En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 2 heures 53 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 5 heures 35 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 9 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 5 heures 15 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 6 heures 21 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 8 heures 52 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 9 heures 14 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 13 heures 48 min
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
Je te tiens, tu me tiens par la barbichette

Concurrence impossible : pourquoi les destins d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe sont indissociablement liés (quoi qu’en pensent les protagonistes…)

Publié le 16 octobre 2018
De la chute de popularité à l'épisode du remaniement, les commentateurs politiques ont pu mettre en avant la position de plus en plus favorable d'un Edouard Philippe, considéré plus favorablement par les Français.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De la chute de popularité à l'épisode du remaniement, les commentateurs politiques ont pu mettre en avant la position de plus en plus favorable d'un Edouard Philippe, considéré plus favorablement par les Français.

Atlantico : Cependant, cette position actuelle "d'émancipation" pour le premier ministre n'est-elle pas un leurre ? Le destin des deux têtes de l'exécutif n'est-il pas profondément lié ?

 
Christophe Boutin : La pratique et l’esprit de la Constitution de 1958, sinon sa lettre, qui rappelle elle que le Premier ministre « dirige » (art. 21) l’action d’un Gouvernement qui « détermine et conduit la politique de la nation » (art. 20), font du Président de la République le seul chef de l’exécutif – hors périodes cohabitation bien sûr. Pour s’en assurer, et se débarrasser si besoin est d’un chef de gouvernement que rien n’oblige constitutionnellement à démissionner, point n’est d’ailleurs besoin de ces lettres de démission en blanc que signaient les premiers titulaires de la fonction. Disposant seul du droit de dissolution de l’Assemblée nationale, le Président pourrait en effet placer ses membres devant un choix pénible : soit voter la censure et faire chuter le gouvernement ; soit suivre le Premier ministre mais être conduits à arpenter plus rapidement que prévu les places de marché… Pour autant, le Premier ministre est aussi un « présidentiable » potentiel, ce qu’ont bien compris les Présidents qui ont nommé à cette fonction des concurrents politiques pour mieux les tuer, le meilleur exemple en étant le couple improbable Mitterrand-Rocard.
 
De ces éléments divers découlent les diverses figures de Premier ministres que nous avons connu, parmi lesquelles nous pouvons citer les disciples figés « perinde ac cadaver » (Debré, Mesmer), les ambitieux attendant leur tour (Villepin, Fillon, Valls), les rivaux potentiels (Chaban-Delmas) et les techniciens (Barre). Mais la situation actuelle est nouvelle, puisque le Premier ministre, Édouard Philippe, ne fait pas partie de la majorité présidentielle sans être pour autant un technicien venu de l’extérieur du monde politique. C’est peut-être cet élément, cette différence, qui fait que l’attelage de nos deux ambitieux – car c’est sans doute l’ambition qui réunit le mieux ces deux hommes - fonctionne somme toute plutôt bien.
 
Alors bien sûr, les positions respectives peuvent évoluer, et c’est le cas aujourd’hui. Initialement, « Jupiter » trônait dans les nuées des sondages d’opinion quand Philippe, peu connu d’une part, sinon des Havrais, et d’autre part « traître » aux yeux d’une partie de la droite qui ne lui pardonnait pas d’avoir cédé aux sirènes du macronisme, était plus contesté. Mais de nos jours, alors qu’Emmanuel Macron baisse dans les sondages, frappé par les « affaires » mais aussi par le peu de résultats d’une politique qui reste bien « sa » politique, la cote d’Édouard Philippe se positionne plus haut.
 
L’explication de cette évolution, que l’on ne peut lier à des options politiques différentes, puisque Philippe accepte sans sourciller de mettre en musique les décisions présidentielles, vient sans doute en grande partie d’une question d’image. Philippe donne celle d’une sobriété dans la communication effectivement attendue par les Français, cette sobriété qu’annonçait pour lui-même Emmanuel Macron aux premiers jours de son quinquennat avant de sombrer dans les selfies les plus inattendus. Philippe se garde ensuite bien de stigmatiser qui que ce soit, comme de toucher aux valeurs nationales, quand Macron critique vertement les Gaulois qui se plaignent et mettent en doute son génie, considère que la langue n’est plus liée à la nation, et n’hésite pas à y aller de ses petites phrases de repentance sur la scène internationale. Par comparaison, il est donc logique que Philippe acquière alors sinon une véritable stature d’homme d’État de premier plan, à tout le moins l’image d’un homme politique sérieux et responsable.
 
Pour autant, une fois cette évolution constatée, le couple peut-il se séparer ? Certainement pas maintenant, et s’il peut y avoir des tensions et des dissensions, ce sera sans aller jusqu’à la rupture. Philippe a peut-être été programmé par Macron comme étant le fusible qui, une fois faites les réformes dites « de droite » - en fait libérales-mondialistes –, sauterait pour préserver la seconde partie du quinquennat et permettre sa réélection, mais l’arrivée des élections européennes, avec la nécessité pour Macron de faire un front européiste le plus large possible face aux populistes, fait que l’alliance doit être maintenue. Quant à Philippe, il n’a pas encore tissé assez de liens depuis Matignon pour envisager de s’émanciper de la tutelle du maître des horloges.
 
Le débat sur l’éventuelle opposition entre les deux hommes relève donc largement de fantasmes de journalistes ou de l’opposition, les uns voulant du suspense et du sang pour vendre, les autres diviser pour régner… Il devraient plutôt constater que, loin de s’engager sur cette voie de la rupture, Édouard Philippe joue au contraire depuis le début, et plus que jamais peut-être, le jeu de la solidarité avec le Président, bien mieux même que certains alliés de toujours du jeune chef de l’État, et monte par exemple au créneau pour le défendre dans la tourmente des affaires.
 
 

Les discussions relatives au remaniement ont pu mettre à jour une défiance des cadres de LREM à l'égard d'Edouard Philippe alors que ce dernier n'a pas pris l'initiative de créer un pôle politique du centre droit pour le soutenir. En quoi sa position politique pourrait-elle être considérée - en l'absence de majorité - comme trop fragile pour constituer une vraie menace, à l'inverse d'un Edouard Balladur qui avait pu compter sur l'UDF ?

 
Les choses sont différentes puisque Balladur ne menaçait pas son Président, François Mitterrand qui achevait son second mandat, mais son « ami de vingt ans », un Jacques Chirac qui, échaudé par la première cohabitation, avait choisi de ne pas s’y soumettre une seconde fois. Mais ce qui est vrai, et vous avez raison, c’est que vous ne pouvez vous lancer dans un conflit politique sans avoir le soutien de quelques uns de vos pairs : même Jupiter a été content de trouver Collomb et Bayrou pour monter sur l’Olympe.
 
Quant aux réticences de certains cadres de  LaREM autour du remaniement en cours, elles relèvent au moins autant des stratégies politiques que des querelles de personne. On peut en effet effectivement se poser la question de savoir si le premier temps du quinquennat n’a pas donné beaucoup à certains, « à la droite » disent des leaders de la gauche, mais en fait à des lobbies financiers qui ne sont ni de droite ni de gauche, et s’il ne faudrait pas corriger le tir dès maintenant et revenant plus à gauche – comprendre en faisant sinon plus de social, au moins plus de sociétal, ce qui coûte moins cher et plait plus aux lobbies. Dans ce cadre, le choix des nouveaux membres du gouvernement, au moins en terme d’image, a effectivement un impact, et les propositions d’Édouard Philippe ont semblé trop liées à ses anciennes appartenances politiques pour les Marcheurs.
 
Mais pour qu’Édouard Philippe, surfant sur les sondages, puise représenter une vraie menace pour Emmanuel Macron, il faudrait bien plus que ces petites luttes internes, car s’il propose, Jupiter dispose. Il faudrait pour cela qu’il devienne le leader naturel du centre droit, des LaREM dissidents à certains LR, bref qu’il recrée l’UDF, mais deux éléments au moins freinent aujourd’hui cette évolution. Le premier est qu’il devrait faire face à trop de concurrents, de François Bayrou à, pourquoi pas, Valérie Pécresse si cette dernière choisissait une rupture et un éclatement de LR, sans compter quelques seconds couteaux que les médias se plaisent à maintenir en vie artificielle. Le second est que cela suppose une séparation nette d’avec un Emmanuel Macron qui n’acceptera pas de gaité de cœur de le voir monter ainsi en puissance et être éventuellement conduit à négocier ave son ancien adjoint.
 
Est-ce à dire que cela n’arrivera jamais ? Le centre est actuellement peuplé de personnalités d’envergures moyennes qui pourraient trouver un intérêt à se coaliser derrière un Philippe ayant acquis une stature nationale et devenu indépendant, et qui, parvenu seul au pouvoir ou devenu l’allié indispensable d’une LaREM affaiblie, leur procurerait des points de chute ministériels. L’hypothèse n’est donc pas à exclure totalement.
 

Du côté d'Emmanuel Macron, comment gérer le cas Edouard Philippe ?

 
Comme il le fait actuellement. En ne s’offusquant pas du croisement des courbes dans les sondages, ce qui n’apporterait rien. En lui faisant assumer de pseudos réformes qui cachent en fait le dépeçage de l’État au profit des intérêts privés (Française des Jeux, barrages, Aéroports de Paris…), et ce au détriment des contribuables. En le laissant assumer la réforme du prélèvement de l’impôt sur le revenu et ses inévitables couacs. L’ancien associé-gérant de Rothschild a en effet besoin de faire croire sur ces points à des choix émanant de ses ministres « de droite », et donc du premier d’entre eux. En laissant aussi ce dernier faire certaines erreurs en termes de popularité : pour beaucoup de Français, Édouard Philippe reste celui qui a imposé le 80km/h sur les routes, une mesure qui, au vu du nombre de radars vandalisés, peine encore à s’imposer.
 
Pour l’avenir, Emmanuel Macron devra penser à faire monter en puissance un rival empêchant une éventuelle OPA de Philippe sur le centre-droit. Certes, il peut compter sur les guerres pichrocholines qui ne cessent d’agiter les petits-chefs du Marais, qui se rêvent tous leader d’un « parti-charnière » comme aux belles heures de la Quatrième. Certes, François Bayrou, même s’il ne souhaite pas redevenir ministre, appréciera toujours d’empêcher d’autres de l’être. Mais, même s’il faisait évoluer la seconde partie de son mandat vers sa gauche, Emmanuel Macron devrait y penser toujours… mais n’en parler jamais !
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires