En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Valery HACHE / AFP
Eaux rages !
Orages en série, froid sibérien, neige à répétition et chaleur de printemps : mais que se passe-t-il sur le front de la météo en 2018 ?
Publié le 14 juin 2018
Notre climat n’est pas linéaire, loin de là, et les années "climatologiquement" calmes sont finalement rarissimes.
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre climat n’est pas linéaire, loin de là, et les années "climatologiquement" calmes sont finalement rarissimes.

Atlantico : Alors que certains départements ont connu un épisode orageux en ce début de semaine équivalent à près de 50 jours de pluie, ceci faisant suite à un fort coup de chaud au printemps et à des températures glaciales cet hiver, comment comprendre ce qui semble être un climat français exceptionnel en cette année 2018 ?

Frédéric Decker : Il est vrai que les événements météo  se succèdent depuis l’hiver dernier, entre inondations, tempêtes en janvier, puis froid et neige en février-mars sans vraiment tomber dans un froid « glacial » toutefois… Les orages des dernières semaines ont beaucoup fait parler d’eux, activité « record » ou presque sur 30 ans, mais pas forcément si l’on regarde plus en arrière (mai-juin 1971 par exemple étaient anormalement orageux). Tout cela « sort du lot », dans le sens où ces événements sont en dehors de ce que l’on appelle les « normales ». Mais finalement, lorsque l’on s’intéresse à la climatologie et au climat au sens large du terme, on se rend bien compte que nous sommes finalement rarement dans les « normes », et que les extrêmes météo se succèdent depuis toujours en France, à un rythme plus ou moins soutenu selon les années. Le fait est que, contrairement aux idées reçues, notre climat n’est pas linéaire, loin de là, et les années climatologiquement calmes sont finalement rarissimes. Si l’année 2018 semble particulièrement agitée ou inhabituelle, ce n’est pas un événement inédit et les exemples sont nombreux, y compris durant les périodes plus fraîches ou plus froides. Les successions de sécheresses, d’inondations, d’hivers froids ou trop doux et de canicules, d’orages violents et autres entre 1910 et 1912 ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres.

Le seul fait réellement hors-normes récurrent est le réchauffement des 30 à 40 dernières années, période la plus chaude de ces 700 dernières années au moins, depuis la période chaude appelée « Optimum Médiéval » entre l’an 800 et 1300.

Faut-il voir de tels événements comme une succession de cas indépendants ou véritablement comme une transformation tendancielle du climat sur le pays, fait de tels épisodes ?

Il est très difficile de lier un phénomène météorologique ponctuel tel qu’une vague de froid, une période très pluvieuse ou très orageuse à une évolution climatique.

Sur les 70 dernières années, le nombre de jours d’orage est très stable en France, et ce malgré la hausse du thermomètre, ce qui peut paraître contradictoire. C’est pourtant le cas. Est-ce que les orages sont plus violents qu’autrefois ? De nombreux records appartiennent au passé, la réponse serait donc plutôt « non ». Un des pires orages qu’ait connu la France est même très ancien, datant du 13 juillet 1788 lorsqu’un « monstre » ravagea une large bande allant des Charentes aux Flandres en passant par la Beauce, mitraillant tout sur son passage de grêlons pesant jusqu’à 600 grammes. Et en un quart d’heure seulement ! Je peux citer aussi le record de pluie en 24 heures, datant toujours d’octobre 1940 dans les Pyrénées-Orientales, la chaleur record de l’été 1923 (dépassant souvent 2003), etc… Tous les extrêmes météo récents, tempêtes, inondations, orages, ne présentent pas d’évolution à la hausse.

Les récents événements météorologiques s’inscrivent tout simplement dans la variabilité naturelle du climat français. Si cette fin de printemps a été très orageuse, ce fut aussi le cas en 1993, période orageuse démarrant alors beaucoup plus tôt que cette année, dès le 20 avril, et se terminant fin juin, plus de deux mois plus tard. Une sorte de compensation a suivi, avec des mois de juillet et août particulièrement peu orageux cette année-là !

Une constatation tout de même : les crues et inondations, si elles ne sont pas plus fréquentes, ont tendance à être plus intenses et dramatiques. Mais pas pour une raison météorologique. L’homme y est pour beaucoup en revanche, bétonnant toujours davantage ses agglomérations, déboisant les campagnes, les champs, enlevant les bocages, bref aggravant considérablement le ruissellement de l’eau à la surface du sol. Des efforts doivent être faits et poursuivis pour rétablir la perméabilité de nos sols, dans les zones urbaines comme dans les zones rurales.

A quoi peut-on s'attendre au cours de cet été, et plus largement, au cours des prochaines années ?

La tendance pour l’été indique moins d’orages que ces dernières semaines, avec même un mois de juillet relativement sec, suivi d’un mois d’août dans les normes en termes de précipitations, donc potentiellement plus orageux. Un été assez chaud attendu cette année, mais sans excès, loin derrière 2003 et 2015.

On constate depuis une vingtaine d’années maintenant une tendance au ralentissement du réchauffement climatique dans le monde et en France, en dehors de l’épisode El Nino qui a temporairement réchauffé la Terre mais aussi l’hexagone entre 2015 et 2016. Des phénomènes naturels pourraient confirmer cette tendance dans les toutes prochaines années, à savoir une très faible activité solaire et des désordres dans les courants marins, susceptibles de légèrement rafraîchir l’atmosphère terrestre, contrant ainsi au moins temporairement la tendance au réchauffement moderne. Une recrudescence d’explosions volcaniques pourraient également ôter quelques dixièmes de degré au thermomètre mondial comme ce fut le cas en 1991, 1883, 1815 et à la fin du 18e siècle, mais là, c’est un peu de la loterie. Tendance à prendre avec des pincettes en tous cas, le conditionnel reste de mise. La machine climatique très complexe nous surprend et peut encore nous surprendre, y compris dans un avenir très proche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
walchp
- 14/06/2018 - 19:11
Et pourtant..
Qui a fréquenté la montagne ces 40 dernieres années voit bien le recul des glaciers comme à Chamonix ou Tignes et la Vanoise en géneral....
Et que dire sur les pôles.....
Il y a bien un réchauffement !!! Le problème et de savoir si c'est naturellement cyclique ou d'origine humaine....
kelenborn
- 14/06/2018 - 10:27
Hihi
C'est fou la chape de plomb et le terrorisme intellectuel qui règne dans ce domaine . Decker , il y va à pas feutré! Il commence par dire que les soixante dix dernières années ont connu un réchauffement pour finir par avouer que depuis 2000 ce n'est plus vrai! Ben oui, c'est ce qu'affirment les climato sceptiques quand on veut bien leur donner la parole: le cycle de réchauffement qui commence après 1950 s'arrête en 1998! c'est , en gros la durée des cycles courts précédents ! Il y a les cycles longs et il rappelle l'optimum médiéval où le CO2 d'origine humaine ne devait pas faire pousser la vigne à Terre Neuve (Vinland). Et il rappelle aussi que sur longue période, rien de nouveau sous le soleil! Evidemment, ça ne fait pas l'affaire des escrologistes, ni même du Pape ! C'est vrai que Malachie disait que ce serait le dernier et qu'il serait diabolique: peut être pour cela qu'il plaide le réchauffement !