En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 7 min 54 sec
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 1 heure 30 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 2 heures 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 13 heures 54 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 23 heures 21 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 47 min 1 sec
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 2 heures 42 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 13 heures 10 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 14 heures 37 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 23 heures 31 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

Le sang versé des bataillons des colonies pendant la Première Guerre mondiale

Publié le 07 octobre 2018
En 1402, Salou Casais, une princesse malienne, arrive à Toulouse, première trace d’un échange lointain dans la France médiévale. Une histoire oubliée ! Ces histoires négligées et omises, François Durpaire les dresse contre l'idée dépassée selon lui d'un roman national. Dans "Nos ancêtres n'étaient pas Gaulois !", publié aux éditions Albin Michel. Extrait 2/2
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1402, Salou Casais, une princesse malienne, arrive à Toulouse, première trace d’un échange lointain dans la France médiévale. Une histoire oubliée ! Ces histoires négligées et omises, François Durpaire les dresse contre l'idée dépassée selon lui d'un roman national. Dans "Nos ancêtres n'étaient pas Gaulois !", publié aux éditions Albin Michel. Extrait 2/2

Dès 1914, la France a fait appel à ses troupes issues des colonies. Les Poilus venus de l'empire seront de tous les grands combats : les batailles de la Marne et de la Somme, Verdun... Ils tarderont à être reconnus par la France et les rescapés nourriront des ressentiments profonds envers cette patrie pour laquelle ils se sont sacrifiés. Beaucoup d'entre eux diront leur fierté d'avoir combattu pour un idéal de liberté et d'égalité. Des recrutements massifs interviennent dès la mobilisation et s'intensifient pendant toute la guerre. On peut évaluer à 200 000 les contingents sous les drapeaux pendant la Grande Guerre, dont 135 000 combattent sur le front européen et en Orient. Le plus gros des recrues forcées est fourni par l'AOF (162 000).

L'AEF n'intervient qu'au printemps 1918 (14 000 hommes). La propagande a diffusé l'idée d'un élan spontané de populations africaines qui se seraient précipitées dans la défense de la patrie. Les historiens ont montré depuis que les recrutements se sont faits pour la plupart sous la contrainte.

Dans le centre de la Côte-d'Ivoire, les hommes sont capturés, comme aux temps de l'esclavage. Ils sont traînés jusqu'au camp d'incorporation de Bouaké. Les actes de résistance sont nombreux. L'historien Jean-Loup Saletes les classe en trois catégories. En premier lieu, il y a les chefs de village, qui présentent aux commissions les malades inaptes après avoir mis en lieu sûr les valides. Ensuite, il rappelle les nombreuses fuites dans les colonies britanniques voisines (Ghana, Sierra Leone, Nigeria). Enfin, il y a les révoltes, comme celle des Bambaras de la région du Bélédougou (janvier 1915). Le vieux chef Diocé Taraolé préfère se faire sauter plutôt que de se rendre. Les révoltes, dans l'ouest du Burkina et dans l'Atakora (nord du Bénin actuel), sont réprimées avec brutalité : villages incendiés, rebelles fusillés et chefs déportés.

Les Africains sauvent la ville de Reims

En janvier 1918, la nomination de Blaise Diagne en tant que commissaire général chargé du recrutement indigène change tout. De février à août 1918, il convainc les hommes de l'AOF et de l'AEF de venir se battre en France. Il leur promet des médailles et surtout la citoyenneté française après la guerre. Les primes aux recruteurs sont revalorisées. Son action est un succès : 63 000 hommes sont recrutés de février à août 1918. Les dirigeants religieux, comme le cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie des Mourides au Sénégal, montrent la voie et engagent leurs propres enfants. Les tirailleurs sénégalais participent aux batailles les plus importantes de la Grande Guerre. En 1915, de mars à décembre, ils forment la moitié du corps expéditionnaire d'Orient lancé sur les Dardanelles. Après l'échec de l'attaque contre les Turcs, ils s'enterrent dans les tranchées. Par la suite, ils sont utilisés dans les batailles de la Somme – juillet et septembre 1916 –, à Verdun – de juillet à octobre 1916.

Ils contribuent à la reprise du fort de Douaumont. À la mi-avril 1917, 6 000 tirailleurs, soit 45 % de l'effectif engagé, sont sacrifiés à la bataille du Chemin des Dames, menée par Nivelle, avec le concours de Mangin. Ce dernier reçoit le qualificatif de « boucher des Noirs ». Il est provisoirement écarté de tout commandement à la suite des violentes attaques de Blaise Diagne à la Chambre des députés. L'épisode le plus marquant est sans nul doute la défense victorieuse de la ville de Reims dans laquelle ils prennent la plus grande part, au moment des offensives alliées et des contre-offensives allemandes du printemps et de l'été 1918. La ville est reconnaissante en édifiant en 1924 un monument à la gloire de l'année noire, dont une copie est envoyée à Bamako. En 1940, les nazis dynamiteront cet édifice qui rappelait leur défaite...

 

 

Extrait de Nos ancêtres ne sont pas Gaulois, François Durpaire, Albin Michel, 2018.

Lien vers la boutique Amazon : ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires