En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 10 min 4 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 18 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 53 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 7 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 39 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 46 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 10 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 47 min 22 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 29 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 25 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 56 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 8 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 57 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 21 heures 17 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Effet collatéral

Le grand bond en arrière : Xi Jinping est-il en train de saper les fondements du succès économique de la Chine en créant un gigantesque État policier ?

Publié le 20 octobre 2018
La dérive autoritaire de Xi Jinping pourrait saper les fondements du miracle économique chinois qui a permis au pays de connaître une croissance de 10% par an entre 1978 et 2013.
Emmanuel Dubois de Prisque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dérive autoritaire de Xi Jinping pourrait saper les fondements du miracle économique chinois qui a permis au pays de connaître une croissance de 10% par an entre 1978 et 2013.

Atlantico : Selon un article de Jonathan Tepperman pour Foreign Policy, la dérive autoritaire de Xi Jinping pourrait saper les fondements du miracle économique chinois qui a permis au pays de connaître une croissance de 10% par an entre 1978 et 2013. Comment évaluer les dégâts que pourraient causer les changements politiques instaurés par Xi Jinping en comparaison de ceux mis en place par Deng  Xiaoping ?

Emmanuel Dubois : L’article auquel vous faites référence est intitulé « Le Grand Bond en arrière ». Dans votre question, vous parlez de « dérive autoritaire » à propos de l’évolution de la politique chinoise. Dans les deux cas, il y a un présupposé qui me semble critiquable et qui est le suivant : la Chine était depuis la politique de réforme et d’ouverture adoptée sous l’impulsion de Deng Xiaoping il y a quarante ans sur le bon chemin, celui qui devait la mener vers les terres enchantées du libéralisme économique et politique. Selon ce schéma, par petits pas, le Parti, tout en conservant des caractéristiques propres aux dictatures (répression impitoyable des manifestations, censure, absence d’élections ouvertes, etc.) évoluait progressivement vers plus de liberté économique, se défiait du pouvoir personnel, permettait le débat sur certaines questions. Puis, en 2012, sous l’influence de Xi Jinping, le pays aurait pris un brusque virage à 180° (ou version plus nuancée, aurait commencer à « dériver ») pour effectuer un « grand bond en arrière » et revenir aux temps obscurs d’une dictature classique.

Je ne crois pas que ce schéma soit exact. Il contient bien sûr une part de vérité. Sous l’influence de Deng, des réformes étaient entreprises, notamment dans le domaine économique, mais jamais le PCC n’a sérieusement songé à abandonner le monopole du pouvoir. Il n’a jamais été vraiment question de démocratisation, et dès les années 1980, Deng stigmatisait la « pollution spirituelle occidentale » dans le domaine des libertés au sens large (liberté des mœurs et libertés politiques).

« Le Grand Bond en arrière » fait référence bien sûr au Grand Bond en avant qui causa plusieurs dizaines de millions de morts en Chine au tournant des années 1960. C’était, en Europe, l’époque de la haute croissance. Et la Chine voulait croître plus vite encore puisqu’elle prétendait rattraper le Royaume-Uni en quelques années. Ce fut une catastrophe totale. Il y a donc pire qu’un grand bond en arrière, ce serait un nouveau grand bond en avant, fondé sur une foi absolue dans le progrès et le volontarisme du Parti. Or, il me semble que la politique de Xi s’inscrit plutôt dans ce cadre. Du point de vue du Parti, aucun tournant n’a été pris. La Chine continue sa marche vers la puissance qui passe par un renforcement du pouvoir exécutif du Parti et du gouvernement. Le mythe qui syncrétise marxisme et nationalisme d’une émergence chinoise irrésistible, inscrite dans le sens de l’histoire, est héritée de Mao et reste copieusement alimenté par la rhétorique actuelle du pouvoir, même si ce mythe est contredit par une réalité de ce fait même impossible à nommer : beaucoup de citoyens  persistent à vouloir placer ce qu’ils ont de plus cher, leur famille et leur argent, à l’étranger, loin d’un système dont l’évolution peut les inquiéter autant et même plus que nous, bien légitimement.

Mais si l’abandon de la limite des deux mandats début 2018 a suscité des critiques, celles-ci sont restées confinées dans un cercle assez restreint de personnes éduquées, occupant parfois des postes prestigieux à l’université, influencés par l’Occident, mais se situant à l’écart du pouvoir. Il n’y a pas vraiment de dégâts à évaluer, car il est bien difficile de prétendre que la politique de Xi contredise fondamentalement celle de Deng. Qu’elle contredise nos espoirs est indéniable, mais c’est une autre affaire.

Selon Sebastian Heilmann de l'Université de Trèves, 70 expérimentations de politiques locales ont eu lieu en 2016, contre 500 en 2010, révélant une chute des initiatives. Quelle est la réalité de la dérive autoritaire mise en place par Xi, comment celle-ci se traduit-elle dans les faits ? 

Toutes sortes d’initiatives ont lieu en Chine dans différents domaines. Certaines, susceptibles d’entrer dans nos cadres de pensée, d’autres plus exotiques comme celui du « système de crédit social » qui prévoit d’évaluer le comportement des Chinois, et même de « produire » de l’honnêteté et de la vertu chez les citoyens. Encore une fois, nous concevions la modernité comme une longue marche vers l’émancipation et la liberté, mais nous constatons avec la Chine que la modernité peut prendre bien des formes, souvent en contradiction avec nos espoirs.

En quoi ce changement pourrait-il, et devrait-il modifier les relations entre Chine et Occident dans les années à venir ? 

Ce changement est avant tout celui de l’Occident : nous avons pris acte de ce que la Chine ne convergera pas avec un système occidental qu’elle considère comme obsolète, « dépassé ». La Chine partage cependant avec nous le sens de l’histoire. Pour être précis, elle a repris cette idée que nous avons abandonné récemment, d’une humanité en marche vers la lumière, laissant derrière elle les ténèbres du passé. Cette idée a justifié pour une bonne part la politique occidentale conquérante à l’égard de la Chine impériale et « immobile » au XIXe siècle. Mais pour la Chine, les pôles lumineux et obscurs sont inversés : les lumières ce sont celles que produisent sa civilisation antique et ses réussites contemporaines, et les ténèbres, ce sont celles dans lesquelles la reléguait le monde d’hier façonné par un Occident assoiffé de domination sur une Chine humiliée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires