En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

02.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

06.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

07.

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 3 heures 31 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 5 heures 4 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 6 heures 38 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 12 heures 20 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 15 heures 35 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 17 heures 21 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 4 heures 23 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 5 heures 41 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 55 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 45 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 17 heures 34 min
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Le verre de trop

L’étude qui montre à quel point la surconsommation d’alcool impacte l’espérance de vie (et pourquoi l’obsession pour les seuils est contre-productive)

Publié le 17 avril 2018
Une récente étude, publiée par la revue britannique The Lancet vendredi 13 avril, analyse l'impact de la consommation d'alcool sur notre espérance de vie. Un seuil hebdomadaire a été fixé par les épidémiologistes pour rester en bonne santé.
Fatma Bouvet de la Maisonneuve
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve est psychiatre addictologue à l'hôpital Sainte-Anne, présidente de Addict’elles (www.addictelles.com), auteure de "Les femmes face à l’alcool. Résister et s’en sortir" aux Ed Odile Jacob .  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude, publiée par la revue britannique The Lancet vendredi 13 avril, analyse l'impact de la consommation d'alcool sur notre espérance de vie. Un seuil hebdomadaire a été fixé par les épidémiologistes pour rester en bonne santé.

Atlantico : Les scientifiques ont établi un seuil de 100g d'alcool par semaine en dessous duquel boire ne représente pas un danger exagéré pour notre santé et notre espérance de vie. Comment les auteurs de l'étude sont-ils parvenus à ces conclusions ? 

Fatma Bouvet de la Maisonneuve : Les chercheurs ont étudié  600 000  buveurs, sans antécédents de maladies cardiovasculaires  pris sur  83 études médicales  dans 19 pays différents. Ils ont évalué l’espérance de vie au-delà de cette consommation  qui  correspond à 10 verres « standard ». Les auteurs  ont calculé qu’un buveur régulier de 40 ans, à cette dose perdait deux ans de durée de vie. Et à plus de dix verres par semaine, on perd 15 mn de vie par verre. Cette étude montre que l’espérance de vie diminue dès que l’on augmente sa consommation, et cela de façon très rapide. Elle montre une fois de plus que l’alcool ne doit pas être consommé comme un produit anodin, ni commercialisé comme tel. 
 

Ce seuil vous paraît-il cohérent ?

Le nombre de verres par jour ou par semaine a toujours été l’objet d’études et/ ou de recommandations et il varie comme on le voit ici, selon les pays et selon les paramètres étudiés. En revanche, ce que montre cette étude c’est ce que nous tentons, nous, psychiatres et addictologues,  de dire depuis des années c’est que la consommation d’alcool est dangereuse pour la santé. Cette étude tombe à pic car elle nous donne raison dans le débat qui nous anime actuellement après des déclarations récentes qui banalisent un produit qui tue en France 49000 personnes. Nous sommes pour la prise de conscience du danger que représente ce  produit sans être pour sa prohibition. Il est essentiel, aujourd’hui, alors que la science avance, comme à travers cette étude,  de  faire de la pédagogie en même temps que de la prévention  et d'expliquer qu’il s’agit d’une maladie et non d’un passage à vide qui peut se rétablir par la simple volonté. C’est une maladie que l’on connait et que l’on sait prendre en charge. La précocité  et la durée de la consommation comptent pour établir un pronostic. D’où la nécessité de mettre en exergue ce types de résultats et de travailler à la prévention.

Pourquoi une consommation régulière d'alcool réduit notre espérance de vie ? Quels sont les risques sur notre santé ?

La maladie alcoolique et les complications qui en découlent sont complexes et très lourdes car c’est une maladie grave et chronique. Les conséquences sont directes. Elles sont somatiques  hépatiques,   pancréatiques, œsophagiennes, gastriques, pancréatiques, digestives en général, neurologiques, cardiovasculaires. Les cancers digestifs et du sein sont évoqués.  Les accidents de la voie publique.  Les complications psychiatriques sont extrêmement lourdes et la psychiatre que je suis doit insister sur la nécessité de les rechercher systématiquement lors de l’examen clinique : dépression, troubles anxieux, troubles de la personnalité, antécédents de tentatives de suicides. La consommation d’alcool est souvent accompagnée de troubles mentaux et le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire rendu public en octobre 2017 est édifiant à cet égard car il mesure le nombre d’années de vie perdues lorsque l’alcool est associé avec un trouble psychique, ce qui est souvent le cas. La santé c’est aussi la santé sociale, familiale et professionnelle. La maladie alcoolique a des effets  indirects également   dans le sens où les alcoolisations peuvent isoler, entrainer des troubles du comportement ou du caractère qui entravent les relations  avec les autres : familles, collègues, amis... L’alcool est un produit dépressogène, alors, ceux qui en souffrent peuvent devenir  incuriques, ne se soignent plus et en cela aussi la répercussion sur la santé est grave, car certains troubles peuvent évoluer à bas bruit sans que la personne ne s’en soucie en ne consultant pas son médecin. 

Il doit nécessairement y avoir des différences et inégalités face à l'alcool. La problématique se pose-t-elle de la même façon, par exemple, selon qu'on soit un homme ou une femme ?

Effectivement tout le monde ne développe pas une maladie alcoolique et c’est là que réside le malentendu lors des récents débats lorsque nous avons attiré l’attention sur le laxisme en termes de politique de prévention contre l’alcool. Il existe des facteurs de risques qui permettent d’évaluer les dangers pour un individu. Chez les femmes, les conséquences sont plus rapides et plus graves. Elles touchent assez rapidement à toutes les sphères de la vie des femmes, ce qui nécessite que l’on prenne en charge cette question d’un point de vue global, tout comme pour les hommes, l’aspect culturel et discriminant en plus. Je tiens à souligner ici la contradiction qui consiste à tenir compte des violences faites aux femmes et d’en faire une priorité du quinquennat, à juste titre.  Mais je vois une contradiction flagrante lorsque  par ailleurs, l’on néglige leur santé en permettant aux alcooliers ce boulevard promotionnel qui  est destiné aux femmes. La première des conséquences des violences subies par les femmes c’est l’addiction souvent à l’alcool et/ ou médicaments. Il faut aussi retenir que les femmes qui boivent sont souvent victimes de violences de tous genres et ne sont pas prises au sérieux lorsqu’elles portent plainte car, supposées en état d’ivresse, elles ne seraient plus capables de discernement. Les publicités ciblent en particulier les jeunes et les femmes. Des études de marché ont abouti à ce slogan «  La femmes est l’avenir du vin ». Voilà un exemple flagrant où l’on ne considère un problème qu’à travers un seul prisme sans relever cette contradiction inacceptable. 

C’est la raison pour laquelle, il est important de mentionner à la suite de cette nième étude sur les dangers de l’alcool, que si d’autres pays ont pris conscience de cela,  nous sommes en retard et laxistes sur l’aspect préventif. Ce sont des données qui doivent être rajoutées aux précédentes, aux témoignages des patients, des familles et aux propos des experts pour convaincre l’opinion publique jusqu’au plus haut sommet de l’état. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
solognitude
- 18/04/2018 - 22:55
C'est con, je dépasse le seuil!
et le pire, c'est que je m'en fout. D'ailleurs d'après ces pseudo statistiques, je ne devrais même pas être en mesure de boire de l'eau!
Essen
- 18/04/2018 - 15:31
A zombikiller
Tout à fait d'accord pour éviter les leçons de morale mais il faut bien reconnaître que la France se démarque par sa complaisance vis à vis de l'alcool.
Et je suis aussi complètement d'accord avec vous pour ne pas verser dans la culpabilisation et les interdictions.
Mais encore une fois, notre pays se distingue pour son manque de prévention dans le domaine de l'alcool. Ce serait même plutôt le contraire.
L'argent en jeu et le versant économique y sont certainement pour quelque chose. On retrouve d'ailleurs ces mêmes discours sur les paris de la FdJ...
lexxis
- 18/04/2018 - 09:15
ALCOOL / TABAC MÊME COMBAT?
Et pourquoi alors qu'on n'a pas de mots et de slogans assez durs, ni de photos assez ravageuses pour le tabac qui tue principalement les fumeurs, n'exige-t-on pas sur toutes les bouteilles de vin la mention paritaire "l'alcool tue, non seulement ceux qui en boivent, mais aussi leurs victimes" avec comme de juste les illustrations adéquates.

Parce qu'à tout prendre un fumeur au volant est infiniment moins dangereux qu'un conducteur ivre; Ah, oui j'oubliais, nous ne produisons guère de tabac, mais pour le vin c'est autre chose .

Résultat on ne peut guère suivre sur les chaines publiques une émission de tourisme sans qu'on nous traîne chez un ou plusieurs vignerons du coin, pour nous vanter les mérites du crû. A voire certains clients au restaurant, le "consommer avec modération " fait doucement rigoler tant qu'on reste dans la salle, mais plutôt flipper dès qu'on la quitte!