En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 13 heures 24 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 17 heures 38 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 21 heures 36 sec
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 21 heures 53 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 21 heures 16 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 21 heures 23 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 21 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 21 heures 58 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 7 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Aménagement du territoire

Régions en déclin : ce déni de réalité français qui empêche les territoires concernés d’être véritablement aidés

Publié le 03 octobre 2018
Depuis plusieurs décennies, les dynamiques en cours ont pu transformer le territoire français, laissant apparaître des villes en déclin.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs décennies, les dynamiques en cours ont pu transformer le territoire français, laissant apparaître des villes en déclin.

Atlantico : Quelle est l'ampleur du phénomène et dans quelle mesure est-il en toujours à l'oeuvre ? 

 
Laurent Chalard : Pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), dans un contexte d’urbanisation généralisée du territoire français, rares étaient les villes en déclin, quelle que fusse leur taille, petite, moyenne ou grande. La croissance urbaine était la norme dans toutes les régions. L’émergence d’une perte démographique ne se constatait que dans de très rares communes minières, dont certaines ont vu leur activité commencée à se rétracter dès les années 1960, comme, par exemple, Decazeville dans l’Aveyron. Depuis la fin des Trente Glorieuses, la situation a cependant fortement évolué, le processus de désindustrialisation massive du territoire français combiné au processus de métropolisation, l’emploi se concentrant dans les agglomérations les plus peuplées, ont conduit le nombre de villes déclinantes à considérablement augmenter. En effet, entre 1968 et 2014, pas moins de 75 communes françaises de tradition industrielle, qui comptaient au moins 2000 habitants à l’origine, ont vu leur population se réduire d’au moins un tiers, soit une baisse particulièrement sensible. Le phénomène touche plus particulièrement des petites et moyennes villes du nord-est et du Massif Central qui se caractérisaient par leur mono-activité. Parmi les plus connues, nous pouvons citer : La Grand-Combe (Gard), Decazeville (Aveyron), Joeuf (Meurthe-et-Moselle), Revin (Ardennes), Mazamet (Tarn), Montluçon (Allier) ou encore Le Creusot (Saône-et-Loire). Malgré une croissance démographique nationale soutenue pendant les années 2000, le nombre de villes déclinantes a progressé dans la dernière décennie du fait de l’accentuation des inégalités de dynamiques territoriales en France. Malheureusement, cette tendance est appelée à se poursuivre pour deux principales raisons : un ralentissement de la croissance démographique hexagonale, qui touchera prioritairement les villes les moins dynamiques, et une poursuite de la métropolisation, consécutive des réformes législatives de ces dernières années, qui ont fortement renforcé les grandes métropoles. La liste des villes concernées devrait donc grandement s’allonger dans les prochaines années, touchant de plus en plus de régions.
 

Quelles sont les conséquences pour ces territoires, quels en sont les stigmates caractéristiques ?

De par son ampleur, le déclin démographique a des conséquences considérables pour les villes concernées ainsi que pour les territoires environnants qui sont sous leur influence. Au niveau des villes, le déclin est très prégnant dans le paysage à travers plusieurs stigmates typiques, qui se retrouvent presque partout : - l’importance des friches industrielles, qui occupent parfois des espaces centraux au cœur des villes, les rendant très visibles, - une disparation commerciale encore plus accentuée qu’en moyenne, avec des rues entières aux commerces fermés, donnant l’impression de « villes mortes », - une vacance de l'habitat, en particulier des logements les plus vétustes ou des logements sociaux de type grand ensemble peu recherchés, - un abandon d’un espace public, vétuste et surdimensionné par rapport à sa fréquentation, - une visibilité de la pauvreté sur les habitants que l’on croise dans la rue. Cet ensemble de caractéristiques leur donne une image déprimante pour l’observateur extérieur, entretenant le processus de dévitalisation. Au niveau des territoires environnants, si les stigmates sont souvent moins apparents du fait de la périurbanisation, il n’en demeure pas moins que le déclin de la petite (ou moyenne) ville-relais du territoire se fait ressentir, que ce soit par la disparition d’un certain nombre d’équipements ou de services ou que ce soit par la réduction du nombre d’emplois, qui conduit la population à émigrer vers des territoires proposant de meilleures perspectives d’avenir. 
 

Est-il plus opportun de tenter de lutter contre un phénomène qui semble inexorable, ou est-ce que l'enjeu n'est-il pas finalement de l'accompagner" de la manière la plus efficace permettant ainsi une forme de renaissance ? 

 
Effectivement, l’ensemble des stigmates produits du déclin démographique pause un problème d'aménagement certain que l'Etat central ne semble jamais avoir réellement pris en compte, puisqu’il n'évoque jamais dans ses grandes politiques nationales la question du rétrécissement de certaines villes. Or, pour résoudre le problème, il convient de changer de paradigme. Il s'agit d'être réaliste, en prenant acte du processus de rétrécissement engagé et en adoptant une politique d'aménagement visant à effacer les stigmates du déclin, ce qui passe par une politique de resserrement du centre-ville, en particulier sur le plan commercial, de dédensification de l'habitat, en n’hésitant pas à détruire massivement l’habitat peu recherché, de conversion des friches industrielles, qui peuvent être renaturées ou réutilisées comme équipements collectifs. Pour résumer, il convient de "penser le rétrécissement", grand impensé de la politique d'aménagement du territoire, pour les villes au déclin amorcé depuis plusieurs décennies et difficilement réversible. Leur renaissance ne passe pas tant par un rebond démographique et économique bien souvent illusoire, que par une adaptation de leur physionomie à la nouvelle donne démographique. Dans ce cadre, l’objectif final est que peu d’éléments du paysage ne doivent laisser à penser au visiteur de passage que la ville fut autrefois plus peuplée et plus active.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires