En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 7 heures 37 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 8 heures 24 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 11 heures 9 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 13 heures 46 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 14 heures 30 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 16 heures 31 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 16 heures 52 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 8 heures 5 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 8 heures 40 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 10 heures 19 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 16 heures 39 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 7 heures
© SAUL LOEB, Korea Summit Press Pool / AFP / Korea Summit Press Pool
© SAUL LOEB, Korea Summit Press Pool / AFP / Korea Summit Press Pool
Washington rencontre Pyongyang

Sommet États-Unis / Corée du Nord : pourquoi Kim Jong Un a d’ores et déjà (beaucoup) gagné

Publié le 11 juin 2018
La rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un va finalement avoir lieu et quelque soit le résultat de cet événement historique, le leader nord-coréen semble déjà avoir remporté la mise.
Juliette Morillot est journaliste, historienne et écrivaine spécialiste de la Corée du Nord et du Sud. Elle a publié aux éditions Robert Laffont "Le monde selon KimJong-un" coécrit avec Dorian Malovic.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Juliette Morillot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Juliette Morillot est journaliste, historienne et écrivaine spécialiste de la Corée du Nord et du Sud. Elle a publié aux éditions Robert Laffont "Le monde selon KimJong-un" coécrit avec Dorian Malovic.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un va finalement avoir lieu et quelque soit le résultat de cet événement historique, le leader nord-coréen semble déjà avoir remporté la mise.

Atlantico : La rencontre entre Trump et Kim Jong-un va finalement avoir lieu. L'arsenal nord-coréen sera au cœur des discussions et Washington réclame une dénucléarisation de la péninsule.  Pyongyang de son côté s'est déclaré favorable à une "dénucléarisation de la péninsule" mais la formule reste vague. Que peut-on vraiment attendre de ce sommet ?

Juliette Morillot :  Ce ne sont pas les formules employées par Pyongyang qui sont vagues mais c'est juste que les deux partis n'ont pas la même définition du mot "dénucléarisation". Les Sud-Coréens et Nord-Coréens lors du sommet du 27 avril dernier se sont accordé sur une dénucléarisation de la péninsule coréenne. Pour ce sommet on peut penser que Donald Trump va revoir ses prétentions à la baisse notamment sur la rapidité de la démarche de dénucléarisation. Dénucléariser prendra dix ou 15 ans selon les estimations de Siegfried S. Hecker et ne peut pas se faire du jour au lendemain.  

Trump n'est pas à une incohérence près et il a tellement envie que cet accord aboutisse qu'il est prêt à faire des concessions. Mais quand bien même nous nous retrouverons avec les questions de base qui est celle des garanties que les Etats-Unis sont capables de donner à la Corée du Nord et de se mettre d'accord sur la définition même de dénucléarisation.

La Corée du Nord est sincère dans sa démarche mais il faudra des actes de bonne volonté du côté des Etats-Unis. Les deux partis ont à y gagner avec ce sommet. Peut-être qu'il y aura une promesse de traité de paix sur la péninsule ce qui est quelque chose que Pyongyang demande ou à défaut de traité de paix une déclaration commune de futurs traités de paix. Il pourrait y avoir une déclaration d'installation d'un bureau de liaison américain à Pyongyang ou encore un démarrage de pseudo deals où chacun s'engagerait à s'élancer sur le chemin de la dénucléarisation.

Au final, ne joue-t-on pas à se faire peur ces derniers mois avec la question de l'arsenal nucléaire nord-coréen dans le sens où les chinois de toute façon ne permettraient pas leur utilisation et que les Nord-Coréens sont bien plus raisonnables que ce que l'on a pu longtemps croire ?

Nous arrivons dans une phase où tout semble inversé. Pour le coup la Corée du Nord a joué de façon transparente depuis des années en parlant de son programme nucléaire. Le fait que la communauté internationale ait nié leurs capacités de développement de l'arme nucléaire a fait partie d'un storytelling international (qui en fait était le storytelling américain) qui est aujourd'hui en train de s'effacer. On a voulu, sous l'influence des médias, de storytelling américain, japonais et sud-coréen à la fois nier systématiquement le fait que la Corée du Nord possédait l'arme nucléaire (jusqu'en novembre dernier) tout en diabolisant Pyongyang en imaginant qu'ils veulent détruire les pays suscités grâce à leur arsenal nucléaire. C'est d'autant plus paradoxal et faux que l'arme nucléaire a toujours été considéré par les Nord-Coréens comme un outil dissuasif face à la menace américaine.

Le storytelling général est en train d'éclater à la faveur de Trump qui, par son attitude, a finalement fait bouger les lignes. La communauté internationale de son côté, face à des Etats-Unis dont la parole commence à être remise en question (le G7 est un bon exemple pour le démontrer) commence à percevoir la Corée du Nord pour ce qu'elle est. Grâce Donald Trump, Kim a réussit à changer son image. Il est devenu un chef d'État fréquentable, la Corée du Nord commence à être étudiée de manière plus sérieuse et tout le monde se presse pour aller à Pyongyang et le pays en tirera des bénéfices, d'abord au niveau de l'image mais aussi au niveau économique.

Au final le sommet n'est-il pas déjà gagné pour Kim Jong-un peu importe le résultat dans le sens où il a réussi ce que ses prédécesseurs n'ont jamais pu faire : s'asseoir à la même table que le président américain, gagner une légitimité internationale et s'imposer comme une force diplomatique incontournable ?

Kim Jong-un a déjà gagné sur trois points. Au niveau intérieur d'abord il a complété son programme d'arme nucléaire et balistique pour défendre le pays contre "l'avidité américaine". Il est devenu l'homme qui "porte la paix" et "tend la main" pour la réunification de la péninsule.

Il va rencontrer un président américain et s'asseoir à sa table, ce que son père et son grand-père n'ont jamais réussit malgré une volonté qui a toujours été présente de traiter en bilatéral avec les Washington.

Enfin il a réussi quelque chose d'extraordinaire en renversant l'image de la Corée du Nord. Ce qu'il a fait de très malin, c'est qu'en plus de cette volonté de rencontre bilatérale, il a suggéré d'autres rencontres bilatérales avec Xi Jinping Moon Jae-in, probablement avec Vladimir Poutine (pour l'instant c'est Lavrov qui s'est rendu à Pyongyang) et a donc fait exploser la gestion multilatérale des thématiques sécuritaires dans la péninsule ainsi que cette espèce de statuquo qui maintenant le pays immobile depuis des années.

On peut raisonnablement dire que Kim Jong-un a déjà gagné ce meeting peu importe ses conclusions. De son côté Donald Trump a vraiment besoin que ce sommet ne soit pas considéré comme un échec, surtout avec les midterms qui approchent en novembre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 11/06/2018 - 15:54
La religion des traités
Ce commentaire est à côté de la plaque. Si la Corée du Nord ne respecte pas ses engagements en matière de dénucléarisation, Trump ne se gênera pas pour déchirer l'accord et revenir à la case départ. On voit bien que Trump n"a pas la religion du papier et des traités, c'est la réalité et la substance derrière les bonnes paroles et les accords formels qui comptent pour lui.
J'accuse
- 11/06/2018 - 10:49
J'approuve à 100%
Obnubilé par un prix Nobel (comme Obama), Trump est prêt à tout céder pour ça, y compris aller embrasser un dictateur qui affame et maltraite son peuple, et continuera à le faire imperturbablement. La paix règne dans la péninsule depuis 65 ans, en grande partie grâce au nucléaire; la dénucléarisation est une absurdité totale, mais dégoulinant de démagogie: les opinions publiques ont une peur panique et incohérente de l'atome, civil comme militaire. Le vrai sujet serait de permettre aux Nord-Coréens de vivre mieux, mais ça, tous les dirigeants s'en foutent royalement, du moment qu'ils peuvent se pavaner.
Marie-E
- 11/06/2018 - 10:25
Bof
Madame Morillot est peut-être spécialiste des 2 Corée mais le Trump bashing gâche toute son analyse et met en doute sa crédibilité. Il est vrai que pour la plupart des journalistes, la passivité pour ne pas dire la nocivité du Prix Nobel de la Paix Obama était préférable