En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Santé
Tous ce que vous devez savoir sur votre métabolisme pour enfin comprendre comment contrôler votre poids
Publié le 06 septembre 2018
Lorsque nous évoquons le métabolisme, notamment dans le cadre d'une tentative de perte de poids, beaucoup de vérités sur ce processus biologique essentiel restent obscures. Il n'est pas rare de retrouver quelques slogans tels que : «Boostez votre métabolisme» ou «Essayez ce régime à haut métabolisme pour perdre du poids».
Jean-Daniel Lalau est médecin, professeur de nutrition au CHU d'Amiens, docteur en sciences et en philosophie.Il est l'auteur des livres En finir avec les régimes (éditions François Bourin) et Hospitalité - Je crie ton nom (éditions Chronique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lalau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lalau est médecin, professeur de nutrition au CHU d'Amiens, docteur en sciences et en philosophie.Il est l'auteur des livres En finir avec les régimes (éditions François Bourin) et Hospitalité - Je crie ton nom (éditions Chronique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorsque nous évoquons le métabolisme, notamment dans le cadre d'une tentative de perte de poids, beaucoup de vérités sur ce processus biologique essentiel restent obscures. Il n'est pas rare de retrouver quelques slogans tels que : «Boostez votre métabolisme» ou «Essayez ce régime à haut métabolisme pour perdre du poids».

Atlantico : Dans un premier temps, pouvez-vous nous rappeler concrètement ce qu'est le métabolisme ? 

Jean-Daniel Lalau : Le métabolisme, c’est l’ensemble du processus de transformation (metabolè, en grec ancien, a le sens de « changement ») des aliments : des aliments aux nutriments (glucides, lipides, etc.) ; des nutriments à production d’énergie ; et enfin de l’énergie produite à son devenir, pour une utilisation (pour le fonctionnement de l’organisme, dont pour l’effort musculaire), un stockage (dans le tissu adipeux surtout), ou encore une dissipation (production de chaleur).

Parmi les idées reçues, l'énergie brûlée par notre métabolisme. On pense souvent que l'activité physique permet une grande dépense énergétique. Qu'en est-il réellement ? À quel moment notre métabolisme dépense-t-il le plus d'énergie ? 

C’est plutôt les aliments que l’on « brûle », précisément pour produire de l’énergie, pour délivrer en définitive des…  calories (de « calor » : chaleur). Simplement, il s’agit d’un processus de combustion sans flamme : l’oxydation. Il est vrai que l’activité physique accroit les dépenses énergétiques : on respire plus, le débit sanguin s’accroît, ce qui accroît en conséquence le processus d’oxydation que je viens d’évoquer. A ce sujet, il faut distinguer le métabolisme de repos, à savoir les dépenses liées au fonctionnement des organes (c’est fou, par exemple, ce que le cerveau peut « brûler » de glucose !), les transferts de substances à travers s les cellules, le maintien de la température corporelle, etc.), le tout pour une bonne moitié des dépenses totales ; les dépenses liées à l’alimentation (coût énergétique de l’absorption et du stockage), représentant environ 10 % des dépenses totales ; et enfin les dépenses effectivement liées à l’activité physique (on peut aussi parler de « postes de dépenses » – comme à Bercy). Ces dernières représentent un bon tiers des dépenses totales, à ceci près que ce sont les seules que nous puissions faire varier. D’où l’intérêt pour le contrôle du poids !

On évoque beaucoup "l'accélération de notre métabolisme" et la perte de poids en faisant plus d'exercice pour construire du muscle, manger des aliments différents ou prendre des suppléments. Mais pouvons-nous vraiment contrôler notre métabolisme ? Fonctionne-t-il de la même manière pour tout le monde ? 

Au sens strict, on ne peut pas « accélérer » le métabolisme ; ce qui peut changer, ce n’est pas la vitesse, c’est l’intensité. A court terme par l’intensité de l’effort physique, précisément, et aussi avec des substances, telles que la nicotine, les hormones thyroïdiennes, etc. (mais il ne faut pas utiliser ces hormones thyroïdiennes pour maigrir ; cela ferait « fondre » aussi le muscle !). A long terme, via l’accroissement de la masse musculaire, si l’on s’est adonné à une activité physique, voire sportive régulière. A propos de régularité, justement,  une particularité « métabolique » intéressante : l’activité physique augmente le pourcentage de fibres musculaires oxydatives, celles qui « brûlent » les nutriments sans possibilité de stockage. Mais on n’accroît pas ainsi ce capital pour toujours : retour à la case départ à l’arrêt de l’activité. C’est la raison précisément pour laquelle la promotion de la santé met l’accent sur l’activité régulière.

Enfin, les régimes. Ils constituent certainement les meilleurs contrôles que nous pouvons avoir sur notre métabolisme, mais pas toujours dans le sens que nous souhaitons. Quels peuvent être les effets d'un régime draconien sur notre métabolisme ? 

Je n’entre pas dans le débat sur le mot « régime ». Je dis simplement que le régime draconien est une double erreur tactique : « bouger plus lourd, ça coûte plus cher », énergétiquement (confer la consommation des véhicules selon leur poids…), et si au mépris de ce précepte on s’adonne quand même à un régime « draconien », il y a un risque de réduire la masse musculaire. Et donc de réduire sa capacité à continuer à perdre des calories…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires