En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Respect Privacy
Ce que les scandales en série sur le traitement de nos données personnelles par les géants de la tech peuvent nous faire espérer… ou pas
Publié le 06 mai 2018
Le scandale Cambridge Analytica a soulevé la question de la protection des données des internautes par les géants du web. En réaction, l'Union européenne leur impose d'appliquer le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) à partir du 25 mai. Quelles seront les conséquences ?
Eric Delcroix est conférencier et consultant, spécialiste du web 2.0, des réseaux sociaux et de l'identité numérique. Il a notamment participé à l'ouvrage Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, paru en juin 2012. Il est créateur du site...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delcroix
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delcroix est conférencier et consultant, spécialiste du web 2.0, des réseaux sociaux et de l'identité numérique. Il a notamment participé à l'ouvrage Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, paru en juin 2012. Il est créateur du site...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le scandale Cambridge Analytica a soulevé la question de la protection des données des internautes par les géants du web. En réaction, l'Union européenne leur impose d'appliquer le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) à partir du 25 mai. Quelles seront les conséquences ?

Atlantico : Le scandale Cambridge Analytica a redessiné notre rapport à la protection des données personnelles et permis une prise de conscience collective. Cette société britannique de communication stratégique est accusée d'avoir indûment collecté les données privées de 90 millions d'utilisateurs Facebook à des fins politiques. Pour éviter de nouveaux scandales, les géants du web ont jusqu'au 25 mai pour appliquer le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) voté en 2016 par le Parlement. Quel va être son impact pour les utilisateurs des réseaux sociaux? Cette loi est-elle en mesure de les protéger? 

Eric Delcroix : Les géants du web ne se considèrent ni français ni européens donc ils ne se sentent pas concernés par le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). De plus, qu'on soit une PME ou une grande entreprise, on consigne des données nominatives et non nominatives sur les utilisateurs ou sur les clients. Normalement, ils sont autorisés à les conserver environ deux ou trois ans, mais personne ne respecte cette loi et jusqu'à preuve du contraire il n'y a pas de mécanisme de sanction pour lutter contre ça. A l'époque, lorsqu'a été mis en place la géolocalisation sur les téléphones portables, la CNIL s'y était opposé. Cela avait été interdit. Mais ce sont les individus eux-mêmes qui ont téléchargé les applications pour se géolocaliser car cela facilitait leurs démarches sur internet.

L'impact sur les utilisateurs des réseaux sociaux est donc presque nul car cela tient d'un souci de pédagogie et d'éducation. Les géants du web ont conscience que les contraintes éloignent les utilisateurs, donc il est normal qu'il soit plus facile de consentir à l'utilisation de nos données que d'aller les refuser dans les paramètres. Ils tablent sur le fait que tout a fini par être accepté. Un autre exemple réside dans l'acte de payer sur internet. On peut se créer une fausse carte bleue avec des codes éphémères qui permettent de payer en ligne tout en étant protégé. Personne ne le fait pourtant à la fois par manque de volonté mais aussi par manque d'éducation à ces outils de protection. Comment ça fonctionne? Comment l'utiliser? C'est aussi un travail de responsabilisation des utilisateurs.

Le monde entier a assisté au repentir de Mark Zuckerberg devant les membres des commissions de la justice et du commerce du Sénat américain. Le géant Facebook est désormais scruté par l'autorité britannique chargée de la protection des données et Cambridge Analytica a annoncé sa faillite par une procédure d'insolvabilité lancée début mai au Royaume-Uni. Mais quelles seront les effets du règlement pour les Petites et Moyennes Entreprises? 

Les PME vont prendre des décisions par rapport à leur structure seulement. Elles cherchent à se renseigner sur les changements législatifs en cours mais elles savent que leurs données ne sont pas déterminantes et que ça tient davantage de la pratique que d'une sanction particulière si jamais elles ne respectent pas la loi. Autre exemple, qui savait qu'il fallait faire une déclaration à la CNIL sur les bases de données des utilisateurs sur un simple blog? Personne ne le savait donc personne ne le faisait. Cela démontre un autre versant du débat. Les Etats aimeraient aussi avoir un contrôle des données privées sur les individus. C'est ce qui leur permettrait de surveiller d'avantage ce qu'il se passe sur les réseaux sociaux. De plus, c'est une chaîne qu'on peut difficilement maitriser. Les échanges de données sont induites à partir du moment où elles sont publiques. Ce n'est pas nouveau mais ça a pris des proportions énormes dans nos sociétés actuelles.

C'est donc au citoyen que revient la charge de se prémunir contre le risque d'une utilisation illégitime de ses données par un mécanisme de consentement. Cela induit-il pour autant la promesse d'une meilleure gestion des données personnelles une fois le consentement acquis? 

On va souvent sur Facebook mais ce n'est pas le pire en termes de transparence. Google par exemple est bien moinscité  mais il fait la même chose. Il faut sortir de l'image d'un internet "village global où tout le monde est beau et gentil". On en est loin désormais et ces modèles économiques (comme ceux de Facebook, Twitter, Whatsapp, etc) ont été absorbés par les sociétés. Les gens sont demandeurs. La notion de gravité tient au parti-pris de l'individu.

Il est compréhensible d'avoir du mal à faire confiance aux entreprises. La collecte des données nominatives ou privées/ intimes sont évidemment répréhensibles mais cela est fait sans que l'on s'en rende compte, un peu comme un laboratoire malavisé. Prenons la décision de Facebook de lancer son propre site de rencontre. Nos profils Facebook sont construits comme des espaces déjà alignés sur les critères de site de rencontre et ils ont permis à terme le projet qui vient d'être lancé. La question est de savoir ce qui est une donnée sensible sur soi? Au-delà du travail de pédagogie, c'est à nous d'être clair avec ce que l'on rend public.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
05.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/05/2018 - 10:46
Stop-Soros!


La majorité de Viktor Orban, qui vient de remporter les deux-tiers des sièges aux dernières élections législatives, va faire passer un projet de loi « Stop-Soros », qui exigera des associations pro-clandestins, qu’elles déclarent leurs activités au parlement, afin d’en vérifier la légalité...la résistance au fascisme islamiso-gauchiste avance! Les melenchonistes sont verts-de-rage...