En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 3 min 19 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 31 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 26 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 26 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 34 min 45 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 26 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 28 min
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
© PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
Confidences

Les lumières… et les ombres du macronisme selon Edouard Philippe

Publié le 12 septembre 2018
Durant les journées parlementaires de LREM qui se sont déroulées ce mardi 11 septembre à Tours, le premier ministre s'est exprimé devant ses troupes et a tenu à mieux expliquer la politique du gouvernement -dans un contexte d'un rentrée pour le moins difficile - notamment en s'essayant à offrir une définition du macronisme.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet, universitaire, essayiste, auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des Présidents de la République (Perrin 2013 et 2017)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant les journées parlementaires de LREM qui se sont déroulées ce mardi 11 septembre à Tours, le premier ministre s'est exprimé devant ses troupes et a tenu à mieux expliquer la politique du gouvernement -dans un contexte d'un rentrée pour le moins difficile - notamment en s'essayant à offrir une définition du macronisme.

Atlantico : "Un projet clair. Celui d’une France de l’émancipation et des solidarités réelles. Celui d’une France puissante dans une Europe forte. Celui d’une France à la hauteur des défis que nous devons relever". Mais aussi des "transformations" menées durant cette première année du quinquennat  (dédoublement des classes de CP et de CE1, réforme de l’apprentissage, Parcoursup, la loi logement…). Pas de doute pour Edouard Philippe, le macronisme est avant tout un projet politique et idéologique. En dépit d'une définition générique, en quoi le premier ministre a-t-il raison dans sa définition du macronisme ?

 
Maxime Tandonnet : Qu'est-ce que le "macronisme"? En vérité, il y a bien un discours ou un message caractéristique qui s'attache à cette personnalité: attachement inconditionnel au système de Bruxelles, une forme de libéralisme autour de la valorisation de l'esprit "start up", une reconnaissance du multiculturalisme, une vision "sans frontières" des choses, un dépassement de l'Etat-nation. Le macronisme se définit comme l'anti-populisme et fustige le "nationalisme" qu'il qualifie de lèpre. Il est le premier à réclamer des sanctions contre les Etats qui n'acceptent pas les quotas d'immigration.  Sa vision idéologique est conforme à l'air du temps, à l'idéologie dominante dans les élites du monde occidental: le libre arbitre individuel, l'argent roi, le culte de l'apparence, de la modernité et de la jeunesse, la mobilité planétaire de préférence aux racines et au peuple conservateur. A cet égard, le macronisme est davantage une idéologie que le sarkozisme ou le hollandisme qui se voulaient deux formes de pragmatisme et prétendaient à un ancrage dans la réalité de la France profonde: d'où l'"héritage chrétien" de Sarkozy ou l'attachement au terroir corrézien, dans une tradition radicale, chez Hollande. Le macronisme semble s'affranchir de ce besoin d'un ancrage.
 
 

La rentrée d'Emmanuel Macron donne l'impression que les Français ne croient plus en l'action gouvernementale mais un sondage IFOP pour Atlantico illustre une perception plus nuancée. 55% pensent que la France aura été transformée en profondeur d'ici 2022 et 45% estiment que ces transformations seront plutôt positives. Ajoutons à cela que 40% des électeurs PS pensent que le quinquennat d'Emmanuel Macron aboutira à des avancées pour la France. Si la philosophie du macronisme semble être en partie acceptée par la population, n'est ce pas la personnalité même du président qui pose un problème aux Français ? 

 
Oui, ce sondage est intéressant. Il montre que les Français ne sont pas des gaulois réfractaires au changement, qu'ils ont conscience de l'évolution du monde et de la nécessité de faire évoluer les structures économiques et sociales du pays. Sur les retraites, les statuts, le temps de travail, une majorité des Français savent que l'immobilisme n'est pas possible dans une époque de transformations aussi profondes. Cependant, la psychologie collective est un phénomène complexe et contradictoire. Les Français sont sans doute prêts au changement, à la condition d'un long travail d'explication et de préparation des esprits. Cependant, ils ne supportent pas ce qu'ils ressentent comme une injustice. A tort ou à raison, l'opinion s'est persuadée que les retraités avaient été défavorisés par les mesures fiscales du gouvernement (CSG, etc). Ce sentiment a été conforté par des déclarations leur demandant "un effort". Le message selon lequel le pouvoir politique touchait aux anciens, aux parents, aux aînés qui ont cotisé toute leur vie, a été dévastateur dans l'opinion. En outre, certaines expressions prononcées depuis l'étranger, comme celle de "gaulois réfractaires", ont renforcé le sentiment d'un chef de l'Etat représentatif des élites dirigeantes opposées au peuple, amplifiant cette impression de rupture entre "France d'en haut" et "France d'en bas".
 
 

En quoi Emmanuel Macron est-il, paradoxalement, la faiblesse du macronisme ?

 
En mai et juin 2017, il fallait une immense naïveté pour penser qu'un "nouveau monde" allait remplacer "l'ancien". Toutes les conditions d'une grave impopularité étaient réunies: une élection par défaut avec un niveau d'adhésion initiale très faible – 12% du corps électoral au premier tour –, l'inexpérience, l'absence d'ancrage de terrain et de soutien d'une force politique enracinée, les ambiguités d'un discours fondé sur le renouvellement alors que l'entourage venait pour l'essentiel de socialistes ayant retourné casaque. Le macronisme était avant tout un style, une image de modernité, de jeunesse, de dynamisme et surtout de renouveau d'un système politique rongé par les affaires et la corruption. L'expression de "nouveau monde" se substituant à "l'ancien monde", a été sa marque de fabrique. Or rien n'est plus terriblement fragile qu'un pouvoir fondé sur l'image. Cette image de pureté et de nouveau monde a été balayée par l'affaire Benalla. Soudain, l'opinion a eu le sentiment que rien n'avait changé. Les pratiques du clanisme, du copinage, de la dissimulation, n'avaient jamais cessé. Le retour de bâton est violent.  
 

Au fond, tenter de définir le macronisme, n'est-ce pas une erreur stratégique qui recentre inéluctablement le projet du gouvernement sur le personnage d'Emmanuel Macron ? Ne faudrait-il pas opter une réflexion sur la définition de la République En Marche elle-même ?

 
Il me semble que ce sujet, essentiel, dépasse la question du "macronisme". Il touche à la conception même du pouvoir politique qui prévaut en France. Nous vivons dans une période de personnalisation du pouvoir à outrance. La vie publique n'existe plus qu'à travers l'image médiatique d'un personnage présenté le détenteur des clés du destin national. Il faut y voir le fruit de la politique spectacle, mais aussi du déclin de la culture politique. Le culte de la personnalité sert à couvrir la disparition du débat d'idées et de la notion d'intérêt général. Il est la forme exacerbée du nihilisme contemporain. Cette personnalisation à outrance repose sur une illusion. Dans le monde moderne, le président ne dispose en aucun cas, à lui seul, d'une capacité à régler les problèmes des Français. Elle porte en elle sa propre destruction: la sublimation d'un homme surmédiatisé fait de lui le réceptacle naturel des frustrations et des angoisses collectives d'un peuple. C'est ainsi que l'adoration d'un jour devient le lynchage du lendemain et la chute inévitable dans l'impopularité, qui entraîne la perte de confiance et aggrave l'impuissance. Une réflexion sur la République en Marche ne servirait à rien, dès lors que ce courant n'est que le fruit éphémère de la grande illusion de mai-juin 2017. Ce qu'il faut, c'est réfléchir à une refondation profonde de la démocratie et de la vie politique française, pour retrouver les fondements de l'action collective, de la vérité, du gouvernement, de la responsabilité devant la Nation.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires