En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Bonnes feuilles
Burn-out : du passage en clinique au difficile retour à la réalité
Publié le 29 juillet 2018
Il me prend dans ses bras, me dit que je ne suis pas obligée de rester, je peux attendre dans la voiture. Je crains la rencontre avec des gens que je ne veux pas voir. Avec des amis ou des relations, n’importe, je ne veux pas sentir leur regard posé sur moi, sur mon corps, mon changement. Je ne veux pas remarquer leur effarement, ni la compassion qu’ils auront pour mon homme, lui qui me porte et qui pourrait s’écrouler à tout moment. Extrait du livre de Anne-Véronique Herter, "Le cri du corps' aux éditions Michalon. 2/2
Anne-Véronique Herter a publié son premier roman, "Zou !" en 2014, suivi de "Prudence Rock" en 2017. Elle partage sa vie entre sa famille, son travail de relation clientèle et ses passions pour la Bretagne, la plongée et la littérature. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Véronique Herter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Véronique Herter a publié son premier roman, "Zou !" en 2014, suivi de "Prudence Rock" en 2017. Elle partage sa vie entre sa famille, son travail de relation clientèle et ses passions pour la Bretagne, la plongée et la littérature. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il me prend dans ses bras, me dit que je ne suis pas obligée de rester, je peux attendre dans la voiture. Je crains la rencontre avec des gens que je ne veux pas voir. Avec des amis ou des relations, n’importe, je ne veux pas sentir leur regard posé sur moi, sur mon corps, mon changement. Je ne veux pas remarquer leur effarement, ni la compassion qu’ils auront pour mon homme, lui qui me porte et qui pourrait s’écrouler à tout moment. Extrait du livre de Anne-Véronique Herter, "Le cri du corps' aux éditions Michalon. 2/2

Les gens passent tout autour de moi. Ils ne s’arrêtent pas, me frôlent, ne me regardent pas. Certains marchent lentement, d’autres vite. Ils se promènent, ont quelques minutes pour acheter les fruits ou le fromage qui leur manquent. La musique de rue me cerne, les cris des vendeurs se mélangent au hurlement des enfants, aux rires de ceux qui profitent d’un petit rayon de soleil, attablés devant un petit blanc.

C’est bientôt Noël.

La vie m’oppresse. Je me tiens debout, droite comme la mort, au milieu du carrefour fermé aux voitures. La place du marché m’emporte dans sa vie, et moi, je voudrais m’enfuir. Sans m’en rendre compte, ma tête s’est abaissée, mes mains se sont placées sur mes oreilles, mes yeux se sont fermés. Je ne veux rien voir, rien entendre, rien comprendre. Je veux retourner dans ma chambre avec son drap en plastique, serrer Samwell et regarder les biches par la fenêtre. Chambre 305.

Dans ma mémoire, mes visages amis me sourient et me font signe. Myriam, Philippe, Clémentine, Valérie. Ils sont là, ils me disent de revenir, je ne peux pas.

Quelque chose me secoue.

Mon amour est là, près de moi.

– Qu’est-ce qui se passe? Tu as un malaise?

Il me prend dans ses bras, me dit que je ne suis pas obligée de rester, je peux attendre dans la voiture. Je crains la rencontre avec des gens que je ne veux pas voir. Avec des amis ou des relations, n’importe, je ne veux pas sentir leur regard posé sur moi, sur mon corps, mon changement. Je ne veux pas remarquer leur effarement, ni la compassion qu’ils auront pour mon homme, lui qui me porte et qui pourrait s’écrouler à tout moment.

Je suis rentrée depuis trois jours, je voudrais repartir. Je suis seule au milieu de la vie. Je dois reconstruire un monde nouveau, mais je ne sais pas le faire. Je vis comme à la clinique. Je me réveille à 8 heures, je prends mon petit déjeuner, je fais du sport aux mêmes horaires, le même jour, le même sport. J’ai acheté les mêmes yaourts. Je recrée mon quotidien pour me préserver du monde.

Je ne veux voir personne.

Je me confie toujours à Facebook. C’est comme un ami imaginaire à qui je peux tout dire ou presque. Mon roman va bientôt sortir, je partage mes sourires, mes espoirs. Je parle de ma progression. Je fais croire que je vais mieux. Mais quand mon corps me tire trop, je le maltraite, je l’insulte, je le dénigre. Je sais que je ne suis pas guérie, mais j’ai peur qu’on l’oublie. Je suis folle et malheureuse et pourtant, je souris. Les textes et les poèmes que j’écris disent à ma place ce que je suis, ce que je voudrais être.

Extrait du livre de Anne-Véronique Herter, "Le cri du corps' aux éditions Michalon 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires