En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 4 heures 34 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 5 heures 33 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 11 heures 42 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 15 heures 18 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 15 heures 49 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 16 heures 25 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 46 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 8 heures 49 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 12 heures 3 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 14 heures 25 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 14 heures 57 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 15 heures 28 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 16 heures 35 min
© AFP
© AFP
En mutation

Irak, 15 ans après : comment le renversement de Saddam Hussein a permis à l'Iran d’obtenir en quelques semaines ce qui lui avait échappé pendant les 20 années précédentes

Publié le 23 mars 2018
Le 20 mars 2003, les États-Unis déclenchaient l’opération "Iraqi Freedom", ou 2e guerre d’Irak. 15 ans plus tard, la situation actuelle montre pourquoi cette intervention américaine a été une "bénédiction des dieux" pour l’Iran.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 20 mars 2003, les États-Unis déclenchaient l’opération "Iraqi Freedom", ou 2e guerre d’Irak. 15 ans plus tard, la situation actuelle montre pourquoi cette intervention américaine a été une "bénédiction des dieux" pour l’Iran.

Atlantico : 15 ans après le 20 mars 2003 qui avait vu les États-Unis déclencher l’opération Iraqi Freedom, ou 2e guerre d’Irak qui entraînera la chute de Saddam Hussein le 9 avril de cette même année. En quoi les résultats de cette offensive ont offert à Téhéran les objectifs fixés dans le conflit Iran-Irak des années 80?

Alain Rodier : L’invasion américaine de l’Irak de 2003 a été une "bénédiction des dieux" pour l’Iran. Certes, la guerre qui avait opposé Téhéran à Bagdad de 1980 à 1988 n’avait pas pour objectif de faire basculer l’Irak dans la sphère iranienne (c’est Saddam Hussein qui a été à l’origine de cette guerre et pas l’inverse, les Iraniens l’appelant d’ailleurs la "guerre imposée"), mais les mollahs souhaitaient bien prendre leur revanche et les Américains la leur ont offerte. Il faut se rappeler que les Iraniens ont eu au moins un demi-million de morts et que Saddam Hussein n’a pas hésité à employer l’arme chimique à plusieurs reprises (environ 30 000 victimes répertoriées sans que les grandes puissances ne semblent s'en offusquer particulièrement). Les Iraniens n'ont pas répliqué de la même manière, pas vraiment par bonté d'âme, mais parce qu'ils ne disposaient pas d'armes chimiques. On a affirmé que l'Ayatollah Khomeiny y était opposé car c'était "contraire à sa doctrine" qui ne l'empêchait pas, par ailleurs, de faire occire ses opposants par tous les autres moyens imaginables.  

Un autre facteur important est que le régime en place à Téhéran en 2003 faisait partie de l’"axe du mal" désigné par Bush Jr. car son effort nucléaire militaire avait été rendu public en 2002 grâce aux renseignements fournis par les Moudjahidines du peuple. Dans les faits, Téhéran craignait au plus haut point que les États-Unis n’effectuent des frappes préventives sur les installations de leur complexe militaro-industriel. Les Iraniens ont donc été enchantés de voir les forces américaines s’ensabler en Irak car cela leur laissait peu de latitude pour se retourner contre eux.

Quelles ont été les conséquences pour l’Iran de voir la « digue » irakienne s’effondrer en quelques semaines? Quelles en ont été les conséquences sur la redistribution des cartes des rapports de force dans la région ?

Les Iraniens ont été à la base de l’effondrement du régime de Saddam Hussein et même plus, ils ont participé au montage du prétexte qui a servi à Washington à déclencher les hostilités. Sachant que les Américains cherchaient à tous prix à prouver que Bagdad continuait à développer des armes nucléaires, chimiques et bactériologiques, les services secrets iraniens ont offert sur un plateau des « sources bien placées » - vraisemblablement via Ahmed Chalabi, le fondateur du Congrès National Irakien, mouvement d’opposition à Saddam Hussein soutenu par la CIA - qui ont aidé à fournir ces fameuses "preuves". La Maison Blanche, le Pentagone et Langley étaient aux anges se congratulant sur l’excellence de leurs services de renseignement. Le New York Times était alors (déjà) très va-t’en guerre voulant convaincre les citoyens américains que les boys se lançaient dans une guerre "juste". Le ton a bien changé après 2003 quand il s’est avéré que presque tout était faux. Á la décharge des services américains, la Maison Blanche "voulait" ses preuves, ils n’ont fait qu’obéir aux ordres même si les réticences étaient vives en interne car les analystes doutaient de la fiabilité des sources - et ils avaient raison mais la hiérarchie les faisait taire -. Toute comparaison avec ce qui se passe aujourd’hui entre les Anglo-saxons et Moscou n’est bien sûr que pure coïncidence...

Ensuite, comme par hasard, l’armée américaine a obtenu en complément des renseignements recueillis par les puissants moyens techniques de la NSA (écoutes) et de la NRO (images satellites), des informations d'origine humaine très pertinentes sur les positions militaires irakiennes, sur les chefs qui étaient prêts à se rendre sans combattre, sur la logistique, etc. Ce sont là aussi les services de renseignement iraniens qui étaient très bien implantés en Irak, qui ont fourni ses informations par l’intermédiaire de tiers car une coopération directe était légalement impossible. Tout cela a permis aux chars US d'atteindre Bagdad très rapidement car l'armée irakienne n'a pu résister bien longtemps.  

Quand toute l’infrastructure sunnite a été décapitée par les vainqueurs, Téhéran a organisé les mouvements irakiens chiites qui lui étaient naturellement favorables (de nombreux responsables chiites irakiens en exil sont rentrés à ce moment-là) pour qu’ils deviennent de véritables cellule combattantes qui sont aujourd’hui les milices tant redoutées et souvent classées comme "terroristes" par Washington tant elles ont été agressives contre les forces US. D’ailleurs, sur le fond, elles ne cachent pas vraiment leur hostilité exacerbée vis-à-vis de Washington et d’Israël.

Si l’opposition régionale à Téhéran s’est déplacée de Bagdad à Riyad, quelles sont aujourd’hui les faiblesses de l’Arabie Saoudite en comparaison de ce que fut le rôle de l’Irak?

Comme chacun l'a remarqué, la situation au Proche et Moyen-Orient est en pleine mutation. En Arabie saoudite, on assiste à un rajeunissement impressionnant de la classe dirigeante alors que Téhéran est encore aux mains d’idéologues cacochymes. Heureusement pour eux, les Gardiens de la Révolution Islamique (les pasdaran) maintiennent l’ordre à l’intérieur et dirigent les opérations extérieures, tout cela de manière extrêmement professionnelle.

On ne peut pas constater pour l’instant le même "professionnalisme" du côté de Riyad qui doit d’abord régler ses problèmes intérieurs (doctrinaires et économiques) et le bourbier yéménite. Les atouts du prince héritier Mohamed Bin Salmane (MBS) restent le soutien sans faille des États-Unis et, plus discrètement, d’Israël. C’est une sorte d’union sacrée contre le régime des mollahs qui risque d’avoir des résultats dans l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 24/03/2018 - 00:41
Bravo! Et après?
Je suis toujours impressionné par la lucidité des experts après (bien après) les faits.Je pense au délicieux Adler, entre autres. Bon, M. Rodier, expliquez-nous ce qui va se passer, précisément, en Turquie-Irak-Syrie dans les mois, et même les années qui viennent, pour changer? Ou, puisque vous en parlez, en Arabie Saoudite:je ne me souviens pas avoir lu prévoir la future ascension de MBS?



,