En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 5 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 7 heures 22 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 8 heures 55 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 12 heures 59 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 13 heures 43 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 14 heures 24 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 14 heures 45 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 8 heures 21 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 10 heures 7 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 13 heures 9 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 13 heures 24 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 14 heures 9 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 14 heures 42 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 15 heures 5 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Aménagement du territoire

Régions en déclin : ce déni de réalité français qui empêche les territoires concernés d’être véritablement aidés

Publié le 03 octobre 2018
Depuis plusieurs décennies, les dynamiques en cours ont pu transformer le territoire français, laissant apparaître des villes en déclin.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs décennies, les dynamiques en cours ont pu transformer le territoire français, laissant apparaître des villes en déclin.

Atlantico : Quelle est l'ampleur du phénomène et dans quelle mesure est-il en toujours à l'oeuvre ? 

 
Laurent Chalard : Pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), dans un contexte d’urbanisation généralisée du territoire français, rares étaient les villes en déclin, quelle que fusse leur taille, petite, moyenne ou grande. La croissance urbaine était la norme dans toutes les régions. L’émergence d’une perte démographique ne se constatait que dans de très rares communes minières, dont certaines ont vu leur activité commencée à se rétracter dès les années 1960, comme, par exemple, Decazeville dans l’Aveyron. Depuis la fin des Trente Glorieuses, la situation a cependant fortement évolué, le processus de désindustrialisation massive du territoire français combiné au processus de métropolisation, l’emploi se concentrant dans les agglomérations les plus peuplées, ont conduit le nombre de villes déclinantes à considérablement augmenter. En effet, entre 1968 et 2014, pas moins de 75 communes françaises de tradition industrielle, qui comptaient au moins 2000 habitants à l’origine, ont vu leur population se réduire d’au moins un tiers, soit une baisse particulièrement sensible. Le phénomène touche plus particulièrement des petites et moyennes villes du nord-est et du Massif Central qui se caractérisaient par leur mono-activité. Parmi les plus connues, nous pouvons citer : La Grand-Combe (Gard), Decazeville (Aveyron), Joeuf (Meurthe-et-Moselle), Revin (Ardennes), Mazamet (Tarn), Montluçon (Allier) ou encore Le Creusot (Saône-et-Loire). Malgré une croissance démographique nationale soutenue pendant les années 2000, le nombre de villes déclinantes a progressé dans la dernière décennie du fait de l’accentuation des inégalités de dynamiques territoriales en France. Malheureusement, cette tendance est appelée à se poursuivre pour deux principales raisons : un ralentissement de la croissance démographique hexagonale, qui touchera prioritairement les villes les moins dynamiques, et une poursuite de la métropolisation, consécutive des réformes législatives de ces dernières années, qui ont fortement renforcé les grandes métropoles. La liste des villes concernées devrait donc grandement s’allonger dans les prochaines années, touchant de plus en plus de régions.
 

Quelles sont les conséquences pour ces territoires, quels en sont les stigmates caractéristiques ?

De par son ampleur, le déclin démographique a des conséquences considérables pour les villes concernées ainsi que pour les territoires environnants qui sont sous leur influence. Au niveau des villes, le déclin est très prégnant dans le paysage à travers plusieurs stigmates typiques, qui se retrouvent presque partout : - l’importance des friches industrielles, qui occupent parfois des espaces centraux au cœur des villes, les rendant très visibles, - une disparation commerciale encore plus accentuée qu’en moyenne, avec des rues entières aux commerces fermés, donnant l’impression de « villes mortes », - une vacance de l'habitat, en particulier des logements les plus vétustes ou des logements sociaux de type grand ensemble peu recherchés, - un abandon d’un espace public, vétuste et surdimensionné par rapport à sa fréquentation, - une visibilité de la pauvreté sur les habitants que l’on croise dans la rue. Cet ensemble de caractéristiques leur donne une image déprimante pour l’observateur extérieur, entretenant le processus de dévitalisation. Au niveau des territoires environnants, si les stigmates sont souvent moins apparents du fait de la périurbanisation, il n’en demeure pas moins que le déclin de la petite (ou moyenne) ville-relais du territoire se fait ressentir, que ce soit par la disparition d’un certain nombre d’équipements ou de services ou que ce soit par la réduction du nombre d’emplois, qui conduit la population à émigrer vers des territoires proposant de meilleures perspectives d’avenir. 
 

Est-il plus opportun de tenter de lutter contre un phénomène qui semble inexorable, ou est-ce que l'enjeu n'est-il pas finalement de l'accompagner" de la manière la plus efficace permettant ainsi une forme de renaissance ? 

 
Effectivement, l’ensemble des stigmates produits du déclin démographique pause un problème d'aménagement certain que l'Etat central ne semble jamais avoir réellement pris en compte, puisqu’il n'évoque jamais dans ses grandes politiques nationales la question du rétrécissement de certaines villes. Or, pour résoudre le problème, il convient de changer de paradigme. Il s'agit d'être réaliste, en prenant acte du processus de rétrécissement engagé et en adoptant une politique d'aménagement visant à effacer les stigmates du déclin, ce qui passe par une politique de resserrement du centre-ville, en particulier sur le plan commercial, de dédensification de l'habitat, en n’hésitant pas à détruire massivement l’habitat peu recherché, de conversion des friches industrielles, qui peuvent être renaturées ou réutilisées comme équipements collectifs. Pour résumer, il convient de "penser le rétrécissement", grand impensé de la politique d'aménagement du territoire, pour les villes au déclin amorcé depuis plusieurs décennies et difficilement réversible. Leur renaissance ne passe pas tant par un rebond démographique et économique bien souvent illusoire, que par une adaptation de leur physionomie à la nouvelle donne démographique. Dans ce cadre, l’objectif final est que peu d’éléments du paysage ne doivent laisser à penser au visiteur de passage que la ville fut autrefois plus peuplée et plus active.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires