En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Déstabilisant voire destructeur
Hausse des troubles mentaux chez les enfants : pourquoi les adultes en sont lourdement responsables
Publié le 04 mai 2018
Des études menées sur la santé mentale des enfants montrent une progression importante des troubles du comportement.
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des études menées sur la santé mentale des enfants montrent une progression importante des troubles du comportement.

Atlantico : Les troubles anxieux et les troubles dépressifs majeurs, qui jusqu'ici concernaient surtout les adolescents, arrivent en tête des maladies les plus fréquentes chez les enfants dans le monde. Comment expliquer ce phénomène de société ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Les enfants subissent aujourd'hui des pressions et des injonctions parentales dont ils étaient préservés auparavant. Ces injonctions sociales de réussite, de  décider soi-même de son avenir et "d'inventer sa vie" est désormais transférée aux enfants à un âge où ils n'ont pas les outils pour assumer une telle responsabilité.

L'enfant est pris dans les attentes des parents, qui les enjoignent de poursuivre teurs rêves, leurs passions etc avant même qu'ils aient pu les définir. Avant l'adolescence, ils ont au contraire besoin de normes et de cadres.

Quelles sont les conséquences psychologiques de ces injonctions?

Ces injonctions sont en apparence bienveillantes, mais en réalité elles peuvent être assez violentes pour un enfant. Sous couvert de favoriser l'autonomie, les enfants se retrouvent seuls face à une illusion de liberté, qui par ailleurs les plonge dans une compétition accrue. On peut dire à un enfant "réussis à l'école",  mais "invente ta vie" c'est déstabilisant voire destructeur. L'enfant peut éprouver un sentiment d'échec et de culpabilité, qui sont des facteurs déclenchants de dépression. Ils peuvent également réagir en retournant cette violence psychique contre eux-mêmes et contre les autres.

Ces injonctions sont une nouvelle norme, mais existe-t-il des enfants plus aptes à y faire face?

Les catégories sociales et le métier exercé par les parents comptent pour beaucoup. Or ces facteurs sontrendus invisibles par l’injonction « invente ta vie » qui fait comme si les différences de ressources économiques, sociales et culturelles n’existaient pas. Tout ce qui peut entraver et contredire cette soit-disante liberté de choix est rarement pris en compte par les parents, qui au contraire voient dans leur enfant un prolongement d'eux-mêmes et de leur réussite. On peut être bon élève en venant d'une famille modeste mais inventer sa vie, développer ses passions etc, c'est autre chose .Les enfants ne sont pas égaux dans "l'invention de leur vie", qui  implique la confiance en soi et une certaine aisance sociale

Ceux qui ne sont pas aidés par leur milieu ne sauront pas vers qui aller, et se méfient en général des institutions. Les parents devraient leur apporter ces informations mais ils ne le font pas, pensant qu'il faut encourager l'autonomie de leurs enfants…

Comment les enfants parviennent-ils à se protéger de ces demandes anxiogènes?

Il faut pouvoir s'échapper, rêver, s'ennuyer …L'imaginaire est indispensable mais souvent ils sont privés de ce temps d'enfance nécessaire pour se construire, justement. Il faut leur laisser l'espace et le temps pour développer leurs envies et le désir de se projeter, au lieu de les solliciter en permanence à travers de multiples activités censés déclencher une vocation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 05/05/2018 - 23:04
Démission
Les parents qui disent vouloir laisser leur enfant décider lui-même de son avenir et "d'inventer sa vie" sont hélas souvent guidés par leur désir d'avoir la paix. On "laisse le choix" à l'enfant. Comment ne serait-il pas perturbé par cette responsabilité si lourde à un âge avide de soutien ? Donner à un enfant des repères - qui sont évidemment ceux des parents - et accepter qu'après ils s'appuient sur ces repères pour les contester éventuellement, pour les comparer à d'autres, voilà ce qu'il faut. On ne se définit pas à partir de rien.
A M A
- 05/05/2018 - 10:10
Quoi d'anormal? Pauvres
Quoi d'anormal? Pauvres enfants....Tous le éducateurs se coalisent pour les déstabiliser. Ils rivalisent de perversion pour en faire des crétins politiquement malléables.
adroitetoutemaintenant
- 04/05/2018 - 16:49
Le but de ces changements de paradigme est clair
Il s’agit de créer des enfants facilement manipulables pour satisfaire les besoins sexuels des pervers de 68 comme les Luron, les Lang, les Con-Bandit et autres racailles gauchistes adorateurs de merde.