En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25

07.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 2 min 13 sec
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 58 min 43 sec
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 1 heure 37 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 11 heures 16 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 12 heures 16 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 13 heures 32 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 14 heures 53 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 20 heures 6 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 44 min 29 sec
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 1 heure 15 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 11 heures 49 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 12 heures 49 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 14 heures 14 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 20 heures 48 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
DLF

Européennes : Debout la France pourrait-il décoller en 1ère division maintenant qu’il est numéro 1 de la 2ème ?

Publié le 06 novembre 2018
Un sondage IFOP pour la Lettre de l'Expansion, mesurant les intentions de vote recueillies par les différentes listes pour les prochaines élections européennes place Nicolas Dupont-Aignan et Debout la France à la 5e position du classement, avec 7%
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage IFOP pour la Lettre de l'Expansion, mesurant les intentions de vote recueillies par les différentes listes pour les prochaines élections européennes place Nicolas Dupont-Aignan et Debout la France à la 5e position du classement, avec 7%

Atlantico : Que manque-t-il au parti pour celui ci puisse se glisser dans le peloton de tête constitué par le RN, LREM, LR et la FI ?

 
Christophe Boutin : Cela fait maintenant vingt ans que Nicolas Dupont-Aignan laboure les terres du gaullisme, du gaullisme social d’abord, du gaullisme souverainiste et intransigeant ensuite. Le courant qu’il a créé en 1999, au sein de ce qui était alors le RPR, Debout la République, participa à l’aventure de cette fameuse liste du Rassemblement pour la France, menée par Charles Pasqua et Philippe de Villiers, qui allait se classer seconde aux élections européennes de cette année-là, avec 13,06% des suffrages, battant la liste « officielle » du RPR menée par Nicolas Sarkozy (12,86%)…
 
Le courant qu’il crée ne réussit pas ensuite à s’imposer au sein d’une formation qui allait évoluer en réunissant la droite RPR et le centre UDF. Dupont-Aignan obtient bien près de 15% des suffrages (14,91%) au congrès fondateur de l’UMP en 2004, et même près de 20% (19,7%) lors d’un débat sur la défense de la souveraineté française face à l’Union européenne, mais il ne dépose pas en 2005 de motion interne sur le « non » au traité dit Constitution, même s’il fait campagne pour ce « non ».
 
Résolu à sortir de cette ambiguïté, il quitte en 2007 l’UMP, mais ne parvient pas à obtenir les parrainages nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle et se rallie à Nicolas Sarkozy au second tour. Aux européennes de 2009, il obtient 1,77% des suffrages et n’a pas d’élus, restant dans le même étiage en obtenant 1,79% des suffrages aux élections présidentielles de 2012.
 
Depuis, les choses ne cessent de s’améliorer. DLR devient DLF en 2014 et obtient 3,82% aux élections européennes de la même année, quand Dupont Aignan arrive à 4,7% des voix au premier tour des présidentielles de 2017. L’annonce de son alliance avec Marine Le Pen entre les deux tours secoue l’équipe dirigeante du parti, qui pâtit ensuite de l’absence d’alliances avec le RN aux législatives qui suivent, mais ces déboires n’empêchent pas qu’en avril 2018 un sondage crédite Nicolas Dupont Aignan de 6% d’intentions de vote à une élection  présidentielle, ou que la liste de DLF soit créditée dans un nouveau sondage, selon les configurations examinées, de 6,5 à 7% d’intentions de vote aux élections européennes de 2019.
 
Si l’on retient le seuil des 5% des suffrages exprimés, celui qui permet d’avoir accès à la répartition des sièges à ces élections européennes, ou de se voir remboursé de ses frais de ses fais de campagne aux élections présidentielles, comme étant le seuil d’entrée dans la « cour des grands », avec des élus et un financement, le pari risqué de Nicolas Dupont Aignan, celui d’oser exister politiquement seul, en claquant la porte de son parti d’origine, est en passe d’être gagné. Avec ses 7%, il pourrait être devant la liste du PS, créditée elle de 6 à 7,5% des votes selon les hypothèses. Il n’y bien toujours devant lui deux forces moyennes, LFI à 11% et LR à 13%, et les deux poids-lourds, LaREM à 19% et du RN à 21%, mais il fait clairement partie de la petite dizaine de formations qui comptent sur l’échiquier politique français.
 
À partir de là, la vraie question est celle des alliances. Nicolas Dupont Aignan doit-il se contenter de gérer son capital de voix en devenant un allié obligé pour des formations qui arrivent devant lui mais ont besoin, lors d’élections à deux tours, ce qui n’est pas le cas des européennes, de son appui ? Doit-il s’allier en dehors des élections avec un autre parti dont il deviendrait une composante, un courant, pour constituer une force politique de premier plan ? Ou doit-il rester en marge, espérant continuer sur sa pente ascendante pour voir ensuite les autres chefs politiques, dépassés, se rallier à lui ? Des choix difficiles, certes un peu différents selon les échéances électorales considérées, mais auxquels sont confrontés tous les leaders politiques, qui y répondent en fonction des partenaires possibles comme de leurs propres personnalités.
 
 

Que manque-t-il à la personnalité de NDA pour parvenir à un changement de statut du parti ?

 
Son parcours politique le montre bien : Nicolas Dupont Aignan, ego ou tactique on ne sait, agit seul. Confronté aux blocages internes du RPR puis de l’UMP, il en claque la porte. Il ne rallie ensuite aucune autre formation de droite avant son alliance surprise avec Marine Le Pen en 2017, une alliance qui prend fin dès la proclamation des résultats de la présidentielle.
 
Certes, il parle parfois d’union. Il était de ceux qui lancèrent en octobre 12017 la plateforme « Les Amoureux de la France », bâtie justement pour faciliter les passages entre formations et les alliances, avec Jean-Frédéric Poisson, Emmanuelle Ménard, Julien Rochedy ou Nicolas Dhuicq. Mais il n’est pas quelques mois à peine plus tard, le 27 mars 2018, parmi les signataires de l’Appel d’Angers, sorte de programme commun de cette alliance à droite, où l’on retrouve pourtant Jean-Frédéric Poisson, Emmanuelle Ménard et Nicolas Dhuicq…  
 
Quelle était la limite de cette initiative de 2017 ? Si Dupont Aignan tablait sur les éventuelles difficultés internes de la présidente du RN pour siphonner une partie de son électorat, ou pour attirer à lui des transfuges venus d’autres formations et qui auraient pu être tentés par le RN, l’essai n’est que très partiellement réussi : non seulement l’édifice RN ne vacille pas mais il est en tête des sondages. S’il espérait une liste commune derrière lui aux européennes, c’est là encore un échec puisque seront aussi présentes dans la course les listes des Patriotes de Florian Phillipot et de l’UPR de François Asselineau…
 
Mais, plus largement, on peut se demander au vu de cela si Nicolas Dupont Aignan arriverait à envisager une alliance qu’il ne dirigerait pas, dont il ne maîtriserait pas le programme, dont il ne serait pas le porte-parole privilégié. On le comprend : parti de rien il dépasse maintenant les 5%. Reste que ce n’est pas en 2019 que nous aurons la réponse à cette question, mais en 2020, avec des élections locales qui verront peut-être naître des alliances, à droite ou à gauche. En notant d’ailleurs qu’en cas de blocage au sommet des formations, de telles alliances pourraient bien se faire à la base, entre militants, voire autour de personnalités nouvelles enracinées localement… Ne pas s’allier, c’est peut-être aussi courir le risque de décevoir.
 
 
 

Quelles sont les causes de ce plafond de verre actuel qui pourraient être liées directement aux tendances actuelles des partis qui entourent DLF sur l'échiquier politique, des LR au RN ?

Le sondage que nous commentons ici montre une quasi égalité entre les deux blocs définis par le Chef de l’État lorsqu’il évoque ces élections européennes à venir : 45% de souverainistes, dont 15% de souverainistes de gauche et 30% de souverainistes de droite, et 52% de partisans de l’Union – mais en comptant dans ces 52% des eurosceptiques présents à LR -, quand 3% des Français sont en proie au doute.
 
Le créneau politique de Nicolas Dupont Aignan se situe entre le RN et LR. Il peut encore attirer des eurosceptique de LR – il faut attendre la composition de la liste LR et son programme pour voir si ces derniers auront alors plus de motifs d’insatisfaction qu’ils n’en ont aujourd’hui. Il peut encore attirer l’électorat des très petites listes, Patriotes ou UPR, qui se diraient, que sans élus, leurs votes seraient perdus. Il peut encore attirer un électorat RN déçu. C’est d’ailleurs ce qu’il a fait partiellement si l’on examine ce qu’avaient voté en 2014 ceux qui s’apprêtent à voter pour lui en 2019, comme il a attiré aussi d’anciens électeurs de l’UMP et de l’UDI - mais, contrairement au RN, aucun transfuge du Front de Gauche de 2014.
 
Que nous apprend ensuite ce sondage sur l’électorat de DLF par rapport à ceux de ses deux voisins LR et RN ? D’abord que c’est un électorat âgé, un peu moins que celui de LR mais plus que celui du RN. Ensuite que c’est un électorat nettement plus rural que celui de LR, peu présent en région parisienne. Enfin qu’il est principalement présent dans la région Sud-Est, qui accueille traditionnellement nombre de retraités, et où le vote RN est important, mais aussi, et surtout, dans une région Nord-Ouest où le RN est cette fois souvent à la peine.
 
En 1999, un parti remportait 6,77% des suffrages exprimés aux européennes, en étant présent principalement dans le Nord-Ouest de la France et dans les zones rurales : c’était Chasse, Pèche, Nature et Tradition, CPNT. DLF en retrouve, partiellement au moins, les contours en 2019. Comme CPNT, il doit, pour se développer d’ici 2020, prendre deux choses à ses principaux rivaux : la jeunesse au RN et les notables locaux à LR. Le pourra-t-il ?
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25

07.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires