En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© ARUN SANKAR / AFP
Retour à l'âge de pierre
Internet mon amour (maladif) : pourquoi de plus en plus de Français sombrent dans l’angoisse quand ils n’ont pas de réseau
Publié le 03 août 2018
Une étude de l'Ofcom précise que les britanniques vérifient leur téléphone portable toutes les 12 minutes et sont en ligne au moins 24 heures par semaine. Le temps utilisé pour passer des appels diminue, les utilisateurs préférant utiliser des applications comme Whastapp ou Mesenger.
Michael Stora est psychologue clinicien pour enfants et adolescents au CMP de Pantin.Il y dirige un atelier jeu vidéo dont il est le créateur et travaille actuellement sur un livre concernant les femmes et le virtuel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora est psychologue clinicien pour enfants et adolescents au CMP de Pantin.Il y dirige un atelier jeu vidéo dont il est le créateur et travaille actuellement sur un livre concernant les femmes et le virtuel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude de l'Ofcom précise que les britanniques vérifient leur téléphone portable toutes les 12 minutes et sont en ligne au moins 24 heures par semaine. Le temps utilisé pour passer des appels diminue, les utilisateurs préférant utiliser des applications comme Whastapp ou Mesenger.

Atlantico : L'étude révèle qu'un cinquième des adultes britanniques se sent stressé s'ils ne peuvent pas accéder à Internet. Comment expliquer ce stress ? A quoi est-il du ?

 
Michael Stora : On se rend compte avec le smartphone, que s'il y a une forme de dépendance qui peut engendrer du stress, ce n'est pas vis-à-vis du téléphone, mais vis-à-vis de l'autre. Preuve en est que les applications les plus utilisées sont les messageries et les réseaux sociaux. La personne est toujours en lien avec les autres. Il y a derrière cela une forme d'incapacité à supporter le fait d'être seul. Quand internet ne fonctionne plus, ils sont renvoyés à ce sentiment de solitude qui engendre du stress. Le téléphone devient une sorte d'interface entre soit et l'autre d'un point de vu affectif.
 
Il y a un autre phénomène chez les gens très actifs qui ont un rapport quasi-professionnel à internet. Lorsqu'ils se retrouvent privés de réseaux, à ce moment-là, il y a un sentiment de manque voir d'inutilité. Cela renvoie à un sentiment d'impuissance.
 

Est-ce aussi le cas en France ?

 
Oui. Les Français sont en très bonne position dans ceux qui sont le plus connectés. C'est un vrai phénomène qui existe aussi chez nous.
 

Qu'est-ce que cette addiction révèle du profil psychologique des utilisateurs ?

 
Au fond, c'est toujours la question de savoir si derrière l'écran, on se sent seul. C'est un questionnement profond qui fait que le téléphone est devenu un outil palliatif. On appelait ça le doudou sans fil. Le doudou est un objet qui permet de créer un espace transitionnel entre la relation affective et son absence. C'est vraiment la question de l'absence sans présence le virtuel. Là, vous êtes confronté à une double peine. Ce qu'on observe depuis 20-30 ans, c'est que les gens sont de plus en plus fragiles narcissiquement et on voit bien qu'ils ont de plus en plus besoin de l'autre. Les gens qui vont bien sont ceux qui supportent d'oublier un portable ou une perte de réseaux. Pour beaucoup dans ces cas-là, le monde s'effondre. Certains sont plus fragiles que d'autres. Et chez eux ça risque de prendre des proportions folles. Des sentiments de manque puissants.
 

Comment faire si l'on est touché par ce phénomène ? Comment se "désintoxiquer"?

 
J'ai peu de conseils à donner, car au fond, c'est un révélateur. Cette facilité à communiquer tout le temps sans cesse peut elle-même engendrer une sorte d'habitude qui devient une dépendance. Mais il est évident que si l'on voit que la personne s'engage dans une situation de stress avec des symptômes excessifs, suffocation, crise de nerfs ou autre, à ce moment-là, on peut se dire qu'il faut se réinterroger sur soi. Si derrière il y a une vraie souffrance, il faut entrer en contact avec un professionnel. Mais je le répète, c'est un révélateur. Il faut remonter à la source du problème.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires