En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 46 sec
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 13 heures 51 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 17 heures 9 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 18 heures 54 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 13 heures 47 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 18 heures 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 19 heures 53 sec
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
Confidences

Les lumières… et les ombres du macronisme selon Edouard Philippe

Publié le 12 septembre 2018
Durant les journées parlementaires de LREM qui se sont déroulées ce mardi 11 septembre à Tours, le premier ministre s'est exprimé devant ses troupes et a tenu à mieux expliquer la politique du gouvernement -dans un contexte d'un rentrée pour le moins difficile - notamment en s'essayant à offrir une définition du macronisme.
Maxime Tandonnet, universitaire, essayiste, auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des Présidents de la République (Perrin 2013 et 2017)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet, universitaire, essayiste, auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des Présidents de la République (Perrin 2013 et 2017)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant les journées parlementaires de LREM qui se sont déroulées ce mardi 11 septembre à Tours, le premier ministre s'est exprimé devant ses troupes et a tenu à mieux expliquer la politique du gouvernement -dans un contexte d'un rentrée pour le moins difficile - notamment en s'essayant à offrir une définition du macronisme.

Atlantico : "Un projet clair. Celui d’une France de l’émancipation et des solidarités réelles. Celui d’une France puissante dans une Europe forte. Celui d’une France à la hauteur des défis que nous devons relever". Mais aussi des "transformations" menées durant cette première année du quinquennat  (dédoublement des classes de CP et de CE1, réforme de l’apprentissage, Parcoursup, la loi logement…). Pas de doute pour Edouard Philippe, le macronisme est avant tout un projet politique et idéologique. En dépit d'une définition générique, en quoi le premier ministre a-t-il raison dans sa définition du macronisme ?

 
Maxime Tandonnet : Qu'est-ce que le "macronisme"? En vérité, il y a bien un discours ou un message caractéristique qui s'attache à cette personnalité: attachement inconditionnel au système de Bruxelles, une forme de libéralisme autour de la valorisation de l'esprit "start up", une reconnaissance du multiculturalisme, une vision "sans frontières" des choses, un dépassement de l'Etat-nation. Le macronisme se définit comme l'anti-populisme et fustige le "nationalisme" qu'il qualifie de lèpre. Il est le premier à réclamer des sanctions contre les Etats qui n'acceptent pas les quotas d'immigration.  Sa vision idéologique est conforme à l'air du temps, à l'idéologie dominante dans les élites du monde occidental: le libre arbitre individuel, l'argent roi, le culte de l'apparence, de la modernité et de la jeunesse, la mobilité planétaire de préférence aux racines et au peuple conservateur. A cet égard, le macronisme est davantage une idéologie que le sarkozisme ou le hollandisme qui se voulaient deux formes de pragmatisme et prétendaient à un ancrage dans la réalité de la France profonde: d'où l'"héritage chrétien" de Sarkozy ou l'attachement au terroir corrézien, dans une tradition radicale, chez Hollande. Le macronisme semble s'affranchir de ce besoin d'un ancrage.
 
 

La rentrée d'Emmanuel Macron donne l'impression que les Français ne croient plus en l'action gouvernementale mais un sondage IFOP pour Atlantico illustre une perception plus nuancée. 55% pensent que la France aura été transformée en profondeur d'ici 2022 et 45% estiment que ces transformations seront plutôt positives. Ajoutons à cela que 40% des électeurs PS pensent que le quinquennat d'Emmanuel Macron aboutira à des avancées pour la France. Si la philosophie du macronisme semble être en partie acceptée par la population, n'est ce pas la personnalité même du président qui pose un problème aux Français ? 

 
Oui, ce sondage est intéressant. Il montre que les Français ne sont pas des gaulois réfractaires au changement, qu'ils ont conscience de l'évolution du monde et de la nécessité de faire évoluer les structures économiques et sociales du pays. Sur les retraites, les statuts, le temps de travail, une majorité des Français savent que l'immobilisme n'est pas possible dans une époque de transformations aussi profondes. Cependant, la psychologie collective est un phénomène complexe et contradictoire. Les Français sont sans doute prêts au changement, à la condition d'un long travail d'explication et de préparation des esprits. Cependant, ils ne supportent pas ce qu'ils ressentent comme une injustice. A tort ou à raison, l'opinion s'est persuadée que les retraités avaient été défavorisés par les mesures fiscales du gouvernement (CSG, etc). Ce sentiment a été conforté par des déclarations leur demandant "un effort". Le message selon lequel le pouvoir politique touchait aux anciens, aux parents, aux aînés qui ont cotisé toute leur vie, a été dévastateur dans l'opinion. En outre, certaines expressions prononcées depuis l'étranger, comme celle de "gaulois réfractaires", ont renforcé le sentiment d'un chef de l'Etat représentatif des élites dirigeantes opposées au peuple, amplifiant cette impression de rupture entre "France d'en haut" et "France d'en bas".
 
 

En quoi Emmanuel Macron est-il, paradoxalement, la faiblesse du macronisme ?

 
En mai et juin 2017, il fallait une immense naïveté pour penser qu'un "nouveau monde" allait remplacer "l'ancien". Toutes les conditions d'une grave impopularité étaient réunies: une élection par défaut avec un niveau d'adhésion initiale très faible – 12% du corps électoral au premier tour –, l'inexpérience, l'absence d'ancrage de terrain et de soutien d'une force politique enracinée, les ambiguités d'un discours fondé sur le renouvellement alors que l'entourage venait pour l'essentiel de socialistes ayant retourné casaque. Le macronisme était avant tout un style, une image de modernité, de jeunesse, de dynamisme et surtout de renouveau d'un système politique rongé par les affaires et la corruption. L'expression de "nouveau monde" se substituant à "l'ancien monde", a été sa marque de fabrique. Or rien n'est plus terriblement fragile qu'un pouvoir fondé sur l'image. Cette image de pureté et de nouveau monde a été balayée par l'affaire Benalla. Soudain, l'opinion a eu le sentiment que rien n'avait changé. Les pratiques du clanisme, du copinage, de la dissimulation, n'avaient jamais cessé. Le retour de bâton est violent.  
 

Au fond, tenter de définir le macronisme, n'est-ce pas une erreur stratégique qui recentre inéluctablement le projet du gouvernement sur le personnage d'Emmanuel Macron ? Ne faudrait-il pas opter une réflexion sur la définition de la République En Marche elle-même ?

 
Il me semble que ce sujet, essentiel, dépasse la question du "macronisme". Il touche à la conception même du pouvoir politique qui prévaut en France. Nous vivons dans une période de personnalisation du pouvoir à outrance. La vie publique n'existe plus qu'à travers l'image médiatique d'un personnage présenté le détenteur des clés du destin national. Il faut y voir le fruit de la politique spectacle, mais aussi du déclin de la culture politique. Le culte de la personnalité sert à couvrir la disparition du débat d'idées et de la notion d'intérêt général. Il est la forme exacerbée du nihilisme contemporain. Cette personnalisation à outrance repose sur une illusion. Dans le monde moderne, le président ne dispose en aucun cas, à lui seul, d'une capacité à régler les problèmes des Français. Elle porte en elle sa propre destruction: la sublimation d'un homme surmédiatisé fait de lui le réceptacle naturel des frustrations et des angoisses collectives d'un peuple. C'est ainsi que l'adoration d'un jour devient le lynchage du lendemain et la chute inévitable dans l'impopularité, qui entraîne la perte de confiance et aggrave l'impuissance. Une réflexion sur la République en Marche ne servirait à rien, dès lors que ce courant n'est que le fruit éphémère de la grande illusion de mai-juin 2017. Ce qu'il faut, c'est réfléchir à une refondation profonde de la démocratie et de la vie politique française, pour retrouver les fondements de l'action collective, de la vérité, du gouvernement, de la responsabilité devant la Nation.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires