En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 8 heures 33 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 12 heures 47 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 17 heures 2 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 16 heures 32 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 16 heures 58 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 17 heures 7 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 2 heures
© ATTA KENARE / AFP
© ATTA KENARE / AFP
Colère du peuple iranien

Les manifestations reprennent en Iran contre le pouvoir et alimentées par la gestion désastreuse de l’économie du pays

Publié le 04 août 2018
Cette semaine plusieurs manifestations ont éclaté en Iran. Certains accusent les plus conservateurs du régime d'en être à la source, d'autres les occidentaux. Qu'en est-il ?
Azadeh Kian-Thiébaut est sociologue à l’Université Paris Diderot et spécialiste de l’Iran. A ce titre, elle est l’auteur de plusieurs livres, dont son plus récent : L'Iran: un mouvement sans révolution? La vague verte face au pouvoir mercanto...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azadeh Kian-Thiébaut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azadeh Kian-Thiébaut est sociologue à l’Université Paris Diderot et spécialiste de l’Iran. A ce titre, elle est l’auteur de plusieurs livres, dont son plus récent : L'Iran: un mouvement sans révolution? La vague verte face au pouvoir mercanto...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine plusieurs manifestations ont éclaté en Iran. Certains accusent les plus conservateurs du régime d'en être à la source, d'autres les occidentaux. Qu'en est-il ?

Atlantico : Cette semaine plusieurs manifestations ont éclaté au travers du pays. Si le mouvement contestataire de décembre dernier ne s'était jamais vraiment arrêté, reprend-il actuellement en intensité ?

 
Azadeh Kian-Thiébaut : Pour l'instant, l'intensité des manifestations n'est pas la même qu'en décembre ou janvier dernier, même si les mouvements protestataires se répandent. Par exemple, jeudi il y avait des manifestations dans le centre de Téhéran.
 
On peut s'attendre à ce qu'elles prennent en ampleur compte-tenu de l'actuelle crise économique iranienne, de l'inflation, du prix des produits de premières nécessités et des denrées alimentaires qui ne cessent d'augmenter (actuellement ils auraient d'ores et déjà augmenté de 60%).
 
A Téhéran et à Ispahan (troisième ville du pays), le régime a commencé à réprimer ces mouvements protestataires : il y a eu plusieurs arrestations et les forces de l'ordre ont usé de bombes lacrymogènes.
 
La police est omniprésente lors de ces mouvements contestataires car le régime craint l'expansion de ce mécontentement. Pour le moment, les classes moyennes ne rejoignent pas les contestations mais le temps presse pour le pouvoir iranien.

 

Certains accusent les plus conservateurs des régimes d'en être à la source, d'autres les occidentaux. Qu'en est-il ?

 
Il ne pas faut oublier que les deux sources principales de ces mouvements sont la crise financière d'une part, et l'effondrement du Rial (monnaie iranienne) de l'autre. La gestion de l'économie nationale par le pouvoir a été très mauvaise. Le pouvoir demande à la population de se tirer la ceinture mais tous jours les iraniens apprennent que des milliards de dollars sont détournés par les dirigeants et leurs proches. La source de ces manifestations est donc simple : un quotidien de plus en plus difficile pour les couches populaires qui ne parvient plus à joindre les deux bouts.    
 
Cela étant dit, il est vrai que les conservateurs et les occidentaux jouent un rôle dans ces mouvements. Il existe de profondes tensions entre les ultras et les modérés. A titre d'exemple, le principal rival de Rohani (Ebrahim Raisi) tente de l'affaiblir dans sa ville de Masdhad (deuxième ville du pays). De ce fait, il n'est pas exclu que les conservateurs alimentent les manifestations et le mécontentement ambiant.
 
Les occidentaux et surtout les Etats-Unis en se retirant de l'accord sur le nucléaire et en infligeant de nouvelles sanctions aux pays ont également eu un impact sur la monté de cette colère. Hassan Rohani avait beaucoup misé sur l'ouverture du pays et sur la suppression des sanctions internationales qui devaient relancer l'économie locale, or rien de tout cela ne s'est produit. Provoquant une forte déception chez ses soutiens et renforçant ainsi le poids des conservateurs qui tentent désormais de le faire chuter.
 
Cependant pointer du doigt la seule responsabilité américaine serait une grosse erreur. Encore une fois, la mauvaise gestion de l'économie par le pouvoir en est une cause bien plus profonde.

 

Les manifestants viendraient de milieux divers et variés. Quelles sont leurs revendications ? S'agit-il de réels opposants au régime ou est-ce principalement l'expression d'un "ras-le-bol" face à la situation économique du pays ?

 
Les revendications sont majoritairement d’ordre économique. A Ispahan, par exemple, le mouvement protestataire a commencé dans un quartier de revendeurs de pièces détachées : en raison de l’inflation, leurs pièces coutent de plus en plus chère et par conséquent, le pouvoir d’achat des iraniens étant actuellement limité, ils n’en vendent plus.
 
Ensuite, d’autres groupes se sont joint à leur mouvement. Ceux-ci ont également des revendications économiques mais il n’existe aucune cohésion entre ces différents groupes. Les contestations ne sont pas organisées, il n’y a pas de mouvement uni mais plutôt une multitude de mouvements protestataires. C’est parce que ces manifestations sont sporadiques et spontanées qu’ils ne grossissent pas tant que ça : certes ils sont importants, mais jusqu’à maintenant seules quelques milliers de personnes ont protesté dans les rues.
 
Ainsi, d’autres groupes se sont dressées avec des revendications plus sociales, d’autres sont plus clairement anti-régime et enfin, certains, réclament le retour du père de Shah d’Iran (l’homme qui a ouvert et industrialisé le pays).
 
Les femmes prennent également part à ces manifestations, mais leurs revendications demeurent économiques et sociales. Pour l’instant, elles ne « profitent » pas de ces rassemblements pour demander davantage de droits. Si le « mercredi blanc » (femmes qui portent un foulard blanc pour protester contre le voile obligatoire) ou encore le mouvement des femmes sortant têtes nues, avaient été médiatisés, ils sont à part et n’ont pas de liens avec les contestations actuelles.
 

Mercredi, le parlement iranien a convoqué une session spéciale pour interroger le président sur l'effondrement du Rial et la crise économique. Quelle peut-être l'issue de ce rendez-vous ? Le poste d'Hassan Rohani est-il menacé ?  

 
Rohani en tant que président iranien est menacé puisque selon la constitution actuelle il est responsable devant le Parlement. Or, ce même Parlement –majoritairement modéré, comme Rohani, depuis les élections de 2016- s'exprime très souvent contre la façon dont le gouvernement gère l'économie, et contre la corruption présente à tous les étages.
 
Aujourd'hui, le Parlement demande de véritables changements. Des changements plus profonds que ceux menés par le Président (lequel s'est contenté de remplacer l'ancien directeur de la Banque Centrale), comme par exemple un remaniement gouvernemental complet.
 
Pour l'instant, et également lors de la session spéciale à venir il ne devrait pas être question de motion de censure mais celle-ci pourrait venir plus tard, si Rohani reste de marbre. D'autant plus, que l'Iran dispose de réels experts économiques qui seraient à même de proposer des solutions efficaces pour mettre un terme à la crise financière mais ceux-là ne sont pas appelés au gouvernement…
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires