En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
L'autre Europe
Sommet UE-Balkans : cette nouvelle déstabilisation de l’Europe qui se profile en ex-Yougoslavie dans l’indifférence générale
Publié le 17 mai 2018
A Sofia, ce 17 mai, se tient le sommet UE-Balkans, en présence notamment d'Emmanuel Macron. Le signe d'une situation qui devient de plus en plus explosive en ex-Yougoslavie, sur fond d'adhésion à l'Union européenne de certains pays.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Sofia, ce 17 mai, se tient le sommet UE-Balkans, en présence notamment d'Emmanuel Macron. Le signe d'une situation qui devient de plus en plus explosive en ex-Yougoslavie, sur fond d'adhésion à l'Union européenne de certains pays.

Atlantico : Le sommet Union Européenne - Balkans occidentaux se tient ce 17 mai à Sofia à Bulgarie, ​en présence notamment d'Emmanuel Macron. Alors que les Balkans semblent avoir été oubliés au cours de ces dernières années, de nouvelles tensions ont pu apparaître entre les différentes communautés formant la Bosnie Herzégovine. Quelles sont les racines de cette nouvelle crise ? 

Florent Parmentier : Alors que le Sommet UE – Balkans jette une lumière nouvelle sur la crise actuelle, il faut observer que celle-ci a des racines profondes et d’autres plus récentes. La construction des Etats-nations modernes dans une région par essence multicuturelle a conduit, à la chute de la Yougoslavie, aux affrontements les plus sanglants en Europe après la Seconde Guerre mondiale. Avec l’épuisement du système communiste, de vieilles rancœurs sont réapparues, des acteurs mafieux et des entrepreneurs politiques ont joué un jeu trouble, que les accords de Dayton (1995) n’ont pas permis de résorber ; au contraire, le pays, divisé entre une fédération croato-musulmane et la République serbe, ne dispose aujourd’hui que d’institutions dysfonctionnelles. La partition reste de fait une constante du pays depuis les accords.

Comment caractériser la crise actuelle ? Il y a certes les tensions que nous venons d’évoquer, mais également des manifestations depuis six semaines, « justice pour David », du nom de David Dragicevic, jeune homme de 21 ans assassiné, dont le corps a été retrouvé à Banja Luka, la capitale de la République serbe. Ce mouvement social fragilise la position de Milovan Dodik, président de la République serbe, puisqu’elle illustre le souhait des citoyens d’aller vers un Etat de droit, contre la corruption, le népotisme et de l’arbitraire. Cette contestation peut donc l’inciter à durcir ses positions, sur l’OTAN comme sur les institutions centrales qui ne sont pas mieux considérées par les citoyens. 

​Alors que Serbie et Russie soutiennent Milorad Dodik et ses revendications, comment réagissent les européens ? Quelle est le niveau de menace pour l'UE en cas d’aggravation de la situation en Bosnie Herzégovine ? ​Quels sont les pays européens les plus impliqués sur ce dossier ? 

Tout d’abord, il faut se rappeler que Milorad Dodik était arrivé au pouvoir en 1998 avec la bienveillance des Américains et des Européens. Cela permet de relativiser la grille de lecture néo-occidentaliste qui voit la main de la Russie derrière chaque contrariété existant en Europe, du référendum catalan à l’essor de mouvements populistes, de droite comme de gauche, dans les élections récentes. 

La Bosnie est restée un champ d’influence entre les Européens, les Américains et les Russes, mais pas seulement ; la Chine vient de signer un accord important avec la Bosnie en matière de libéralisation du régime des visas ; dans la fédération croato-musulmane, la Turquie y chasse les partisans de Gülen, mouvement considéré comme terroriste par Ankara, tandis que les pays du Golfe y prennent leurs marques ; la radicalisation islamiste y concerne d’ailleurs une partie de la jeunesse, de manière importante si l’on compare par rapport à la population. 

Dans ce contexte, faut-il voir dans Milorad Dodik le cheval de Troie des Russes ? Il est vrai que la Russie conserve son intérêt pour la région, et s’avère par exemple au rapprochement entre la Bosnie et l’OTAN, ligne rouge également parmi les Serbes (de Belgrade comme de Banja Luka), et que Dodik souhaite lui-même chercher le soutien de Vladimir Poutine. L’Eglise orthodoxe reste par ailleurs un acteur important localement, mais inquiète du libéralisme politique européen. 

Face à cela, les pays européens restent divisés sur la politique à tenir en Bosnie ; certains Etats-membres peuvent se sentir proches des Serbes, sans pour autant favoriser une indépendance de la République serbe ; en effet, l’Espagne peut être contre l’indépendance du Kosovo et celle de la République serbe au nom du principe de souveraineté. La France, l’Allemagne, l’Italie, mais aussi la Hongrie, la Bulgarie ou la Roumanie garderont un œil précis sur ce dossier.

​Quels sont les enjeux de ce sommet dans ce cadre ? Quels sont les défis à relever par les dirigeants européens dans un contexte particulièrement houleux au plan international ? 

​La présidence bulgare de l’Union européenne organise un Sommet de Sofia pour stabiliser les Balkans occidentaux (Bosnie-Herzégovine, Serbie, Monténégro, Kosovo, Albanie, Macédoine), et leur offrir des perspectives. 

Comme souvent, l’Europe se heurte à l’écueil suivant : elle est prise entre des opinions publiques européennes qui ne souhaitent plus de nouveaux élargissements, et un appel des pays de la périphérie à faire partie de cette même entité politique. Si ce discours de l’élargissement a pu être tenu en Europe Centrale, on observe que les termes sont aujourd’hui beaucoup plus choisis. L’Europe cherche avant tout à exporter timidement son modèle et avancer ses intérêts économiques pour éviter d’importer l’instabilité et les menaces sécuritaires des pays concernés.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/05/2018 - 14:45
L'Europe en a marre que les pays musulmans...
exportent leur merde islamiste et terroriste en UE laxiste. Cela s'apparente de plus en plus à de la collaboration par les écolo-technocrates bruxellois avec les régimes fascistes turcs et musulmans qui exportent leur délinquance, dans le seul but de soumettre l'Europe...c'est une forme de terrorisme insupportable!