En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 7 min 35 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 7 heures 57 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 12 heures 5 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 8 heures 47 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 10 heures 46 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 12 heures 35 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 9 heures
© Josh Edelson / AFP
© Josh Edelson / AFP
Gains illusoires

Pourquoi la monétisation des données personnelles ne sera jamais le nouvel or noir

Publié le 24 juillet 2018
Une certaine école de pensée libérale émet l’idée que l’individu devrait recevoir une contrepartie économique pour l'utilisation de ses données par les plateformes numériques. Or, le sujet de leur possession est très complexe.
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une certaine école de pensée libérale émet l’idée que l’individu devrait recevoir une contrepartie économique pour l'utilisation de ses données par les plateformes numériques. Or, le sujet de leur possession est très complexe.

Atlantico : Dans une récente étude vous pointez la problématique de la monétisation des données personnelles, en quoi est-ce un enjeu important ?

Nicolas Mazzucchi : Depuis plusieurs années les firmes les plus florissantes au niveau mondial – du moins en sphère occidentale – sont celles qui sont liées à l’exploitation du cyberespace. On pense bien évidemment aux GAFA(M), mais bien d’autres acteurs sont également concernés. Or ceux-ci utilisent majoritairement les données des utilisateurs de leurs services (moteur de recherche, réseau social, place de marché en ligne, etc.) afin de créer de la valeur fondée sur la prédiction des comportements, la publicité ciblée, etc. Dans ce cas on parle d’une économie fondée sur la donnée, ou plutôt sur le traitement de celle-ci. Or une certaine école de pensée libérale émet l’idée que l’individu qui est à l’origine de ces données devrait recevoir une contrepartie économique pour leur utilisation par ces mêmes plateformes.

Pourquoi maintenant ?

Les avancées récentes de l’Union européenne sur la question des données personnelles de manière particulière et du cyberespace de manière générale, ouvrent une nouvelle fenêtre d’opportunité. L’entrée en vigueur cette année du Règlement général sur la protection des données (RGPD) ainsi que la fin du délai de transposition de la Directive sécurité et réseaux d’information (SRI) sont la marque d’une nouvelle orientation de l’UE. Jusqu’à présent l’Union a encouragé les Etats-membres à mettre des législations nationales en place, maintenant elle souhaite elle-même être à la manœuvre afin de pousser l’interconnexion du marché digital (digital single market) dans l’ensemble de l’UE. Dans ce contexte, le RGPD permet aux individus de disposer de plus de droits sur ce qui est fait avec leurs données (transfert, rectification, etc.), cela renforce leur contrôle pourrait-on dire.

Du contrôle à la possession, il n’y a qu’un pas ? 

Déjà franchi en fait, mais de manière plus complexe qu’on ne le pense. Les données sont créées par la rencontre d’un individu et d’une plateforme, enlevez l’un ou l’autre et elles n’existent plus. Elles ne sont d’ailleurs, au sens économique du terme, pas des biens rivaux : si l’acteur A exploite un jeu de données, cela n’empêche en rien l’acteur B de faire de même. On se rend ainsi compte que cette histoire de possession est très complexe ; voilà pourquoi les législateurs nationaux et européens ont bien pris garde d’affirmer le droit du citoyen de contrôler l’usage qui est fait de ses données, y compris avec le droit de rectification de celles-ci, mais pas de lui en donner une capacité d’exploitation économique. En réalité l’utilisateur reçoit déjà une contrepartie : un service le plus souvent gratuit de mise en relation sociale, de recherche sur le Net, etc.

Donc pour revenir sur cette analogie selon laquelle les données seraient le pétrole du XXIe siècle ?

Je l’ai déjà écrit par ailleurs, mais cette analogie me semble complètement erronée. D’une part sur la nature profonde des données aussi bien que du pétrole ; un bien non-rival créé par la rencontre d’un individu et d’une plateforme virtuelle (la donnée), n’a rien de commun avec une ressources fossile enfouie sous terre ou dans les fonds sous-marins (le pétrole). Leur seul point commun c’est en réalité la nécessité de passer par une étape de transformation afin de les rendre exploitables ; le raffinage que l’on pourrait aussi bien appeler dans le cas des données la structuration-agrégation. Sans ce traitement préalable, pas d’utilisation économique possible à grande échelle.

Les données ne valent donc rien ?

Non bien entendu, elles sont le socle d’une économie florissante ; mais là encore tout dépend ce que l’on entend par données. Le terme est si vague qu’il a fini par désigner de multiples réalités, entre le nom et le prénom d’une personne et ses habitudes de consommation ou ses préférences politiques, il y a un certain écart, pourtant ce sont à chaque fois des données. En réalité c’est le poids de l’individu qui est nul, plusieurs estimations concordent pour dire que pris au niveau individuel les données ont une valeur quasi-nulle, à moins d’être extrêmement personnelles comme les antécédents médicaux de toute la famille par exemple. Donner à l’individu l’illusion qu’il peut gagner de l’argent en vendant ses données, revient en fait à faire de lui un cyber-prolétaire qui sera au fond bien plus dépendant des plateformes exploitant les données qu’il ne l’est aujourd’hui. Ainsi si l’on introduisait une contractualisation avec contrepartie financière pour l’utilisation, cela reviendrait en fait à donner un blanc-seing aux diverses plateformes exploitant la donnée ; ce serait le contraire de la politique de protection de l’individu mise en place par les législateurs nationaux et européens. La marchandisation des données en ce sens reviendrait à amoindrir les droits des individus au lieu de les augmenter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires