En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 6 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 23 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 57 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 54 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 19 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 44 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 53 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 11 heures 3 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 20 min
© WILLIAM WEST / AFP
© WILLIAM WEST / AFP
Bonnes feuilles

Pourquoi la vague populiste qui déferle sur la planète n'a pas grand chose en commun avec le populisme des années 1930

Publié le 16 septembre 2018
A l'heure des "fake news", une nouvelle forme de populisme a fait son apparition, basée sur des opinions hétéroclites et mouvantes, au détriment des édifices idéologiques solides. Extrait du livre "Le retour des populismes", sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal, publié aux éditions La Découverte (2/2).
Raphaël Liogier est sociologue et philosophe, professeur à Sciences Po Aix, chercheur au Sophiapol (université Paris-X). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Liogier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Liogier est sociologue et philosophe, professeur à Sciences Po Aix, chercheur au Sophiapol (université Paris-X). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure des "fake news", une nouvelle forme de populisme a fait son apparition, basée sur des opinions hétéroclites et mouvantes, au détriment des édifices idéologiques solides. Extrait du livre "Le retour des populismes", sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal, publié aux éditions La Découverte (2/2).

La nouveauté du populisme liquide

 

Le populisme liquide se démarque de celui des années 1930 sur cinq points essentiels. 

Tout d’abord, la définition du « vrai peuple » se fonde sur la notion volatile de culture. Deuxième différence, cette nouvelle focalisation est adaptée à la société de consommation actuelle, dans laquelle circulent à grande vitesse des opinions, des désirs, des modes sans stabilité idéologique. De sorte que non seulement la définition du vrai peuple varie, mais les héros, les traîtres et les ennemis se substituent rapidement les uns aux autres. Par exemple, malgré la désignation de l’ennemi fondamental musulman, on observe des glissements antisémites, homophobes, ou autres. Seul reste le sentiment d’être culturellement cerne. C’est pourquoi le traître par excellence reste toujours le multiculturaliste – ce mot est même devenu péjoratif.

Troisièmement, le brouillage entre le progressisme et le conservatisme ne touche plus seulement des partis spécifiquement populistes, mais l’ensemble des milieux politiques, à l’échelle européenne au début des années 2000, et maintenant à l’échelle mondiale, en particulier avec le développement du Tea Party, et la prise de fonction de Donald Trump en janvier 2017.

Ce qui nous conduit à la quatrième différence : on n’assiste plus, comme dans les années 1930, a une crise de certaines nations européennes par rapport à d’autres – celle de l’Allemagne par rapport à la France, par exemple –, mais a une crise de l’ensemble des démocraties dites occidentales.

Enfin, les sociétés occidentales sont soumises à des contraintes internationales, économiques, politiques, juridiques, militaires, qui ne leur permettraient plus de s’engager seules contre le reste du monde, comme ce fut le cas des forces de l’Axe dans les années 1930.

Un sondage Ipsos commandé par Le Monde et le Centre de recherches politiques de Sciences Po début 2013 concernant la France anticipe la situation actuelle élargie à l’ensemble du monde occidental, Amérique du Nord comprise. L’écrasante majorité des personnes interrogées (90 %) a le sentiment que la France a perdu sa place économique et (63 %) son rayonnement culturel. Le vote en faveur du Brexit et l’élection de Donald Trump constituent des indicateurs directs de ce sentiment collectif de perte d’importance, d’encerclement par des forces malignes et adverses (allant des multinationales a l’islam) et de corruption des élites (qu’elles soient culturelles ou politiques). Il ne nous resterait plus qu’à nous retrancher chez nous (pour 56 % des personnes interrogées, la France doit se protéger et surtout ne pas s’ouvrir au monde, et pour 61 % la mondialisation est forcément une menace).

Mais les sondés franchissent un pas supplémentaire, en tombant dans le « tous pourris ». En effet, les élites politiques sont perçues comme corrompues pour 62 % d’entre eux ; pour plus de 70 %, les journalistes sont coupes du réel (ce qui rappelle les attaques massives du candidat et président Trump a l’égard de la clique des journalistes, de leur hypocrisie, de leurs mensonges, ciblant des médias comme le New York Times) et aussi pourris que les politiques (ce qui rappelle les attaques de Trump contre l’establishment de Washington, et « Hillary la corrompue ») ; sachant que la démocratie ne fonctionne tout bonnement plus pour 72 % qui estiment que leurs idées ne sont pas représentées (c’est la dose d’antiparlementarisme).

Et 62 % des personnes interrogées ne se sentent plus chez elles ; 70 % considèrent qu’il y a trop d’étrangers. Cela rappelle la thématique obsessive de l’immigration que l’on retrouve aujourd’hui partout en Europe et en Amérique du Nord : il s’agit de limiter, empêcher, sélectionner, voire, comme aux États-Unis, de refuser des visas sous divers prétextes.

Dans les années 1930, l’espace public pouvait être l’objet d’affrontements idéologiques stables. Les antagonismes politiques pouvaient s’appuyer sur des idées construites. On pouvait choisir entre le communisme et le fascisme. Les intellectuels étaient des idéologues, alors qu’aujourd’hui ils ont été en partie remplaces par les « experts », comme l’a montré Enzo Traverso (Où sont passés les intellectuels ?, Enzo Traverso, Textuel, Paris, 2013). La politique est désormais modelée par le marketing, ce que Jean Baudrillard appelle la politique du signe (Jean Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Gallimard, Paris, 1972), qui consiste à suivre les fluctuations, les désirs présumés de l’opinion publique, et à y répondre en faisant signe.

Une nouvelle classe de personnalités médiatiques est apparue : les opérateurs d’opinion, les opiniologues, qui élaborent des édifices liquides, à base d’opinions hétéroclites et mouvantes, qui ont remplacé les édifices idéologiques solides. Nous vivons dans la fabrique permanente des fake news complotistes, à base de corrélations (au détriment de la cohérence causale), qui n’ont pas le temps d’être contredites, aussitôt remplacées par de nouvelles corrélations, qui laissent la trace d’un sentiment d’injustice, de complot. Le populisme opiniologique s’impose ainsi par le rythme de diffusion d’opinions indémontrables.

Extrait du livre "Le retour des populismes", sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal, publié aux éditions La Découverte

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires