En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Tesla Motors / Cliché publicitaire
Trop beau

Tesla ne brûle peut-être pas d’essence. Mais du cash, oui !

Publié le 08 mai 2018
Elon Musk a beau faire comme si tout allait bien, on commence sérieusement à s'inquiéter de la voracité de son entreprise Tesla. Entreprise qui pour l'instant a fait beaucoup parler d'elle mais n'a pas montré grand chose.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elon Musk a beau faire comme si tout allait bien, on commence sérieusement à s'inquiéter de la voracité de son entreprise Tesla. Entreprise qui pour l'instant a fait beaucoup parler d'elle mais n'a pas montré grand chose.

Atlantico : Le journal Bloomberg dans un article sur Tesla a exposé la situation financière de l'entreprise et, selon leurs estimations, la firme devrait arriver à court d'argent d'ici à la fin de l'année si rien n'est fait. A quel point y'a-t-il une différence entre l'image publique renvoyée par Tesla de sa bonne santé financière et ce qu'il se passe en coulisse en matière de gestion de l'entreprise ?

Aude Kersulec : Tesla n’est toujours pas rentable et dans le secteur automobile, aussi innovante soit l’entreprise, ses voitures et ses moteurs, elle fait toujours figure d’exception.

Elon Musk a indiqué que le 3ème et 4ème trimestre, il devrait pour la première fois dégager de la rentabilité, mais sa crédibilité est largement entachée. 

Avec une perte trimestrielle de 700 millions de dollars et une trésorerie à 3,2 milliards, et sans nouvelle forme de financement, quand on fait les calculs, c’est un peu l’année de la dernière chance pour Tesla.

A ce rythme-là, Elon Musk est tout prêt de rater la massification de sa production qui lui est essentielle pour la survie de son entreprise.

Plus forte capitalisation boursière du secteur automobile et dernière dans les classements de rentabilité de ces mêmes constructeurs : le paradoxe est trop important pour ne pas être sans risque.

 
Déjà menacée de banqueroute en 2008, Tesla avait été sauvé par de multiples levées de fond, notamment grâce à l'image que s'est forgé son président Elon Musk.  Mais l'entreprise ne créé-t-elle pas là de la dette à long terme et ne risque-t-elle pas d'être submergée par cette dernière ? Quelle est le risque de ces levées de fond perpétuelles ?
 

C’est sur son cœur d’activité que Tesla perd de l’argent, sur la production de voiture et ce, malgré l’essor des commandes. Il est évident que l’image du manager charismatique Elon Musk, qui a déjà tant réussi par le passé dans ses entreprises précédentes, rassurent les investisseurs et les analystes. Il n’est pas sur que Tesla serait encore debout si elle était dirigée par quelqu’un d’autre. 

Le niveau de dette est abyssal, et chaque nouvelle dette est contractée notamment pour payer à la fois les frais financiers et les besoins d’investissements énormes.  Les choix financiers ont jusque là été stratégiques : augmentation de capital ou émission d’obligations convertibles en actions. A partir du moment où l’entreprise fonctionne bien, 

Le constructeur doit justement prochainement régler deux échéances de remboursement de sa dette (230 millions de dollars en novembre 2018 et 920 millions de dollars en mars 2019). Si elle n’y parvient pas, c’est là qu’arriveront les vrais problèmes, on est donc très proches du dénouement.

L’industrie automobile est par nature très endettée, car largement consommatrice d’investissements donc de cash. Ce pourquoi les constructeurs ont besoin de se regrouper pour récupérer des synergies sur les  coûts. La difficulté de Tesla est qu’il est tout seul. Il peut avoir intérêt à s’allier à un autre grand constructeur.

Doit-on autant s'inquiéter pour la firme si l'on prend appui sur l'exemple de Jeff Bezos et d'Amazon ? Les deux hommes et les deux entreprises sont-elles comparables ?

L’automobile est un bien durable alors que par nature, Amazon vend des biens de consommation facilement remplaçable. Sur leur cœur de marché, on ne peut donc pas rapprocher les deux entreprises. Leur seul point commun est d’être dirigée par des vrais businessmen. Des hommes qui voient des opportunités de marché partout – et meme dans l’espace - et qui n’ont pas peur d’innover.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

07.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 08/05/2018 - 16:11
L'industrie.
L'industrie de masse ce n'est pas des" start-up" avec quelques ingénieurs et commerciaux et des bons algorithmes, c'est un immense processus. C'est très sérieux l'industrie, la vraie.
adroitetoutemaintenant
- 08/05/2018 - 14:47
Toutes les entreprises passent par des phases de consolidation
Les moments délicats sont ceux du développement de l’entreprise après une phase de consolidation car les paradigmes changent. Elon Musk a cru pouvoir bruler les étapes en se fiant à son baratin continu. Quand les créanciers vont réclamer leur pognon ça va chauffer. Surtout si une banque ou deux réclame sa dette brutalement du jour au lendemain comme cela se produit parfois. Et là on verra ses assets largement surévalués ne valoir plus rien !