En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Naohiko Hatta / POOL / AFP
Silence! On rééduque
Comment la Chine est en train de réinventer les camps de “rééducation” de masse
Publié le 25 août 2018
Un article de Rian Thum dans Foreign Policy alerte sur le risque de crimes de masse envers les populations musulmanes chinoises.
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un article de Rian Thum dans Foreign Policy alerte sur le risque de crimes de masse envers les populations musulmanes chinoises.

Atlantico : Alors que la province du Xinjiang représente 1.5% de la population chinoise, le nombre d'arrestations atteint 21% du total du pays. Une situation qui s'explique par la répression de la communauté Ouïghour, directement ciblée par Pékin. Ainsi, selon diverses sources, un million de personnes seraient aujourd'hui incarcérées dans des camps de "rééducation" sans procès ni recours. Malgré le peu d'informations, que sait-on réellement sur les camps du Xinjiang ?

Emmanuel Dubois de Prisque : Grâce au travail des ONG et des universitaires, qui exploitent parfois les sources officielles chinoises dans lesquelles beaucoup d’informations sont disponibles, nous savons que depuis le printemps 2017, le Parti-État chinois a mis en place un vaste programme de « transformation par l’éducation » et de « déradicalisation » des populations musulmanes du Xinjiang (qui sont très majoritairement mais pas seulement ouïghoures, il y a aussi des Kazakhs, des Huis, etc.). Ce programme, qui passe par la construction rapide de multiples camps d’internements, se situe en dehors de tout cadre judiciaire. Les populations musulmanes sont classées par dangerosité et les programmes qu’elles doivent suivre vont de quelques jours à plusieurs mois, voire un an.  Le nombre de personnes concernées est effectivement impressionnant. Vous avez cité le chiffre d’un million, estimation haute des experts. Mais certains officiels chinois évaluent à 10 ou 20% la « population à problèmes » sur une population totale musulmane dans le Xinjiang qui dépasse les 13 millions de personnes. Dans les faits, toute la population musulmane est suspectée de radicalisation mais le Parti ne doute pas d’avoir les capacités de convertir les populations musulmanes à la foi patriotique en la Chine. En Chine, la seule vraie religion est la religion politique définie par le Parti, les autres religions doivent se « siniser » et se soumettre en tous points à ce que décide le Parti, la liberté religieuse formellement concédée par la constitution est strictement limitée et encadrée. 

Mais ces campagnes de « transformation par l’éducation » sont une tradition du communisme chinois. Pendant longtemps, c’était les « droitistes », les mauvais éléments du Parti ou les trafiquants de drogue qui en étaient les victimes. Plus généralement, de larges segments de la population chinoise doivent régulièrement suivre des « cours » d’idéologie ou de civisme qui peuvent ressembler, sur un plan formel, à ce que subissent les musulmans du Xinjiang aujourd’hui. Il est facile pour le régime chinois qui ne fait face à aucun contre-pouvoir de déguiser ces séances de rééducation dans des camps fermés qui s’apparentent en tous points à des prisons, en séances de « formation » volontaire. 

L’extrémisme religieux est présenté comme une « pollution » ou une « maladie » dont les citoyens chinois doivent se « guérir » ou se « purifier ». Ce vocabulaire est lui-même religieux, et on assiste en quelque sorte au Xinjiang aujourd’hui à une guerre des religions : la religion politique chinoise contre l’Islam radical dans ses versions paisibles et belliqueuses, le Parti ne faisant pas dans la nuance et pratiquant l’amalgame sans état d’âme. Le problème est que les chances n’y sont pas égales : entre logiciels de reconnaissance faciale, drones de surveillance maquillés en innocentes colombes, système de notation et d’évaluation des citoyens, caméras et micros installés dans les lieux de cultes, et bien d’autres merveilleux gadgets encore, Pékin dispose de moyens technologiques (mais aussi financier et humains) de surveiller et punir sa population musulmane qui sont sans doute sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. En outre, la situation des musulmans au Xinjiang semble laisser de marbre les associations confessionnelles musulmanes si promptes à s’indigner de « l’islamophobie » supposée des Européens, des Américains ou des Israéliens. Bizarrement, ce sont des ONG et des universitaires occidentaux qui sont en pointe dans la dénonciation du sort qui est fait à cette population, et il faut bien constater qu’il y a de quoi s’indigner. Des villages entiers sont vidés de leurs habitants de sexe masculin, les Ouighours vivant à l’étranger hésitent à rentrer chez eux de peur d’être enlevés et internés de force par la police chinoise. Même les étrangers ne sont pas en sécurité : les Français d’origine ouïghoure sont harcelés et menacés quand ils rendent visite à leur famille, et même lorsqu’ils sont de retour en France, la police continue de les menacer et de les harceler via les réseaux sociaux, parfois en utilisant leur famille restée en Chine, dans une indifférence quasi-générale, en France comme en Chine, il faut bien le dire.

Atlantico : Alors que la province du Xinjiang représente 1.5% de la population chinoise, le nombre d'arrestations atteint 21% du total du pays. Une situation qui s'explique par la répression de la communauté Ouïghour, directement ciblée par Pékin. Ainsi, selon diverses sources, un million de personnes seraient aujourd'hui incarcérées dans des camps de "rééducation" sans procès ni recours. Malgré le peu d'informations, que sait-on réellement sur les camps du Xinjiang ?

Emmanuel Dubois de Prisque : Grâce au travail des ONG et des universitaires, qui exploitent parfois les sources officielles chinoises dans lesquelles beaucoup d’informations sont disponibles, nous savons que depuis le printemps 2017, le Parti-État chinois a mis en place un vaste programme de « transformation par l’éducation » et de « déradicalisation » des populations musulmanes du Xinjiang (qui sont très majoritairement mais pas seulement ouïghoures, il y a aussi des Kazakhs, des Huis, etc.). Ce programme, qui passe par la construction rapide de multiples camps d’internements, se situe en dehors de tout cadre judiciaire. Les populations musulmanes sont classées par dangerosité et les programmes qu’elles doivent suivre vont de quelques jours à plusieurs mois, voire un an.  Le nombre de personnes concernées est effectivement impressionnant. Vous avez cité le chiffre d’un million, estimation haute des experts. Mais certains officiels chinois évaluent à 10 ou 20% la « population à problèmes » sur une population totale musulmane dans le Xinjiang qui dépasse les 13 millions de personnes. Dans les faits, toute la population musulmane est suspectée de radicalisation mais le Parti ne doute pas d’avoir les capacités de convertir les populations musulmanes à la foi patriotique en la Chine. En Chine, la seule vraie religion est la religion politique définie par le Parti, les autres religions doivent se « siniser » et se soumettre en tous points à ce que décide le Parti, la liberté religieuse formellement concédée par la constitution est strictement limitée et encadrée. 

Mais ces campagnes de « transformation par l’éducation » sont une tradition du communisme chinois. Pendant longtemps, c’était les « droitistes », les mauvais éléments du Parti ou les trafiquants de drogue qui en étaient les victimes. Plus généralement, de larges segments de la population chinoise doivent régulièrement suivre des « cours » d’idéologie ou de civisme qui peuvent ressembler, sur un plan formel, à ce que subissent les musulmans du Xinjiang aujourd’hui. Il est facile pour le régime chinois qui ne fait face à aucun contre-pouvoir de déguiser ces séances de rééducation dans des camps fermés qui s’apparentent en tous points à des prisons, en séances de « formation » volontaire. 

L’extrémisme religieux est présenté comme une « pollution » ou une « maladie » dont les citoyens chinois doivent se « guérir » ou se « purifier ». Ce vocabulaire est lui-même religieux, et on assiste en quelque sorte au Xinjiang aujourd’hui à une guerre des religions : la religion politique chinoise contre l’Islam radical dans ses versions paisibles et belliqueuses, le Parti ne faisant pas dans la nuance et pratiquant l’amalgame sans état d’âme. Le problème est que les chances n’y sont pas égales : entre logiciels de reconnaissance faciale, drones de surveillance maquillés en innocentes colombes, système de notation et d’évaluation des citoyens, caméras et micros installés dans les lieux de cultes, et bien d’autres merveilleux gadgets encore, Pékin dispose de moyens technologiques (mais aussi financier et humains) de surveiller et punir sa population musulmane qui sont sans doute sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. En outre, la situation des musulmans au Xinjiang semble laisser de marbre les associations confessionnelles musulmanes si promptes à s’indigner de « l’islamophobie » supposée des Européens, des Américains ou des Israéliens. Bizarrement, ce sont des ONG et des universitaires occidentaux qui sont en pointe dans la dénonciation du sort qui est fait à cette population, et il faut bien constater qu’il y a de quoi s’indigner. Des villages entiers sont vidés de leurs habitants de sexe masculin, les Ouighours vivant à l’étranger hésitent à rentrer chez eux de peur d’être enlevés et internés de force par la police chinoise. Même les étrangers ne sont pas en sécurité : les Français d’origine ouïghoure sont harcelés et menacés quand ils rendent visite à leur famille, et même lorsqu’ils sont de retour en France, la police continue de les menacer et de les harceler via les réseaux sociaux, parfois en utilisant leur famille restée en Chine, dans une indifférence quasi-générale, en France comme en Chine, il faut bien le dire.

Atlantico : Alors que la province du Xinjiang représente 1.5% de la population chinoise, le nombre d'arrestations atteint 21% du total du pays. Une situation qui s'explique par la répression de la communauté Ouïghour, directement ciblée par Pékin. Ainsi, selon diverses sources, un million de personnes seraient aujourd'hui incarcérées dans des camps de "rééducation" sans procès ni recours. Malgré le peu d'informations, que sait-on réellement sur les camps du Xinjiang ?

Emmanuel Dubois de Prisque : Grâce au travail des ONG et des universitaires, qui exploitent parfois les sources officielles chinoises dans lesquelles beaucoup d’informations sont disponibles, nous savons que depuis le printemps 2017, le Parti-État chinois a mis en place un vaste programme de « transformation par l’éducation » et de « déradicalisation » des populations musulmanes du Xinjiang (qui sont très majoritairement mais pas seulement ouïghoures, il y a aussi des Kazakhs, des Huis, etc.). Ce programme, qui passe par la construction rapide de multiples camps d’internements, se situe en dehors de tout cadre judiciaire. Les populations musulmanes sont classées par dangerosité et les programmes qu’elles doivent suivre vont de quelques jours à plusieurs mois, voire un an.  Le nombre de personnes concernées est effectivement impressionnant. Vous avez cité le chiffre d’un million, estimation haute des experts. Mais certains officiels chinois évaluent à 10 ou 20% la « population à problèmes » sur une population totale musulmane dans le Xinjiang qui dépasse les 13 millions de personnes. Dans les faits, toute la population musulmane est suspectée de radicalisation mais le Parti ne doute pas d’avoir les capacités de convertir les populations musulmanes à la foi patriotique en la Chine. En Chine, la seule vraie religion est la religion politique définie par le Parti, les autres religions doivent se « siniser » et se soumettre en tous points à ce que décide le Parti, la liberté religieuse formellement concédée par la constitution est strictement limitée et encadrée. 

Mais ces campagnes de « transformation par l’éducation » sont une tradition du communisme chinois. Pendant longtemps, c’était les « droitistes », les mauvais éléments du Parti ou les trafiquants de drogue qui en étaient les victimes. Plus généralement, de larges segments de la population chinoise doivent régulièrement suivre des « cours » d’idéologie ou de civisme qui peuvent ressembler, sur un plan formel, à ce que subissent les musulmans du Xinjiang aujourd’hui. Il est facile pour le régime chinois qui ne fait face à aucun contre-pouvoir de déguiser ces séances de rééducation dans des camps fermés qui s’apparentent en tous points à des prisons, en séances de « formation » volontaire. 

L’extrémisme religieux est présenté comme une « pollution » ou une « maladie » dont les citoyens chinois doivent se « guérir » ou se « purifier ». Ce vocabulaire est lui-même religieux, et on assiste en quelque sorte au Xinjiang aujourd’hui à une guerre des religions : la religion politique chinoise contre l’Islam radical dans ses versions paisibles et belliqueuses, le Parti ne faisant pas dans la nuance et pratiquant l’amalgame sans état d’âme. Le problème est que les chances n’y sont pas égales : entre logiciels de reconnaissance faciale, drones de surveillance maquillés en innocentes colombes, système de notation et d’évaluation des citoyens, caméras et micros installés dans les lieux de cultes, et bien d’autres merveilleux gadgets encore, Pékin dispose de moyens technologiques (mais aussi financier et humains) de surveiller et punir sa population musulmane qui sont sans doute sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. En outre, la situation des musulmans au Xinjiang semble laisser de marbre les associations confessionnelles musulmanes si promptes à s’indigner de « l’islamophobie » supposée des Européens, des Américains ou des Israéliens. Bizarrement, ce sont des ONG et des universitaires occidentaux qui sont en pointe dans la dénonciation du sort qui est fait à cette population, et il faut bien constater qu’il y a de quoi s’indigner. Des villages entiers sont vidés de leurs habitants de sexe masculin, les Ouighours vivant à l’étranger hésitent à rentrer chez eux de peur d’être enlevés et internés de force par la police chinoise. Même les étrangers ne sont pas en sécurité : les Français d’origine ouïghoure sont harcelés et menacés quand ils rendent visite à leur famille, et même lorsqu’ils sont de retour en France, la police continue de les menacer et de les harceler via les réseaux sociaux, parfois en utilisant leur famille restée en Chine, dans une indifférence quasi-générale, en France comme en Chine, il faut bien le dire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires