En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© FRED DUFOUR / AFP
Sondages en berne
Impopularité : pourquoi Emmanuel Macron devrait vraiment s’alerter des inquiétantes confidences faites par les Français aux sondeurs
Publié le 08 septembre 2018
Emmanuel Macron poursuit sa chute dans les sondages en cette rentrée chargée sur le plan politique. Le chef de l'Etat ferait bien de prêter attention aux réelles préoccupations des citoyens s'il souhaite retrouver la confiance des électeurs.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron poursuit sa chute dans les sondages en cette rentrée chargée sur le plan politique. Le chef de l'Etat ferait bien de prêter attention aux réelles préoccupations des citoyens s'il souhaite retrouver la confiance des électeurs.

La dernière livraison de l’enquête mensuelle BVA RTL pour La Tribune et Orange a de quoi inquiéter Emmanuel Macron : une certaine rupture avec l’opinion semble bien commencer à se manifester.  L’analyse des questions ouvertes sur l’image du Président envoie en effet des signaux de plus en plus forts d’une évolution. Les tendances que nous observions avant les vacances d’été s’accentuent : le vocabulaire et le répertoire des mots utilisés par ceux et celles qui émettent des jugements positifs sur Emmanuel Macron se concentre autour de l’image des promesses de réformes qui sont tenues ; les thèmes du charisme et de la stature présidentielle sont toujours là, mais moins appuyés.

Mais c’est du côté des jugements négatifs que quelque chose de sérieux se passe. Si les verbatim négatifs sont toujours dominés par le thème du « président des riches » et ses diverses expressions, le vocabulaire et les thèmes abordés dans les jugements négatifs gagnent en diversité et en intensité : il est régulièrement reproché au Président sa proximité avec les milieux économiques, parfois même avec les « lobbies ».
 
Plus inquiétant pour l’image présidentielle : par rapport aux verbatim que nous analysions avant l’été, apparait plus nettement ce qui commence à ressembler à un « rejet » dans certaines franges de l’opinion. Cette forme de « rejet » s’exprime au moins autant sur les orientations politiques et économiques qu’il représente que sur son style présidentiel et ce qu’il incarne aux yeux de certains segments de l’électorat. Un florilège d’expressions issues des verbatim négatifs en donne la mesure : « un autocrate », « hâbleur satisfait », « frimeur, beau parleur, du vent en somme », « persuadé que lui seul détient la vérité », « orgueilleux méprisant », « imbu de sa personne, il se prend pour un roi », « menteur, insolent », « c’est un personnage ignoble : il suffit de voir ce qu’il fait subir aux retraités », il « ne respecte pas ceux qui ont travaillé toute leur vie » et même « ressemble beaucoup à Erdogan et Poutine ». On peut dire que certains n’y vont plus avec le dos de la cuillère… !
 
Une retraitée, qui a voté François Fillon puis Marine Le Pen lors de la présidentielle, va même jusqu’à exprimer son aversion anti-Macron en parlant d’un « psychopathe narcissique très dangereux pour la France et les Français »…. Cet exemple ne restreint pas la focale au seul électorat de Marine Le Pen ; c’est à présent dans de nombreuses couches de l’électorat que la contagion a pris. Derrière l’acrimonie des jugements négatifs se cache, pour la première fois exprimée régulièrement, de la déception. Une électrice qui se déclare proche de la France Insoumise mais qui a voté pour le chef de l’Etat aux deux tours de la présidentielle le dit avec des mots qui en disent long : « Je me rends compte de plus, que quoi qu’il en dise, il appartient à l’ancien monde  avec ses magouilles, ce sentiment d’être au-dessus des lois et de ne rendre de comptes à personne : [c’est une] politique qui continue de privilégier les copains, [le] libéralisme à tout prix qui casse les plus pauvres ».
 
Ainsi, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, « l’affaire Benalla » n’a pas disparu des radars : elle continue d’être citée comme le symptôme d’une dérive « monarchiste ». Les données ne montrent pas tant un « effet Benalla » direct sur les opinions négatives qu’un effet indirect qui a inoculé un poison lent : la normalisation, la banalisation d’Emmanuel Macron aux yeux de ceux qui sans doute ne l’aimaient déjà pas beaucoup mais aussi aux yeux de ceux qui attendaient de voir. Cet épisode lui a fait mettre un pied dans « l’ancien monde », une sorte de machine à remonter le temps. La tâche semble indélébile car « l’affaire » a donné l’impulsion qui désormais va guider l’interprétation de tout acte ou attitude d’Emmanuel Macron laissant penser qu’il protège, couvre, récompense des proches.
 
Pour Emmanuel Macron, il semble loin le temps euphorique des débuts et des images iconiques du jeune modernisateur à qui rien ne résiste ! Mais il lui reste une carte essentielle : son socle de soutiens s’est rétréci mais au sein de son cœur d’électorat le doute n’a pas encore profondément pénétré. La tâche du doute, de l’impatience devant les résultats qui tardent, de la déception voire du rejet, ne demande néanmoins qu’à s’insinuer dans les interstices des lignes de clivages qui attendent leur heure pour refaire surface. Dans les profondeurs, en eaux troubles, dorment d’un seul œil et d’un faux sommeil, les grands reptiles et les créatures que l’élection de 2017 pense avoir terrassés.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires