En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 9 min 10 sec
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 34 min 46 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 38 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 14 heures 7 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 17 heures 18 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 19 heures 3 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 26 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 14 min 57 sec
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 52 min 35 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 53 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 16 heures 15 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 44 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 23 heures 8 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
"Pardon"

Maurice Audin ou les dangers de la stratégie de communication d’Emmanuel Macron

Publié le 14 septembre 2018
Ce 13 septembre, Emmanuel Macron a choisi de "reconnaître officiellement l'assassinat de Maurice Audin, militant communiste disparu pendant la guerre d'Algérie", dans un climat politique marqué par un "plan pauvreté" dont l'ambition peut poser question, et par la forte baisse du président dans les sondages, tombé à 25% d'avis favorables (Ipsos Le Point).
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 13 septembre, Emmanuel Macron a choisi de "reconnaître officiellement l'assassinat de Maurice Audin, militant communiste disparu pendant la guerre d'Algérie", dans un climat politique marqué par un "plan pauvreté" dont l'ambition peut poser question, et par la forte baisse du président dans les sondages, tombé à 25% d'avis favorables (Ipsos Le Point).

Atlantico : Dans quelle mesure peut-on voir ici la mise en place d'une stratégie de contre feu assurant à Emmanuel Macron l'opposition et les critiques d'une partie de la population dont les plus visibles seront les plus radicales ? Dans quelle mesure peut-on y voir une stratégie "Buisson à l'envers", notamment en référence à l'idée - non suivie - proposée par Patrick Buisson à Nicolas Sarkozy de remettre en question les accords d'Evian ? En quoi et comment le "fond" de ces sujets peuvent-ils guider la forme du débat médiatique ?

 
Christophe Boutin : En 2018 plus que jamais peut-être, une crise politique a toujours un aspect largement médiatique : la crise n’existe en effet qu’à partir du moment où les médias en rendent compte, et dure tant qu’ils continuent d’en parler. Sauf à présenter de fausses informations – les fameuses fake news –, mais courant ainsi le risque d’être dénoncés et de perdre leur légitimité, les médias, a priori, n’inventent pas l’événement générateur de la crise. Mais en lui donnant telle ou telle place, en se faisant caisse de résonance ou éteignoir, ils peuvent bel et bien créer la crise.
 
Sortir d’une crise consiste donc largement à sortir d’un champ médiatique dont la composition résulte de trois éléments principaux : la volonté des journalistes d’aller au bout d’investigations pour remplir comme ils l’entendent leur mission d’infirmation ; la lassitude ou l’intérêt d’un public dont les médias ont besoin pour justifier leur existence ; le choix des intérêts privés contrôlant les médias, soit directement, soit indirectement, notamment par le biais d’une publicité qui leur est indispensable.
 
Quant à sortir du champ médiatique, les méthodes à employer par celui qui est au centre de la crise ressemblent un peu à celles d’une bête de chasse. Quand il est trop tard pour se faire discret en sa « reposée », et que la meute est sur la « voie », on peut tenter une diversion et « donner le change », c’est à dire lancer un autre animal pour que la meute suive la voie de ce dernier. Reste que si la chasse est bien menée ceux qui l’ont lancée « rompront les chiens » pour ramener la meute sur la première voie. Pour revenir à la politique, cela suppose en fait que vous trouviez une victime naïve et/ou consentante, dont la chute ferait beaucoup de bruit pour satisfaire le public, et dont vos ennemis se contenteraient. Cela ne semble pas être le cas pour l’instant, mais on peut se demander si certains n’ont pas été hissés fort haut pour pouvoir tomber un jour avec plus de bruit.
 
Serrés de trop près, certains gibiers préfèreront se mettre « au ferme » ou « charger », non seulement pour « tenir tête », mais aussi pour « découdre » et « renvoyer » les plus timides des assaillants. En politique aussi la meilleure défense peut être l’attaque, et les récentes interventions de Benalla contre les « petits marquis » du Sénat relèvent peut-être de cette tactique... mais peut-être viennent-elles simplement du peu de connaissance qu’aurait l’intéressé du fonctionnement officiel de notre démocratie.
 
Dans le monde humain, il reste encore la possibilité de changer son image et de renverser la tendance de l’opinion en apparaissant sous un jour plus flatteur. Pour cela, la première solution consiste à s’investir sur un thème positif. Pour certains, la présentation du « plan pauvreté » en cette rentrée 2018 relèverait de cette tactique, et viserait autant à effacer la mauvaise image due à l’affaire Benalla qu’à renouer avec une gauche qui critique le « Président des riches ».  Pour autant, il convient de rappeler que la réflexion sur ce projet n’a pas attendu l’affaire, ni les récentes critiques, et que nous sommes plus dans le déroulé du plan d’action gouvernemental et dans cette volonté de mener de front plusieurs dossiers importants qui est un peu la marque de fabrique du Chef de l’État.
 
