En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

07.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 7 heures 2 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 8 heures 38 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 16 heures 4 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 jour 1 heure
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 jour 2 heures
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 10 heures 4 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 13 heures 31 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 16 heures 29 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 6 heures
© STOYAN NENOV / POOL / AFP
© STOYAN NENOV / POOL / AFP
Sanctionner oui mais pas comme ça

La dangereuse erreur de stratégie européenne face à Viktor Orban

Publié le 13 septembre 2018
Le Parlement européen a ouvert une procédure de sanction à l'encontre de la Hongrie en activant l'article 7 ce mercredi.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Parlement européen a ouvert une procédure de sanction à l'encontre de la Hongrie en activant l'article 7 ce mercredi.

Atlantico : Ce mercredi 12 septembre, le Parlement européen a demandé au Conseil européen d'ouvrir une procédure de sanction contre la Hongrie, dans le cadre de la procédure de l'article 7, au regard des menaces que font peser le pays dirigé par le gouvernement de Viktor Orban sur les valeurs fondamentales de l'Union. Quelles sont les implications d'un tel vote au niveau politique européen ? Quels sont les bénéfices à en tirer pour l'UE ?
 

Christophe Bouillaud : Tout d’abord, cela veut dire qu’au sein du Parlement européen, élu certes en 2014, les idées de Viktor Orban sont nettement minoritaires, puisque la majorité requise des 2/3  a été atteinte contre lui. Son comportement à la tête de la Hongrie laisse en effet à supposer une volonté d’outrepasser les règles de l’Etat de droit que se doivent de respecter les dirigeants des Etats membres de l’Union européenne : il est désormais acté que cette crainte est amplement majoritaire au Parlement européen. Ensuite, cette demande d’activation de l’article 7 du Traité de l’Union européenne à la demande d’une majorité qualifiée au sein du Parlement européen va obliger le niveau intergouvernemental de l’Union européenne à traiter du « cas Orban ». Tout dépendra largement ensuite de la réaction de la Hongrie de V. Orban. Cherchera-t-elle une médiation à ce niveau, ou utilisera-t-elle tous les moyens à sa disposition pour perturber le jeu européen ? Nous sommes tout de même en pleine négociation du Brexit avec le Royaume-Uni. Il ne faudrait pas que la Hongrie vienne perturber le processus en cours, déjà bien tortueux par ailleurs. Pour l’instant, il est tout de même peu probable qu’une majorité qualifiée (4/5ème) au Conseil se prononce pour aller plus avant vers une mise en cause de la Hongrie de V. Orban. De plus, si la procédure devait suivre son cours, on en passerait d’abord par une recommandation à la Hongrie, avant de rechercher à la sanctionner. 
 
Dans l’esprit de ceux qui ont lancé cette demande au sein du Parlement européen, il s’agit de mettre un frein à ce qu’ils perçoivent comme une dérive autocratique et xénophobe du pouvoir hongrois, et ainsi de réaffirmer que l’Union européenne n’a pour Etats membres que des démocraties pleinement fonctionnelles et aux gouvernements inspirés dans leurs actions par le respect de l’Etat de droit et les droits de l’Homme. C’est un peu sur le plan de la vie démocratique l’équivalent de la procédure pour déficit excessif en matière économique. Le bénéfice attendu serait de montrer que l’UE sait maîtriser les dérives autoritaires en son sein même. 
 

Cependant, quels sont les risques encourus par l'UE à sanctionner un gouvernement élu démocratiquement, dans un climat de défiance des populations européennes ou seuls 48% considère que "sa voix compte" dans l'UE (eurobaromètre 2018) ? 

 
Même si la majorité pour mettre la Hongrie de V. Orban est nette au sein du Parlement européen, il n’est pas sûr que cela ne permette pas à ce dernier de jouer la victime d’un complot auprès des Hongrois, mais aussi de ses partisans en Europe.
 
D’une part, il est fort possible qu’Orban soit perçu à l’est du continent comme la victime d’un complot occidental. La thèse du politologue bulgare Victor Krastev sur une fracture est/ouest des sensibilités dans l’Union européenne est déjà explicative, il ne faudrait pas qu’elle le devienne encore plus. 
 
 
D’autre part, en s’étant fait connaitre au niveau européen par la vigueur de son combat contre l’immigration, en particulier lors de la crise des réfugiés de 2015, V. Orban occupe une place de choix dans le panthéon des partisans d’une Europe réservé à ces propres natifs, les nativistes, terme que je préfère à celui de populistes. Il ne faut pas en effet confondre la situation d’Orban en 2018 avec celle de J. Haider en 2000-01 quand il entre avec le FPÖ au gouvernement autrichien. Ce dernier est alor perçu a priori comme un « nazi », ne serait-ce que par sa nationalité, mais il ne peut être jugé sur pièces. C’est donc un procès d’intention, qui finira en pantalonnade pour les dirigeants européens, et, d’ailleurs au final, J. Haider décevra ses propres partisans. Au contraire, V. Orban s’enorgueillit de sa politique de refus de toute immigration, et l’on peut d’ores et déjà la juger sur pièces. Il est peut-être un autocrate, voire un kleptocrate, mais il est avant tout un nativiste apparemment très convaincu, en actes si j’ose dire. La récente rencontre Orban-Salvini a amplement illustré ce rôle d’Orban comme leader d’un pays modèle, aux frontières fermées à l’immigration. Peu importe d’ailleurs que cela soit vrai : Orban a tout fait pour que tout le monde en soit convaincu.  Cela veut dire que toutes les personnes qui tiennent que l’Europe doit rester réservée aux natifs de l’Europe peuvent se sentir visés par cette décision du Parlement européen contre Orban. Pour paraphraser un dicton américain de la Guerre froide, « c’est un fils de pute, mais c’est notre fils de pute », peuvent penser beaucoup  de gens qui admirent cet aspect de son action. Par contraste, ses adversaires, tous ceux qui ont voté la résolution à son encontre, peuvent du coup apparaître comme prêt à  livrer le continent pour reprendre un terme en vigueur chez les nativistes au « grand remplacement ». Je ne suis pas certain que cela soit une manière convaincante d’ouvrir la campagne des élections européennes de 2019. En somme, le problème est qu’Orban, au-delà de sa personne, représente une vision politique qu’une démocratie pluraliste ne saurait mettre hors la loi.
 

Comment anticiper la suite des événements dans le cas où le Conseil européen - qui devra se prononcer à une majorité des 4/5e- suivait le vote du Parlement contre la Hongrie ? 

 
Dans cette hypothèse, cela supposerait vraiment que le PPE fasse le ménage en son sein. Le vote contre Orban au Parlement européen fait en effet apparaître au grand jour une fracture au sein du PPE – que personne n’avait jusqu’ici souhaité officialiser ainsi. Si l’on en vient à un vote négatif contre Orban au Conseil, cela tendra à diviser encore plus le PPE. Déjà, en regardant le vote d’aujourd’hui et les déclarations de Manfred Weber qui l’ont précédé, l’impression qu’on peut avoir est que le vieux PPE, celui démocrate-chrétien, celui des origines d’avant les élargissements des années 1990-2000, l’a emporté sur les pièces rapportées. Or l’agrégation autour d’un noyau dur démocrate-chrétien de libéraux-conservateurs, plus ou moins nationalistes (comme le PP espagnol, le FI italien et l’UMP française), avait été la grande stratégie du PPE pour dominer le paysage politique européen, avant et après le grand élargissement de 2004. Il fut même un temps, au début des années 1990, où les Conservateurs britanniques avaient été satellisés par le PPE. On observe peut-être l’accélération du phénomène inverse. On peut d’ailleurs se demander si V. Orban n’a pas lui-même enclenché cette accélération en se présentant récemment comme le vrai continuateur de la démocratie-chrétienne. En le mettant en minorité, les élus PPE qui ont voté contre lui rappellent qu’il n’est pas le nouveau propriétaire de l’idée démocrate-chrétienne. En somme, V. Orban était en train de mener une OPA sur le PPE, il était temps pour beaucoup de le mettre en échec. 
 
Si on en arrive à la fin à un PPE qui aurait liquidé ses éléments droitiers, cela rééquilibrera l’alliance avec les socialistes du PSE et les libéraux de l’ALDE, et cela concentrera l’opposition à cette alliance sur le flanc droit du Parlement à élire en 2019. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

07.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires