En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 38 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 39 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 3 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 13 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 27 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 4 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 2 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 18 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 42 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 39 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Grand âge

Vieillissement démographique, l’étrange aveu d’Edouard Philippe

Publié le 16 octobre 2018
Lors de son intervention au congrès annuel de l'UNCCAS (union nationale des centres communaux & intercommunaux de l'action sociale, Edouard Philippe a déclaré, à propos de la dépendance et du vieillissement : "C'est probablement dans ce domaine que nous (notre société) sommes le moins bon et le plus en retard parce qu'elle n'a pas totalement pris (en compte) la nature des enjeux". La société française connaît l'importance de la question du vieillissement et de la dépendance, ce sont les politiques qui semblent l'ignorer.
Serge Guérin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Guérin est professeur au Groupe INSEEC, où il dirige le MSc Directeur des établissements de santé. Il est l’auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont La nouvelle société des seniors (Michalon 2011), La solidarité ça existe... et en plus ça...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son intervention au congrès annuel de l'UNCCAS (union nationale des centres communaux & intercommunaux de l'action sociale, Edouard Philippe a déclaré, à propos de la dépendance et du vieillissement : "C'est probablement dans ce domaine que nous (notre société) sommes le moins bon et le plus en retard parce qu'elle n'a pas totalement pris (en compte) la nature des enjeux". La société française connaît l'importance de la question du vieillissement et de la dépendance, ce sont les politiques qui semblent l'ignorer.

Atlantico : Comment expliquer le constat dressé par le premier ministre d'une France "'moins bonne", "la plus en retard" sur cette question ? Quelles sont les causes de cette situation ? 

 
Serge Guérin : Premièrement, on peut se féliciter qu'un homme politique de la stature d'Edouard Philippe exprime une forme de mea-culpa. La deuxième chose est de dire qu'il y a une erreur de fond sur ce qu'il dit parce que la société fabrique de la société d'une certaine manière, et les gens ont bien compris -ils n'ont pas eu besoin d'attendre les politiques pour comprendre - depuis très longtemps qu'il y avait un sujet autour de la perte d'autonomie et de la fragilité. Mais les politiques ont été incapables de les entendre et de traduire cette inquiétude au travers d'une vision et de propositions.
 
Concernant la réponse qui est apportée, il faut noter que lors de la campagne électorale d'Emmanuel Macron, cela n'était pas du tout pris en compte dans son agenda. Ils ne pensaient absolument pas que la question du vieillissement était un sujet. Pour eux, cela était sans doute une question liée à l'ancien monde. De plus, et pour les politiques en général, ces questions ne permettent pas de faire carrière, il est difficile d'en faire de belles images sur ces thèmes, ce qui contribue à une forme de désintérêt politique. Les images d'une école maternelle sont toujours plus joyeuses que celles d'une maison de retraite, parce que les gens qui y sont plus fragiles, plus abîmés. Pourtant, la réalité de la société française est la somme de toutes ces fragilités. Que cela soit les gens âges, les gens en perte d'autonomie pour des raisons de handicap, les gens touchés par des maladies chroniques, ou encore des gens qui se sentent totalement dépassés par le système. Ce qui fait certainement plus de 50% de la population française qui est touchée d'une manière ou d'une autre par la fragilité. Et si l'on rajoute ceux qui travaillent dans le secteur et ceux qui sont des aidants, familialement, on obtient sans doute 60 à 65% de la population, soit les deux tiers de la société française qui sont directement concernés. C'est donc bien un élément qui caractérise la société française et la vie tout simplement. Le vrai sujet est finalement que nous ne traitons pas la fragilité comme une force  pour construire le pays, y compris sur le plan économique. La fragilité, ce sont des emplois, de l'innovation possible, un savoir faire à développer par rapport aux autres pays, il s'agit bien d'une opportunité qui est finalement très peu traitée par les élites.
 

 

Comment juger les orientations prises par le gouvernement en la matière, celles-ci sont-elles à la hauteur du constat ?

 
Ils ont dû se résoudre à traiter la question. Une concertation et un site ont été mis en place. Nous ne savons pas encore si tout cela relève du spectacle de la communication ou de la réalité, et si les conclusions ont déjà été données. Mais nous sommes au début de quelque chose. La ministre a évoqué - à plusieurs reprises et à raison -  la question de la prévention. Ce qui est déjà un élément extrêmement important parce qu'il s'agit bien d'un élément de réponse. Mais pour le reste, cela est encore trop flou dans le contenu. De la question du 5e risque à celle d'une seconde,  troisième ou quatrième journée travaillée gratuitement, celle du recours au privé…tous ces points restent encore en suspens. Je me demande si nous ne devrions pas élargir l'assurance maladie aux questions de perte d'autonomie, ce qui éviterait la question des âges. D'ici peu, la question de la CRDS pour rembourser la sécurité sociale va arriver à son extinction, cette cotisation pourrait être réorientée vers l'accompagnement de la perte d'autonomie, mais nous ne savons pas encore si cela est dans l'agenda du gouvernement. Ce que j'espère, c'est que cette démarche se fera avec les gens concernés. Je parle des 8,5 millions de personnes qui accompagnent une personne touchée, et des professionnels. Il y a des emplois à créer dans ce domaine, cela est un enjeu absolument majeur. Beaucoup de gens qui travaillent dans ce secteur sont fragilisés, il faut donc prendre en compte la question de comment mieux les accompagner, mieux les valoriser, et mieux les sensibiliser à toutes les thématiques autour de la perte d'autonomie.
 

Si une prise de conscience semble prendre forme, quels sont les domaines où celle-ci fait encore défaut ?

 
Il me semble qu'elle fait encore défaut sur cette conscience très forte que le fragilité n'est pas quelque chose à cacher dans un pays. C'est quelque chose qui participe complètement de la société et qui d'une certaine manière lui donne même du sens. Gramsci disait "Seule la vérité est révolutionnaire", je dirais "seule la conscience de la fragilité est révolutionnaire". On peut réinventer un projet de société intégrant tout le monde à partir de cette conscience de la fragilité parce qu'encore une fois, cela concerne tout le monde. Il y a ici un vrai enjeu de cohésion sociale mais également un enjeu de développement économique. Mais je crois que cela est un angle mort des politiques, pas que de ce gouvernement, de prendre conscience de cela et de proposer une vision pour en faire une force. Dans l'entreprise, dans le ville etc..
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires