En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 2 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 5 heures 12 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 9 heures 45 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 3 heures 8 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 34 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 8 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 9 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 9 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Santé

Sidaction : pourquoi un vaccin même imparfait améliorerait déjà beaucoup la situation

Publié le 25 mars 2018
Les vaccins mis à l'étude pour lutter contre le sida se sont pour l'instant tous avérés être des échecs, ou du moins n'ont pas les vertus curatives, mais restent protecteurs, comme dans le cas du RV144 développé par un laboratoire thaïlandais ou le HVTN702 conçu par des chercheurs sud-africains.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les vaccins mis à l'étude pour lutter contre le sida se sont pour l'instant tous avérés être des échecs, ou du moins n'ont pas les vertus curatives, mais restent protecteurs, comme dans le cas du RV144 développé par un laboratoire thaïlandais ou le HVTN702 conçu par des chercheurs sud-africains.

Les vaccins mis à l'étude pour lutter contre le sida se sont pour l'instant tous avérés être des échecs, ou du moins n'ont pas les vertus curatives, mais restent protecteurs, comme dans le cas du RV144 développé par un laboratoire thaïlandais ou le HVTN702 conçu par des chercheurs sud-africains. Mais on semble tarder, par précaution (ou autres raisons), et les prévisions parlent pour l'instant de possibles vaccins en 2020 ou 2021. Faut-il penser qu'un vaccin imparfait serait mieux que l'absence de vaccin telle que nous la connaissons aujourd'hui ?

Stéphane Gayet : L’infection par le virus VIH est l’infection virale qui est sans aucun doute la plus complexe et la plus difficile à combattre. Elle met les chercheurs en échec étant donné que l’on ne sait toujours pas la guérir actuellement.
 
Il est utile de rappeler les données chiffrées : 37 millions de personnes vivent aujourd’hui dans le monde en étant infectées par le virus VIH. Il n’existe ni vaccin, ni traitement curatif, mais seulement un traitement inhibiteur. Ce traitement inhibiteur ou trithérapie est l’association de trois médicaments antirétroviraux qui inhibent la réplication du virus VIH sans l’éliminer. Ce traitement doit être poursuivi toute la vie, car si on l’arrête, on constate un rebond de l’infection virale dans les deux à huit semaines qui suivent cet arrêt. En effet, le virus reste latent dans plusieurs réservoirs viraux qui se constituent très tôt après le début de l’infection et que le traitement est incapable d’éradiquer. On les trouve dans la moelle osseuse hématogène, les ganglions lymphatiques et autres organes immunitaires, l’intestin, le système nerveux central et même les organes génitaux. Ces réservoirs de virus sont le siège d’une inflammation chronique.
 
Or, sur les 37 millions de personnes infectées par le virus VIH dans le monde, seulement 15 millions sont sous traitement antiviral triple, ce qui représente 40 % des sujets qui nécessiteraient d’être traités. En effet, le sida est une épidémie mondiale (pandémie) et trop peu de pays ont une couverture thérapeutique d’au moins 80 % des personnes infectées (ce qui est le strict minimum nécessaire pour espérer contrôler la pandémie). On estime ainsi que, pour cinq nouveaux cas d’infection par le virus VIH dans le monde, seulement trois personnes commencent un nouveau traitement antiviral efficace.
Non seulement le coût de la trithérapie antirétrovirale est important financièrement (traitement non curatif : à prendre à vie), mais les effets secondaires gênants ne sont pas rares, obligeant alors à un changement de combinaison thérapeutique ; de plus, un petit nombre de personnes traitées développent des « comorbidités non sidéennes », telles que des cancers ou des pathologies de la personne âgée.
Il est également utile de rappeler ce que l’on appelle un vaccin : c’est une préparation antigénique qui est administrée, soit en prévention primaire (vaccin préventif : vaccin « vrai »), c’est-à-dire avant le premier contact avec l’agent infectieux ; soit en prévention secondaire (vaccin « thérapeutique »), c’est-à-dire après le premier contact avec l’agent infectieux et donc après le début de l’infection. Il faut préciser que la très grande majorité des vaccins utilisés en médecine sont des vaccins préventifs (« vrais » vaccins).
 
La PrEP n’est pas un vaccin, mais une chimioprophylaxie antirétrovirale, comparable à celle que l’on prend pour se protéger du paludisme (http://www.atlantico.fr/node/2015504). Cela fait des décennies qu’on nous annonce un vaccin contre le VIH, avant de déchanter. Car le virus VIH (en réalité, les virus VIH) est un véritable virus antivaccin : il s’attaque au système immunitaire qui est justement celui sur lequel une vaccination s’appuie et il change sans cesse, ce qui ne permet pas d’avoir une cible antigénique précise. De fait, l’essai de vaccination mené en Thaïlande et appelé RV144 n’a entraîné qu’une réduction de 30 % des infections à VIH après plusieurs années, ce qui est un échec. Deux autres essais sont en cours : l’essai HVTN702 mené en Afrique du Sud (résultats attendus en 2021). Cet essai prend en compte les résultats obtenus avec l’essai RV144 et son échec. Le deuxième essai en cours est mené dans cinq pays de la partie sud du continent africain (Afrique australe). Il est appelé HVTN705-HPX2008 ou « Imbokodo ». Il est différent des deux précédents, car il utilise, non pas une souche de virus VIH locale, mais une mosaïque antigénique fabriquée en laboratoire à partir de plusieurs souches, ce qui est une innovation.
 
Toutefois, on commence sérieusement à douter que la victoire contre le virus VIH soit de nature vaccinale à proprement parler, pour les raisons évoquées. Un vaccin considéré aujourd’hui comme efficace doit avoir un taux d’efficacité d’au moins 65 à 70 %. Un vaccin efficace à 30 % ne peut pas être utilisé, et cela pour de multiples raisons. Certains scientifiques pensent cependant qu’une efficacité de 55 ou même de 50 % serait déjà bonne à prendre. Il faut savoir que le vaccin thaïlandais RV144 avait commencé avec une efficacité de 60 %, mais qu’elle a chuté à 30 % dès la deuxième année. Les avis sont bien sûr partagés, mais les personnes qui estiment que l’on pourrait utiliser à grande échelle un vaccin efficace à seulement 50 % contre le virus VIH sont en nette minorité, sachant que ce taux d’efficacité risque fort de baisser avec le temps comme dans le cas thaïlandais.

 

 
Quelles sont les conditions sine qua non pour qu'un tel vaccin soit acceptable ?
Les vaccins sont aujourd’hui des médicaments sur la sellette. Dans les pays industrialisés et tout spécialement en France, ils sont stigmatisés et dénigrés, à tel point que des mouvements antivaccins puissants et dynamiques se sont constitués. On reproche aux vaccins un manque d’efficacité et des effets secondaires gênants et même graves. Mais on va aussi jusqu’à remettre en question l’intérêt même de la vaccination.
Dans les pays en développement, les problèmes posés sont différents. La qualité de la fabrication des vaccins et les conditions de leur transport et leur stockage sont discutées. Il existe aussi des produits contrefaits, parfois totalement inefficaces. La traçabilité des administrations vaccinales et le suivi des populations vaccinées sont de plus difficiles et de qualité incertaine.
Toujours est-il que l’on attend aujourd’hui d’un vaccin un taux d’efficacité supérieur à 70 %, un rapport bénéfice sur risques très favorable, une bonne stabilité physico-chimique, une commodité et une sûreté d’administration, ainsi qu’une efficacité prolongée dans le temps. Aucun candidat vaccin anti VIH n’a jusqu’ici répondu à ces critères. Mais attendons les résultats des deux études en cours. Faudra-t-il faire une exception en matière de vaccin anti VIH, c’est-à-dire être moins exigeant qu’avec les autres vaccins antiviraux ? Ce n’est pas du tout certain. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est fort prudente et vraiment évasive au sujet d’éventuels vaccins contre le sida.
Mais nous disposons actuellement d’outils médicamenteux (non vaccinaux) efficaces : la trithérapie antirétrovirale pour les personnes infectées (à prendre à vie), la PrEP pour les personnes non infectées, mais à risque de contamination (à prendre pendant une période variable) et le TasP pour les personnes infectées risquant de contaminer d’autres personnes (période variable également). Aucun de ces trois traitements n’est un vaccin à proprement parler : ce sont des chimiothérapies antivirales.
3. Qu'en est-il des vaccins thérapeutiques ? Quels avenirs ont-ils ?
La vaccination thérapeutique - au contraire des chimiothérapies antivirales - stimule la réponse immunitaire à l’infection virale : c’est une vaccination authentique, car elle cible le système immunitaire. Des résultats prometteurs ont été obtenus chez l'animal et chez l'homme. On a utilisé chez l’homme un virus vecteur d’antigènes, en l’occurrence un cytomégalovirus (CMV), pour préparer un vaccin anti VIH : c’est ce virus CMV (virus très peu pathogène) qui va apporter aux cellules immunitaires les antigènes utiles du virus VIH. On a, de cette façon, réussi à induire la formation, la multiplication et la stimulation de cellules lymphocytaires spécifiques de type T CD 8 « effectrices », c’est-à-dire des cellules actives dans la défense immunitaire. Elles ont permis de réduire le nombre de cellules réservoirs de virus VIH (cellules qui sont le siège de la latence virale). Car il faut détruire les cellules réservoirs de virus pour détruire les virus. Mais cette thérapeutique ne fonctionne qu’à la condition que ledit vaccin thérapeutique soit administré assez tôt après le début de l’infection par le virus VIH. Toujours est-il que ces vaccins thérapeutiques ont donc un intérêt certain.
Dans le même ordre d’idées, on a également obtenu des succès thérapeutiques avec des anticorps neutralisants bispécifiques qui détruisent les cellules sièges d’une infection virale VIH latente, ainsi qu’avec des anticorps neutralisants à large spectre (poly-spécifiques) qui inhibent les virus circulant dans le sang (virémie).
Ainsi, les traitements de demain contre le virus VIH seront nécessairement des traitements combinés : ils associeront plusieurs outils thérapeutiques, étant donné la complexité du virus et de son infection. Il s’agira probablement d’agents d’inversion de la latence virale (LRA), de vaccination thérapeutique, d’immunothérapie, voire de thérapie génique. C’est dire que le combat contre le virus VIH sera encore long. Et quelle sera la place de la vaccination dans ce combat : probablement pas prépondérante. Mais qui sait ? On n’a pas fini de parler de recherche en matière d’infection à virus VIH.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/03/2018 - 13:21
Les islamo-fascistes de la France insoumise lèvent le voile...
Le fasciste FI Stéphane Poussier insulte la mémoire d’Arnaud Beltrame et fait l’apologie du terrorisme. Le syndicat alternative Police dénonce ce fascisme qui ne se cache même plus... https://t.co/FavS19Qsm8 que disent les privilégiés Melenchouille et Alexis Corbières de leur petit protégé fasciste?...