Mais la seconde manière d’amender son image est d’être attaqué par les pires de ses ennemis. En l’occurrence, si Emmanuel Macron faisait l’objet d’une virulente campagne de dénigrement de la part de l’extrême-droite, cela lui donnerait sans doute un peu d’air : les journalistes seraient moins enclins à le critiquer et la gauche lui retrouverait du charme. L’affaire Audin a-t-elle cette utilité ? La question peut être posée. Ce qui est certain c’est qu’avec deux listes actuellement au coude-à-coude dans un récent sondage (21%), LaREM et le RN sont engagés dans une lutte violente pour les élections européennes… et qu’Emmanuel Macron entend bien dramatiser les choses au maximum, croyant, à tort ou à raison, que les excès de ses rivaux, toujours facilement médiatisés, contribueront à leur chute.
 
 
 

Dans quelle mesure peut-on voir ici une modification de la communication du président, incarnée par la reprise en main de celle-ci par Sylvain Fort, ancien proche de Nicolas Sarkozy et de Laurent Wauquiez, et "monsieur discours et mémoire" de l'Elysée ? Emmanuel Macron ne prend-il pas un risque "d'effondrement" à produire une communication engagée, comme avait pu le faire Patrick Buisson, sans que celle-ci ne se traduise dans les faits ?

 
La gestion de l’affaire Benalla a vocation à rester dans les annales de la communication de crise, de ses difficultés et de ses échecs. D’abord, parce que de nombreuses questions restent posées, comme de savoir pourquoi et comment elle a pu apparaître d’un coup, et de manière aussi violente, dans des médias jusqu’alors globalement favorables à Emmanuel Macron, c’est-à-dire ni dans Valeurs Actuelles ou même Le Figaro, mais dans Le Monde puis Libération. Ensuite, parce que les seconds couteaux qui sont montés au créneau au début ont été tout simplement catastrophiques, autant dans leurs pitoyables dénégations (« Je n’ai jamais rencontré Benalla ») que dans leurs ridicules tentatives d’explication (« Il portait les valises des Bleus »).
 
Une fois faites ces erreurs de débutant – ou de communicant à qui on interdisait certaines réponses – l’Élysée tente de remettre de l’ordre. Sylvain Fort avait su être en phase avec les attentes de nombre de citoyens après les quinquennats de Sarkozy et Hollande : restauration de la verticalité du pouvoir, avec les idées de distance et de parole rare ; discours d’une rare qualité, où le « en même temps » présidentiel, permanent, faisait la part belle aux référents identitaires et à la culture classique. Mais on mesure le travail à faire pour replacer Jupiter dans cette dimension lorsque l’on se souvient de la « teuf » élyséenne, ou que le président a cru bon d’expliciter urbi et orbi ses relations avec Benalla.
 
En fait, les deux présidents que vous citez, Sarkozy et Macron, ont tous les deux, sinon trahi le discours que leurs plumes ou conseillers leur faisaient tenir, au moins créé un décalage trop important avec celui-ci, tant sur le fond, avec des réformes allant dans le sens inverse, que sur la forme, ce qui est au moins aussi grave à l’ère de l’omniprésence médiatique.
 

Comment mesurer la prise de pouvoir de "spin doctors" et le risque que cette situation représente, notamment en référence à l'anecdote de la vie politique britannique qui avait vu une porte parole du ministère des transports, une heure après les attentats du 11/09/2001 rédiger un email à ses supérieurs en indiquant "Sujet: relations avec les médias. C'est un très bon jour pour ressortir tout ce qu'on veut faire passer en douce." ?

Dans un monde où les médias sont omniprésents, où une image peut basculer à cause d’un tweet ou d’un mot, les « spin doctors » jouent nécessairement un rôle important. Hollywood lui-même en rend compte, multipliant les films sur ces conseillers, dont le magnifique Des hommes d’influence, avec De Niro et Dustin Hoffman. Mais n’oublions pas que le livre Propaganda, d’Édouard Bernay, date de 1928, que Gustave Le Bon décrivait la Psychologie des foules en 1895, et que l’on pourrait remonter jusqu’aux manuels de rhétorique de l’Antiquité pour comprendre comment se façonne une opinion.
 
Le cynisme que vous évoquez de l’équipe de Blair n’est en rien surprenant, on le retrouve à chaque page du Prince de Machiavel – quoiqu’en ait prétendu Rousseau ! Ce qui est nouveau c’est que ces hommes – et femmes - de l’ombre s’exposent au soleil ou y sont exposés. Dans son fameux discours de Chicago du 4 novembre 2008 Obama dédiait ainsi sa victoire, entre autres, à son « directeur de campagne, David Plouffe… le héros méconnu de cette campagne » et à son « chef stratégiste, David Axelrod, qui a été mon partenaire à chaque étape de ce chemin ». Mais cette mise en avant est-elle une preuve de leur plus grand pouvoir ? C’est loin d’être évident.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires