En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

06.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

07.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 5 min 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 20 min 39 sec
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 2 heures 59 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 5 heures 41 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 6 heures 59 min
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 15 min 47 sec
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 1 heure 3 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Crise sanitaire

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

il y a 7 heures 8 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 22 heures 50 min
© JIM WATSON / AFP
© JIM WATSON / AFP
Lourdes conséquences

Meurtre de Jamal Khashoggi : à qui profite l’affaiblissement de MBS en Arabie Saoudite… et ailleurs ?

Publié le 23 octobre 2018
Suite à l'affaire Khashoggi, la position de Mohammed Ben Salman est affaiblie sur la scène internationale.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à l'affaire Khashoggi, la position de Mohammed Ben Salman est affaiblie sur la scène internationale.

Atlantico : Que cela soit au sein du Royaume saoudien, ou dans l'ensemble du Moyen Orient, qui sont ceux qui tirent profit de cette situation ? 

 
Maître Ardavan Amir-Aslani : L'arrivée au pouvoir de Mohammed Ben Salmane a constitué une rupture avec les pratiques de la royauté saoudienne telles qu'elles existaient jusqu'alors. Cette rupture fut totale. Par le passé, les décisions étaient toujours prises de manière consensuelle, collégiale, au sein d'un conseil consultatif, le Majlis, qui regroupait les grands princes de la famille royale. Le roi Ibn Saoud lui-même, le fondateur de la dynastie, passait ainsi beaucoup de temps à recueillir l'avis des grands princes, de son entourage, des dignitaires importants du royaume, avant de prendre une décision. En rompant avec cette tradition et en écartant tous les grands princes de la prise de décision, Mohammed Ben Salmane a fait de l'Arabie Saoudite la dictature d'un seul homme, qui ne prend plus l'avis de personne. 
 
Il a d'abord écarté les princes issus d'autres branches de la famille royale que la sienne – qui est celle du puissant clan des Soudayri – et notamment avec celle du précédent roi Abdallah, le demi-frère du roi Salmane. Au point d'avoir fait arrêté son fils aîné, Metab Ben Abdallah, chef de la Garde Nationale saoudienne, lors de la fameuse purge « anti-corruption » du 4 novembre 2017, l'obligeant ainsi à verser un milliard de dollars contre sa libération ! 
 
Il n'a pas été plus clément avec les membres de son propre clan, notamment son cousin, Mohammed Ben Nayef, qui était le Prince héritier en titre au début du règne du roi Salmane. Il a progressivement réussi à l'évincer, lui aussi. De telle sorte qu'aujourd'hui, « MBS » ne dispose d'aucun soutien parmi les grands princes, y compris dans sa propre branche. 
 
Au sein du royaume, tous ces grands princes, qui avaient été délibérément écartés des décisions importantes, tant sur le plan politique qu'économique, par Mohammed Ben Salmane, ne peuvent que se réjouir de le voir vivre une telle débâcle médiatique et internationale. Les Oulémas wahhabites, du moins les plus radicaux d'entre eux que « MBS » avait également fait arrêter, partagent sans doute ce sentiment. Sur ce point-là aussi, l'alliance créée entre les religieux et le pouvoir par son aïeul Ibn Saoud a été fragilisée. Le prince a donc tous ceux qui comptent, les religieux et les grands princes, contre lui.
 
Dans la région, le premier pays à profiter de la situation est évidemment l'Iran. Face aux exactions des Saoudiens, la stratégie de diabolisation de l'Iran des Américains passe nettement à l'arrière-plan. Les Iraniens analysent les évènements de la façon suivante : la Turquie va mal, son économie est en difficulté, Erdogan s'enfonce de plus en plus dans une pratique dictatoriale du pouvoir, ne parvient pas à résoudre la question kurde et s'empêtre en Syrie. L'Arabie Saoudite est aux prises avec la baisse des cours du pétrole, et maintenant avec cette crise politique et internationale d'une gravité qui n'avait plus été vue depuis l'implication du pays dans les attentats du 11 septembre. Au sein du monde musulman, ce contexte est surtout bénéfique à l'Iran.
 
Enfin, l'affaire Khashoggi a changé le regard que le monde porte désormais sur l'engagement saoudien au Yémen. Ce conflit jusqu'à présent se déroulait dans l'indifférence générale, malgré les souffrances qu'il fait subir à une population civile exsangue – plusieurs dizaines de milliers de morts et une crise humanitaire sans précédent. L'opération avait été baptisée « Tempête décisive » par Mohammed Ben Salmane en 2015, lorsqu'il était ministre de la Défense. Mais le seul élément réellement « décisif » qu'elle a engendré, c'est la famine pour tout un peuple. 
 
Aujourd'hui, à la faveur de cette crise politique, les Etats-Unis se retrouvent dans une position délicate, pour avoir armé et assuré la logistique de leur allié saoudien. Les parlementaires américains sont de plus en plus nombreux à réclamer un arrêt des ventes d'armes à l'Arabie Saoudite. Enfin les pays qui, au sein du Conseil de coopération du Golfe, ne soutiennent pas « MBS », c'est-à-dire Oman, le Qatar et le Koweit – se retrouvent également bénéficiaires de la situation. 
 
 
 

Quelles peuvent en être les conséquences durables du point de vue des équilibres du pouvoir ? 

 
Les Etats-Unis se retrouvent un peu pris au piège de leur alliance avec les Saoudiens, soucieux qu'ils sont de préserver les « méga-contrats » annoncés en mai 2017 pour 450 milliards de dollars, dont 110 milliards rien qu'en contrats d'armement – et aucun n'a pourtant été signé à ce jour. Ils ne peuvent pas avoir recours à des sanctions contre un allié historique qui est le premier producteur de pétrole au monde, même si la culpabilité de Mohammed Ben Salmane dans l'assassinat de Khashoggi est avérée.  
Il existe cependant cette jurisprudence « Sergueï Magnitsky », du nom de cet avocat d'affaires russe qui représentait le fonds d'investissement Hermitage Capital Management, et avait dénoncé le détournement par des oligarques de 230 millions de dollars de taxes versées par ce fonds à l'Etat. Il a été retrouvé mort dans sa cellule en 2009, après 358 jours d'incarcération. Quelques années après ce scandale, le Congrès américain a adopté le Global Magnitsky Act, signé par Barack Obama en décembre 2016, qui permet de lutter contre l'impunité au niveau international et de mettre en place des interdictions de visa et des sanctions ciblées sur des individus qui se seraient rendus coupables de violations des droits de l'homme ou d'actes de corruption. De nombreux pays veulent se doter d'une loi similaire. Aux Etats-Unis, il est de plus en plus question d'engager une telle procédure à l'encontre de « MBS ». 
A l'intérieur du royaume, désormais le prince ne peut plus agir avec la même impunité puisqu'il a perdu toute crédibilité. A l'inverse du roi Midas, tout ce qu'il touche se transforme en tragédie : l'introduction en Bourse de l'Aramco, la guerre au Yémen, la crise avec le Qatar, l'enlèvement du Premier ministre libanais... Malgré son visage souriant, aucune des initiatives qu'il a lancées n'a abouti. Que ce soit au sein du clergé ou de la famille royale, tous cherchent une solution pour le remplacer.
 
 

Quelles peuvent en être les conséquences en termes d'alliances avec les pays occidentaux ? Certains mouvements pourraient-ils avoir lieu ? 

 
Jusqu'à présent, tout le monde, face à l'Arabie Saoudite, se taisait. Justement dans l'espoir de profiter des largesses de ce pays, notamment en termes d'investissements, et à cause de sa position prédominante dans le secteur pétrolier. Ainsi, personne n'a soutenu le Canada dans la crise diplomatique qui l'a opposé au royaume en août dernier. L'Arabie Saoudite avait rappelé son ambassadeur et ses étudiants et expulsé l'ambassadeur canadien de Riyad, en réponse au tweet du ministère des Affaires étrangères canadien après l'arrestation de militants pour les droits des femmes. Quelques mois plus tôt, il y avait déjà eu une crise similaire avec l'Allemagne, dont un ministre avait critiqué la politique saoudienne au Liban. L'Europe s'était tue. Aujourd'hui, le silence est rompu. L'Arabie Saoudite va être jugée à l'aune de nouveaux critères. Ce sentiment d'impunité qui permettait à Mohammed Ben Salmane d'agir, aussi bien localement qu'internationalement, à sa guise, s'est effondré. Et même l'administration américaine est en difficulté, puisque tant du côté républicain que démocrate, des voix s'élèvent pour demander la fin de la guerre au Yémen et des sanctions contre l'Arabie Saoudite, et enfin une commission d'enquête indépendante sur l'affaire Khashoggi. Le temps des impunités semble vraiment terminé. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

06.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

07.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires