En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 34 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 17 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 15 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 52 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 19 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 8 heures 5 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 46 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 53 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 26 min
© Pixabay
© Pixabay
Danger

Ces (nombreux) médicaments qui peuvent vous faire plonger dans la dépression sans que votre médecin le sache vraiment

Publié le 14 juin 2018
37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible, selon une étude relayée par la BBC.
Sauveur Boukris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible, selon une étude relayée par la BBC.

Atlantico : Un article de la BBC rapporte que d'après une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, 37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible. Le lien entre dépression et médication, est-il avéré ? Dans quelle mesure ?

Sauveur Boukris : Oui, bien sûr. C'est quelque chose de connu depuis longtemps. Cela concerne par exemple les médicaments pour l'hypertension à base de réserpine, comme l'Aldomet ; les médicaments antalgiques qui sont à base à de Tramadol, qui peuvent entraîner un effet sédatif et un effet dépressif. D'autres médicaments encore, comme ceux servant à traiter la maladie de Parkinson, à base de dopamine, ont aussi un effet secondaire dépressif. C'est quelque chose de fréquent. Le chiffre d'un tiers des médicaments, avancé par l'étude, parait élevé. La question est : s'agit-il de dépressions majeures, mineures ? Tout dépend de ce que les chercheurs nomment "dépression". La dépression est un terme un peu galvaudé qui peut désigner une vraie dépression ou, comme dans certaines études, un coup de déprime passager.

Il y a deux types de médicaments. Ceux qui sont donnés à courte durée peuvent entraîner un petit effet dépressif momentané. Il s'agit, par exemple, des traitements pour la douleur. En revanche, en ce qui concerne les traitements à plus longue durée, comme ceux pour la maladie de Parkinson ou l'hypertension, qui sont des médicaments que l'ont prescrits pendant toute une vie, cela peut entraîner une dépression.

On ne fait pas toujours le lien entre médicaments et dépression parce qu'on considère, quelques fois, que la maladie peut être en soi un facteur de dépression. Dans le cas d'une dépression, on peut recourir à traitement substitutif et remplacer le médicament qui provoque la dépression par un autre. Mais quelques fois, il n'y a pas de traitement de remplacement et on prescrit le médicament en l'associant à un antidépresseur. Quelques fois aussi, quand les gens sont malades de tumeurs ou d'autres maladies graves, on considère que la gravité de la maladie, et le traitement de la douleur de cette maladie, sont supérieurs à la dépression, et l'on considère alors que la dépression fait partie du contexte de la maladie.

Les patients qui souffrent déjà de troubles psychiques comme l'anxiété et la dépression présentent-ils un risque beaucoup plus élevé ?

Les effets sont majorés, bien sûr. Chez les gens qui ont tendance à être dépressifs ou présentent des tendances anxieuses, ces médicaments accentuent ces effets. Les sont alors plus réceptifs et sensibles à ces effets.

Les contraceptifs oraux engendrent des risques de dépression et de troubles de l'humeur. Les patients sont-ils suffisamment informés ?

Non, les patients ne sont pas informés. Et les médecins ne sont d'ailleurs ni formés ni informés sur ce sujet. Il y a des patients sous contraceptif, souvent des femmes, qui se trouvent tristes, déprimés, etc. Certains contraceptifs présentent un risque de dépression plus élevé. Cela se traduit par une fatigue, une baisse de la libido, un manque d'élan vital. Les patients le constatent lorsqu'ils commencent à prendre un contraceptif ou lorsqu'ils en changent.

Si chacun doit se responsabiliser, lire les notices n'est pas un réflexe courant. Quelle est la part de responsabilité des médecins, des fabricants, des agences nationales du médicament ?

Les fabricants ont tendance à minimiser les effets secondaires, à les cacher ou à les sous-évaluer. Les laboratoires ont donc une part de responsabilité dans cette méconnaissance des effets secondaires des médicaments. Le médecin qui prescrit, lui, n'est pas toujours au courant des risques de dépression. Et s'il est courant et qu'il l'explique au patient, ce dernier va bien souvent refuser le médicament.

Toutes les informations que l'on voie sur le Vidal (sorte de bible du médecin pour les médicaments) sont des informations qui sont données par l'industrie pharmaceutique elle-même. Les fiches techniques publiées dans le Vidal ne sont pas publiées par le ministère de la Santé, elles sont émises par les laboratoires. Et ces derniers dressent tout une lite d'effets indésirables pour lesquels ils indiquent "peu fréquent", "fréquent", "rare", etc. En général, les médecins ne connaissent que les effets indésirables les plus fréquents. Or, même un effet indésirable rare peut être important pour le malade.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
venise
- 16/06/2018 - 23:26
stop
de propager la panique avec les effets secondaires des médicaments surtout quand une erreur grossière se glisse dans les affirmations, je parle des agonistes dopaminergiques et de la L dopa dans la maladie de parkinson, ils tentent de compenser le déficit en dopamine maîtresse du mouvement de la motivation du plaisir...... et ces médicaments sont tout sauf dépresseurs, ce serait plus tôt le contraire, mais par pitié la meilleure façon de marcher étant leur mission laissez les parkinsoniens en paix
nobobo
- 14/06/2018 - 22:52
Démagogie
Travaillant dans la recherche pharmaceutique, je suis sidéré par certaines manipulations médiatiques. Bien sûr les médicaments peuvent avoir des effets secondaires (graves sur une minorité de patients). Mais en regard du bénéfice rendu , prouvé scientifiquement contrairement aux médecines dites alternatives, il n'y a pas photo.
L' espérance de vie actuelle n'aurait rien à voir avec la découverte des médicaments révolutionnaires de la médecine occidentale?
Ce n'est pas parce qu 'il y a quelques brebis galeuses dans l'industrie pharmaceutique qu'il faut jeter le bébé avec l 'eau du bain.
Le retour de l 'obscurantisme nous guette.
Benvoyons
- 14/06/2018 - 11:48
Il y en a un, en plein délire,
car pas du tout, j'ai été fait dans les latrines de Dieu,Satan & St Pierre, le Saint Esprit Kelenborn étant en train de nettoyer le cul des ci-dessus.
La suffisance narcissique du Saint Esprit Kelenborn ne pouvant voir & nettoyer que ces surfaces là.