En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 2 heures 21 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 3 heures 48 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 13 heures 54 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 3 heures 5 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 10 heures 7 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 12 heures 54 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 13 heures 10 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 13 heures 59 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 14 heures 12 min
© AFPTV / AFP
© AFPTV / AFP
Sans faire les gros titres

Yémen : la pire crise humanitaire mondiale s’aggrave encore

Publié le 16 juin 2018
Au Yémen, les combats pour la conquête du port d’Hodeida vont avoir des conséquences majeures car ils vont entraîner une interruption de l’aide humanitaire qui arrive pourtant déjà en quantité insuffisante.
Eric Denécé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Yémen, les combats pour la conquête du port d’Hodeida vont avoir des conséquences majeures car ils vont entraîner une interruption de l’aide humanitaire qui arrive pourtant déjà en quantité insuffisante.

Atlantico : Alors que le conflit yéménite se prolonge depuis maintenant près de 4 années, les derniers développements de cette guerre ont alerté les Nations unies, d'un point de vue humanitaire, en particulier après l'offensive du port de Hodeida, contrôlé par les rebelles Houthis, alors que ce lieu serait une plaque tournante de l'aide humanitaire apportée aux populations. Quels sont les risques de voir la situation humanitaire se détériorer ? 

Eric Denécé : Ils sont majeurs. Non seulement au regard de l’importance du port d’Hodeida pour l’acheminement de l’aide humanitaire, mais aussi parce que le pays est dans un état de délabrement avancé et que les populations sont depuis longtemps déjà dans une extrême précarité. Rappelons que ce conflit a fait plusieurs dizaines des milliers de victimes, des centaines de milliers de déplacés et qu’aujourd’hui plus de 50 000 enfants y souffrent de malnutrition avancée. Pour mesurer l’état de dénuement que connaît le Yémen, il faut rappeler que les populations qui fuient le conflit cherchent à se réfugier… en Somalie ! Or, cet Etat est lui-même en crise durable et n’a rien d’un paradis ni d’une terre d’accueil.

En conséquence, les combats pour la conquête d’Hodeida vont avoir des conséquences majeures car ils vont entrainer une interruption de l’aide humanitaire qui arrive pourtant déjà en quantité insuffisante. Cela va provoquer très surement un accroissement rapide de la mortalité dans le pays et de nouveaux mouvements de réfugiés quittant la ville.

Tout cela se passe dans l’indifférence générale, très peu de médias occidentaux en rendent véritablement compte. Ce conflit dure maintenant depuis quatre.

Ce qui n’était à l’origine, en 2014, qu’une guerre civile s’est transformée en véritable conflit régional suite à la décision de l’Arabie saoudite d’intervenir en 2015, Riyad prenant la tête d’une coalition de 150 000 hommes avec le soutien occidental.

Rappelons que la légitimité de cette intervention demeure fort discutable au plan du droit international. En effet, alors que le camp occidental et les monarchies  du golfe Persique ont soutenu les « printemps arabes » de 2011 partout en Afrique du Nord et au Proche-Orient, ils s’y sont opposés à leurs frontières. Cela a été le cas au Bahrein, mais surtout au Yémen.

En effet, en janvier 2011, une insurrection parvint à chasser du pouvoir le président Ali Abdallah Saleh. Son successeur, Abd al-Rab Mansour al-Hadi, ancien vice-président, est  élu en février 2012 dans des circonstances très discutables. Il sera à son tour chassé du pouvoir par la rébellion houtie, réclamant plus de considération et d’aide du régime, et fera appel à Riyad.

Les arguments apportés par les forces de la coalition, entre Arabie Saoudite et les Emirats - indiquant que la prise du port de Hodeida est indispensable pour une victoire sur le terrain. Ces arguments peuvent-ils se justifier d'un strict point d'un tel point de vue stratégique ? 

Rappelons d’abord que le port est assiégé depuis deux ans mais que les forces de la coalition ne sont jamais parvenues à s’en emparer. Son importance est en effet stratégique, pour deux raisons.

En premier lieu, car les populations favorables aux Houthis bénéficient de l’aide humanitaire qui y parvient, alors même que Saoudiens et Emiratis – leurs partenaires majeurs dans la coalition - cherchent à les réduire à la famine afin qu’elles cessent leur soutien à la rébellion : l’objectif est donc de les contraindre à se soumettre, sinon à mourir de faim.

En second lieu, parce que les Houthis reçoivent une partie de leur ravitaillement en armes et munitions par ce port dont la perte serait pour eux un vrai coup dur.

Enfin, il y a un aspect symbolique à ne pas négliger : la prise d’Hodeida représenterait enfin un succès militaire pour les forces coalisées qui sont tenues en échec depuis trois ans par les rebelles, en dépit de leur nombre (150 000 hommes), de l’impressionnant, arsenal déployés (chars Leclerc, artillerie, avions d’attaque au sol) et de l’aide occidentale.

Sans compte que les Américains fournissent depuis longtemps renseignement et munitions, et depuis quelques semaines, leurs forces spéciales sont entrées en action pour aider les forces coalisées à repérer les unités de lance-missiles des rebelles.

Aujourd’hui, Saoudiens et Emiratis affirment que la prise de contrôle du port leur permettra d’acheminer davantage d’aide humanitaire… on croit rêver ! Dans ce conflit, les monarchies du golfe Persique et leurs alliés bafouent scandaleusement les principes humanitaires.

Depuis trois ans, ils se livrent à des actions d’une extrême violence (bombardements, pilonages, destructions systématiques des infrastructures civiles) sans se préoccuper des effets collatéraux sur les populations civiles ou sur les monuments ayant une valeur historique ou culturelle. Croire qu’ils tiendront parole et qu’ils soigneront et ravitailleront des populations chiites est une véritable foutaise que ne croient que ceux qui ont décidé de fermer les yeux sur ce conflit et les exactions que Riyad y commet quotidiennement.

Au demeurant, vu la faible efficacité des forces coalisées, rien ne dit que cette prise d’Hodeida aura lieu, qu’elle sera rapide ni qu’elle accélèrera la fin du conflit, tant les racines en sont profondes et la volonté de combattre des Houthis est forte.

La Guerre est au Yémen est souvent présentée comme un affrontement à distance entre Ryiad et Téhéran, mais quelle est la réalité de cette présentation sur le terrain ? Comment évaluer le poids iranien sur le terrain yéménite, et que peut-on en déduire sur les motivations des belligérants ? 

Il est important de relativiser. S’il y a certes un affrontement régional entre l’Iran et l’Arabie saoudite, le conflit yéménite n’est pas une guerre par « proxies ». Les Houthis, bien que proches du chiisme – ils sont zaydites -  ne sont pas inféodés à Téhéran et n’ont réclamé l’aide de l’Iran que parce que c’était le seul Etat prêt à les aider. Mais ils ont conservé une vraie autonomie dans leur action.

Bien sûr, Téhéran se réjouit de voir l’Arabie saoudite enlisée dans ce conflit et s’il n’a rien fait pour le créer, il fait ce qu’il faut pour que cela dure (instructeurs, ravitaillement en armes et munitions). Des miliciens du Hezbollah libanais seraient même présents aux côtés des Houthis.

Il importe de ne pas inverser la vérité : Riyad n’est pas intervenu au Yémen parce que l’Iran y aurait déclenché une rébellion ; c’est au contraire l’action irresponsable de l’Arabie saoudite qui a conduit Téhéran à soutenir les Houthis. Les Saoudiens, certes obsédés par la présence de tribus chiites irrédentistes sur leur flanc sud, se sont précipités tout seuls dans un piège qu’ils se sont créé !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
wwmat
- 18/06/2018 - 10:11
Difference de semantique.....
A Alep s'etait un crime contre l'humanite et... au Yemen c'est une crise humanitaire......

"selon que vous serez puissant ou miserable, les jugements de cours vous rendront blanc ou noir" (La Fontaine)

Et une fois de plus la France se fourvoie attirée la bave aux lèvres par les pétrodollars et son souci ridicule de plaire aux USA.
Benvoyons
- 17/06/2018 - 10:03
Bravo quelle prouesse de pouvoir écrire sur le Yemen 2014 à 2018
sans parler de la situation du Yémen depuis 1994 car la Guerre civile moderne date de ce moment là. Mais tous les propagandistes d'aujourd'hui étaient déjà dans l'action régionale, mais cela depuis le XIIe siècle avec Chiites & sunnites.
https://www.lesclesdumoyenorient.com/Pour-comprendre-l-actualite-du-Yemen-Yemen-une-histoire-longue-de-la-diversite.html
Bien évidemment l'Arabie Saoudite ne pourra jamais accepté que sa frontière Sud soit dominer par les Chiites car cela signifierait la fin de son Royaume Sunnite. Les Iraniens Chiites ont tout intérêt à vouloir ce Yémen pour ensuite attaquer par effet tenaille par le Nord et le Sud l'Arabie Saoudite.
Atlante13
- 16/06/2018 - 18:30
Vous n'en avez pas marre,
cela fait des décennies que les pays soit-disant évolués décident de ce qu'il faut faire ou pas en Afrique, décident des interventions politiques ou militaires, pleurent sur le sort des civils(?) et des enfants, apportent des aides "alimentaires" qui se retrouvent immédiatement dans les clans guerriers. L'Afrique a, soi-disant, retrouvé sa souveraineté depuis les années 1960, années où ces différents pays ont revendiqué et obtenu leur indépendance. Alors foutez-leur la paix, laissez les décider ce qu'ils veulent ou pas, et les bonnes âmes humanitaires qui sont choquées aillent s'installer chez eux s'ils veulent vraiment les aider. Pour l'instant, toutes les c**neries d'interventions de l'ONU ou autres se sont soldées par une explosion des conflits, des morts, et finalement par une migration de masse des populations manipulées. Mais on se donne bonne conscience.