé.

C'est accompagné par la peur du vide (du bide?) que ce PSG paradoxal s'apprêtait à découvrir le chaudron napolitain. Une équipe parisienne souveraine dans son championnat mais fragile sur la scène européenne, aussi puissante avec les modestes que timorée chez les cadors. Un PSG, certes avantagé mathématiquement par la surprenante victoire de Belgrade sur Liverpool, mais qui n'avait pas le droit à l'erreur s'il voulait que les choses dépendent totalement de lui dans un groupe particulièrement dense. Ce club, qui n'avait jusqu'alors connu que des qualifications faciles sous l'ère Qatarienne, allait être soumis à la question en se jetant dans l'incertain. Nous allions voir si cette addition de talents pouvait se mettre à la hauteur de ce que les circonstances exigeaient. 

Tuchel démarrait la rencontre avec un 3/4/3 désormais classique et performant, avec pour seules nuances l'absence de Cavani ( retour de blessure) et le remplacement pour bons et loyaux services de Rabiot par Draxler. La première période allait être marquée par la solidarité et l'entraide des parisiens. Le début de match est équilibré, les deux équipes se montrant très compactes et s'appliquant surtout à ne pas perdre le ballon. Si le PSG est plutôt bien organisé, il confond souvent malheureusement vitesse et précipitation et ne profite pas suffisamment de ce que proposent ses latéraux. Le match est âpre et de qualité. L'ouverture du score va survenir au meilleur des moments, juste avant le repos, le salut venant d'un libérateur inattendu: Bernat. Si dans la vie, il faut séduire ou transpirer... Lui, il transpire. C'est cet espagnol décrié par de nombreux observateurs, qui apporte le surnombre dans les arrêts de jeu et se jette comme un possédé pour pousser le ballon dans le but. Un but découlant d'une action collective aboutie, et non d'un exploit individuel. La chose est suffisamment rare pour être soulignée. Ce PSG particulièrement solide et réaliste pouvait retourner aux vestiaires en menant au score et en ayant concédé un minimum d'occasions.
 
A la reprise, la réaction de l'adversaire est immédiate. Les napolitains sont habités et le premier quart d'heure est irrespirable. Un calvaire. Buffon sauvera bien les siens avec brio sur trois actions brûlantes (juste avant que Kehrer puis Silva n'empêchent le pire), mais les vagues des locaux s'enchaînent et la pression monte. Trop. Paris est désormais privé de ballon, ses joueurs sont battus dans l'agressivité et ne remportent plus les duels. Les occasions vont se succéder jusqu'à ce que Silva soit poussé à la faute et Insigne (63ème) transformera un pénalty indiscutable. Paris est dans le dur. Paris est étouffé. Tuchel réagit en faisant rentrer Kimpembe et Cavani. Les parisiens sortent peu à peu la tête de l'eau et la fin du match est beaucoup plus équilibrée. Le PSG sera même privé d'un pénalty évident (comment ne pas l'accorder?) qui aurait tout changé et attisera bien des regrets.  
 
Certes, la première partie du match fut une réussite. Mais Il faut souligner que les bonnes impressions et intentions entrevues lors du premier acte n'ont pas résisté aux temps fort d'une sacrée équipe lors du second. Comme un symbole, le début du match de Neymar fut aussi bon que la fin fut mauvaise. Si l'individualisme conserve, il vivra centenaire. A l'image de ses partenaires d'attaques, la fatigue aidant, tous ses défauts ont ressurgi: le repli défensif est oublié, les complications inutiles deviennent constantes et les partenaires sont négligés... Le résultat donne une équipe souvent coupée en deux. S'il est vrai que les bons exemples sont souvent inaccessibles, les mauvais sont à la portée de tous... Et d'autres joueurs se sont mis au diapason: Mbappe a quasiment disparu, Verratti a montré sa nervosité chronique et Silva a encore incarné les difficultés de son équipe lorsque l'oxygène se raréfie. La haute compétition est impitoyable et le stress en est le révélateur suprême. Lorsque la pression monte, elle fait perdre au joueur tout ce qu'il a de factice. Ses défauts reviennent au galop, il pénalise le groupe et tout ce qui a été chèrement acquit par le collectif est soudain dilapidé. Ce soir, sur le plan comptable, Paris n'est donc pas plus avancé. Il lui faudra jouer la qualification sur UN match, certes à domicile, contre un Liverpool en légère perte de vitesse. Un rencontre de tous les dangers, avec un enjeu majeur, pour une équipe parisienne toujours en quête d'un match référence. Ce groupe reste incroyable car toutes les équipes sont encore concernées et peuvent ambitionner de passer l'hiver. Le suspense reste donc entier. Le PSG aura appris ce soir qu'une moitié de quoi que ce soit est toujours parfaitement inutile, car c'est toujours l'autre moitié qui manque.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires