En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Le violoniste français du grand orchestre du Web

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 12 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 46 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 43 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 9 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 33 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 42 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 52 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Santé

Sidaction : pourquoi un vaccin même imparfait améliorerait déjà beaucoup la situation

Publié le 25 mars 2018
Les vaccins mis à l'étude pour lutter contre le sida se sont pour l'instant tous avérés être des échecs, ou du moins n'ont pas les vertus curatives, mais restent protecteurs, comme dans le cas du RV144 développé par un laboratoire thaïlandais ou le HVTN702 conçu par des chercheurs sud-africains.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les vaccins mis à l'étude pour lutter contre le sida se sont pour l'instant tous avérés être des échecs, ou du moins n'ont pas les vertus curatives, mais restent protecteurs, comme dans le cas du RV144 développé par un laboratoire thaïlandais ou le HVTN702 conçu par des chercheurs sud-africains.

Les vaccins mis à l'étude pour lutter contre le sida se sont pour l'instant tous avérés être des échecs, ou du moins n'ont pas les vertus curatives, mais restent protecteurs, comme dans le cas du RV144 développé par un laboratoire thaïlandais ou le HVTN702 conçu par des chercheurs sud-africains. Mais on semble tarder, par précaution (ou autres raisons), et les prévisions parlent pour l'instant de possibles vaccins en 2020 ou 2021. Faut-il penser qu'un vaccin imparfait serait mieux que l'absence de vaccin telle que nous la connaissons aujourd'hui ?

Stéphane Gayet : L’infection par le virus VIH est l’infection virale qui est sans aucun doute la plus complexe et la plus difficile à combattre. Elle met les chercheurs en échec étant donné que l’on ne sait toujours pas la guérir actuellement.
 
Il est utile de rappeler les données chiffrées : 37 millions de personnes vivent aujourd’hui dans le monde en étant infectées par le virus VIH. Il n’existe ni vaccin, ni traitement curatif, mais seulement un traitement inhibiteur. Ce traitement inhibiteur ou trithérapie est l’association de trois médicaments antirétroviraux qui inhibent la réplication du virus VIH sans l’éliminer. Ce traitement doit être poursuivi toute la vie, car si on l’arrête, on constate un rebond de l’infection virale dans les deux à huit semaines qui suivent cet arrêt. En effet, le virus reste latent dans plusieurs réservoirs viraux qui se constituent très tôt après le début de l’infection et que le traitement est incapable d’éradiquer. On les trouve dans la moelle osseuse hématogène, les ganglions lymphatiques et autres organes immunitaires, l’intestin, le système nerveux central et même les organes génitaux. Ces réservoirs de virus sont le siège d’une inflammation chronique.
 
Or, sur les 37 millions de personnes infectées par le virus VIH dans le monde, seulement 15 millions sont sous traitement antiviral triple, ce qui représente 40 % des sujets qui nécessiteraient d’être traités. En effet, le sida est une épidémie mondiale (pandémie) et trop peu de pays ont une couverture thérapeutique d’au moins 80 % des personnes infectées (ce qui est le strict minimum nécessaire pour espérer contrôler la pandémie). On estime ainsi que, pour cinq nouveaux cas d’infection par le virus VIH dans le monde, seulement trois personnes commencent un nouveau traitement antiviral efficace.
Non seulement le coût de la trithérapie antirétrovirale est important financièrement (traitement non curatif : à prendre à vie), mais les effets secondaires gênants ne sont pas rares, obligeant alors à un changement de combinaison thérapeutique ; de plus, un petit nombre de personnes traitées développent des « comorbidités non sidéennes », telles que des cancers ou des pathologies de la personne âgée.
Il est également utile de rappeler ce que l’on appelle un vaccin : c’est une préparation antigénique qui est administrée, soit en prévention primaire (vaccin préventif : vaccin « vrai »), c’est-à-dire avant le premier contact avec l’agent infectieux ; soit en prévention secondaire (vaccin « thérapeutique »), c’est-à-dire après le premier contact avec l’agent infectieux et donc après le début de l’infection. Il faut préciser que la très grande majorité des vaccins utilisés en médecine sont des vaccins préventifs (« vrais » vaccins).
 
La PrEP n’est pas un vaccin, mais une chimioprophylaxie antirétrovirale, comparable à celle que l’on prend pour se protéger du paludisme (http://www.atlantico.fr/node/2015504). Cela fait des décennies qu’on nous annonce un vaccin contre le VIH, avant de déchanter. Car le virus VIH (en réalité, les virus VIH) est un véritable virus antivaccin : il s’attaque au système immunitaire qui est justement celui sur lequel une vaccination s’appuie et il change sans cesse, ce qui ne permet pas d’avoir une cible antigénique précise. De fait, l’essai de vaccination mené en Thaïlande et appelé RV144 n’a entraîné qu’une réduction de 30 % des infections à VIH après plusieurs années, ce qui est un échec. Deux autres essais sont en cours : l’essai HVTN702 mené en Afrique du Sud (résultats attendus en 2021). Cet essai prend en compte les résultats obtenus avec l’essai RV144 et son échec. Le deuxième essai en cours est mené dans cinq pays de la partie sud du continent africain (Afrique australe). Il est appelé HVTN705-HPX2008 ou « Imbokodo ». Il est différent des deux précédents, car il utilise, non pas une souche de virus VIH locale, mais une mosaïque antigénique fabriquée en laboratoire à partir de plusieurs souches, ce qui est une innovation.
 
Toutefois, on commence sérieusement à douter que la victoire contre le virus VIH soit de nature vaccinale à proprement parler, pour les raisons évoquées. Un vaccin considéré aujourd’hui comme efficace doit avoir un taux d’efficacité d’au moins 65 à 70 %. Un vaccin efficace à 30 % ne peut pas être utilisé, et cela pour de multiples raisons. Certains scientifiques pensent cependant qu’une efficacité de 55 ou même de 50 % serait déjà bonne à prendre. Il faut savoir que le vaccin thaïlandais RV144 avait commencé avec une efficacité de 60 %, mais qu’elle a chuté à 30 % dès la deuxième année. Les avis sont bien sûr partagés, mais les personnes qui estiment que l’on pourrait utiliser à grande échelle un vaccin efficace à seulement 50 % contre le virus VIH sont en nette minorité, sachant que ce taux d’efficacité risque fort de baisser avec le temps comme dans le cas thaïlandais.

 

 
Quelles sont les conditions sine qua non pour qu'un tel vaccin soit acceptable ?
Les vaccins sont aujourd’hui des médicaments sur la sellette. Dans les pays industrialisés et tout spécialement en France, ils sont stigmatisés et dénigrés, à tel point que des mouvements antivaccins puissants et dynamiques se sont constitués. On reproche aux vaccins un manque d’efficacité et des effets secondaires gênants et même graves. Mais on va aussi jusqu’à remettre en question l’intérêt même de la vaccination.
Dans les pays en développement, les problèmes posés sont différents. La qualité de la fabrication des vaccins et les conditions de leur transport et leur stockage sont discutées. Il existe aussi des produits contrefaits, parfois totalement inefficaces. La traçabilité des administrations vaccinales et le suivi des populations vaccinées sont de plus difficiles et de qualité incertaine.
Toujours est-il que l’on attend aujourd’hui d’un vaccin un taux d’efficacité supérieur à 70 %, un rapport bénéfice sur risques très favorable, une bonne stabilité physico-chimique, une commodité et une sûreté d’administration, ainsi qu’une efficacité prolongée dans le temps. Aucun candidat vaccin anti VIH n’a jusqu’ici répondu à ces critères. Mais attendons les résultats des deux études en cours. Faudra-t-il faire une exception en matière de vaccin anti VIH, c’est-à-dire être moins exigeant qu’avec les autres vaccins antiviraux ? Ce n’est pas du tout certain. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est fort prudente et vraiment évasive au sujet d’éventuels vaccins contre le sida.
Mais nous disposons actuellement d’outils médicamenteux (non vaccinaux) efficaces : la trithérapie antirétrovirale pour les personnes infectées (à prendre à vie), la PrEP pour les personnes non infectées, mais à risque de contamination (à prendre pendant une période variable) et le TasP pour les personnes infectées risquant de contaminer d’autres personnes (période variable également). Aucun de ces trois traitements n’est un vaccin à proprement parler : ce sont des chimiothérapies antivirales.
3. Qu'en est-il des vaccins thérapeutiques ? Quels avenirs ont-ils ?
La vaccination thérapeutique - au contraire des chimiothérapies antivirales - stimule la réponse immunitaire à l’infection virale : c’est une vaccination authentique, car elle cible le système immunitaire. Des résultats prometteurs ont été obtenus chez l'animal et chez l'homme. On a utilisé chez l’homme un virus vecteur d’antigènes, en l’occurrence un cytomégalovirus (CMV), pour préparer un vaccin anti VIH : c’est ce virus CMV (virus très peu pathogène) qui va apporter aux cellules immunitaires les antigènes utiles du virus VIH. On a, de cette façon, réussi à induire la formation, la multiplication et la stimulation de cellules lymphocytaires spécifiques de type T CD 8 « effectrices », c’est-à-dire des cellules actives dans la défense immunitaire. Elles ont permis de réduire le nombre de cellules réservoirs de virus VIH (cellules qui sont le siège de la latence virale). Car il faut détruire les cellules réservoirs de virus pour détruire les virus. Mais cette thérapeutique ne fonctionne qu’à la condition que ledit vaccin thérapeutique soit administré assez tôt après le début de l’infection par le virus VIH. Toujours est-il que ces vaccins thérapeutiques ont donc un intérêt certain.
Dans le même ordre d’idées, on a également obtenu des succès thérapeutiques avec des anticorps neutralisants bispécifiques qui détruisent les cellules sièges d’une infection virale VIH latente, ainsi qu’avec des anticorps neutralisants à large spectre (poly-spécifiques) qui inhibent les virus circulant dans le sang (virémie).
Ainsi, les traitements de demain contre le virus VIH seront nécessairement des traitements combinés : ils associeront plusieurs outils thérapeutiques, étant donné la complexité du virus et de son infection. Il s’agira probablement d’agents d’inversion de la latence virale (LRA), de vaccination thérapeutique, d’immunothérapie, voire de thérapie génique. C’est dire que le combat contre le virus VIH sera encore long. Et quelle sera la place de la vaccination dans ce combat : probablement pas prépondérante. Mais qui sait ? On n’a pas fini de parler de recherche en matière d’infection à virus VIH.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Le violoniste français du grand orchestre du Web

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/03/2018 - 13:21
Les islamo-fascistes de la France insoumise lèvent le voile...
Le fasciste FI Stéphane Poussier insulte la mémoire d’Arnaud Beltrame et fait l’apologie du terrorisme. Le syndicat alternative Police dénonce ce fascisme qui ne se cache même plus... https://t.co/FavS19Qsm8 que disent les privilégiés Melenchouille et Alexis Corbières de leur petit protégé fasciste?...