En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 4 min 51 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 31 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 44 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 52 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 15 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 50 min 38 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 28 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 57 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 59 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 14 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 11 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 36 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 22 heures 8 min
© Glenn CHAPMAN / AFP
© Glenn CHAPMAN / AFP
Remords

La pornographie, une source de bien des angoisses pour les personnes qui la rejette... mais la pratique

Publié le 26 août 2018
Avoir des convictions morales vis-à-vis du porno ne signifie pas qu'on n'en consomme pas pour autant. Et c'est un vrai problème psychologique.
Michelle Boiron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avoir des convictions morales vis-à-vis du porno ne signifie pas qu'on n'en consomme pas pour autant. Et c'est un vrai problème psychologique.

Atlantico : Les convictions morales vont à l’encontre de la pornographie . Pour autant cela n’empêche pas les personnes chez qui la conviction morale est très présente d’en consommer. Comment expliquer ce phénomène ?

Michelle Boiron : La morale c’est l’art de discerner le bien du mal. La morale n’est pas figée une fois pour toute,  elle va de pair avec  l’évolution de la société dans laquelle on vit. Ceux qui ont un sens moral plus élevé ont légitimement une  souffrance accrue. Cela ne les empêche pas d’avoir des pulsions et de vivre des interdits qui sont inhérents à la sexualité. Chacun gère à sa manière et se donne  « bonne conscience » en justifiant sa conduite. C’est l’homéostasie.

Le sujet humain est un être culturel. Il faut donc étudier les systèmes de valeurs et de croyances d’une société pour accéder à la compréhension des comportements sexuels. On constate alors que la sexualité de la quasi-totalité des individus est conforme aux  normes du groupe social auquel il appartient.  Le rapport sexuel fait l’objet d’une question, lorsqu’il ne fait pas l’objet d’un interdit. On ne balaie pas si facilement 2000 ans de judéo christianisme qui ont fondé notre sexualité en quelques décennies ! La sexualité, aujourd’hui au service de la jouissance est considérée comme politiquement correcte. Chacun tend vers ce leurre de l’épanouissement individuel dans tous les domaines qui s’est étendu à la sexualité. Jusqu’alors la morale et la religion étaient le garant d’une conduite sans dérives. 

En revanche le leurre du siècle dernier, dit de libération sexuelle, a fait miroiter une jouissance libre ; les interdits ont disparu, le désir aussi.  N’oublions jamais que la transgression est excitante et que l’amour « pur », sans interdits, ne crée pas la même excitation que les conduites sexuelles à risques (adultère, pornos…). Les hommes et les femmes ont chacun une sexualité propre mue par différents facteurs. Les pulsions, la libido et son cortège d’hormones sont aussi responsables de nos différences indépendamment du tiers avec lequel ont partage la relation sexuelle. Quand le tiers est  un film porno, on s’éloigne de la relation sexuelle au profit d’une jouissance individuelle virtuelle, sans autre. 

Avoir un conflit moral sur l’utilisation du porno peut s’avérer très mauvais. Mais pas à cause du porno. Des niveaux plus élevés de conflit moral sur l’utilisation de la pornographie président des niveaux de stress, d’anxiété, de dépression, de diminution du bien-être sexuel, ainsi que des luttes intérieures. Qui de la conviction morale ou porno serait le plus destructeur ?

Dans la sexualité, est présent l’aspect moralisateur : on ne peut jouir sans ériger des barrières symbolique, codées. Le dépassement de ses limites entraine des sanctions, car la sexualité humaine est très intellectualisée avec des interdits, une morale, des transgressions des excès. Elle oscille en permanence entre un comportement naturel instinctif et un comportement très élaboré, culturel. Ainsi l’homme est en permanence tiraillé entre un « soi grandiose conscient » par le plaisir de la jouissance sexuelle et un « moi misérable » par une sexualité débridée, sans retenue ni exigence de qualité. La culture d’aujourd’hui n’aspire plus à élever l’homme au dessus de la vie matérielle et des plaisirs immédiats, mais l’entraine plutôt vers le leurre du tout est possible. La sexualité libérée conduit l’homme à l’escalade de la jouissance, peu importe le support pour l’atteindre.

Il y a un paradoxe car la pornographie avant de devenir un comportement addictif est un bon médicament pour abaisser le stress, l’angoisse… Au même titre que l’alcool, le tabac, la drogue… 

Dès lors, doit-on tenter de déculpabiliser de consommer du contenu pornographique ou tenter d’être en accord avec soi-même ? Est-ce si facile lorsque l’on parle de dépendance ?

Ce qui signe la dépendance c’est le fait d’avoir perdu la liberté de s’abstenir de consommer un produit. La phrase : « j’arrête demain » est, pour l’addict quel qu’il soit, une pétition de principe à laquelle il ne croit pas. C’est le choix du produit qui est différent selon la culture et la tendance du moment. La pornographie est une drogue sans produit. On n’ingère rien. C’est la raison pour laquelle personne ne s’en est  méfié. 

Lorsque l’on a informé les jeunes, et les moins jeunes, du danger de la consommation de films pornos, ils n’ont vu que le côté moralisateur de cette interdiction. Pourquoi avoir un orgasme serait nocif, quel que soit le moyen pour y parvenir ? Encore une fois la jouissance en solo incriminée ? On serait sorti de l’antienne : « la masturbation rend sourd » à une autre interdiction ? L’alerte n’e fait pas sens pour le jouisseur en puissance.  

Hélas, on ne s’est pas posé les bonnes questions ; ce n’est pas de même nature. La masturbation devant un film porno virtuel a biaisé le comportement de l’homme en le rendant passif.

Pour certains d’entre eux, la consommation est devenue une addiction et a pris une place considérable leur vie, ce qui a modifié la relation à l’autre et pas seulement dans leur sexualité. L’addict est dans le déni de l’excès de sa consommation, pensant honnêtement qu’il peut s’en passer, quand il l’aura décidé et s’il le désire!  Le travail de « sevrage » ne peut commencer que lorsqu’ils admettent qu’ils ne peuvent pas s’arrêter, comme ils le pensaient, et sortent enfin du déni.  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires