En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Bonnes feuilles
Le travail, une espèce en voie d'extinction
Publié le 20 octobre 2018
Ce livre à la fois joyeux et érudit, accessible et savant, balaie les illusions d’hier. Ses analyses rigoureuses et pleines d’humour revisitent les fables et les récits mythologiques. Contre le relativisme, il propose une nouvelle morale universelle, celle du « Moi d’abord, moi d’accord ». Extrait de "Le bel avenir de l'humanité" de Yves Roucaute aux éditions Calmann-Levy. Extrait 1/2
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce livre à la fois joyeux et érudit, accessible et savant, balaie les illusions d’hier. Ses analyses rigoureuses et pleines d’humour revisitent les fables et les récits mythologiques. Contre le relativisme, il propose une nouvelle morale universelle, celle du « Moi d’abord, moi d’accord ». Extrait de "Le bel avenir de l'humanité" de Yves Roucaute aux éditions Calmann-Levy. Extrait 1/2

Les métiers aliénants, ceux de la routine, seront supprimés. Reproductibles, ils sont programmables. La voix qui répétait l’ordre, le regard qui se fixait sur le processus productif, la conscience qui devait s’abstraire d’elle-même pour se concentrer sur des procédures imposées, tout ce vieux monde s’effondre.

Le robot industriel est déjà en pleine explosion : soixante-neuf mille en 1978, quatre millions en 2017, dix millions en 2020. Il remplacera, avec les logiciels, les humains soumis à la pénibilité du travail. Depuis l’Unimate de General Motors, en 1960, le robot a déjà aboli le travail à la chaîne dans la soudure, la peinture, l’assemblage. Il le remplace dans le nettoyage, l’emballage, le rangement, la manutention. Il protège dans les secteurs du nucléaire ou de la chimie. Dirigé aujourd’hui à partir d’un logiciel commandé par un humain, demain à partir d’une intelligence autonome, il prendra en charge toutes les activités de routine de l’industrie et du commerce.

Le travail un peu plus qualifié est balayé tout autant. À quoi serviront les chauffeurs quand voitures et bus se conduiront tout seuls ? Et les garagistes quand il n’y aura plus ni incidents, ni accidents, ni entretiens nécessitant des humains ? Emplois d’infirmiers, d’ambulanciers, de cadres administratifs ? Logiciels et robotique feront l’affaire. À la façon de l’hôtel Henn-na à Tokyo, les robots seront réceptionnistes, bagagistes, personnels de service, personnels de maintenance, de surveillance. Des services assurés dans la politesse et la bonne humeur, « bonjour madame, merci monsieur », ce qui mettra à l’heure de l’exquise politesse japonaise.

Les cadres échapperont-ils à la révolution ? D’où vient pareille illusion ? Dans le monde de l’industrie, les logiciels permettront de produire et d’ajuster le calendrier de maintenance en fonction des données collectées directement sur les équipements, pour éviter pannes et manque à gagner. L’analyse informatique des data permet déjà d’optimiser les cycles de production complexes des usines. Dans le grand commerce, sans humains, les logiciels permettront de disséquer les données collectées en magasin sur le comportement des consommateurs et, grâce à l’apprentissage automatique, de réorganiser pour booster les ventes, optimiser la gestion des stocks, aider au développement stratégique. Robots et drones deviendront les moyens de distribution. Les sous-traitants seront remplacés. Les informations du marketing seront traitées avec l’intelligence artificielle, devenue outil stratégique. Loin d’échapper à la moissonneuse, les premiers métiers fauchés seront ceux où l’analyse abstraite et quantitative est centrale, remarque justement Kai-Fu Lee, ancien vice-président de Google, actuel PDG de Sinovation Ventures. Métiers de l’analyse financière, de l’assurance, de la banque, partout où la relation intersubjective n’est pas une obligation, les logiciels rendront l’emploi superflu ; partout où le contact est une obligation, avec un robot idéal, construit selon les désirs des consommateurs, il disparaîtra tout autant. Accorder un crédit selon l’évaluation des risques : les systèmes d’expertise numériques le pourront. Gérer un fonds ? Récupérer des créances ? Les logiciels de Sidetrade peuvent déjà s’en occuper. Qui se plaindra si le gouverneur de la FED ou du FMI est remplacé par un ordinateur ? Ils éviteront les pressions psychologiques des lobbys et autres pouvoirs et ils agiront à la vitesse de la lumière, voire, un jour peut-être, à une vitesse supraluminique grâce à des ordinateurs quantiques, sur la masse monétaire et la vélocité de sa circulation.

Croit-on les professions libérales moins touchées ? Seul le versant créatif de leurs activités restera. Des commissaires aux comptes aux experts-comptables, l’intelligence artificielle laissera les seules activités de conseils. La prospection imaginative des architectes et des urbanistes explosera, mais les programmes informatiques généreront seuls des centaines de projets différents en 3D.  Avocats et professions judiciaires ? La plupart de leurs activités deviendront inutiles à court terme, emportées par le flot des jugements automatisés. À moyen terme, hors le crime, il ne restera plus que l’arbitrage et la médiation. À long terme, les instances de justice seront non professionnelles et circonstancielles. Médecins ? Intelligence artificielle, logiciels et robotique vont transformer les métiers et les liquider sur leur versant « travail ». J’y reviendrai.

La fin du travail n’est même pas l’annonce de l’expansion d’un tiers-secteur « solidaire », « post-marchand », voire « post-capitaliste » dont rêvent les gauches issues du xixe siècle. Ce monde devant nous restera marchand et individualiste, et il le sera de plus en plus. C’est le travail lui-même qui est en voie d’extinction.

Extrait de "Le bel avenir de l'humanité" de Yves Roucaute aux éditions Calmann-Levy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires